Interview au journal grec KEFALAIO (Capital)

Ci-après, le texte français d’un interview à un journal grec qui paraîtra d’ici quelques jours.

DownloadedFile

– Comment commentez-vous le fait que les dirigeants européens propagent une image de stabilisation de la zone euro? Quels sont les bouleversements possibles (par exemple dans le cas d’un “tapering” américain?)

L’image d’une « stabilisation » dans la zone euro vient de ce que l’instabilité s’est provisoirement déplacée de la sphère financière à la sphère réelle. Depuis l’automne 2012 la Banque Centrale Européenne, sous la présidence de M. Mario Draghi, a décidé de soutenir les dettes souveraines en rachetant sur le marché secondaire celles des pays les plus en difficulté et donc les plus exposés à la spéculation. Ceci a permis aux taux d’intérêts de revenir à des niveaux un peu plus faibles et a donné l’illusion d’une stabilisation. Mais, dans le même temps, la crise réelle, qui se traduit par l’explosion du chômage et la chute de la production, se poursuit dans les pays de l’Europe du Sud. Cette crise est en réalité de plus en plus forte car ses effets sont cumulatifs. Dans tous les pays d’Europe du Sud, on a assisté à une stabilisation provisoire de la dégradation de la situation. Mais, cette stabilisation ne signifie pas une reprise de l’activité. Ainsi, la balance commerciale de ces pays s’est améliorée essentiellement par une contraction très forte des importations et non un accroissement important des exportations. Aujourd’hui, on est probablement sur le point de sortir de cette stabilisation dans la dégradation, et le mouvement vers le bas va reprendre. Il y a, à cela, plusieurs raisons. D’une part, l’investissement dans les pays d’Europe du Sud a baissé depuis 2010 (et parfois depuis 2008). Avec un certain retard, ceci va se traduire par une dégradation de l’appareil productif, et donc de ces performances comme la productivité du travail, l’un des déterminants de la compétitivité. Cette dégradation est en réalité accélérée par la contraction très forte du crédit que l’on connaît dans ces économies (en Grèce, en Italie et en Espagne mais aussi en France). Cette contraction pénalise en priorité les petites et moyennes entreprises qui sont celles qui – en théorie – étaient le mieux placées pour profiter des baisses de coûts dans ces économies. L’austérité comme stratégie de sortie de la crise repose sur l’idée qu’une baisse des coûts va provoquer une forte hausse de l’offre avec le retour de la compétitivité. Mais, pour cela, il faut que les entreprises puissent néanmoins investir pour lancer de nouvelles productions ou tout simplement financer la poursuite de l’activité. En termes économiques, il faut financer le capital circulant comme l’accroissement et le renouvellement du capital fixe. Or, elles n’en ont plus les moyens du fait de la contraction de la production qui s’est traduite par un fort pincement des marges, et elles ne peuvent plus emprunter aux banques. C’est ce qui explique l’absence d’une relance portée par l’offre.

D’autre part, les ménages ont réussi jusqu’à maintenant à supporter, plus ou moins mal, la compression des revenus et la hausse des impôts en tirant sur leur épargne accumulée. Mais, cela revient à vouloir combler le manque d’un flux avec un prélèvement sur un stock. Au bout d’un certain temps, le stock (l’épargne accumulée) s’épuise et la consommation va brutalement baisser entraînant avec elle la production. Les mécanismes sociétaux, en particulier les transferts intergénérationnels s’épuisent aussi. On sent bien que les populations sont à bout, économiquement mais aussi, et c’est important, politiquement. Ajoutons que, hors de l’Allemagne, la production industrielle est soit en baisse soit stagnante au sein de la zone Euro (avec l’Allemagne, elle est tout juste stagnante). De plus, si l’on assiste à une légère diminution des taux d’intérêt nominaux, comme l’inflation a baissé elle aussi, les taux d’intérêts réels sont, eux, à la hausse. La capacité des pays d’Europe du Sud à retrouver un équilibre fiscal et à assurer le financement de leurs dettes est ainsi compromis par l’ensemble de ces facteurs. De fait, cette dette continue d’augmenter, et parfois très vite comme en Espagne. L’accroissement de cette dette, multiplié par les taux d’intérêts, pèse toujours plus sur les budgets des pays considérés. Viendra bien un moment où les marchés financiers comprendront que la BCE n’a pas les moyens de racheter la totalité des dettes des pays exposés, sauf à radicalement changer de politique et provoquer un conflit majeur avec l’Allemagne. De ce moment commencera une nouvelle vague de spéculation.

