Bonne Année 2014

À toutes et tous qui lisent ce carnet, et qui ont été plus de 80 000 pour décembre soit plus de 740 000 visites pour l’année 2013.

À celles et ceux qui en lisent les billets et notes qui sont reprises sur d’autres sites et dans des blogs (comme Marianne2),

À tous ceux qui me font l’honneur de reprendre mes textes,

À toutes et tous, qui espèrent et luttent, qu’ils soient universitaires ou simples prolétaires, qui veulent penser par eux-mêmes et ne pas se laisser dicter ce qu’il faut faire par une presse hélas trop souvent aux ordres, par des prescripteurs d’opinion qui ne représentent au mieux qu’eux-mêmes et au pire les intérêts de cette élite de compradores dont il faudra bien se défaire.

À tous ceux qui souffrent, qui ont perdu leur emploi à cause de la politique économique de ce gouvernement, qui ont perdu leurs droits sociaux, qui ont perdu espoir car en ce début de siècle il semble que la grande nuit de l’exploitation et de l’oppression s’étende toujours d’avantage,

À mes amis et collègues de Russie, d’Afrique du Sud et du Venezuela avec qui j’ai tissé des liens d’amitiés depuis de nombreuses années,

À mes amis de tous les pays, d’Europe et d’ailleurs, de par le vaste monde,

BONNE ANNÉE 2014!

Qu’elle soit belle, qu’elle soit heureuse,

Qu’elle soit remplie d’espoir, pour toutes et tous,

Qu’elle nous apporte la fin de l’Euro, une finance disciplinée et contrôlée, le retour d’une croissance durable qui soit également répartie.

Qu’elle apporte aussi ce développement que l’on attend en Russie qui fasse de ce pays une grande puissance industrielle avec plus d’égalité et une meilleure répartition des fruits du travail, de beaux jeux Olympiques de Sotchi, et la reconnaissance par la communauté internationale du travail fait depuis maintenant plus de quinze ans.

Qu’elle apporte enfin l’espoir et l’égalité économique en Afrique du Sud et la consolidation de la Révolution Bolivarienne au Venezuela.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *