Vent de Fronde

L’abstention de 39 députés, dont deux anciens ministres, sur le vote du projet de budget 2015 concentre la fureur des hiérarques du parti dit socialiste. Le Foll, qui pour une fois mériterait que l’on enlève un « l » à son nom, va même jusqu’à demander à Benoît Hamon de « quitter le parti ». Cette hystérie est très révélatrice de l’impasse dans lequel se trouve le Président de la République, dont Le Foll est un proche, et plus généralement de l’impasse de sa politique.

Un vote et ses conséquences

Reprenons les faits ; des députés du P »S » se sont abstenus sur le vote du projet de Budget. Le fait est grave mais il était inévitable depuis que François Hollande avait nommé Manuel Valls comme Premier Ministre. J’ai analysé dans ce carnet les conséquences calamiteuses de ce choix, qui fut renouvelé lors du gouvernement Valls-2[1]. On connaît la citation : “Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes”. Elle s’applique parfaitement aux lamentations de Cambadélis et Le Foll. Mais elle pourrait aussi s’appliquer à l’ensemble du discours tenu par les tenants du gouvernement. Que reproche-t-on aux « frondeurs » ? D’avoir brisé le tabou d’un P »s » unifié. Mais tout le monde savait depuis maintenant des lustres que ce parti était divisé en plusieurs lignes, mais aussi en clans qu’opposent de sourdes haines recuites depuis des années. Ce qui a mis le feu aux poudres, c’est la décision de François Hollande de nommer au gouvernement un homme ultra-minoritaire dans son propre parti. Ce geste ne pouvait QUE provoquer la situation actuelle. On ne peut pas mettre le feu dans sa propre maison et s’étonner des remontrances de certains membres de sa famille. De fait, les déclarations de Cambadélis et Le Foll sont largement convenues. En fait, ce que veulent les tenants du gouvernement, c’est un parti aux ordres. Les vexations mesquines dont ils ont accablés les « frondeurs » le démontrent. Elles n’ont eu aucun effet, ce qui était prévisible. Et il est tout aussi prévisible que le nombre de « frondeurs » va s’accroître avec le temps, jusqu’à menacer la majorité du gouvernement. C’est pour cela que j’ai écrit, et que je maintiens, qu’une dissolution sera probablement nécessaire à la sortie de cet hiver.

Qu’est qu’une « fronde » ?

Il faut maintenant regarder les bases de ces dits « frondeurs », qui incontestablement méritent bien leur nom. La « fronde » historique, sous la minorité de Louis XIV et la régence d’Anne d’Autriche combina à la fois une révolte fiscale de la bourgeoisie et les ambitions, qui se révélèrent souvent contradictoires entre elles, de divers clans nobiliaires. L’hétérogénéité des acteurs et de leurs acteurs et de leurs motivations permis à Mazarin et Anne d’Autriche d’en venir à bout, non sans plusieurs retournements d’alliances. On renvoie le lecteur à l’ouvrage d’Alexandre Dumas Vingt ans après qui donne une version romancée mais point fausse, la documentation qu’il avait fait réunir était de première main, de ces événements.

En vérité, la position des frondeurs actuels est inconsistante. A eux aussi s’applique la citation “Dieu se rit des hommes qui se plaignent des conséquences alors qu’ils en chérissent les causes”. Car, ils ne refusent que les conséquences sociales d’une politique globale. Sauf dans le cas d’Arnaud Montebourg, mais qui ne peut être assimilé à un « frondeur », on n’a jamais entendu de remise en cause de fond de la politique du gouvernement. Martine Aubry le révèle bien quand elle proteste qu’elle plaide pour une réorientation de la politique actuelle mais dit ensuite partager le projet de réformes du gouvernement[2]. En fait, elle se propose de « mieux cibler » les aides accordées par le gouvernement aux entreprises, pour éviter qu’elles « se perdent dans les dividendes et les hautes rémunérations ». L’effort est louable, certes, mais bien limité et pour tout dire absolument dérisoire. En réalité, et les « frondeurs » le savent bien, c’est l’ensemble de la politique économique du gouvernement qui est à rejeter. Mais, cela implique de sortir de l’Euro car cette même politique, et il faut le lui reconnaître, est cohérente avec le maintien de la France dans la zone Euro. Ce maintien va entraîner la destruction des acquis sociaux patiemment construits depuis 1945 ; il va plonger notre pays dans la déflation et faire exploser le chômage, comme je l’avais montré à plusieurs reprises. Mais, l’Euro sera sauvé, du moins l’espère-t-on dans l’entourage de banquiers du Président. Telle est la réalité devant laquelle les « frondeurs » s’affolent. Soit ils acceptent l’Euro, et la politique Hollande-Valls-Macron est tout bonnement la seule qui soit possible, soit ils rejettent cette politique, mais alors la France doit sortir de l’Euro. Le choix est là, et il n’y a pas de demi mesures.  Chercher à finasser, à minauder, bref à « fronder », ne peut qu’accroître la confusion politique et morale.

Pour revenir à notre « fronde », Il est probable que Valls se voit en Grand Condé, prêt à trahir, Martine Aubry étant un équivalent de Gaston d’Orléans, Aurélie Filippetti une possible Madame de Longueville et Benoît Hamon faisant un très acceptable duc de Beaufort. Mais il manque à François Hollande le talent d’un Mazarin, encore que, visiblement, il ne s’en rende pas compte. Tout ce petit monde s’agite et se bouscule, se prend à parti afin de mieux se réconcilier avant de se renier et de se trahir. Toute cette agitation est dérisoire, mais oh combien révélatrice, de la perte du sens de l’Etat parmi ceux qui nous gouvernent, ou aspirent à nous gouverner. Bien entendu, on n’en restera pas là. La paralysie gagne le pays et ses institutions, et rend la crise politique ouverte de plus en plus inévitable. Mais, au lieu d’anticiper et de précéder l’événement, on s’y dirige de biais, comme des crabes énervés. La sanction populaire sera terrible, et sans appel.


[1] Voir, « Hollande et les occasions perdus », publié sur RussEurope le 15/10/2014, http://russeurope.hypotheses.org/2915 ; voir aussi « Vote sans confiance », publié le 18 septembre 2014, http://russeurope.hypotheses.org/2812, « Valls à contretemps », publié le 31 mars 2014, http://russeurope.hypotheses.org/2157 et « Le choix de François Hollande », publiée sur le carnet Russeurope », 1er Novembre 2013, http://russeurope.hypotheses.org/1652 [],


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...