RussEurope et les visiteurs

Le succès du carnet RussEurope est aujourd’hui évident, plus de deux ans après son lancement. Il seconfirme par les statistiques du mois de novembre. Ces statistiques indiquent que le site a reçu 194 221 visites dans le mois, provenant de 75 688 visiteurs. Ce sont des chiffres partiels par ailleurs. En effet, comme je l’ai indiqué à plusieurs reprises, les notes et billets publiés sur ce carnet sont repris sur divers autres blog (comme Marianne2), mais sont aussi traduits et publiés sur des blogs étrangers (comme l’Antidiplomatico ou vocidallestero.it en Italie). On est donc en droit de penser que le nombre réel de lecteurs est supérieur d’un quart à un tiers, voire de la moitié pour certains billets, au chiffre de RussEurope et qu’il se situe entre 95 000 et 105 000. C’est un résultat dont on peut être légitimement fier, et je tiens à adresser tous mes remerciements à mes lecteurs. Je tiens aussi à remercier tous ceux qui m’ont aidé, en particulier Nicolas de Lavergne de la FMSH qui, outre qu’il est un bon chercheur, s’est avéré un fort bon professeur pour le système « Hypothèses ». Ces remerciements s’étendent à toutes les personnes de l’équipe « Hypothéses » qui m’ont prodigué de judicieux conseils dans de nombreuses occasions et qui m’ont assuré de leur soutien à chaque fois que j’ai été attaqué. Je tiens aussi à remercier mes traducteurs qui ont permis au carnet d’avoir le retentissement qu’il a, que ce soit Anne-Marie de Grazia (français-anglais) ou Etienne Ruzic (français-italien).

C’est donc un résultat qui constitue une marque d’estime qui m’oblige, et m’impose même, de maintenir la qualité des publications sur ce carnet. Je comprends toute la responsabilité qu’il y a à publier devant un tel lectorat. C’est enfin un chiffre qui interpelle : pourquoi et comment un carnet de chercheur, où sont publiés des notes et des billets pouvant être très techniques, a-t-il pu connaître ce succès ?

L’évolution du carnet

Cherchons d’abord à dégager des tendances dans l’évolution des chiffres. Le nombre de visites, et donc de visiteurs, a augmenté, mais de manière clairement non linéaire.

Graphique 1

 A - Visites Nov14

Ce carnet a été ouvert à la fin du mois de septembre 2012. Le nombre de visites mensuelles a augmenté comme prévu jusqu’à 40 000 par mois avec un pic en mars 2013 attribuable à la crise chypriote. J’avoue que je pensais que le nombre se stabiliserait autour de 50 000 visites/mois et de 22000 visiteurs/mois, ce qui dans mon esprit correspondait aux lecteurs potentiellement intéressés. Mais, à partir d’octobre 2013, et jusqu’à février 2014, le carnet a connu une progression spectaculaire, que l’on pourrait qualifier de géométrique. En 5 mois le nombre de visites a été multiplié par 2,66 et le nombre de visiteurs par 2,89. La progression a continué, mais de manière moins rapide après mars 2014 pour atteindre le niveau actuel.

Graphique 2

A-Visiteurs Nov14

Une analyse de cette évolution, ramenée en moyenne mobile pour éviter les effets des fluctuations de court terme, montre en fait la présence de 4 périodes pour le nombre des visiteurs. De fin septembre 2012 à mai 2013 il y a un effet de découverte du carnet, et le nombre de visiteurs atteint progressivement les 25000. Puis il y a une stabilisation (certainement encouragée par les congés de l’été) autour de 20 000 visiteurs. Ces deux phases étaient attendues et constituent le processus normal de découverte et de fidélisation d’un lectorat. Mais, dès la fin de l’été les choses changent. On assiste à partir de la rentrée 2013 et jusqu’à janvier/février 2014 à une très forte progression qui conduit le carnet au-dessus de 45000 visiteurs/mois. Puis à partir de mars 2014 la progression continue sur un rythme élevé mais néanmoins plus calme jusqu’au 75000 de novembre 2014.

Cette évolution a été marquée par des fluctuations, parfois violentes. Certaines ont été liées aux événements économiques, comme la crise chypriote. D’autres sont le résultat d’attaques dont celle en particulier de Pierre Moscovici, alors ministre. Le nombre de visites quotidiennes explose. Mais si l’attaque haineuse de Pierre Moscovici entraîne une forte hausse de la fréquentation, d’autres événements ont le même effet. Les pics de visites tendent à se multiplier, en particulier à partir de novembre 2013. La fréquentation du carnet devient alors beaucoup plus sensible à l’actualité, que celle-ci concerne la France ou l’Europe, ou que celle-ci concerne la Russie. L’une des leçons que l’on peut tirer de l’évolution des visites est que, justement, les lecteurs viennent y chercher des informations factuelles qu’ils ne peuvent trouver, ou qu’ils pensent ne pas pouvoir trouver, dans des médias plus traditionnels.

