Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer

Les pays d’Europe du Sud continuent de s’enfoncer dans la crise. Contrairement à ce qui est affirmé dans la presse, ma situation économique ne s’améliore pas, et même tend à se détériorer rapidement. Les affirmations selon lesquelles la sortie de la crise de l’euro est en vue sont, pour le moins, prématurées.

 I. Caractéristiques Générales de la crise actuelle (octobre 2012)

Les pays du sud de la zone Euro connaissent actuellement deux problèmes communs, l’un lié à la disparition de l’offre de crédit et le second provenant de l’impact des politiques d’austérité sur l’activité économique, à travers le « multiplicateur des dépenses publiques ».

  1. La disparition du crédit

Dans les pays considérés (Espagne, Grèce, Portugal et, en partie, Italie) on observe une  forte contraction de l’offre de crédit qui est liée aux problèmes suivants :

  • (i) L’anticipation d’un possible retour aux monnaies nationales engendre une attitude des banques ou ces dernières utilisent les capitaux collectés dans le pays (considéré comme potentiellement « mou » s’il devait recouvrer sa souveraineté monétaire) pour les prêter dans pays considérés comme potentiellement « durs », comme l’Allemagne, la France, les Pays-bas, etc…Ceci conduit au mieux à une raréfaction du crédit (cas du Portugal et de l’Espagne) et au pire à sa quasi-disparition (Grèce). Or, la disparition de ce crédit bancaire, qui joue un rôle important dans la liquidité du crédit fournisseur et dans l’alimentation du capital circulant des entreprises, provoque une contraction de l’activité MÊME quand une demande solvable existe.
  • (ii) Une fuite des capitaux des pays considérés comme ayant des monnaies potentielles « molles » vers des pays aux monnaies potentielles « dures ». Ceci est visible via le compte TARGET-2 de la Banque Centrale Européenne[1]. Ce phénomène, très sensible depuis 2011 se traduit aussi par une raréfaction des liquidités et donc du crédit dans les économies considérées.
  • (iii) Le risque bancaire élevé en Grèce, Espagne et Portugal, explique enfin la réticence des banques à prendre des risques supplémentaires. En Espagne, où l’on estime que les « bad loans » (crédits « pourris ») atteignent 180 milliards d’euros (en août 2012) représentant 10,5% de l’actif des banques[2], cette réaction a entraîné une forte baisse de l’activité de crédit interne des banques. En Grèce, les mêmes raisons se sont combinées aux deux facteurs cités ci-dessus pour aboutir à un quasi-arrêt des opérations de crédit. Au Portugal, le phénomène tend actuellement vers le niveau observé en Espagne.

Ceci a pour conséquence de précipiter ces économies dans la dépression en ajoutant une crise de liquidité (qui ne dit pas son nom) à la réduction forte de la demande. De fait, on est en Grèce et en Espagne dans une situation similaire à celle que l’on connaîtrait si les banques s’étaient effondrées. Le fait que les banques soient « techniquement » vivantes ne change rien à la situation. Cela signifie que l’approvisionnement en liquidités de l’économie va dépendre de plus en plus de l’État et de la part du système bancaire qu’il continue de contrôler[3].

Ceci implique que l’activité dépendra des dépenses publiques sur une plus grande échelle que ce qui était initialement prévu car à la dimension « demande » de ces dépenses vient s’ajouter celle « alimentation en liquidités ». Or, les dépenses publiques sont les premières touchées par les politiques d’austérité. On peut alors comprendre pourquoi on assiste à un effondrement de l’investissement dans ces pays.

 

Source : FMI, World Economic Outlook Database, octobre 2012.

Ceci ne fait que rendre encore plus problématique la stabilisation et la sortie de crise. Avec cet effondrement de l’investissement, ce sont les conditions de compétitivité à moyen terme qui sont mises en cause. Or, si la compétitivité de ces pays baisse à moyen terme, les efforts qu’ils auront consentis dans des politiques de dévaluations internes sauvages n’auront servi à rien. De ce point de vue, la situation de l’Espagne et de la Grèce, ou la baisse des investissements a été la plus forte, apparaît comme la plus dangereuse.

  1. L’austérité et le multiplicateur de crédit

Il est désormais reconnu, même par le FMI[4], que les politiques d’austérité ont eu, et ont toujours, des impacts très négatifs sur le niveau d’activité. Cette reconnaissance d’une situation de fait n’exclut cependant pas des imprécisions et des illusions, dont certaines semblent profondément ancrées dans la culture idéologique de cette organisation[5].

