Concurrence, ordre spontané et démocratie

On pourrait chercher à retrouver la pertinence d’une théorie de la concurrence mais qui ne soit plus cette fois un mécanisme fondé sur une raison calculatrice, mais au contraire un processus d’apprentissage et de sélection. Ceci permettrait d’unir la démarche de Hayek et de Schumpeter. Cette concurrence ne permettrait pas de se dispenser de l’État et du politique, au contraire du raisonnement néoclassique, mais elle lui assignerait comme seul rôle celui de faire respecter de la manière la plus rigoureuse possible les institutions de la concurrence. Telle est bien la logique des politiques de réglementation actuelles (les regulation policies) qui sont prescrites par les organisations internationales et qui sont mises en œuvre dans le cadre de l’Union européenne. Mais, pour que la concurrence puisse fonctionner de manière systématique tel le processus d’apprentissage et de sélection qui est décrit par l’École autrichienne, l’intégration et la monotonie temporelle des préférences doivent être respectées. Si tel n’est pas le cas, alors la transposition des leçons d’une expérience à une autre ne peut plus se faire de manière spontanée, et la convergence des apprentissages vers des solutions adéquates devient plus que douteuse. Or, les recherches menées depuis maintenant plus de trente ans montrent justement que les comportements humains ne respectent pas l’intégration et la monotonie temporelle des préférences. Cette fois, c’est la thèse de l’ordre spontané, qu’il s’agisse de l’ordre spontané dans sa version « large » (Hayek) ou dans sa version réduite (Schumpeter) qui est touchée au cœur. Ainsi s’effondre la dernière possibilité de construire la concurrence en paradigme central de la théorie économique et à évacuer la politique de l’espace de décision de la Cité.

1. Les limites de la concurrence

Ce résultat est ici essentiel à bien comprendre. Il ne signifie pas que la concurrence ne soit jamais un instrument utile. Il indique en réalité l’importance de trois points dans le raisonnement économique qui sont le plus souvent oubliés ou ignorés par les visions essentialistes de la concurrence.

  • Tout d’abord, l’efficacité de la concurrence ne provient pas d’elle-même mais de conditions particulières dont il faut au préalable démontrer qu’elles sont réunies avant de promouvoir la concurrence.
  • Ensuite, ces conditions sont bien particulières et non-générales. On constate que, dans nombre d’activités, on est en présence de ce que l’on a appelé la sous-additivité des coûts ou de comportements stratégiques qui peuvent rendre l’effet de la concurrence néfaste. La présence de fortes externalités, positives ou négatives, dont la probabilité est bien souvent proportionnelle à la densité socio-économique de la société, peut contribuer à exacerber des effets pervers de la concurrence.
  • Enfin, quand les effets positifs de la concurrence peuvent être démontrés, la cohérence des dynamiques de court terme qu’ils induisent avec des impératifs de long terme ne peut être postulée comme un résultat spontané. L’invalidation de l’hypothèse d’intégration et de monotonie des préférences individuelles interdit – pour qui entend tenir un raisonnement scientifique et non un discours publicitaire – de supposer le passage automatique d’un effet positif dans l’instantané, ou dans une dynamique de court terme, à un effet de long terme.

