Diversité financière régionale en Russie

Présentation faite par Oleg Govtvan’, responsable de recherches à l’IPEN-ASR, au séminaire Franco-Russe sur les problèmes du développement régional (EHESS, Paris, 6 et 7 octobre 2014).

 A-Govtvan2

Il y a 4 ans, Jacques Sapir a fait une présentation dans ce séminaire sur la crise de la zone Euro, et il a présenté la thèse que la politique monétaire unique dans des conditions d’hétérogénéité économique et sans flux de transferts était impossible. Je voudrai aujourd’hui présenter une analyse de l’hétérogénéité financière et économique des régions de Russie. Le thème de l’hétérogénéité financière et d es problèmes structurels est assez courant parmi les grands dirigeants de l’économie russe ? Quand Mme Nabiulina, la présidente de la Banque Centrale, soutient que l’économie russe connaît des problèmes structurels elle vise cependant l’existence de situations qui empêchent les agents d’avoir un comportement dit « rationnel ». Ce problème existe peut-être mais ce n’est pas l’objet de mon analyse. Je voudrai ici me concentrer sur le problème de la structure financière de la Russie. Je voudrai aussi souligner ici l’existence de mécanismes de redistribution financière, que ce soit par les banques (comme au Japon) ou par les marchés financiers (comme c’est le cas des dans les pays anglo-saxons). Mais, en Russie, il faut surtout tenir compte de la redistribution telle qu’elle a lieu par le budget, par les budgets des grands compagnies, enfin la redistribution inter-régionale qui provient des transferts au sein de la population. Les marchés financiers ne jouent qu’un rôle anecdotique dans l’économie.

Si l’on observe la répartition des comptes bancaires des agents régionaux (par origine des agents) et qu’on le compare au PIB des régions, on obtient un alignement assez bon en données logarithmiques. On voit bien que Moscou, Saint-Pétersbourg et Krasnodar servent de centres financiers. Une grande partie du revenu des grandes compagnies est en réalité redistribué par le budget. Une autre partie est redistribuée en interne dans la compagnie, par ses propres canaux. On constate aussi la cohérence entre les flux financiers et les mouvements inter-régionaux de l’emploi. Ainsi, des personnes payées dans une région à forte activité transfèrent une partie de leurs ressources dans leur région d’origine, ou leur famille continue à vivre. En fait, environ 30% du PIB de la région se transforme en revenus dans les comptes bancaires des agents. Mais, on voit des différences très importantes, en particulier à Moscou et Saint-Pétersbourg. A Moscou, le volume des dépôts bancaires est égal à 160% du PIB de la région. Cela confirme le rôle de contre financier de Moscou. Si l’on ne tient compte que des comptes bancaires des ménages, les différences inter-régionales sont bien moindres, et cela montre qu’une bonne partie de l’accumulation des revenus sur les comptes bancaires est liée aux revenus des entreprises. Cela incite à relativiser l’hétérogénéité financière entre régions, qui semble très largement liée à la présence d’importantes entreprises avec des sièges sociaux sur Moscou et Saint-Pétersbourg.

Si l’on regarde la ventilation des crédits aux agents non-financiers par rapport au PIB régional, on observe aussi une forte différence. Certaines régions accumulent les investissements, et donc les crédits. Mais il faut faire la différence entre les crédits aux entreprises et les crédits aux ménages. Il est clair que dans certaines régions, comme Tyumen, la part des crédits liés aux investissements des entreprises du pétrole et du gaz est très importante. Il faut aussi distinguer les projets d’investissements que l’on peut considérer comme « automatiques » ou gérés par des liens normaux entre banques en entreprises, et des projets « discrétionnaires », ce que l’on appelle en Russie la « gestion manuelle » de l’investissement. On constate que cette gestion manuelle est très présente à la fois dans des régions ou les investissements sont très importants, et dans des régions, comme le Caucase du Nord, ou ces investissements sont beaucoup plus faibles. Si l’on ne prend que les crédits aux ménages (crédits à la consommation et crédits hypothécaires), à nouveau on va constater que la répartition est bien plus homogène entre régions.

On constate aussi une très forte corrélation (R2= 0,92) entre les dépôts et les crédits, ce qui semble montrer que les banques opèrent surtout à l’échelle régionale, avec assez peu de transferts entre régions, sauf pour le cas des transferts d’argent très importants, liés soit aux décisions des grandes entreprises qu’aux décisions de l’Etat. Cela explique pourquoi les banques sont très demandeuses de données et de prévisions à l’échelle régionale. En fait, les banques russes opèrent surtout à l’intérieur d’une région donnée. Cette situation ne correspond absolument pas aux souhaits de la Banque Centrale, mais elle est aussi le produit de la politique de la Banque Centrale. Le coût de l’argent est tel que les banques, et en particulier les banques régionales, se refinancent assez peu à la BCR, et vont chercher des liquidités dans les dépôts des ménages et des entreprises. C’est ce qui explique la « régionalisation » du système bancaire, et ce phénomène limite l’efficacité de la politique monétaire de la BCR. Mais les ressources ainsi collectées sont insuffisantes pour le développement de la plupart des régions. La Banque de Développement qui a été créée récemment, devrait se doter d’un réseau développé d’agence au niveau des régions, si elle veut être efficace.

L’égalisation des conditions financières dans chaque région devrait être un objectif de la Banque de Développement car ceci permettrait de développer un système de financement bien plus apte à financer les entreprises. Cette égalisation peut se faire à travers le développement de banques en réseau (avec des filiales) ou à partir d’un réseau de banques coopératives. Mais, sur ce point, force est de constater que le système juridique russe ne favorise pas l’existence de banques coopératives.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search