Ainsi, les facteurs de stabilisation dans la dégradation ne sont, hélas, pas durables. Dès le début de 2014 on devrait voir de nouveau la situation empirer. Le fait que la production industrielle espagnole se soit remise à baisser au mois d’octobre est probablement un signe avant-coureur.

Dans ce contexte, il est clair que le moindre choc extérieur, même relativement faible, peut faire basculer de nouveau la zone Euro dans une crise aiguë. C’est le cas d’un changement dans la politique de la réserve fédérale américaine. Mais, un ralentissement de l’activité en Chine pourrait lui aussi jouer un rôle néfaste. En fait, la zone Euro est dans une situation extrêmement fragile, qui peut basculer vers le pire d’un jour à l’autre.

– Quel est l’avenir des relations franco-allemandes le lendemain de l’accord de coalition CDU-SPD? Vous attendez-vous à une sorte de compromis surtout en ce qui concerne l’union bancaire?

Derrière le simulacre des embrassades diplomatiques, et des communiqués communs, se cachent des tensions grandissantes entre la France et l’Allemagne. Le gouvernement français, il faut avoir l’honnêteté de le dire, espérait la défaite de Madame Merkel et l’arrivée au pouvoir du SPD, ou du moins d’une coalition dominée par le SPD, qui mettrait en place une relance salariale en Allemagne. En réalité, ce qui était prévisible, et je souligne ici les illusions profondes du gouvernement français, est survenu. Madame Merkel a limité ses pertes en sièges. C’est donc une coalition dominée par la CDU-CSU qui sera au pouvoir. Il n’y aura pas de relance salariale en Allemagne. Si Madame Merkel a dû consentir à un salaire minimum (l’équivalent du SMIC français) la date d’application de cette réforme est repoussée à…2017. C’est le même scénario qui est à l’œuvre sur l’Union Bancaire. La France en espérait aussi beaucoup. Or, d’octobre 2012 à aujourd’hui, nous avons vu le périmètre de cette Union Bancaire se réduire comme peau de chagrin, et l’Allemagne, non content de cette réduction, en retarder constamment l’application. Le dernier « truc » inventé à Berlin est d’invoquer la nécessité de procéder à une modification des traités. Cela reporte l’Union Bancaire au minimum à 2016, voire plus loin.

Dans la réalité, on voit bien que l’Allemagne dit « oui » publiquement, car elle ne veut pas porter la responsabilité politique d’un éclatement de la zone Euro, mais qu’elle applique une politique du « Nein ! » aussitôt l’accord signé, en s’appuyant sur diverses astuces, tant politiques qu’économiques. L’Allemagne finasse, comme du temps de Stresemann,  mais elle le fait cette fois en position de force. En effet, la France a abandonné toute volonté et par conséquent tous moyens de négocier réellement avec l’Allemagne du jour où ses dirigeants ont déclaré que la construction européenne était leur objectif suprême. On ne peut négocier que si l’on arrive à convaincre le partenaire que l’on a d’autres solutions possibles. Or, depuis 1983, depuis ce que l’on appelle le « tournant Européen » de François Mitterrand, la France s’est elle-même mise la tête sur le billot et elle demande simplement à l’Allemagne « cinq minutes, Monsieur le bourreau ». Les dirigeants allemands l’ont bien compris, et ils font des sacrifices de forme qui permettent au gouvernement français de sauver la face. Sur le fond, nous sommes devenus les spectateurs de la politique allemande, une politique qui ne regarde que les intérêts de l’Allemagne, mais qui les déguise sous les oripeaux de la construction européenne. C’est l’une des raisons de la montée d’un sentiment anti-européen très puissant en France mais aussi en Italie, en Espagne et en Grande-Bretagne.

