Ce pays qu’on abat

Recension de Natacha Polony, Ce pays qu’on abat, Plon-Le Figaro, Paris, 368p

Natacha Polony vient de publier les chroniques qu’elle donna tant au Figaro que sur son Blog « Eloge de la transmission »[1]. Dans ce livre[2], on retrouve, au fil des pages, ce qui fait le bonheur (ou la fureur) de ses lecteurs. Ce type d’ouvrage oblige à une certaine souplesse de lecture, mais on en apprécie la légèreté du style qui n’est jamais le paravent d’un fond décousu. Car, Natasha Polony a des idées, et une plume bien trempée pour les défendre. Il se fait que l’on en partage beaucoup.

AAA-Pol

La question de la Souveraineté et de l’identité française.

Les questions de la souveraineté et celles de l’éducation, prises l’une et l’autre au sens large, constituent une bonne part du livre. Les positions de Natacha Polony sont connues sur tout ce qui a trait à la souveraineté. Après avoir milité au MRC de Jean-Pierre Chevènement, elle a rejoint Nicolas Dupont-Aignan. Son engagement sans faille se retrouve dans les chroniques de son blog, qu’il s’agisse du « Goût de la France », ou des deux premières chroniques, consacrées à « La France corps et âme » et « De France et d’Europe ». Il est bon de lire que c’est un bien étrange pays, et nous ajouterons une bien étrange société, que celle qui s’interdit de s’interroger sur la nature du lien qui unit ses habitants. C’est effectivement une question capitale. Ce qui « fait société », pour parler comme l’on cause dans certaines institutions (et à l’EHESS pour ne rien cacher) est un lien essentiellement politique. Il n’est d’ailleurs pas le propre de l’homme. On sait que l’une des caractéristiques des grands primates est l’organisation politique de la société. Cette question du lien social est donc intimement liée à celle du lien politique, ce que dit tr ès justement Natacha Polony dans la phrase suivante : « Qui a jugé une bonne foi pour toutes que les jeunes qui peuplaient nos banlieues, malgré leur carte d’identité, n’aimeront jamais ce pays, et qu’il faudrait dès lors taire un sujet qui les offense ? ». Ceci est très juste. Si ce n’est la Nation, que voulons-nous offrir ? La religion ? L’ethnie ?

Sur ce dernier point, on peut facilement montrer ce ne sont pas des faits « objectifs » qui amènent à la constitution d’une Ethnie ou d’un Peuple. Maurice Godelier, dans son étude sur les Baruya[3], insiste bien sur l’origine historique des clans et des ethnies. La définition ethnique n’est pas la solution au « vivre-ensemble » :« L’ethnie constitue un cadre général d’organisation de la société, le domaine des principes, mais la mise en acte de ces principes se fait dans une forme sociale qu’on reproduit et qui vous reproduit, qui est la forme tribale »[4]. Avec la tribu nous sommes, en réalité, de plein pied dans des formes politiques d’organisations de la société. Il faut cependant faire une distinction nécessaire entre l’imaginaire et le symbolique pour ce qui est la constitution historique de ce corps social. Dans le domaine du symbolique, il apparaît l’importance de la part du corps dans la constitution de ce sujet social et plus récemment sur la distinction entre les choses que l’on vend, les choses que l’on donne et celles qu’il ne faut ni vendre ni donner mais transmettre. C’est donc dire l’importance de ce que l’on montre et de ce que l’on cache, sujet de ‘une des chroniques du blog consacrée à la Burqa[5]. On retrouve ici l’importance des règles, qu’elles soient explicites ou implicites, et qu’elles soient ou non adossées à un tabou. Si les règles symboliques, du fait de l’importance qui leur est conférée, ont bien un effet objectif (nul ne peut s’abstraire sans conséquences des liens familiaux particuliers ni rompre un tabou) leur origine est purement sociale (établir une domination ou organiser des formes de coopération). Le processus d’autonomisation par rapport aux conditions d’émergence et de production est bien de l’ordre du réel, et la situation crée par l’existence d’un mode symbolique en surplomb du monde réel constitue bien une contrainte pour la totalité des acteurs. Pourtant, cela n’empêche pas qu’historiquement, ce qui prime est le processus d’engendrement et de production de ces mêmes règles sociales. Le « vivre-ensemble » est donc antérieur à la construction de l’ethnie. L’ethnie est, en réalité, une construction sociale[6] et non une réalité biologique, et il s’agit parfois d’un mythe discursif utilisé pour séparer une population d’une autre.

Mais il y a un autre terme qui est mis en avant par Maurice Godelier et qui est d’une extrême importance : c’est celui de tribu. Autrement dit, une organisation politique, certes considérée comme primitive, mais qui assure la résilience des autres formes. Il y a là une piste importante.  Si nous ne sommes pas revenus à la situation que décrivait Marx, des individus sans plus de liens que des pommes de terre dans un sac, après être passés par différents stades intermédiaires, c’est qu’il y a bien quelque chose qui continue de nous unir. Cette chose, c’est l’État, ou l’organisation politique de la société. Et nous voici ramené à la notion de souveraineté que défend Natacha Polony au travers de certaines de ses chroniques, que ce soit sur son blog ou dans Le Figaro.

Oh, certes, il faut se garder de le parer de toutes les vertus, et le considérer, au contraire, comme une réalité contradictoire, à la fois instrument de domination mais aussi instrument d’organisation et de coopération entre les hommes. Car, et c’est le problème que pose la tradition marxiste qui a diffusé largement, et non sans raisons, dans les sciences sociales, la question de l’Etat est perçue à partir de l’horizon historique de son abolition. De ce point de vue, il y a une importante convergence entre libertaires, courant dans lequel nous englobons non seulement les anarchistes mais d’une manière plus générale les marxistes de diverses obédiences, et les libertariens, soit les libéraux radicaux qui refusent l’Etat et fétichisent la notion de liberté individuelle du point de vue de l’indépendance des individus.

 

Religion et laïcité.

Sur la religion, plusieurs autres chroniques de Natacha Polony s’interrogent sur la laïcité et la capacité présumée des religions à constituer un lien social. La fin du XXème siècle, tout comme le début du XXIème a été marquée, on l’a beaucoup dit, par une remontée de ce que l’on croit être un sentiment religieux, y compris dans des formes extrêmes (l’intégrisme) que l’on retrouve dans les principales religions, et pas seulement, il faut le signaler dans l’Islam. Les intégrismes juif, chrétien ou même hindouiste sont tout aussi dangereux. Mais, ce « retour du religieux » est un phénomène profondément contradictoire. Il y a d’un côté la volonté –respectable – de trouver un sens dans notre destin. Le retour du religieux se vit ici comme une aventure personnelle. Mais il y a aussi, et il ne faut pas le nier, la dimension d’imposer ces valeurs individuelles à l’ensemble de la société. C’est le début de l’intégrisme, bien représenté dans l’ensemble des religions. Les valeurs que l’on prétend alors porter sont en conflit direct avec les comportements des personnes qui les portent. Les intégristes de toute obédience donnent une image haïssable des valeurs qu’ils prétendent porter. À chaque acte de ségrégation, à chaque acte d’intolérance, à chaque bombe, à chaque acte terroriste, c’est bien le contraire des valeurs des religions qui est mis en avant.

En fait, derrière l’apparence d’une montée de la religiosité, c’est en réalité à une montée des affirmations identitaires et narcissiques que l’on assiste. Les crispations autour des tabous alimentaires et vestimentaires, sur les signes extérieurs (comme la question du voile chez les musulmans) ont avant tout pour but d’identifier brutalement une communauté, de la séparer du reste de la population et de l’enfermer sur des références mythifiées pour le plus grand profit de quelques uns. Ces pratiques, en produisant des mouvements de réactions, font en réalité progresser la division des individus entre eux au lieu d’y mettre fin. Dans la quête de la pureté, et toute religion distingue le « pur » de « l’impur », il ne peut y avoir de mouvement collectif, si ce n’est de petites communautés en proie aux réactions violentes d’autres communautés. On croit ainsi se protéger de l’anomie et l’on s’y précipite tête baissée. L’horreur des guerres de religions, de cette tentative pour restaurer une homogénéité religieuse devenue impossible, se retrouve dans l’obligation d’évacuer le fondement divin du pouvoir puis de l’ensemble de la vie sociale, ce que Bodin théorisera dans l’Heptaplomeres[7]. Ce faisant il évacue aussi la loi naturelle et divine de l’espace du politique. Si la souveraineté doit être dite, en son essence, puissance profane, c’est parce qu’elle ne repose pas sur une loi de nature ou une loi révélée mais sur une prise en compte de la réalité sociale. Natasha Polony ne nous dit pas autre chose[8].