Graphique 3

 A - Journalières

Ce que le succès de RussEurope révèle.

Ce phénomène marque une mutation dans l’usage qui est fait du carnet, alors que les billets et notes qui sont publiés restent toujours dans la même logique d’un carnet de recherche. Le lecteur se sert de ce carnet comme d’un « média », d’une source d’information, alors qu’il est avant tout une source de référence. Pour en avoir discuté avec d’autres auteurs (et blogueurs), je constate que ceci est bien une caractéristique commune à de nombreux carnets ou blogs. On peut penser qu’il y a plusieurs raisons à cela.

  1. Il existe une véritable demande de textes de fonds, qui peuvent être relativement complexes et même techniques, et cette demande correspond à ce qui devrait se traduire dans l’émergence de revues. On avait assisté à ce type de situation dans les années qui suivirent 1968, et l’on peut penser que les années 1970 furent un peu « l’âge d’or » des revues, tout comme cela avait été le cas de 1946 à la fin des années cinquante. Si cela s’avère bien une réalité, alors cela signifie une re-politisation importante de la société française. Le modèle de l’intellectuel engagé est donc loin d’être mort, bien au contraire. Mais, le fait que cette re-politisation ne se traduise pas par le développement des revues existantes implique que cette demande pour des textes fondamentaux ne se satisfait pas de l’offre existante. Aussi, les lecteurs potentiels se saisissent-ils d’Internet et se tournent-ils vers des blogs. Je constate, dans le flot des commentaires (qui ne sont pas publiés, mais c’est un choix car il ne m’est pas possible de les « modérer »), une énorme demande dans l’interprétation des événements et dans l’analyse des processus à l’œuvre. De même, la demande de débats me semble très grande. Cela correspond à la logique de développement du nombre des visites dans la première année d’existence de ce carnet.
  2. Cependant, la sensibilité du nombre des visites aux événements directement politiques implique que, dans le même temps, se produit un autre phénomène : une partie des visites s’explique, et ceci semble très vrai depuis les premiers mois de l’année 2014, par le fait que l’on cherche dans ce carnet un substitut à la presse. C’est alors l’effet répulsif exercé par la presse que l’on pourrait qualifier « d’officielle », qu’il s’agisse des journaux (Le Figaro, Libération, Le Monde) ou qu’il s’agisse de la télévisions et de la radio qui est en cause. Ceci pose un véritable problème, que l’on mesure d’ailleurs dans la chute du lectorat de certains des quotidiens cités. La perte de crédibilité de la presse « établie » témoigne d’un écart vertigineux qui s’est créé entre le monde des journalistes et des analystes politiques et leur publique. Des enquêtes le montrent par ailleurs. La parole de ces « professionnels » est largement discréditée. On peut l’expliquer par la trop grande consanguinité entretenue avec le monde politique comme par le manque de pluralisme évident, dont on voit bien les effets que ce soit sur l’analyse des problèmes économiques ou sur celle de la situation géopolitique et en particulier sur celle de l’Ukraine. Cela pose un véritable problème. Le journalisme est une profession, qu’il ne faut pas confondre avec celle d’un éditorialiste, mais ceci est une partie du problème. Il ne faut donc pas demander à des carnets ou des blogs de remplacer le travail du journaliste. Du moins, il ne faudrait pas si nous étions dans une société respectant les principes de la démocratie, soit le pluralisme des avis et des opinions, et c’est une question que l’on peut légitimement se poser.
  3. Ce qui conduit à une constatation assez déprimante. On a vu que le développement de la « blogosphère » est souvent l’un de premiers symptômes d’une révolte qui monte dans un pays non-démocratique. Sommes nous dans la même situation en France ? Le fait que nombre des attaques, que ce soient celles en provenance de Libération ou du Monde, se caractérisent par une déformation éhontée des faits, mais aussi par des insinuations permanentes que si l’on tient des opinions divergeant de la doxa officielle c’est que l’on y a un intérêt pécuniaire est une caractéristique d’une attitude profondément anti-démocratique. Les positions qui ont été exprimées dans ce carnet peuvent, et même DOIVENT être discutées. Je constate qu’avec certains, la discussion, même si elle peut être musclée, a toujours été correcte. Mais, je constate aussi que les réactions venant de certains journalistes « professionnels » témoignent d’une négation totale de l’esprit même de la démocratie. C’est une constatation des plus inquiétante, et elle en dit long sur l’évolution de la « classe » politico-médiatique française qui semble ne s’être jamais remise de la claque qu’elle a subi en 2005, lors du référendum sur le « Traité Constitutionnel ».

 

 

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...