La convergence 25 ans après

La question de l’intégration dans l’Union européenne a été associée dès le début du processus à la question de la convergence. Cette dernière décrit un mouvement ou les principaux indicateurs macroéconomiques convergent, mais aussi un processus dans lequel des pays nouveaux entrants voient leur situation s’améliorer par rapport au « cœur » de l’Union (et avant des Communautés européennes). C’est cette définition de la convergence que l’on a retenue dans la mesure où c’est celle qui importe politiquement.

Etat de la situation

La décision d’adhérer à l’UE (et avant à la CEE) a été largement dictée par la volontés des populations de voir leur niveau de vie rejoindre celui du bloc des pays fondateurs. Le processus de transition[1] n’a été perçu dans bien des cas que comme une condition devant permettre à ces pays de rejoindre à terme l’Union Européenne, ce qui a permis de surmonter le problème, rapidement détecté, de l’écart entre les anticipations de la population et la réalité de leurs conditions de vie[2]. Ceci a été évident dans le cas des pays de l’accord de Višegrad[3]. Dans cette logique, on a retenu le cas de 6 pays de l’ex-« Europe de l’Est » :

  • Bulgarie (adhésion en 2007/ accord obligatoire de rejoindre à terme la zone Euro)
  • Pologne (adhésion en 2004/ accord obligatoire de rejoindre à terme la zone Euro)
  • Hongrie (adhésion en 2004/ accord obligatoire de rejoindre à terme la zone Euro suspendu jusqu’à 2017)
  • République Tchèque (adhésion en 2004/ accord obligatoire de rejoindre à terme la zone Euro)
  • Roumanie (adhésion en 2007/ accord obligatoire de rejoindre à terme la zone Euro)
  • Slovaquie (adhésion en 2004/ Entrée dans l’Euro en 2009)

Le niveau de vie sous le système soviétique était assez différent, avec la Hongrie et la République Tchèque ayant le niveau le plus élevé ; ces pays étaient suivis de la Pologne, et la Roumanie et la Bulgarie fermaient la marche. Ces pays ont suivi des trajectoires relativement différentes[4]. La Pologne s’est engagée dans ce qui a été appelé une « Thérapie de Choc »[5], marquée par une libéralisation complète des prix et une destruction d’une partie des institutions de l’ancien système. Néanmoins, elle se montrera très prudente sur la question des privatisations et fera fonctionner pendant plusieurs années un secteur d’Etat important[6], qui fera sa réforme sous le régime de la propriété d’Etat avant d’être très progressivement privatisé. La question de la privatisation va d’ailleurs concentrer bien des problèmes et bien des différences[7]. La Tchécoslovaquie, puis après la « séparation de velours » la République Tchèque et la Slovaquie, vont suivre des voies différentes. La République Tchèque va procéder à une privatisation très rapide de son industrie, tout en conservant des éléments de régulation des prix pendant plusieurs années. La Slovaquie sera beaucoup plus conservatrice, conservant tant des régulations de prix que ne procédant de manière très mesurée aux privatisations de l’industrie. La Hongrie[8], enfin, se caractérisera par une grande prudence, tant dans la réforme des prix que dans les privatisations, adoptant une démarche gradualiste dans la transition. La Roumanie et la Bulgarie feront elles aussi une transition très partielle et lente, mais marquée par des crises politiques à répétition et une corruption galopante des élites.

La mesure de la convergence

Se pose alors la question de savoir comment on peut évaluer cette convergence sur les dernières 25 années. Une mesure possible de la convergence est donnée par l’écart entre la croissance du PIB  de chacun de ces pays au PIB allemand. Tant que l’écart est négatif, l’écart s’accroît entre ces pays et l’Allemagne. Quand cet écart est positif, l’écart se réduit. Néanmoins ceci ne mesure que le PIB. Une autre mesure possible consiste à prendre le PIB par habitant, ce qui est une mesure de richesse individuelle sous réserve d’une évolution commune des mesures d’égalité et d’inégalité des revenus. Or, suivant les pays, les inégalités ont évolué de manière assez différente. Néanmoins, cet indicateur fournit des informations intéressantes.

Pour étalonner le processus on applique la même méthodologie à des pays de la CEE, soit deux membres historiques (France et Italie) et trois pays qui ont été considérés à l’époque comme des « nouveaux entrants », la Grèce, l’Espagne et le Portugal. Les données montrent alors les situations suivantes :

Graphique 1

Ecart du taux de croissance aux taux de l’Allemagne : 1989-2013

 A - Compar PIB gene

On constate que fort peu de pays, qu’il s’agisse de pays appartenant déjà à l’UE (CEE) en 1989 ou de pays du bloc d’adhésion montrent une convergence. Cependant, pour les pays déjà membres, il est clair que la crise de 2007 a été un facteur majeur de divergence cette fois. Ceci est très clair pour la Grèce et pour le Portugal, et se ressent dans une moindre mesure pour l’Espagne. La France reste dans une position relative plus ou moins égale avec l’Allemagne. Par contre, l’Italie montre une tendance longue à la divergence. En ce qui concerne les pays du bloc d’adhésion on que sur les 6 pays concernés, seulement 2 montrent une convergence forte (la Pologne et la Slovaquie). Un pays a une divergence forte (Bulgarie), et les trois autres montrent des divergences modérées.