L’agrégation entre les échelles de temporalité n’est dès lors pas plus possible dans ces conditions que ne l’est l’agrégation entre les échelles de quantité (de l’individu à l’ensemble de la société) une fois que l’on a vérifié l’absence de transitivité des préférences et leur dépendance des contextes. De manière symétrique, s’effondrent ici et la théorie traditionnelle du consommateur (ainsi que celle du producteur qui est son décalque[1]) et la théorie de la convergence temporelle des comportements. Or, c’est bien cette hypothèse de double agrégation, en statique comme en dynamique, que l’on retrouve à la base des discours normatifs de la théorie économique dominante. Admettre l’invalidation expérimentale de cette hypothèse a nécessairement un effet dévastateur sur les propositions normatives qui sous-tendent les prescriptions de politique économique depuis plusieurs décennies. Elle interdit radicalement de construire la concurrence en paradigme central, voire en paradigme tout court. Les théoriciens de l’information imparfaite sont eux aussi arrivés à ce résultat comme en témoignent les travaux récents de George Akerlof et Joseph Stiglitz[2]. Ces deux auteurs appellent publiquement leurs confrères à abandonner la concurrence comme paradigme central et fondateur. La critique expérimentale de la théorie des préférences individuelles permet d’aller plus loin. Là où Akerlof et Stiglitz confrontent un modèle aux imperfections des pratiques réelles, la critique de la théorie des préférences, et la production d’une théorie réaliste alternative expérimentalement démontrée, conduisent à réfuter le modèle au-delà de toute imperfection réelle ou supposée. En effet, il ne faut pas renoncer au paradigme de la concurrence seulement parce que les conditions réelles de décision le rendent inopérant, voire dangereux, mais parce que toute tentative pour se rapprocher du modèle informationnel postulé est à la fois vaine et dangereuse. Comme on l’a montré dans un ouvrage antérieur[3], la recherche même de la transparence rend impossible l’existence de cette dernière. Parce que la réalité est stratifiée, elle ne peut se donner à nous directement, dans un rapport de témoignage immédiat.

2. La nécessité de la décision et du politique

La prise en compte d’une incertitude radicale comme menace potentielle, mais non comme caractéristique permanente, conduit à rechercher les procédures permettant de favoriser le déploiement des routines cognitives. La question de la stabilisation des lignes informationnelles et diffusionnelles, analysée au chapitre III, fait de l’objectif de construction d’espaces de stabilité une démarche méthodologiquement légitime. La prise en compte des limites cognitives des agents individuels, du point de vue du holisme subjectiviste, invalide l’établissement de la flexibilité en paradigme. De la même manière, ceci justifie des démarches conscientes et délibérées visant à mettre en œuvre des cadres de coordination répondant aux contraintes cognitives et environnementales auxquelles les agents sont confrontés.

La démarche constructiviste devient donc nécessaire et la démarche politique en est immédiatement réhabilitée. Cette démarche implique de réévaluer positivement le moment de la décision consciente par rapport aux effets inconscients et involontaires des décisions. Mais, dire que la décision est importante, et parfois primordiale, implique alors d’admettre la pertinence de la discussion autour de qui décide, sur quel territoire, et en quel nom. Il n’est pas de démarche constructiviste possible, dans un univers aux fins multiples et aux préférences non-transitives, sans réflexion permanente sur la légitimité de la décision et du décideur. La question de la légalité devient alors largement inopérante. Cette démarche constructiviste nécessite alors une posture décisionniste. Par ce terme, on veut dire que la question de la décision et du décideur redevient primordiale. Ceci réintroduit comme on l’a dit de manière directe la dimension politique, à la fois quant au jugement sur l’effet de la décision et quant au jugement sur la manière dont elle a été prise. Ces deux questions ne peuvent être éludées dès que le choix ne se fait pas autour d’un critère unique. On comprend alors pourquoi la question de la souveraineté et de sa conséquence, la légitimité, ainsi que celle de la définition de son cadre d’expression, est alors centrale.

Cette démarche n’est cependant pas dupe d’elle-même; elle ne propose pas le paradigme constructiviste comme une approche saturante. Le holisme subjectiviste, justement parce qu’il est un anti-mécanicisme, invite celui qui s’en réclame à mesurer les limites inhérentes à toute construction. Si cette dernière tend à réduire le nombre des futurs possibles, elle en laisse toujours certains dans l’ombre. Ce constructivisme ne se déploie pas à partir de l’hypothèse métaphysique de l’acteur à la connaissance parfaite, à la rationalité permanente, ou à la Bonté immanente. C’est en raison des limites inhérentes de l’acteur humain que la décision est nécessaire, mais c’est aussi pour cela qu’elle est irrémédiablement imparfaite et nécessite d’être en permanence jugée et confrontée quant à sa légitimité. Il n’est en théorie réaliste de constructivisme que critique.

