Crises et flux monétaires

Séminaire Franco-Russe XLVIIIème session

Drapeaux

Hélène Clément-Pitiot, Maître de Conférence Université Cergy-Pontoise, CEMI-EHESS

Conventions, crises, flux monétaires

Présentation au Séminaire Franco-Russe XLVIIIème session

«The hottest place in Hell is reserved for those who remain neutral in times of great moral conflict. He who passively accepts evil is as much involved in it as he who helps to perpetrate it. He who accepts evil without protesting against it is really cooperating with it» citation de Martin Luther King,

Être ou ne pas être neutre ? Cette citation, il me semble répond à la question… Aussi dans le travail d’un économiste en situation de crise, crise qui n’est en Occident malheureusement pas qu’économique. L’engagement est ce qui rend possible l’invention du futur quand l’inertie tue….l’austérité est la première à tuer en Europe comme en son temps la «thérapie de choc» en Russie. J’ai choisi d’analyser dans ce travail trois aspects des tensions qui jouent un rôle déterminant dans la transformation de l’environnement monétaire internationale dans laquelle la Russie est un acteur non négligeable. En tout premier lieu les rapports tendus avec la Russie qui se répercutent sur les enjeux économiques permettent de révéler les mécanismes de conventions :ils dictent aux acteurs politiquement corrects du système monétaire et financier international les règles de comportement pour assurer la persistance des fonctionnements du système. La persistance de la crise met en évidence la fragilisation[1] de l’ordre monétaire et financier global que les conventions cherchent à dissimuler. La crise qui est en cours est de nature à rendre impérieux, au delà d’un sauvetage, une nouvelle orchestration, l’invention d’un autre futur monétaire et financier pour coordonner les flux monétaires dans l’économie mondiale. Qui est capable de discuter et d’imaginer à cette heure cette transition et non se suicider dans l’illusion de l’inertie ? L’engagement pour un économiste est de fournir des billes à toutes les bonnes volontés…et de refuser l’aveuglement et les mensonges.

I Les conventions radicalisées

Depuis de nombreuse année vous me savez concernée par les questions économiques dans une double perspective : le réel et les conventions associés. Décrypter ces conventions permets d’appréhender les dynamiques de la politiques économiques en action, les motivations, les justifications, les idéologies sous-jacentes….et leur volonté de cacher l’essentiel pour assurer la poursuite du jeu de Casino «as usual» sans regarder la menace de chaos socio-économiques en face.

La discipline économique et l’éclairage théorique sélectif autorisé sont l’instrument d’un discours stratégique : il est de plus en plus facile de le décrypter. Est ce l’urgence qui rend impossible la dissimulation ? On est à l’ère où les effets d’annonce et de propagande permettent d’ordonner le fonctionnement de nos économies et les rapports entre les pays. C’est le message des sanctions contre la Russie!

Se rappelle-t-on qu’elles sont été aggravées dans l’été suite à l’accusation d’implication de la Russie dans le drame de l’avion MH17 ? La gestion de la concurrence à l’heure du discours de la libre circulation est à la merci d’une information émotionnelle, transformée et partielle… Le secret est gardé sur les vraies conclusions (classifiées!)…le public n’a pas à savoir dans la presse officielle qu’elles sont les motivations des acteurs de la politique économique mondiale… La démocratie s’interprète de façon spécifique : c’est faire confiance à des élites éclairés une fois pour toute sans demander des comptes.

On attend dimanche 25 janvier que la Grèce tente de préciser une nouvelle fois dans l’histoire de l’humanité les termes authentiques du concept de démocratie… Avec la confirmation de la percée du parti Syriza  et de la volonté d’Alexis Tsipras de demander des comptes…à la Troïka.

La convention Hystérique, c’est celle des sommets atteints dans l’endoctrinement antirusse ressuscitant les pires propagandes de l’anticommunisme primaire en la radicalisant. Des journalistes, des experts, des collègues mêmes, sont contraints de s’y livrer pour survivre…ou le croient-ils? Dans les media et les publications, il s’agit de coller à «la ligne éditoriale» et aux effets de langage officiel du type «annexion de la Crimée» ; rares sont ceux qui s’en démarquent parce qu’ils auraient appris un peu d’histoire avant…. Enfin une manifestation pour la liberté d’expression et de pensée (?) en France à la suite de récents massacres ; peut-on en espérer l’amorce d’un réveil ou un effet marchand de sable?

Relever la somme des exemples de cette convention hystérique serait fastidieux[2], je ne citerais que le type de rumeurs véhiculées et diffusées par l’agence d’information Bloomberg, le fer de lance de la propagande… en date du 11/12/2014[3], qui annonçait l’explosion économique et sociale du pays. La crédibilité de ces fonctionnement si loin de l’efficience finira par en être durablement affectée par la récurrence de ces problèmes comme le laisser envisager les travaux de G. Akerlov et P. Romer (1994)[4] …il s’agit certainement de gagner du temps et de manipuler la surprise à son profit.

G. Akerlov qualifiait les CDS de «very-obscure financial instrument» et « the favored instrument for the current round of looting»[5].Les agences de notation occidentales commencent à intégrer les éléments de cette propagande, ainsi devient-elle convention en s’inscrivant est dans le marbre de leur rating. Fitch a dégradé la Russie de BBB à BBB- (juste avant le défaut)[6].  Aucune rationalité économique[7] n’est derrière cette notation sinon le discrédit imposé sur les marchés vis à vis de la Russie qui devra payer un coût supplémentaire évalué entre 20 et 30 milliards d’euro en 2015….. Manière de faire bien savoir qui contrôle les robinets financiers mais aussi que la libre concurrence est juste un vocable théorique sans fondement réel.

II L’ombre irrépressible de la crise

Les raisons de la colère, car colère il y a quand les acteurs financiers sont amenés à accepter de tels propos et de tels entraves flagrantes aux principes concurrentiels. «Les raisons de la colère»[8] c’est le titre d’un billet que j’ai posté sur mon blog pour analyser plus strictement les questions monétaires internationales. Mais ces raisons de la colère englobent des thèmes plus largement : d’une part la volonté de détourner l’attention hors des enjeux économiques de leur réalité et de leur dynamique. Et d’autre part, de rendre opaque par la confusion les stratégies de prédations pour tenter un sauvetage en catastrophe d’une partie réduite du système.

L’économie occidentale est en péril en dépit de ce qu’affirme souvent la propagande médiatique. Les économistes ne cachent pas leur inquiétude et font le parallèle à la situation des années 30s pour rendre plus significatives leurs craintes. Pour l’économiste Brad de Long, la crise a réduit la croissance dans le monde occidental dans des proportions importantes. On peut évaluer les pertes cumulées de PIB relativement à la tendance de 1995-2007, pour les Etats Unis cette perte s’établit à 78% et pour l’Euro zone elle est de 60% du PIB actuel[9]. L’économie récupère moins vite de la grand récession que durant la grande dépression de 1929 comme en témoigne le graphique 1.

Graphique 1:

 A - GA

Paul Krugman[10], clamait, il y a déjà un an (décembre 2013), qu’il préférerait être à la situation économique de années 30 tant la situation depuis la crise de 2007 est plus préoccupante que la Grande dépression.

Graphique 2 [11] :

 

A - GB

La récupération a pris moins de temps dans les années 30!… En 1941 le PIB US était déjà 41% plus élevé qu’en 1929…! Depuis 2011 les autorités et leurs voix  annoncent la reprise…mais elle ne se voit finalement pas. Tout n’est qu’illusions et manipulations à chaque fois. La liste des économistes qui critiquent les politiques économiques menées est fort longue [12]. Aucun indicateur n’est bon…  Tout a été plus grave que dans les années 30s et dès le début les experts ont été formels :

  • Des 2011, pour l’effondrement de l’immobilier (Zillow Home Value Index)[13]
  • Dès 2009 pour les pertes des banques ( Moody’s)[14],
  • Dès 2009 pour l’effondrement du commerce mondial (P. Krugman)[15],
  • Dès 2010, pour l’amplitude du «credit crunch» (A. Greenspan)[16]
  • Dès 2010, l’accroissement des inégalités (S. Keen, E. Saez et T. Piketty)[17] qui peut causer la destruction de civilisation[18]
  • Dès 2009 pour les pertes dues à l’interconnexion des systèmes financiers et des économies (Nassim Nicholas Taleb)[19] en premier l’instabilité financière générée par les produits dérivés (BRI)[20]
  • Dès 2008 la course à la spéculation et à l’appât du gain (John Whitehead)[21]
  • Des 2010, plus de chômage que dans les année 30s[22]
  • Dès 2009, plus d’américains dépendent de l’aide gouvernementale pour obtenir la nourriture de base que durant la Grande dépression….on ne voit pas de «queues pour la soupe» parce que l’aide passe par un programme massif de coupons[23] (food stamp program).

 

III La catatonie[24] de la vitesse de circulation de la monnaie

Pour cadrer sur un plan théorique les problèmes économiques que les experts ont mis très vite en évidence, un seul indicateur bien connu aurait pu servir d’illustration : a vitesse de circulation de la monnaie[25]qui se caractérise par des fluctuations significatives dans les 2 sens extrêmes sur la période ante et post crise. Dans le séminaire franco-russe dans l’été 2006 nous avions souligné par un travail au cœur des données avec Tatiana Speranskaia et une jeune étudiante en DEA[26] que la vitesse de circulation à la veille de la crise s’accélérait de façon importante et intrigante… était ce vraiment un signe de bonne santé comme la théorie tend à nous le soutenir (cf encadré)? Nous avions rapproché cette accélération avec l’impact des techniques de titrisation, massives sur la période. On peut avancer à postériori l’idée qu’il existe de 2 types d’accélération une réelle liée à l’activité économique réelle et une qu’on peut qualifier d’illusoire… La période d’avant la crise assurément relève du second qualificatif, découlant des excès de la financiarisation et de ses mots d’ordre de la politique monétaire (lutte contre l’inflation) au delà de la maitrise institutionnelle de la raison réelle.

Encadré 1 : Vitesse de circulation de la monnaie (VcM) 

La vitesse de circulation de la monnaie traduit la fréquence avec laquelle une unité monétaire est dépensée sur de nouveaux biens (marchandises, services et actifs financiers).

C’est un bien meilleur indicateur d’activité économique que le PIB (produit intérieur brut), que les prix à la consommation, ou le marché boursier.

Dans une économie «saine», la même unité monétaire est assignée à de multiples paiements…ce qui donne lieu à une circulation «fluide»

Dans une économie en dépression, cette circulation se bloque, la vitesse de circulation de la monnaie est atone.

Calcul de VcM : rapport entre PIB et offre de monnaie (souvent la base monétaire)

Graphique 3 : la VcM des sommets aux abysses jamais atteintes[27]

 A - GC

IV Conventions de «laisser faire» ou fraude organisée?

Un «rapport spécial» de mars 2009 rédigé par notre collègue Patrick Artus résumait parfaitement la similitude de la situation en Europe et Aux USA[28]. Il l’analysait comme une conséquence d’une part de la désinflation en cours (qui nous amène à la déflation présente) et de la baisse des taux d’intérêt et d’autre part de la hausse des prix des actifs (actions et immobilier).

Il s’attachait à souligner déjà début 2009 qu’il y avait eu «chroniquement des achats excessifs d’actifs par les Banques Centrales aux banques»…ce n’était que le début. Actuellement les marchés poussent pour un QE massif que le détail des clauses des traites européens rend à priori difficile.

Depuis ce constat les langues se délient et nombreux d’économistes et d’experts soucieux des évolutions concluent que les gouvernements ont fait tout ce qu’il ne fallait pas et ont échoué à répondre aux problèmes de fond.

Sont mises en avant les avis[29] qu’il fallait au besoin répudier les dettes et surtout pas les amplifier (exemple de l’Islande[30]) tout en transférant en dettes publiques. Les mécanismes frauduleux ont aussi étaient mis en avant comme les causes principales de la crise et en 1930 et en 2007 (R. Shiller)[31]. Loin de tenter de la maitrisé ils ont été encouragé et couvert[32] . Le «Too big to save»[33] et de façon plus feutré le «to big to jail» sont le slogans mis à profit pour ménager les grandes institutions bancaires en dépit de leur insolvabilité[34]….Elles sont donc devenu encore plus grosses et plus fragiles parce que les comportements pervers ont été encouragés (hasard moral)[35]. Il n’y a pas eu de désendettement (deleveraging) mais bien au contraire. Aux Etats Uns l’Etat à donné la main à la FED[36] et en Europe la BCE était déjà souveraine. Les QEs aux USA et les pseudo-QEs en Europe ont alimenté de nouvelles bulles (schistes, immobiliers, actifs financiers…)[37]. Ce n’est même plus une question de courant politique (droite vs gauche), le problème s’éclaire d’un constat, ces mauvaises politiques économiques sont le résultat de corruptions menées par des élites coordonnées (par des intérêts commun) dont les actions sont mis en forme à travers des processus conventionnels….par la coercition psychologique (media, propagande)  les populations y sont soumises et subissent la dépression économique (austérité thérapie de choc…). Les gouvernements à la merci d’affairistes[38] [39]ont empoisonné l’économie réelle pour que perdure l’inertie volontairement qui rend possible le poursuite du jeu[40].

La situation géopolitique se crispe à mesure que la crise tisse l’incertitude et remet en cause les discours conventionnels. Les sanctions contre la Russie dans ce contexte ont servi pour détourner l’attention et elles aggravent encore la situation de l’économie réelle en Europe. Elles semblent bien plus gravement touchées que l’économie russe. La raison déterminante semble finalement interne. L’Europe n’arrive pas à s’adapter aux nouvelles donnes. Est ce la conséquence d’une structure qui n’a pas envisager la dynamique et qui est ainsi figée, emprisonnant même les mentalités des acteurs? Répondre à des juxtapositions d’incertitudes et d’erreurs par un tournant autoritaire dans la politique économique des alliés de l’OTAN est ce viable ? Ce d’autant que cette réponse n’hésite pas à interférer avec les préceptes du marché libre ; ce qui est visé c’est l’exclusion sans considération sur les conséquences….pure inconséquence[41] ? Parallèlement avec l’absence visible de souveraineté des pays européens, les pertes de libertés sont ressenties avec force comme aussi les reculs des principes de la règle du droit via la généralisation pratiques de doubles standards (entre pays, entre institutions, entre personnes).

 

V L’économie monétaire «Potemkine»

En 1929 on pouvait mesurer les capacités de production en terme de valeur des biens produits….une valeur réelle.  Depuis 2008, la mesure de la valeur est liée à la capacité (politique) au surendettement (supra-leveraged market)…une valeur de papier …directement conditionné par un ensemble de conventions et de croyances à «bien» entretenir. Créer l’illusion et répéter que «tout était OK» étaient une nécessité vitale…elle explique l’amplification des dettes et les achats frénétiques de la FED depuis 6 ans. Avec la globalisation financière et mondiales, l’incitation à suivre le mouvement de fuite en avant est grand….c’est une quasi obligation….les alliés doivent suivre mouvement en premier lieu pour attester de leur fidélité.

Pourquoi la Russie suit le mouvement elle aussi ? La première réponse qui vient est  liée à la culture économique implicite : des conventions qui prennent leur sources dans l’éducation, les modes de vie, les perceptions acquises dans des milieux professionnels étroits qui se renforcent… Des observateurs mais aussi le Président russe parlent de «5e colonne» pour des comportements d’acteurs contraires à l’intérêt collectif du pays. On peut se demander si ces professionnels sont conscients de ce qui pourrait se qualifier de traitrise? Ou simplement si imbibés de néolibéralisme qu’ils ne savent pas comment faire autrement.  C’est ce qui a valu à la BCR d’être considérée par plusieurs économiques russes de premiers plan comme le réel danger: «la BCE est plus dangereuse que les sanctions pour la Russie»…(S. Glaziev, M. Khazin et même VV Ivanter[42]). L’action sur les mentalités est certaine, je l’ai dénoncé dans ce séminaire longuement à plusieurs reprises mais le panorama devenant plus clair…on peut dire aussi qu’il s’agit que d’un arbre qui cache la forêt :

Le type du bouclage du système monétaire et financier dans nos économies contemporaines façonne les mentalités (conventions) et en même temps impose des pratiques communes. Les dysfonctionnements présents de ce bouclage comme l’avait bien compris DSK qui avait l’ambition de réformer le système de l’intérieur (vote FMI et DTS)  porte sur l’ensemble des relations économiques. La finance et la monnaie perdent totalement leur rapport avec l’économie réelle. Une perte de cohérence majeure et non neutre!

Le symptôme : avec des niveaux si bas de vitesse de circulation de la monnaie jamais atteint pendant la grande dépression…. On peut dire que l’économie monétaire américaine se fige!  A quand la monnaie à usage unique? (sorte de «monnaie kleenex» par excellence). Il s’ensuit un dysfonctionnement au cœur du système monétaire néolibéral international qui affecte aussi l’Europe et qui influence l’économie en Russie par des canaux directs et indirects.

Les marchés ont voulu tester en décembre le mécanisme… Qui même en Russie agit comme un son soutien inconditionnel au dollar. L’imbrication des relations financières et des effets de paniques conditionnés par des effets d’annonce, c’est ce qui leur a fait crier victoire…. un peu vite (cf. Bloomberg). Est ce un répit momentané ou bien l’effet d’un nouveau paramètre en jeu qui est en train de desserrer la contrainte et de façon structurelle mais aussi sur les mentalités…nous assisterions ainsi à un véritable tournant. Je penche pour la version optimiste, l’effet exogène, la solidarité Eurasiatique élargie….l’Eurasie qui est un espace de transition réel et non flou comme encore certains de nos collègues français le croient par automatisme. En se référant aux graphiques reprenant la masse monétaire M1 et le PIB en Zone Euro, J. Sapir avait souligné que l’Union monétaire européenne autour de l’Euro a dès sa création, une croissance monétaire déconnectée de l’économie réelle. La crise des « subprimes » de 2008  a encore accentué l’explosion monétaire dans le monde et cette déconnexion universelle avec le réel. L’action des Banques centrales dans la crise a largement déterminé cette aggravation, leur rôle réduit à la fonction d’auto-organisation du secteur financier les a amené à ne jouer le rôle de pompiers que dans un espace financier restreint/étanche alors que le feu gagnait partout. Elles ont en «arrosé» de diverses manières, comme nous l’a souvent détaillé F. Renversez.

  • en Europe : indirectement via les banques avec des taux avantageux accordés et en assouplissant mêmes des règles prudentielles (tout en prétendant faire l’inverse) car il fallait «inciter» pensait-on ainsi le secteur bancaire à augmenter les crédits aux entreprises et aux ménages… Ce fut en vain cette logique n’a pas marché. Le graphique suivant en atteste.

Graphique 4 : Croissance des prêts bancaires en zone Euro et par pays[43]

 A - GD

  • aux USA : directement, en achetant des actifs financiers à un prix surévalué (essentiellement des bons du trésor) à des fonds de pension et des compagnies d’assurance via les QEs et ainsi les sortir de difficultés majeures : Les « institutions financières non bancaires » qui ont bénéficié de de ces achats surévalués sont payées via leurs banques, la Banque centrale augmentant d’autant – et gratuitement – les réserves de ces banques (NB : la Banque centrale paye aux banques un intérêt sur ces réserves qu’elle créé pour elles à la demande ! )[44]

Les pyromanes ont été récompensés en premier lieu avec l’idée (naïve ou plus?) que ces récompenses seraient distribuées par une quelconque main invisible à l’ensemble des économie. Encore une fois la répartition/diffusion n’eut pas lieu, la spéculation et l’appât du gain concentra les flux. Les banques et les institutions financières non bancaires n’ont pas utilisé l’ensemble de ces nouveaux fonds à bon marché, pour octroyer des crédits aux particuliers et aux entreprises (notamment pour des investissements productifs). Par un effet bien connu de hasard moral, elles se sont précipitées pour spéculer encore plus sur l’achat d’actions, d’obligations d’État, de matières premières, de devises et même d’immobilier ! Les bulles ont rebondit ainsi que leur instabilité. La situation duale se caractérise ainsi : une inflation spéculative et une grande sensibilité aux effets d’annonce (volatilité) pour les marchés d’actifs financiers et des matières premières et une déflation sur le marché réel.


[1] Les prévisions des services d’étude économique de la banque de France

www.banque-france.fr/uploads/tx_bdfgrandesdates/RDB_GB_01.pdf on livré une contribution qui met en avant la fragilisation du système . «Turning to the current economic outlook, the recovery

of the US economy is more advanced and perceived as more solid than in the euro area.  Investors would expect unambiguously lower nominal short‑term interest rate in the euro area than in the United States». Normalement l’ «Amplitudes of fluctuations of longer‑term US and euro area interest rates have been quite similar since  2001»… Ce fait est une conséquence de la globalisation et de l’interrelation des sphères monétaires et financière dans le cadre du système international de dollar standard. Une exception cependant :, la période pré-crise 2005-07 et l’amorce de la crise US des subprimes. Un nouveau découplage se dessine dans un sens opposé à celui de 2005-07, d’après les observations du département d’étude de la BdeF. Ce découplage signifie-t-il un indication de fragilisation de la zone Euro ? (la BdeF ne s’avance pas à conclure ainsi note simplement le découplage…à charge à d’autre d’en tirer des conclusions…)

[2] see for example this typical scaremongering piece by Ambrose Evans-Pritchard in the Daily Telegraph

[4] G. Akerlof, and Romer, Paul M., Looting: The Economic Underworld of Bankruptcy for Profit (April 1994). NBER Working Paper No. R1869. Available at SSRN: http://ssrn.com/abstract=227162

[6] Auprès de l’agence de rating chinoise, Dragon Global Credit (DGC), les US sont noté A- et la Russie reste en A ! Le monde est ainsi déjà bipolaire.

[7] c’est bien ce qu’analyse dans le détail l’article d’Alexandre Mercouri dans Russia insider http://russia-insider.com/en/2015/01/11/2322 Quand on nous dit que L’approche de la Russie est au bord de falaise… parce que la Russie reçoit entre 1/2 de 1/3 moins de revenu d’hydrocarbures… 15 % en moins au total des entrées, ceci provoquerait que l’économie russe est sur le point de chuter. C’est une absurdité flagrante! Une perte de revenue extérieur de 15% n’a jamais chuter une économie…

[9] Brad DeLong http://www.project-syndicate.org/commentary/j–bradford-delong-argues-that-it-is-time-to-call-what-is-happening-in-europe-and-the-us-by-its-true-name#cDuLIqyse1f3OIOD.99

[10]Paul Krugman : «If Only It Were the 1930s», Blog The conscience of a liberal, dec 2013

http://krugman.blogs.nytimes.com/2013/12/15/if-only-it-were-the-1930s/

[11] Neil Howe, historien, économiste et démographe a publié le graphique dans, «Are We Reliving The 1930s?» Forbes 25/11/2014 http://www.forbes.com/sites/neilhowe/2014/11/25/are-we-reliving-the-1930s/

[18] une thèse récente des historiens à propos de la chute de Rome http://persquaremile.com/2011/12/16/income-inequality-in-the-roman-empire/

[24] La catatonie est  une forme de schizophrénie caractérisée par des périodes de passivité et de négativisme alternant avec des excitations soudaines. http://fr.wikipedia.org/wiki/Catatonie

[26] qui travaillait alors dans le service financier de Renault à Moscou.

[27] Pour ajustement permanent du graphique issus des calculs de la Réserve Fédérale de St Louis : http://research.stlouisfed.org/fred2/graph/?g=9wK

[28] P. Artus, «Peut-on comprendre l’évolution de la vitesse de circulation de la monnaie ?», Natixis, mars 2013 http://cib.natixis.com/flushdoc.aspx?id=45701

[29] fondé sur les travaux de l’Ecole Autrichienne repris voir les écrits de Murray Rothbard ou Michael Hudson http://www.washingtonsblog.com/2011/07/economics-professor-well-have-never.html

[31]»Fraud Caused the 1930s Depression and the Current Financial Crisis»Posted on October 30, 2010  http://www.washingtonsblog.com/2010/10/fraud-caused-great-depression-and-this.html

[32] «SEC Attorney Reveals that Agency Has Shredded Documents for Decades to Cover Up Wall Street Fraud» http://www.washingtonsblog.com/2011/08/real-reason-sec-has-been-shredding.html

[33] La liste des économistes de renom qui ont soulevé le problème  : http://www.washingtonsblog.com/2009/10/debunking-the-too-big-to-fail-myth.html

[34] If We Don’t Break Up the Giant Banks NOW, They’ll Be Bailed Out Again and Again … Dragging the World Economy Down With Them

http://www.washingtonsblog.com/2011/07/if-we-dont-break-up-the-giant-banks-now-theyll-be-bailed-out-again-and-again-dragging-the-world-economy-down-with-them.html

[35] «Excessive Leverage Helped Cause the Great Depression and the Current Crisis … And Government Responds by Encouraging MORE Leverage», April 29, 2011 http://www.washingtonsblog.com/2011/04/excessive-leverage-helped-cause-the-great-depression-and-the-current-crisis-and-government-responds-by-encouraging-more-leverage.html

[36] No Wonder the Outlook for the Economy is “Unusually Uncertain” … the Fed is Killing It21/7/2010 http://www.washingtonsblog.com/2010/07/no-wonder-the-outlook-for-the-economy-is-unusually-uncertain-the-fed-is-killing-it.html

[38] avec la manipulation du Libor, «European and American Governments Encourage Bank Manipulation and Fraud to Cover Up Insolvency» 7/2/2012 http://www.washingtonsblog.com/2012/07/european-and-american-governments.html

[39] «Banks Are So Big They Are Killing the Economy … and Own the Politicians

» http://www.washingtonsblog.com/2011/10/do-we-need-banks-or-can-we-cut-out-the-middleman.html

[41] et incompréhension culturelle de fond comme le souligne Dimitri Orlov :

http://cluborlov.blogspot.ru/2015/01/peculiarities-of-russian-national.html

[42] dans le dernier séminaire régional à Paris en octobre 2014

[43] «Bank lending in the Eurozone: out of ECB control before and after 2008» RWE blog 30/12/2014.

http://rwer.wordpress.com/2014/12/30/bank-lending-in-the-eurozone-out-of-ecb-control-before-and-after-2008/

[44]cf. Michael McLeay, Amar Radia and Ryland Thomas of the Bank’s Monetary Analysis Directorate, Money creation in the modern economy. Quarterly Bulletin 2014 Q1, Bank of England, p. 21-24 http://www.bankofengland.co.uk/publications/Documents/quarterlybulletin/2014/qb14q102.pdf


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search