– À votre avis, quel est le facteur déterminant des chiffres décevants de la croissance, de l’emploi et de la déflation en France? La politique restrictive des finances publiques influence ces chiffres et comment?

Les mauvais résultats économiques que nous connaissons en France ont plusieurs explications qui se conjuguent et, d’une certaine manière, se renforcent. La première explication est simple : ces résultats proviennent d’un Euro à 1,35$ et de l’existence même de l’Euro en fait. La France réalise à peu près la moitié de son commerce extérieur avec la zone Euro, ce qui en fait, après la Grèce, l’un des pays les moins intégrés. Nous payons très chers un Euro dont le taux de change convient peut-être à l’Allemagne en raison de ses spécialisations industrielles, mais certainement pas à l’économie française. Des calculs ont montré que, pour l’économie française, il faudrait un taux de change à un Euro pour 1,04$. Chaque fois que le taux augmente de 10%, et à 1,35$ c’est à une augmentation de 30% que nous sommes confrontés, la France perd environ 1% de croissance. De fait, nous avons perdu pour l’équivalent de 3% de croissance avec un taux à 1,35$. Par ailleurs, le fait d’être au même niveau que l’Allemagne, qui est un partenaire important, nous désavantage aussi en raison de l’écart en compétitivité entre nos deux économies. Une baisse du taux de change de l’Euro face au Dollar ne serait qu’une solution partielle. Il faut ici ajouter que pour des pays comme l’Italie et l’Espagne, qui sont bien plus intégrés, ce ne serait pas du tout une solution. Pour ces pays, c’est le taux de change avec l’Allemagne et en général avec l’Europe du Nord qui est important.

Il y a ensuite la politique budgétaire et fiscale. Cette  politique, par ailleurs, est le résultat de l’existence de l’Euro. La France a des déductions fiscales au profit des entreprises pour l’équivalent de 3,5% de son PIB afin de leur permettre de ne pas trop souffrir des pertes de compétitivité liées à l’Euro. Rappelons qu’en 1995, on estimait ces déductions (ces « niches » fiscales comme on les appelle) à environ 0,5% du PIB. La hausse a été très forte depuis 1999. Nous faisons un effort considérable depuis plus de deux ans pour réduire notre déficit. Cet effort a commencé avec le précédant gouvernement (Monsieur François Fillon) et se poursuit avec le gouvernement socialiste actuel. Mais il n’est guère efficace, et nous aurons cette année un déficit de 4% du PIB et en 2014 un déficit de 3,7%. Or, si nous quittions l’Euro, nous pourrions aisément supprimer la plus grande part de ces déductions fiscales, et donc regagner pour 3% du PIB en recettes fiscales. On voit immédiatement que le déficit reviendrait à des niveaux très faibles. Donc, nous sommes pénalisés indirectement par l’Euro après l’avoir été directement. Notons que si nous sortions de l’Euro, le gain en croissance que nous connaîtrions rapidement du fait de l’importante dévaluation qui accompagnerait cette sortie, provoquerait mécaniquement une hausse des recettes fiscales, et que le budget se retrouverait très vite en excédent absolu. Le déficit budgétaire actuel est donc le produit de la stagnation économique qui entraîne la stagnation des recettes fiscales. Mais, les tentatives pour le réduire, soit en augmentant les impôts (ce qui est fait depuis deux ans) soit en comprimant les dépenses budgétaires (ce que voudrait faire la droite si elle revenait aux affaires), provoque un effet dépressif important sur la conjoncture. Un texte du FMI, signé par Olivier Blanchard[1], signale que le multiplicateur des dépenses publiques, soit la relation qui unit le budget et le PIB est très supérieur à 1. On sait qu’il est de 1,7 à 1,9 pour l’Espagne et l’Italie, et probablement autour de 1,4 pour la France.

