Situation militaire en Ukraine (II)

Aujourd’hui, 2 septembre, on peut tirer le bilan suivant des combats qui se poursuivent dans l’Est de l’Ukraine.

Les encerclements réalisés par les forces insurgés capitulent les uns après les autres. L’encerclement réalisé à Ilovaysk (au sud de DONETSK) a ainsi capitulé avec de fortes pertes pour les forces de Kiev. Certaines unités de l’Armée régulière ont pu soit se rendre soit quitter l’encerclement avec l’accord des insurgés semble-t-il. Mais, les forces de la Garde Nationale ont refusé tout accord, ce qui a conduit à des combats extrêmement meurtriers. Le même scénario s’est reproduit autour de l’aéroport de LUGANSK. Contrairement à ce qui avait été le cas lors de précédents encerclements, les unités de Kiev ont refusé les cessez-le-feu locaux proposés par les insurgés. Ces combats ont fait de très nombreuses victimes dans les rangs des forces de Kiev. Ils ont conduit à la capture de quantités importantes de matériel par les forces insurgées. Les combats se poursuivent sur le site de l’aéroport de DONETSK, où, d’après diverses indications, il y aurait des mercenaires polonais se battant aux côtés des forces de Kiev. La poche résiduelle tend à se réduire de manière importante.

Carte de la situation militaire au 1er septembre 2014

Carte 1:09

Source

Les forces insurgées ont continué d’avancer à l’ouest de Mariupol, qui est désormais complètement encerclé. On constate qu’une partie de l’armée de Kiev est désormais privée de toute valeur opérationnelle. Mais, la capacité des forces insurgées à profiter de cette crise militaire (et politique) profonde du pouvoir de Kiev est cependant limitée par le nombre de combattants que les insurgés peuvent aligner. Il est donc probable que l’avancée des insurgés va se poursuivre, mais de manière plus limitée pendant quelques jours, et devrait s’arrêter d’ici le début de la semaine prochaine. Mais, la principale incertitude qui aujourd’hui domine la situation est de savoir si les succès des insurgés de ces derniers jours ne vont pas conduire à des soulèvements dans la région d’Odessa et de Kherson. Si cela devait être le cas, on assisterait à un effondrement majeur des structures au pouvoir à Kiev. Si ce n’est pas le cas, on devrait, d’ici une dizaine de jours, atteindre un nouveau point d’équilibre entre les forces de Kiev et celles des insurgés. Ceci permettrait d’établir un cessez-le-feu. Mais, il n’y aura de cessez-le-feu que si les pays de l’UE font pression de manière décisive sur Kiev.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search