Graphique 2

Ecart sur les pays du bloc d’adhésion

 A - Comp PIB-EE

Il est intéressant de constater que les deux pays qui ont le mieux réussi leur convergence avec l’UE appartiennent à des cas très différents. La Pologne est le pays de la « thérapie de choc », tandis que la Slovaquie s’est caractérisé par une forme très prudente et relativement conservatrice de la Transition. Par contre, dans ces deux pays la politique de privatisation a été moins brutale qu’en République Tchèque ou en Hongrie.

Si l’on fait maintenant la comparaison entre les pays dits « périphériques » de l’UE (CEE) et les pays du bloc d’adhésion, on constate la relative similitude des trajectoires de la Grèce et du Portugal avec les pays du bloc d’adhésion moins la Pologne et la Slovaquie. Les pays « périphériques » n’ont pas connu la dépression engendrée par la transition, ce qui se reflète dans une trajectoire meilleure dans les 10 premières années. Mais, leur trajectoire témoigne d’un renversement à partir de 2000 (Portugal) ou 2007 (Grèce). Ce renversement de tendance est aussi notable pour les 4 pays du bloc d’adhésion.

Graphique 3

Comparaison des pays périphériques et des pays du bloc d’adhésion

A - ComparEE-peripWE

Si l’on considère maintenant l’évolution du taux de croissance du PIB par tête (calculé en indice) rapporté aux taux de l’Allemagne, on constate aussi une très grande similitude des trajectoires de 4 pays : République Tchèque, Roumanie, Bulgarie Hongrie. Ces pays divergent à partir de 2005-2007.

Graphique 4

Evolution de l’écart du taux de croissance du PIB par habitant avec l’Allemagne

A - Com Pib et Pop EE

Ici encore, on constate que ces pays ont des résultats similaires tout en ayant choisis des trajectoires très différentes dans la transition. Deux conclusions sont possibles et viennent probablement ajouter leurs effets.

(a) : L’UE fonctionne de moins en moins comme un mécanisme unifiant la situation des pays membres et de plus en plus au profit des (du) plus fort, c’est à dire l’Allemagne.

(b) Les caractéristiques propres à l’économie de ces pays, que ce soit en Pologne ou en Slovaquie (avec en particulier le choix de la Russie comme partenaire important d’un point de vue énergétique) pourraient expliquer bien mieux la présence d’une convergence que les mécanismes européens.


[1] Amsden A.H, J. Kochanowicz et L.Taylor, (1994), The Market Meets Its Match – Restructuring the  Economies of Eastern Europe , Cambridge, Mass., Harvard University Press. Bhaduri A, K.Laski et F.Levcik, (1993), Transition from the Command to the Market System: what went wrong and what to do now ?, Vienne, Vienna Institute for Comparative Economic Studies (WIIW).

[2] Roland G., (1994), On the speed and sequencing of privatization and restructuring, Londres, CEPR Discussion Paper n°942. Rodrik D., (1995), The Dynamics of Political Support for Reform Economies in Transition , Londres, CEPR, Discussion paper n°1115.

[3] Csaba L., (1994), « Economic Transformation in the Visegràd Countries: a comparison », in Herr H., S.Tober et A.Westphal, edits., (1994-a), Macroeconomic Problems of Transformation , Aldershot, Edward Elgar. Kolodko G.W., (1994), « The Visegràd Economies in Transition: The Comparative Perspective of the Macroeconomic Stabilization Pentagon. A comment on Csaba », in Herr H., S.Tober et A.Westphal, edits., (1994-a), Macroeconomic Problems of Transformation , Aldershot, Edward Elgar

[4] Boyer R., (1995), « The Great Transformation of Eastern Europe: a Regulationist Perspective », in Emergo , Vol. 2, n°4, pp. 25-41.

[5] Balcerowicz L., (1993), Common Fallacies in the Debate on the economic transition in central and eastern Europe , Londres, EBRD Working paper n°11, octobre

[6] Pinto B., M.Belka et S.Krajewski, (1993), « Transforming State Enterprises in Poland: Evidence on Adjustment by Manufacturing Firms », in Brooking papers on Economic Activity , n°1.

[7] Begg, D. et R.Portes, (1993), « Enterprise debt and financial restructuring in central and eastern Europe », in European Economic Review, avril ; Delorme R., (1995),  » An Alternative Theoretical Framework for State-Economy Interactions in Transforming Economies » in Emergo , Vol. 2, n°4, pp. 5-24. Frydman R. et A.Rapaczinski, (1994), Privatization in Eastern Europe: Is the State Withering Away? , Londres, Oxford University Press et Central European University Press.

[8] Bonin J.P., (1993), « On the Way to Privatizing Commercial Banks: Poland and Hungary Take Different Roads », in Comparative Economic Studies , vol.35, n°4, hiver


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search