– Quelles sont les possibilités, au sein de la zone euro, de compensations pour corriger les déséquilibres entraînés par l’architecture de l’union monétaire? Notamment quelle marge de renégociation des plans d’austérité peuvent avoir les pays de la périphérie au sein de la zone euro?

Une union monétaire ne peut fonctionner que si l’on a d’importants flux de transferts en son sein. À la fin des années 1970, quand on a commencé à parler d’une monnaie unique en Europe, et l’on voit que l’Euro n’est pas né d’hier, on a estimé qu’il fallait mettre dans ce budget fédéral environ 10% du PIB. Actuellement, le budget de l’UE représente 1,23%, soit huit fois moins ! Si l’on regarde la réalité, on voit que l’Europe du Nord devrait transférer à l’Europe du Sud (et l’on considère que la France n’en fait pas partie, ce qui est très discutable) entre 250 et 260 milliards d’Euros. Cela revient à dire que l’Allemagne devrait payer, tous les ans de 220 à 232 milliards d’Euros, soit environ 8% à 9% de son PIB[2]. Qui peut sérieusement croire qu’une telle chose est possible, et de plus sur une base permanente[3]? Ceci condamne les stratégies dites de « fédéralisme » européen. Bien sûr, en théorie, elles sont élégantes et pourraient être souhaitables. Mais, en réalité, elle nécessite une pression sur l’Allemagne qui est insupportable. La seule manière de faire payer l’Allemagne serait alors de l’envahir ! Belle illustration du fait qu’une idée d’unité se retourne en son contraire sous l’effet de la réalité. C’est la guerre à l’Allemagne qu’il faudrait faire pour faire fonctionner cette Europe que l’on dit fédérale. Si l’on regarde maintenant les possibilités de renégociation des plans d’austérité qui ont été imposée par l’UE et par la BCE à l’Europe du Sud (car au sein de la Troïka l’UE et la BCE ont été les tenants des lignes plus dures, contrairement au FMI) on voit qu’elles sont quasiment nulles. Que la Grèce ou le Portugal refusent un plan, et les paiements européens s’arrêteront immédiatement. Si dans ces pays, les dirigeants politiques comprenaient qu’il vaut mieux sortir de l’Euro que d’accepter cette mort lente, et s’ils disaient à la Troika : chiche ! Arrêtez les paiements et nous sortons de l’Euro et nous faisons défaut sur notre dette ! Peut-être que, dans ce cas, ces pays auraient quelques chances de renégocier les plans d’austérité. Tant qu’ils ne sont pas prêts à le faire, ils n’ont aucune chance.

Le constater revient à constater aussi l’échec de l’Euro, et donc la nécessité d’en sortir le plus vite possible, si possible de manière concertée, sinon en cassant cette zone. En fait la persistance de taux d’inflation très différents selon les économies[4], et ce en dépit d’une politique monétaire en théorie (et en pratique) unifiée condamne l’existence d’une monnaie unique sauf des transferts budgétaires de très grande ampleur, dont les conditions politiques ne sont absolument pas réunies.

– Vous avez proposé la solution d’un retour organisé aux monnaies nationales. Quels rapports de force politiques pourraient avancer un tel plan ? Quelles forces politiques et quels secteurs du capital sont les plus prêtes à embrasser une politique de retour à la monnaie nationale? Quels en sont les risques?

La situation est en réalité très différente selon que l’on l’envisage depuis un petit pays périphérique (Grèce, Portugal) ou un pays comme la France ou encore l’Italie. Il est clair que du jour ou le gouvernement français, ou italien, dira aux autres gouvernements : « l’Euro est mort ; faites ce que vous voulez, mais nous sortons de la zone Euro quoi qu’il arrive », la zone Euro disparaîtra instantanément. La France ne peut rester dans l’Euro si l’Italie en sort en raison de la proximité structurelle de ces deux économies, et si c’est la France qui sort, l’Italie et l’Espagne doivent impérativement sortir elles aussi. Dès lors, pour l’Allemagne, disparaissent les avantages qu’elle retirait de l’Euro et celui-ci devient une sorte de « grand Deutschmark », mais avec de plus des inconvénients importants (gestion de la BCE, négociations avec les autres pays,…). De fait, le rapport des forces est en réalité favorable à des pays comme la France et l’Italie sur ce point. S’ils agissent, ils enclenchent une dynamique irréversible qui, dans les faits, contraindra les autres pays à négocier une dissolution concertée.

Au sein de ces pays, la question de l’Euro cristallise l’opposition entre un capital financier, ou plus précisément « financier-industriel » qui regroupe les banques, les sociétés d’assurance, mais aussi les très grandes sociétés dont une large part de la production est hors de la zone Euro mais qui peuvent emprunter en Euro, et le capital « industriel » plus traditionnel, soit les entreprises moyennes et petites. On peut aussi rattacher cette opposition à celle entre un capital devenu fonctionnellement « compradores » et un capital qui reste lié à sa base nationale. Au sein de la population, objectivement seules les élites dont les revenus sont détachés des activités de l’économie réelle, élites qui représentent entre 5% et 10% de la population, ont réellement un intérêt au maintien de l’Euro. Même les classes moyennes n’ont pas d’intérêt à ce maintien, et les classes populaires (classe ouvrière, petits employés, fonctionnaires de catégorie B et C) certainement pas. On le voit dans les sondages qui montrent que ces couches populaires sont largement acquises à l’idée que l’Euro est aujourd’hui un mal économique.

Le principal problème est celui d’une part de l’absence d’autonomie du capital « industriel » face au capital « financier-industriel », et d’autre part de la dimension idéologique, et l’on peut dire religieuse, de l’attachement à l’Euro  des paris de la gauche traditionnelle. Sans ce problème, l’Euro serait déjà mort depuis deux à trois ans. Une rupture entre le capital « financier-industriel » et le capital « industriel » semble être en cours en Italie, où des débats importants opposent dans les milieux économiques partisans et adversaires de l’Euro. Mais, il faudra détruire l’hégémonie de la gauche traditionnelle pour que l’on assiste à un basculement radical de l’opinion. Cette destruction peut prendre plusieurs formes, d’une scission au sein des partis sociaux-démocrates à leur effondrement électoral au profit de nouvelles forces. En France, cet effondrement semble devoir se faire au profit d’une force issue de l’extrême-droite, le Front National, qui est de fait en train de changer de nature en raison de ce processus. En Italie, c’est un mouvement original, le M5S, qui semble devoir profiter de l’érosion de la gauche traditionnelle. L’histoire, de ce point de vue, reste à écrire.

 


[1] O. Blanchard et D. Leigh, « Growth Forecast Errors and Fiscal Multipliers », IMF Working Paper, WP/13/1, FMI, Washington D.C., 2013. Voir aussi : T  Baunsgaard, A. Mineshima, M. Poplawski-Ribeiro, and A. Weber, “Fiscal Multipliers”, in Post-crisis Fiscal Policy, ed. by C. Cottarelli, P. Gerson, and A. Senhadji, Washington: International Monetary Fund, Washington DC, 2012. Spilimbergo, A., Symansky, S., et M. Schindler, 2009, “Fiscal Multipliers,” IMF Staff Position Note, SPN/09/11, Mai 2009, FMI, Washington DC..

[2] Jacques Sapir, “Le coût du fédéralisme dans la zone Euro”, billet publié sur le carnet Russeurope le 10/11/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/453

[3] Ajoutons que certaines estimations portent à 12% de son PIB ce que l’Allemagne devrait payer : Patrick Artus, « La solidarité avec les autres pays de la zone euro est-elle incompatible avec la stratégie fondamentale de l’Allemagne : rester compétitive au niveau mondial ? La réponse est oui », NATIXIS, Flash-Économie, n°508, 17 juillet 2012

[4] C. Conrad et M. Karanasos, “Dual Long Memory in Inflation Dynamics Across Countries of the Euro Area and the Link between InflationUncertainty and Macroeconomic Performance”, Studies in Nonlinear Dynamics & Econometrics, vol. 9, n°4, nov. 2005 (publié par The Berkeley Electronic Press et consultable sur http://www.bepress.com/snde


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *