Le point sur l’économie de la Russie (octobre 2012)

La Russie, qui avait été frappée par la crise de 2008-2009 avec une intensité toute particulière, semble avoir retrouvé le chemin de la croissance. Après deux années où le taux de croissance a été supérieur à 4,5%, elle devrait réaliser entre 3,7% et 3,9% en 2012. Les performances macroéconomiques ont été bonnes, et le redémarrage de l’investissement soutenu. La croissance de la consommation est aussi restée forte, soutenue en particulier par les dépenses sociales mais avec également un accès au crédit des ménages qui a été favorisé par la politique de la Banque Centrale. Le taux de chômage a ainsi reculé à un niveau historiquement bas (5,2% en août 2012).

Mais, le maintien de sorties importantes de capitaux et la dépendance importante des banques à la politique de la Banque Centrale pourraient être des facteurs limitant la croissance à l’avenir. Surtout, la question du modèle de croissance de la Russie reste toujours posée. Avec la récession qui se développe aujourd’hui dans la zone Euro et qui menace de durer, mais aussi avec les craintes que l’on peut avoir sur la croissance chinoise dont le taux est historiquement faible, et le plus bas depuis 11 ans, les exportations de matières premières auront du mal à progresser en 2013. Or, ces exportations restent capitales pour le pays dans la mesure où elles financent en partie l’investissement. Dans ces conditions un effort d’efficacité dans le domaine de l’investissement est plus que jamais nécessaire.

Les incertitudes du développement de la Russie étaient, jusqu’à maintenant, le produit de la Russie elle même. Désormais, l’incertitude principale provient du développement de l’économie mondiale, ce qui, en soit, est un signe de normalisation de la situation économique de la Russie. Pourtant, les défis auxquels l’économie russe sera confrontée d’ici à la fin de 2012 et en 2013 seront particulièrement importants.

Voir la suite dans Point sur la Russie-oct2012


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *