Les dettes russes et leur dynamique

Les montants de l’endettement brut des acteurs russes à des non-résidents sont l’objet d’un débat. Pourtant les chiffres existent, et l’on peut à partir de ces chiffres évaluer le « coût » de la stratégie adoptée par la Russie au début des années 2000. Rappelons que le choix fut alors fait d’aller chercher le financement à l’extérieur du pays, en dépit d’un solde commercial largement excédentaire. Ce choix renvoie à des compromis dont il a déjà été question dans un billet précédent. On constate deux choses sur le graphique 1. D’une part, la proportion des dettes publiques décroit rapidement. Cet endettement est donc un endettement du secteur privé. D’autre part, il s’accroit de manière importante de 2006 (suppression du contrôle des capitaux) à la crise financière de 2008.

Graphique 1

 A - Endette exterRus

Source : Banque Centrale de Russie.

Il est important de constater que le contrôle des capitaux n’avait nullement empêché les entreprises russes (et les banques) de trouver des financements à l’extérieur, mais qu’il avait freiné ce mouvement. La crise financière de 2008-2010 va entrainer un désendettement, mais, par la suite le mouvement va repartir et s’accélérer jusqu’à la fin du printemps 2013.

Un deuxième point porte sur la proportion de cette dette suivant les devises utilisées. On constate qu’en réalité plus du quart de cette dette (privée) est en…roubles. Le rouble a donc été un instrument d’endettement plus important que l’Euro (environ 12%) mais, bien sûr, moins important que le Dollar US.

Graphique 2

 A - Dette Dev2

Source : Banque Centrale de Russie.

On constate par ailleurs qu’il y a eu un accès brutal d’endettement par le secteur non-bancaire russe. C’est probablement l’emprunt géant négocié par ROSNEFT pour le rachat de TNK-BP. Mais, on constate aussi une montée de l’endettement lié à des opérations d’investissement direct en Russie. Ainsi, cet endettement vis-à-vis des non-résidents n’a pas que correspondu à des opérations financières pour financer ce que l’on appelle la croissance « externe » des firmes.

Graphique 3

 A - Dette dev3

Source : Banque Centrale de Russie.

Cet endettement avait pour contrepartie une contrainte de remboursement. Une partie de ces emprunts était sur de court terme (moins de trois ans). Les remboursements auxquels les entreprises et les banques russes ont du faire face au 2ème semestre 2014 se montaient à 120 milliards de dollars. On sait que le montant au 1er semestre 2015 ne sera que la moitié de cette somme, et qu’il y aura encore une baisse au 2ème semestre de 2015. Dans ces conditions, on peut s’interroger sur l’ampleur des ventes de devises par la Banque Centrale en 2014 (elle opérait tant à la vente qu’à l’achat jusqu’en 2014 avec des objectifs, qui pouvaient être dépassés dans le cadre d’une politique de ciblage du taux de change). On constate que la Banque Centrale à du vendre pour près de 79 milliards de dollars, mais que ceci se compare plutôt bien avec les ventes de 2013. De plus, on constate que l’épisode hautement spéculatif de décembre dernier n’a pas eu les conséquences attendues. Pour combattre la forte spéculation sur le rouble, la BCR n’a dû vendre qu’environ 11 milliards, et non 19 comme annoncé dans la presse. Cela prouve qu’elle a en réalité racheté des dollars quand le rouble est revenu à des valeurs plus normales. La situation devrait continuer à se détendre au 1er semestre de cette année, et, avec la probable remontée des prix du pétrole que l’on peut attendre au 2ème semestre, la Banque Centrale devrait se retrouver en position d’acheteur nette de dollars, pour éviter que le rouble ne s’apprécie trop vite.

Tableau 1

Opérations en US Dollars de la Banque Centrale (millions de dollars)

Total des achats

Cible des Achats

Total des Ventes

Cible des Ventes

mars-10

14483,51

3064,99

0

0

avr-10

11336,7

4172,65

0

0

mai-10

4317,16

3445,46

0

0

juin-10

1660,64

1660,64

0

0

juil-10

464,27

464,27

0

0

août-10

1078,35

1078,35

0

0

sept-10

0

0

-1172,47

-1172,47

oct-10

0

0

-3230,28

-2119,4

nov-10

0

0

-4759,77

-2635,63

déc-10

0

0

-720,32

-720,32

janv-11

645,67

645,67

0

0

févr-11

3481,82

2146

0

0

mars-11

4491,48

3434,62

0

0

avr-11

3284,71

3002,67

0

0

mai-11

3915,98

3267,58

0

0

juin-11

3230,7

2799,78

0

0

juil-11

3706,6

2855,52

0

0

août-11

961,64

767,39

-700,88

-297,01

sept-11

0

0

-6765,68

-2017,4

oct-11

0

0

-4372,64

-2550,5

nov-11

0

0

-1386,7

-1386,7

déc-11

0

0

-1773,14

-1773,14

janv-12

427,72

427,72

-635,26

-635,26

févr-12

2595,61

2445,61

0

0

mars-12

3927,76

3423,97

0

0

avr-12

3592,57

3489,48

0

0

mai-12

1516,07

1469,36

-276,35

-276,35

juin-12

0

0

-2207,29

-1894,06

juil-12

0

0

-1044,84

-1044,84

août-12

0

0

-385,47

-385,47

sept-12

0

0

-453,81

-453,81

oct-12

0

0

-22,45

-22,45

nov-12

0

0

-48,59

-48,59

déc-12

0

0

0

0

janv-13

595,96

595,96

0

0

févr-13

118,96

118,96

0

0

mars-13

0

0

0

0

avr-13

0

0

-663,06

-663,06

mai-13

0

0

-236,81

-236,81

juin-13

0

0

-2707,63

-2125,89

juil-13

0

0

-4182,51

-3074,66

août-13

0

0

-5455,92

-3054,57

sept-13

0

0

-3178,4

-2190,95

oct-13

255,42

0

-1909,3

-1280,63

nov-13

0

0

-3328,13

-1023,66

déc-13

0

0

-3569,93

-1117,34

janv-14

0

0

-7816,77

-216,2

févr-14

0

0

-6158,34

0

mars-14

0

0

-22296,84

0

avr-14

0

0

-2401,86

0

mai-14

1437,64

0

-365,6

0

juin-14

1356,52

0

0

0

juil-14

0

0

0

0

août-14

0

0

0

0

sept-14

0

0

0

0

oct-14

0

0

-27207,52

0

nov-14

0

0

-773,91

0

déc-14

0

0

-11901,75

0

Le situation financière de la Russie apparaît bien plus saine que ce que l’on veut bien en dire dans la presse française et occidentale en général.

 

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *