L’économie cannibale

 

L’économie de la zone euro est en train de se dévorer elle-même, ou plus précisément une partie de la zone (l’Allemagne et globalement les pays du « Nord ») est en train de dévorer l’économie des pays du « Sud ».

Prenons l’exemple des dévaluations internes, autrement dit de ces politiques qui consistent à baisser les salaires brutalement, à la fois directement et indirectement par le biais de fortes réductions des avantages sociaux, dans le but, dit-on, d’accroître la compétitivité de ces pays. Que ce passe-t-il alors ? La baisse importante de revenu des ménages provoque une contraction de la croissance (Grèce, Espagne, Italie, Portugal). Cette contraction engendre une chute de la production, mais aussi des marges bénéficiaires des entreprises. Le chômage y dépasse alors les 25% (Grèce et Espagne). Si la compétitivité s’améliore, ce qui est le cas en Espagne, c’est essentiellement au détriment des autres pays du Sud, soit essentiellement la France. La production industrielle se stabilise pour un temps. Mais cela ne dure pas. En effet, la chute des marges globales, et l’incertitude sur le niveau de la demande, entraînent une forte chute de l’investissement. Sans investissement, les entreprises ne peuvent exploiter le gain en compétitivité. Pire, les entreprises ont du mal à renouveler leur appareil productif. Ce dernier vieillissant, la productivité du travail cesse de s’accroître, puis commence à diminuer.

Graphique 1

G1

Source: Eurostat

Il faut alors pousser plus loin la baisse des revenus pour maintenir la compétitivité par rapport aux autres pays. Progressivement, l’économie devient complètement extravertie car la demande intérieure disparaît. Les économies en dévaluation interne ne peuvent trouver leur salut qu’au dépens des autres, car il n’y a plus de marché intérieur. Ce schéma pourrait être acceptable dans le cas d’un petit pays dont les partenaires maintiendraient une politique économique expansive. Mais, quand cette dévaluation interne est le fait de la 3ème et de la 4ème économie de la zone Euro (Italie et Espagne), c’est une politique sans issue. Cela se traduit par une croissance de l’Allemagne, et une stagnation, voire une récession pour l’ensemble de la zone. La productivité globale sur la Zone Euro augmente, du fait de l’Allemagne, mais elle décroît désormais en Espagne et Italie, et stagne en France. Aujourd’hui, l’effondrement de l’investissement (qu’il s’agisse de l’investissement productif ou de l’investissement en logement) est le signe le plus tangible que la crise n’est pas derrière mais devant nous.

Graphique 2

G2

Source: Eurostat

 

L’économie témoigne de sa dimension cannibale dans un autre domaine : celui des taux d’intérêts. Il est de bon ton de dire que le pire de la crise de l’Euro est derrière nous (n’est-ce pas M. Moscovici) parce que les taux sont redescendus. Certes, c’est le cas pour les taux nominaux. Mais, comme l’inflation a elle aussi beaucoup diminué, les taux réels restent élevés. Un ministre des finances devrait pour tant le savoir…Et c’est bien la preuve que M. Pierre Moscovici est un incapable. Il ne comprend pas (ou il feint de ne pas comprendre) que ce sont les taux réels qui sont importants. Ainsi, avec 0,6% d’inflation, et un taux nominal de 4,1%, l’Italie se trouve confrontée à un taux réel de 3,5%. En novembre 2012, le taux d’inflation était de 2,5%. Pour obtenir un taux réel de 3,5%, il aurait fallu avoir un taux nominal de 6%, ce qui était le cas. Autrement dit, le taux d’intérêt réel sur les bons du Trésor à 10 ans n’a pas baissé….La situation est pire en Espagne, puisque l’inflation y est négative (déflation). Le taux d’intérêt réel y est de 4,2%. Ces taux d’intérêt réels sont meurtrier pour ces économies. En effet, le fameux ratio Dette/PIB compare des grandeurs nominales. Son taux d’accroissement est Déficit Public/Croissance nominale. Or, la croissance nominale n’est autre que la croissance réelle du PIB (faible ou négative) que multiplie le taux d’inflation. Si ce dernier est très bas, voire négatif, le ratio Déficit public/Croissance nominale sera supérieur à 1, sauf si le déficit est réduit à une valeur très basse. Or, dans le déficit nous avons le poids de la charge des intérêts, qui reste élevée en termes réels. Il en résulte que le ration Dette/PIB continue de grimper rapidement dans ces pays, que ce soit en Italie ou en Espagne. Par ailleurs cela signifie que les rentiers, qu’ils soient des résidents de ces pays ou des étrangers, exercent une pression grandissante sur des économies qui sont déjà dramatiquement affaiblies par les politiques de dévaluation internes.

Que faut-il conclure de cela ? L’économie de la zone Euro voit la situation des pays du « Sud » s’aggraver de jour en jour. Le mouvement des « folconi » en Italie fait écho à celui des « bonnets rouges » en France. Quant à l’Espagne, c’est par le séparatisme économique que se traduit l’ampleur de la crise sociale. Nous arrivons à un tournant, qui se manifestera probablement au printemps prochain. Mais, comme les gouvernements ont les yeux rivés sur les taux nominaux ils ne verront, et ne comprendront, l’ampleur de la crise que trop tard. L’année 2014 pourrait ainsi être le début de la fin pour la zone Euro.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *