Mise au point

L’article des « décodeurs » du journal Le Monde n’apporte rien de nouveau[1], si ce n’est des relents fétides d’une polémique avariée, dans laquelle se complaisent –hélas- des militants du Front de Gauche. Pour mettre un terme, du moins en ce qui me concerne, à ce débat douteux, j’indiquerai juste trois points :

1. A propos de Philippe Murer.

J’ai travaillé depuis des années avec Philippe Murer. Il est un des co-auteurs de la brochure sortie à la fondation ResPublica en septembre 2013, avec Cédric Durant et moi-même, sur les scénarii de sortie de l’Euro. Il a développé un travail important sur la transition énergétique et ce que l’on appelle la « croissance verte ». Sans être un universitaire « pur jus », qui serait passé comme moi par tous les stades de la profession, il a travaillé pendant des années comme trader et responsable dans une banque, en particulier sur les marchés des changes. Ses connaissances des mécanismes spéculatifs ont été précieuses. Je le connais depuis des années, et je puis porter témoignage de son sérieux et de la qualité de son travail. Il se fait que Philippe Murer a décidé de rejoindre le RBM ce printemps dernier. C’est son choix, et cela n’engage que lui-même. Mais :

  • (a) Le fait de rejoindre l’équipe économique du RBM ne change rien à ses qualités, ni au travail qu’il a fait. Nous ne sommes plus en Union soviétique, à l’époque de Staline, où l’on devait à tous moments justifier de chacun de ses gestes et où un engagement aujourd’hui signifiait une relecture à postériori de tous vos actes depuis votre naissance.
  • (b) En conséquence de quoi, si je n’approuve pas son choix, je me refuse à condamner l’homme. Je pense qu’il a fait une erreur, même si je peux comprendre certaines des raisons qui l’ont poussé à faire ce choix.
  • (c)  Je préfère savoir qu’il y a au FN et au RBM, qui soit dit en passant est l’un des premiers parti politique de France, quelqu’un de sa qualité plutôt qu’un fou furieux. Tout comme je préfère que les militants du FN et du RBM me lisent et me citent, plutôt que Drumont ou Gobineau.

Il me semble que les journalistes, plutôt que de gloser sur un acte de Philippe Murer et me demander ce que j’en pense feraient mieux d’aller l’interroger lui-même. Cela serait, là, un VERITABLE travail d’information, quitte à ce que chacun, une fois informé, se fasse sa propre idée.

2. A propos de la « préférence nationale » .

Le terme, qui est mis en avant par le FN, devient dans les débats actuels l’équivalent de « raciste » ou de « xénophobe ». Je voudrai donc rappeler certaines évidences.

  • (a) La « préférence nationale » existe dans notre droit, en particulier au niveau politique. Elle n’est pas un concept si affreux que cela. Par ailleurs, plusieurs pays d’Europe occidentale ont des applications plus ou moins étendues de ce concept. Certains emplois sont, dans le droit français, réservés à des citoyens français (Armée, Police, Justice). Personne ne s’en offusque.
  • (b) Je suis opposé à une « préférence nationale » sur le lieu de travail. Dans la mesure où un emploi est ouvert à tous, tous (Français et Immigrés légaux) doivent avoir les mêmes droits (et bien entendu les mêmes devoirs). Des raisons économiques l’imposent, tout comme des raisons sociales (éviter de diviser les salariés face à leur employeur). Je l’ai dit à plusieurs reprises. C’est là l’un des points qui me séparent du FN, et je pense sincèrement que le FN commet une grave erreur en maintenant son idée de diviser les travailleurs sur leur lieu de travail.
  • (c)  La « préférence nationale » est, en réalité, un facteur d’intégration à la société française. Pour qu’un étranger s’intègre, il faut qu’il sache où se trouve la limite entre le français et l’étranger. Etant, moi-même, en partie fils d’immigré (mon père était Russe) je sais que c’est très précisément cette notion qui a fait que mon père a voulu devenir Français.
  • (d) Par contre, je suis violemment opposé à toutes les mesquineries scandaleuses auxquelles l’administration française parfois recourt. Là est la véritable xénophobie, et non dans la notion de « préférence nationale ». J’ai ainsi le souvenir des démarches faites dans les années 1975-1976 à la Préfecture de Police pour le renouvellement de la carte de séjour de ma Grand-Mère (qui par ailleurs parlait un meilleur français que la personne au guichet…). Mais, la connerie et l’inculture sont universelles, elles !

3. les conditions de sortie de l’Euro.

Si l’on revient maintenant à l’article lui-même, le passage suivant :« L’enjeu financier des quelque 2 000 milliards d’euros de dette tricolore est tel que la France aura du mal à passer en force en imposant ses conditions à 97 % de ses créanciers – sous peine d’être tenue responsable de faillites ou de faire fuir de futurs prêteurs. Il faudra à l’évidence en passer par un compromis. » n’a strictement aucun sens. En effet, un principe juridique s’impose à tous. Nous ne sommes pas responsables des imprudences de certaines banques étrangères. Par ailleurs, une fois la solvabilité de la France retrouvée, qui peut croire que l’on ne trouera pas de futurs prêteurs ? Il faut véritablement être aveuglé par l’idéologie, ou la mauvaise foi, pour tenir ce genre de raisonnement. De même : « Par ailleurs, cette « francisation » ne laisserait pas indifférents plusieurs lobbys de poids, étant donné que 34 % de notre dette sont détenus par des banques et des assurances françaises. Sans compter les intérêts de l’Etat lui-même… » Mais, les assurances et les banques françaises ont des actifs qui correspondent à leur passifs ! Qu’importe que les titres de dette publique soient re-libellés de l’Euro en Franc, quand il s’agit de servir des engagements en France, et qui seront donc libellés en Franc ! Il en va de même pour l’Etat, qui ne perdra rien au change.

Le seul, et véritable problème, est celui de la fuite des capitaux. C’est pourquoi, avant de procéder à une sortie de l’Euro, il est impératif que la France se mette dans un système, provisoire de contrôle des capitaux (comme ce fut la cas à Chypre) et les marchés boursiers et financiers soient fermés, sans doute pour quelques jours. Mais, tout ceci est bien connu des spécialistes, et les instruments pour mettre en œuvre une telle politique existent déjà.

 

 

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search