A mes lecteurs

Ce carnet a maintenant un peu plus de vingt mois d’existence. Créé en septembre 2012, sa fréquentation a régulièrement progressé jusqu’à atteindre aujourd’hui son rythme de croisière ce qui semble être le cas depuis le mois de mars 2014. Avec une moyenne de 4900 visites/jour pour ces trois derniers mois et plus de 55 000 visiteurs différents par mois, ce carnet est un grand succès. Il était inespéré pour ce qui reste un carnet essentiellement théorique, où des textes – que je reconnais relativement ardus – sont postés. Ce succès prouve, j’en suis convaincu, l’existence d’un courant de pensée qui ne se satisfait pas de cette « pensée en boite » que nous offrent les médias. C’est la preuve de l’existence d’un véritable courant hétérodoxe en France.

Graphique 1

Visites 

Graphique 2

 Visiteurs nouveaux

Je tiens donc à remercier tous ceux qui suivent le carnet « RussEurope ». Leur confiance m’honore. Non qu’ils soient tous nécessairement d’accord avec ce qui est écrit ici. Mais, même en cas de désaccords, ils considèrent que les textes publiés valent la peine d’être lus. Rochefort écrivait déjà « être contesté, c’est être constaté ». Plus modestement, j’espère que ma voix sera entendue, et peut-être même écoutée.

 

Quel est votre nombre réel ? Le système hypotheses.org fournit des indications à ce sujet. Ainsi, les chiffres fournis plus haut ne concernent que directement le compte hypotheses.org. A cela il faut ajouter les lecteurs sur les blogs qui reprennent régulièrement, ou non, les textes qui sont publiés sur RussEurope. Une estimation grossière me conduit à penser qu’en plus des lecteurs de ce carnet il doit y avoir entre 18 000 et 20 000 visiteurs différents réguliers sur ces blogs. Cela donnerait donc un chiffre total de 75 000 lecteurs réguliers par mois environ. RussEurope est ainsi devenu un média qui compte.

Ce succès, le le dois à l’équipe qui anime le système hypothèse.org, et qui gère des centaines d’autres comptes. A eux d’abord vont tous mes remerciements. Sans eux, l’aventure RussEurope n’aurait pu avoir lieu. Je le dois aussi aux différentes personnes qui traduisent mes papiers en Anglais (Anne-Marie de Grazia), en Italien (Etienne Ruzic ainsi que les amis de l’Antidiplomatico), en Russe (Nadia Sikorsky) ainsi qu’en Espagnol. Le temps m’aurait manqué pour les traductions en Anglais et en Russe, et mes compétences linguistiques sont absentes ou trop fragmentaires pour l’Italien et l’Espagnol. Je le dois enfin à mon ami Nicolas de Lavergne, qui exerce une vigilance constante et qui m’a appris à me débrouiller avec le système hypotheses.org.

 

Qui lit RussEurope ? Ici, je ne puis me fonder que sur les lecteurs directs. Vous êtes majoritairement des résidents français, avec environ 55% des pages lues, ce qui est normal. Voici la liste des douze premiers pays, pris par lieu de résidence (mais pas nécessairement par nationalité).

Tableau 1

France
Grande Bretagne
Etats-Unis
Belgique
Pays-Bas
Allemagne
Suisse
Canada
Italie
Irlande

Il faut cependant signaler que les résidents des Etats-Unis et de Grande-Bretagne représentent à peu de choses près la moitié des pages lues par les résidents français. Ceci montre que le carnet RussEurope a acquis une notoriété à l’international. Vous êtes, en partie, des universitaires, mais surtout de simples citoyens. Vos opinions politiques, telles que je peux en juger par les commentaires, vont d’un bord à l’autre du spectre politique. Cela me va fort bien. Si j’ai mes idées, et ne m’en cache pas, je n’écris pas pour un parti, une secte ou un clan. Je rappelle que ce carnet est, avant tout, un carnet de recherches. Mes opinions sur d’autres sujet, ceux sur lesquels je ne me considère pas avoir la compétence ou la légitimité nécessaires pour prendre des positions publiques, ne regardent que moi. A ce propos, j’ai désactivé l’option commentaire, n’ayant pas le temps de modérer les différentes remarques qui me sont faites, car je reçois environ 50 avis de commentaires par jour. Ce n’est nullement une volonté d’empêcher les lecteurs de commenter mes papiers. Je sais que nombreux sont ceux qui le font sur d’autres blogs. Mais, un commentaire doit être modéré, et tout le monde comprendra que cela me prendrait plusieurs heures par jour.

Ce carnet fait aussi des envieux et des jaloux. Tout le monde sait les péripéties qui ont entouré ce carnet, et en particulier les accusations d’un ex-ministre. Je répondrai à toutes les tentatives de diffamation comme je l’ai fait jusqu’à présent, mais je continuerai aussi à accueillir la contradiction, quand elle est argumentée et fondée sur des éléments vérifiables. Je ne prétends pas avoir la science infuse, mais je demande que l’on écoute mes propres arguments, quand ils sont le fruit de recherches et d’études.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search