De ce point de vue, Bodin anticipe Spinoza qui écrira lui aussi que « la nature ne crée pas le peuple », autrement dit qu’il est vain de vouloir imaginer une origine « naturelle » à l’ordre social. Elle ne procède pas de la loi divine comme de son origine ou de son fondement. Si le prince pour Jean Bodin est « image » de Dieu, il ne tient pas pour autant son pouvoir de Dieu. La distinction entre le monde symbolique et le monde réel est désormais acquise. Bodin affirme entre autres que le sacrement à Reims n’est pas de l’essence de la souveraineté. Le monarque n’a pas lieu d’être chrétien. Il peut l’être, mais c’est son choix personnel. Dans le creuset des Guerres de religions, à l’ombre du massacre de la Saint-Barthélemy (1572), il élabore sa doctrine de la souveraineté absolue. Fors celle-ci, il ne peut y avoir de Res Publica[9], il ne peut y avoir de bien commun entre les hommes d’un pays donné. Il y a là une leçon importante, et même fondamentale pour le monde moderne. Mais, cette leçon est consciemment niée par certains, avec des conséquences potentiellement tragiques.

 

Eduquer et transmettre.

On sait l’importance de l’éducation pour Polony[10]. On partage, ici encore, son point de vue. Ceci ne lui a pas valu que des amis et le Nouvel Observateur, jamais en retard d’un conformisme, ni avare de platitudes, donna la parole à l’un de ses contradicteurs[11]. Mais le titre de cette attaque contient déjà deux mensonges pour le prix d’un. Natacha Polony est tout sauf une personne résignée, et n’est certainement pas quelqu’un qui a les idées courtes. On le lira au travers des nombreuses chroniques qu’elle consacre à cette question qui, et c’est une évidence, lui tient à cœur[12], comme elle devrait le faire pour toute personne de bon sens. Hélas, ce dernier est aujourd’hui la chose la plus mal partagée. On parle de « bienveillance », ce mot qu’ont à la bouche tous les hiérarques « socialistes » mais on assassine les professeurs. Que l’on ne s’étonne alors point si l’on voit monter la vague de la barbarie.

 

On sort de ce livre certes peu rassuré sur notre futur immédiat mais empli d’une profonde colère contre ceux qui ont, par négligence ou par dessein, détruit ce que nous avions de plus précieux. « Il n’est d’irrémédiable que la ruine de l’Etat » prête-t-on à Henri IV alors que l’Espagnol est à Amiens. Et bien, nous y sommes.


[2] Polony, N., Ce pays qu’on abat, Plon-Le Figaro, Paris, 368p.

[3] Godelier M., « Ethnie-tribu-nation chez les Baruya de Nouvelle-Guinée», in Journal de la Société des océanistes, N°81, Tome 41, 1985. pp. 159-168. Idem, La production des grands hommes : pouvoir et domination masculine chez les Baruya de Nouvelle-Guinée, Paris, Fayard, 1982.

[4] Godelier M., « Ethnie-tribu-nation chez les Baruya de Nouvelle-Guinée», op.cit., p. 163.

[5] Polony, N., Ce pays qu’on abat, op.cit. p. 77.

[6] Isajiw W.W., « Definition of Ethnicity » in Goldstein J.E. et R. Bienvenue (edit.), Ethicity and Ethnic relations in Canada, Butterworths, Toronto, 1980, pp. 1-11.

[7] Bodin J., Colloque entre sept sçavants qui sont de différents sentiments des secrets cachés des choses relevées, traduction anonyme du Colloquium Heptaplomeres de Jean Bodin, texte présenté et établi par François Berriot, avec la collaboration de K. Davies, J. Larmat et J. Roger, Genève, Droz, 1984, LXVIII-591.

[8] Polony, N., Ce pays qu’on abat, op.cit., p. 131.

[9] Bodin J., Les Six Livres de la République, (1575), Librairie générale française, Paris, Le livre de poche, LP17, n° 4619. Classiques de la philosophie, 1993.

[10] Polony N., Le pire est de plus en plus sur, Paris, Mille et Une Nuit, 2011.

[12] Par exemple Polony, N., Ce pays qu’on abat, op.cit., p. 98, 115 et 150.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...