La théorie réaliste du comportement individuel nous condamne à abandonner à jamais les facilités de l’agrégation de l’individuel au collectif ainsi que celles de la convergence temporelle spontanée. Le problème de l’interdépendance des décisions, et des niveaux de décision, n’en devient que plus fondamental. Parmi les enseignements qui émergent de l’échange d’objections entre différentes disciplines, que ces dernières soient l’Histoire[4], la sociologie[5] ou l’économie[6], la question du rôle du conflit, telle que développée tant par François Guizot en France que par John Commons aux États-Unis, mais aussi de la controverse publique, apparaît comme centrale. Les solutions les plus efficaces résultent moins d’une révélation non-intentionnelle des décisions présentes et futures, que de démarches poussant les acteurs à expliciter leurs buts et leurs moyens. L’importance qu’il faut accorder au conflit et à la controverse met en avant la notion d’organisation des espaces de conflit et de controverse, dont la pertinence a été démontrée par Michel Callon[7]. Ceci vient alors justifier, pour des raisons fonctionnelles, ce qui relevait avant d’une posture morale et philosophique: le choix démocratique. On trouve ainsi une explication théorique aux constatations empiriques qui ont alimenté la théorie du capital social chez les économistes[8]. Ce choix conditionne alors l’efficacité des systèmes institutionnels, dans la mesure où il est construit comme une démarche globale et cohérente. Il implique l’adhésion à la notion d’ordre démocratique, opposé tout autant à la notion d’ordre marchand et qu’à celle d’ordre spontané.


[1] Sur ce point, J. Sapir, Les trous noirs de la science économique, Paris, Albin Michel, 2000, chapitre 1.

[2] Voir, G.A. Akerlof, « Behavioral Macroeconomics and Macroeconomic Behavior » in American Economic Review, vol. 92, n°3/2002, juin, pp. 411-433, et .E. Stiglitz, « Information and the Change in the Paradigm in Economics », in American Economic Review, vol. 92, n°3, juin 2002, pp. 460-501.

[3] Sapir J., Quelle économie pour le XXIème siècle ?, Paris, Odile Jacob, 2005, chap. VI et VII.

[4] Lepetit B., « Les Annales. Portrait de groupe avec revue », in J. Revel et N. Wachtel, edits., Une école pour les sciences sociales , Le Cerf et Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris., 1996, pp. 31-48. Idem, B. Lepetit, « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », in Lepetit, ed., Les Formes de l’Expérience. Une autre histoire sociale, Albin Michel, Paris, 1995, pp. 9-22

[5] Callon M., « Éléments pour une sociologie de la traduction », in L’Année Sociologique, Paris PUF, 1986, pp. 169-208. Voir aussi le classique : Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Presses Universitaires de France, coll. Quadrige, Paris, 1999 (première édition, P.U.F., Paris, 1937).

[6] Stiglitz J, « Symposium on Organizations and Economics », in Journal of Economic Perspective , vol. 5, n°2, printemps 1991, pp. 15-24 ; O. Favereau, « Marchés internes, Marchés externes », in Revue Économique, vol.40, n°2, mars 1989, pp. 273-328. La question des hierarchies et des relations laterales, s’entrecroisant aux hiérarchies est développée dans J. Sapir, L’économie mobilisée, La Découverte, Paris, 1990 et dans B. Chavance, « Hierarchical Forms and Coordination Problems in Socialist Systems », in Industrial and Corporate Change , vol. 4, n°1,1995, pp. 271-291.

[7] Voir, M. Callon, (ed.), La Science et ses réseaux , La Découverte, Paris, 1989.

[8] R. Putnam, R. Leonardi et R. Nanetti, Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, Princeton University press, Princeton, 1993.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.