François Hollande, le chômage et la réalité

Comme il fallait s’y attendre les chiffres du chômage ont déclenché une (mini) polémique de plus. Examinons ces chiffres de près en se souvenant des catégories utilisées par la DARES et du fait que ces chiffres ne comptabilisent que les « demandeurs d’emplois », les chômeurs radiés, à un titre ou un autre, n’y figurent pas.

Graphique 1

Accroissement d’un mois sur l’autre (en données CVS-JO)

En milliers

Catégorie

A

B

C

D

E

Total

déc-12

8,0

1,0

7,3

-2,3

-1,2

12,8

jan-13

43,9

9,1

7,8

-2,0

-3,2

55,6

fév-13

18,4

-0,5

8,6

0,4

-2,6

24,3

mars-13

36,9

19,1

-21,6

-4,1

-0,9

29,4

avr-13

39,8

-10,6

28,9

6,9

0,1

65,1

mai-13

0,1

2,2

-5,9

8,2

0,2

4,8

juin-13

14,9

-7,5

-3,3

-8,9

-1,4

-6,2

juil-13

6,3

20,3

25,6

-5,8

3,2

49,6

aoû-13

-50,0

-17,0

4,3

-2,2

0,3

-64,6

sep-13

60,0

6,6

-12,4

15,5

6,1

75,8

oct-13

-20,5

23,7

36,4

8,4

7,9

55,9

nov-13

17,8

-20,8

-3,9

2,5

11,5

7,1

Total

175,6

25,6

71,8

16,6

20,0

309,6

Source : France métropolitaine, DARES

On constate :

  1. Une diminution du rythme d’accroissement pour la catégorie « A », mais qui reste soutenue.
  2. Un accroissement rapide des catégories B et D où se trouvent les « demandeurs d’emploi » qui sont les plus proches de la catégorie A. Mais, la catégorie B chute néanmoins en novembre 2013.
  3. La catégorie C, qui couvre le temps partiel subi (et non voulu) a aussi beaucoup augmenté (40% de la catégorie A), pour connaître une petite baisse en novembre.
  4. Sur octobre et novembre, la catégorie E explose par rapport à sa tendance normale, sous l’effet des « emplois aidés », tandis que la hausse générale du nombre des demandeurs d’emplois freine, après avoir fortement augmenté en octobre (+55900).
  5. Au total, sur 12 mois, le nombre des demandeurs d’emplois s’est accru de 310 000 personnes dont 175 600 pour la seule catégorie A. Cela correspond à l’estimation moyenne que j’avais faite en octobre 2012.

Si l’on regarde les catégories A+B+D qui s’approchent au mieux des chômeurs, on voit qu’il y a une petite stabilisation en novembre.

Graphique 1

 G2-ChomCVS

Demandeurs d’emplois, France métropolitaine, chiffres de la DARES

Mais, si l’on compare les catégories A+B+D et C+E, on voit que la courbe continue de progresser. Sans les aides publiques, la progression serait plus forte. La baisse du temps partiel « subi » ne provient pas d’un retour à l’emploi normal, mais elle signale l’amorce d’une nouvelle dégradation.

Graphique 2

 G3-ChomCVS

Demandeurs d’emplois, France Métropolitaine, chiffre de la DARES

Quand on sait l’ampleur des plans sociaux en préparation (qui devraient toucher 250 000 personnes en 2014), et la stagnation de la demande réelle dans l’économie française, on peut en déduire que cette apparente accalmie ne sera , hélas, que passagère. François Hollande est donc très imprudent de s’avancer comme il le fait sur cette question. On peut même dire qu’il est impudent de déformer comme il le fait la réalité des chiffres quand on sait ce qui nous attend dans le premier semestre de l’année 2014. Au-delà, il faut ajouter que la question n’est pas celle, simplement, du nombre des chômeurs – même si c’est un des indicateur des plus importants – mais la nature des activités. L’essentiel est, en effet, la qualité des offres de travail. Remplacer un emploi à haute valeur ajoutée par un emploi de service à basse valeur ajoutée maintient certes le nombre de chômeurs au même niveau, mais se traduit par un appauvrissement général de l’économie et du pays. Le processus de désindustrialisation se poursuit, et avec lui la perte de ces emplois à forte valeur ajoutée. Pour stopper l’hémorragie il faudra se défaire de l’Euro(1). De cela, il faut s’en convaincre et le répéter sans cesse, jusqu’à ce que l’on soit entendu.

———————————————————-

(1) Voir l’interview de Stephane Israël, le PDG d’Arianespace sur France Inter le 19 décembre où il déclare « Le différentiel de change avec le Dollar commence à être difficile pour Arianespace« ..


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *