La Russie au miroir de l’Europe Centrale

Il est souvent affirmé que les pays de l’Europe centrale et orientale (PECO), en raison d’un meilleur socle institutionnel et de politiques macroéconomiques rigoureuses[1], ont été les grands vainqueurs de la transition[2]. En ceci, ils sont opposés aux pays de l’ex-Union soviétique, et en particulier à la Russie, dont on souligne les imperfections du cadre institutionnel, quand ce ne sont pas celles de la politique économique. Ceci est très discutable en réalité, car la transition a été marquée par des trajectoires assez différentes au sein des pays d’Europe Centrale et Orientale[3]. Mais, cela constitue une toile de fond de la « mauvaise » réputation de la Russie en Europe. On insiste alors beaucoup sur la proximité avec l’Union Européenne, puis sur le processus d’adhésion, pour justifier ce raisonnement. Bien sur, on constate qu’en termes de taux de croissance la Russie, depuis 2004, a  tiré plutôt mieux son épingle du jeu. Mais, ceci est mis sur le compte des exportations d’hydrocarbures et de matières premières en général. Pour tenter d’y voir plus clair, on propose une analyse des gains de productivité dans ces différents pays. Les gains de productivité sont réputés être un bon indicateurs des progrès économiques, ainsi que de la capacité à attirer des investissements directs étrangers.

Une comparaison de la productivité

Les PECO ont largement achevé leur transition vers 2002, et sont alors rentrés, les un après les autres, au sein de l’Union Européenne.  Ont attribue à ce phénomène une forte croissance de la productivité, en raison du flux d’investissements étrangers vers ces pays.

Graphique 1

Evolution du PIB dans les PECO

 A - Gr1 PECO-PIB

L’OCDE publie des statistiques assez complètes sur la productivité, calculée comme productivité horaire. Ces données sont naturellement plus fiables en dynamique qu’en statique, en raison des problèmes récurrents de comparaison des PIB en volume d’un pays à l’autre et en particulier des faiblesses théoriques du concept de « parité de pouvoir d’achat », qui suppose que la structure des consommations soit semblable. C’est pourquoi nous retiendrons, pour les PECO des indices.

Pour la Russie, des statistiques similaires sont fournies par le service fédérales aux statistiques, qui a bénéficié d’une forte assistance techniques dans les années 1990 et le début des années 2000 tant de la Banque Mondiale que de l’INSEE. Ici aussi, on va se méfier de la productivité en niveau, car les comparaisons sont délicates en raison de problèmes liés à la construction même de ces données. Mais, les indices (la progression de la productivité en dynamique) est beaucoup plus fiable, et permet des comparaisons internationales. Comme en Russie les données sont susceptibles d’être faussées par les exportations de matières premières, on retiendra deux indices, celui pour l’ensemble de l’économie, et celui pour la production manufacturière, excluant le secteur des matières premières. Pour que ces comparaisons soient valables, on fait partir l’indice 100 en 2002, ce qui correspond tant à la phase finale du processus d’adhésion pour certains des PECO qu’au rétablissement de l’économie russe après la crise de 1998.

Graphique 2

Comparaison des gains de productivité entre la Russie et les PECO

 A - prod duTcomp-Rus

Source : OCDE et service fédéral des statistiques de Russie

La comparaison met à mal certaines des idées reçues sur la Russie. On constate en particulier que la République tchèque et la Pologne, après avoir eu des taux de croissance de la productivité relativement comparables avec la Russie, décrochent par la suite. De manière assez significative, c’est le pays dont les institutions économiques ont été les plus décriées, la Slovaquie, qui est la seule à approcher les performances de la Russie. Pour cette dernière, le secteur manufacturier hors matières premières réalise des gains de productivité encore plus extraordinaire que l’ensemble de l’économie.

Quelques leçons

Cette comparaison est porteuse de quelques leçons tant sur la Russie que sur les PECO. La croissance économique de la Russie n’est qu’en partie imputable aux hydrocarbures. Les gains de productivité très importants que l’on a connu de 2002 à 2011 expliquent une large partie de cette croissance. Cette croissance des gains de productivité implique que l’économie s’est modernisée et a innové, aux rebours des récits catastrophistes des occidentaux et de certains russes. On ne voit guère l’image d’une « stagnation » dont ce pas souffrirait, comme le prétendait l’ancien Président, et actuel Premier ministre, Dmitry Medvedev, en 2009.

Cela ne veut pas dire que tout soit parfait, loin de là. Mais, l’image d’une Russie ne vivant que des hydrocarbures et ne modernisant pas son appareil productif ne résiste pas à cette comparaison. La Russie a mis en place une politique pragmatique comme le soulignait un rapport récent[4]. De même, l’entrée dans l’UE a été loin de doper les économies des PECO, qui ont accumulées pour certaines d’entre elles un retard important vis-à-vis de la Russie. C’est un point important qu’il faut garder en mémoire quand on étudie l’évolution de l’économie ukrainienne et ses potentialités dans le cas d’un rapprochement avec l’Union européenne.


[1] De Melo M., C. Denizer et A. Gelb (1997a), “From Plan to Market: Patterns of Transition”, in M. Blejer et M. Skreb (edits.), Macroeconomic Stabilization in Transition Economis, Cambridge University Press, Cambridge, Mass.

[2] Havrylyshyn O. et R. van Rooden, (2000) “Institutions Matter in Transition but so do Policies”, IMF Working Paper WP/00/70, IMF, Washington (DC). Havrylyshyn, I. Izvorski et R. Van Rooden (1998), “Recovery and Growth in Transition Economies 1990-1997 – A Stylized Regression Analysis” IMF Working Paper, WP/98/141, IMF, Washington (DC

[3] Chavance B et E. Magnin (1997), Trajectoires post-socialistes et capitalismes occidentaux” in J.-P. Faugère et alii (edits), Convergence et Diversité à l’heure de la mondialisation, Economica, Paris.

[4] Clément-Pitiot H., «La stratégie de l’économie russe en perspective: le choix du pragmatisme?», Note de l’Observatoire franco-russe, 2014, n°6, 26 p.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...