  • (i) La valeur du Multiplicateur des Dépenses Publiques, autrement dit de la variable mesurant la relation entre ces dépenses et l’activité économique est évidemment cruciale pour juger de l’efficacité ou non d’une politique d’austérité. Si la valeur de ce multiplicateur excède 1, alors une augmentation des dépenses publiques engendrera un accroissement plus que proportionnel de l’activité, mais en cas de contraction, cette dernière sera aussi plus que proportionnelle. Jusqu’au mois de juillet 2012, le consensus des économistes était que ce multiplicateur était inférieur à 1 et donc qu’une contraction des dépenses publiques aurait un effet moins que proportionnel sur l’activité. Ce fut le fondement théorique des politiques d’austérité, certains auteurs soutenant que ce multiplicateur était en réalité très faible. L’évolution des pays soumis à des plans d’austérité drastique a infirmé ce résultat qui n’était bien souvent qu’un postulat. Un calcul récemment diffusé par le service des recherches de NATIXIS estimait la valeur de ce multiplicateur à 1,7 pour l’Espagne et 2,2 pour l’Italie[6]. De telles valeurs impliquent l’échec des politiques d’austérité. Ces dernières, mises en place pour rétablir l’équilibre des finances publiques (voire pour dégager un excédent budgétaire), entraînent des chutes plus que proportionnelles de l’activité qui se traduisent par de moindres recettes fiscales en fin d’année. Concrètement, on se retrouve avec le même déficit budgétaire (voire un déficit aggravé) qu’avant le plan d’austérité !
  • (ii) En réalité, le Multiplicateur des Dépenses Publiques est instable dans le temps et dépend largement du contexte dans lequel les plans d’austérité, ou les mesures de relance budgétaire, sont mises en œuvre. L’étude déjà citée de NATIXIS (n°686) insiste sur la simultanéité des ajustements budgétaires et fiscaux. Mais, sachant que les préférences des agents sont largement influencées par les contextes, on est en droit de penser que d’autres phénomènes viennent se manifester. Dans une période de relance, si les agents peuvent être amenés à penser que cette relance n’est que transitoire, ils ne modifieront pas nécessairement leurs comportements. Si devant un plan d’austérité ces mêmes agents sont dans l’incapacité de voire la fin de ce dernier et ne peuvent que s’attendre à des renforcements ultérieurs de cette même austérité, ils modifieront de manière substantielle leurs comportements. Le déplacement d’une partie de leurs revenus de la consommation vers une épargne de précaution va venir aggraver considérablement les effets de l’austérité et permet de comprendre pourquoi la contraction de l’économie est plus que proportionnelle à celle des dépenses publiques.
  • (iii) C’est la situation qui aujourd’hui domine en Espagne, en Grèce et au Portugal. Les différents plans d’austérité n’ont eu que peu d’effet sur le déficit budgétaire (9% en Espagne) car ils se sont traduits par une baisse plus que proportionnelle des recettes publiques, elles-mêmes fonction du niveau d’activité économique.

Dans la mesure où les plans d’austérité ont été imposés sans que l’on en connaisse la fin, ni que cette dernière n’ait été prévisible, on devait s’attendre à ce que le Multiplicateur des Dépenses Publiques soit largement au-dessus de 1. L’impact de l’austérité sur l’activité économique est donc plus que proportionnel, ce qui explique que deux des pays considérés (Grèce et Portugal) aient plongé dans une dépression et que le troisième (l’Espagne) connaisse une récession qui devrait logiquement déboucher au quatrième trimestre de 2012 sur une dépression.


Source : FMI, World Economic Outlook Database, octobre 2012.

On peut par ailleurs comprendre que l’endettement relatif au PIB ne cesse de s’accroître.

Source : FMI, World Economic Outlook Database, octobre 2012.

On constate ainsi que dans trois pays sur quatre les plans d’austérité ont eu pour effet de faire exploser la dette alors que l’intention de départ était bien de la réduire.

  1. Des réponses insatisfaisantes

Cette double situation est en un sens prise en compte par les autorités de la zone Euro et les gouvernements depuis la rentrée 2012. Mais les solutions qui sont proposées restent globalement insatisfaisantes.

  •  (i) L’union bancaire ne saurait constituer une solution aux problèmes actuels. Il est certes évident que l’union bancaire aurait été nécessaire pour éviter que les banques des pays de la zone Euro accumulent les risques avant 2007-2008. De ce point de vue, une harmonisation de la réglementation prudentielle pour la banque de détail s’imposait. Il est aussi évident qu’une forme de mutualisation des risques est nécessaire, une fois que sont établies des règles communes de supervision. Mais, ceci est une source de conflit entre un groupe de pays, conduits par l’Allemagne, qui veut que cette supervision, et cette garantie, soient limitées aux « grands établissements » et la position française et espagnole qui demande à ce que tous les établissements bancaires soient couverts par l’union bancaire. Ces deux position sont irréconciliables en l’état. De plus, ni l’une ni l’autre ne traite la question des « quasi-banques », ces établissements qui assument des fonctions bancaires sans être des banques de droit. Une réglementation stricte du secteur bancaire qui n’inclurait pas ces « quasi-banques » serait rapidement tournée et vidée de son sens, car ces « quasi-banques » pourraient prendre des positions risquées sur des crédits bancaires, et le risque de contamination ne serait donc pas écarté. Enfin, aujourd’hui, le principal problème est celui de la disparition du crédit dans les pays du sud de la zone Euro, et ceci ne saurait être traité par l’union bancaire. Cette dernière se révèle donc une réponse à une question qui n’est pas d’actualité. Ajoutons, enfin, que l’union bancaire ne sera pas mise en opération, et ce quel que soit son périmètre, avant 2014[7]. Ceci est lié à des problèmes juridiques qu’il faudra résoudre avant qu’elle ne puisse commencer ses opérations[8]. On constate ainsi que l’union bancaire, dont la nécessité se serait imposée même si la monnaie unique n’existait pas en raison de la circulation des opérations financières en Europe, ne saurait être une réponse au problème actuel et immédiat de l’effondrement des crédits.
  • (ii) Le relâchement partiel de l’austérité dont on parle beaucoup, que ce soit à propos de la Grèce qui a demandé un délai supplémentaire de deux, ou pour d’autres pays, comme l’Espagne et l’Italie, ne saurait non plus constituer une solution. Le problème n’est, hélas, pas l’excès instantané des politiques d’austérité. Le mal est déjà fait et les logiques de récession et de dépression déjà engagées. « Adoucir » ces politiques, alors que les agents économiques, la population comme les chefs d’entreprises, savent qu’elle n’est pas sur le fond remise en cause, ne provoquera aucun changement de comportement. Simplement, on passera de la logique d’une mort subite à celle d’une mort lente. Il faudrait, pour inverser la tendance actuelle et relancer l’activité à la fois accroître les dépenses publiques et augmenter considérablement les investissements. L’accroissement des dépenses publiques est nécessaire pour stabiliser la demande et les investissements sont indispensables si l’on veut que les pays du sud de la zone Euro retrouvent la compétitivité qui aujourd’hui fait défaut. Un simple assouplissement des mesures d’austérité ne répond ni à l’un ni à l’autre de ces objectifs et se montrera incapable d’inverser la tendance destructrice actuelle.

On le mesure ainsi, les réponses proposées par les institutions européennes et les gouvernements de la zone Euro ne sont pas à la mesure de la tragédie que connaisse des pays comme la Grèce, l’Espagne et le Portugal. Ces réponses sont dérisoires par rapport aux problèmes posés dans l’immédiat. L’effondrement du crédit est en train de paralyser de manière désormais croissante des secteurs qui pouvaient encore produire et exporter. Dans le cas de la Grèce, il engendre même la démonétarisation partielle de l’économie. C’est un phénomène qui a déjà été observé en Russie de 1995 à 1998[9] alors qu’étaient appliquées mutatis mutandis des politiques comparables[10]. La démonétarisation, qui est aussi liée au phénomène de manque de confiance dans la capacité de paiements de ses clients (pour une banque ou une entreprise) et qui de ce point de vue est directement liée avec l’effondrement de l’économie[11], a entraîné une contraction brutale des ressources fiscales, qui a abouti à la crise de l’été 1998, avec un défaut sur la dette souveraine et une dévaluation massive.

Les politiques d’austérité, par leur ampleur et leur violence, ont aussi fait basculer ces pays dans des logiques de récession puis de dépression, qui conduisent d’ailleurs à accroître ces mêmes politiques, en provoquant des effets toujours plus destructeurs. Il faut signaler que, ici aussi, une comparaison avec la Russie s’impose dans la mesure où on est en présence des mêmes erreurs, fondées sur les mêmes théories, en ce qui concerne les effets présumés des politiques d’austérité. À croire que les économistes n’ont rien appris et tout oubliés.

Ces problèmes dramatiques que les pays du sud de la zone Euro connaissent, nous allons les détailler dans une étude de cas sur deux pays, l’Espagne et la Grèce, dans une seconde partie de cette note.

Lire la suite : « Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer (II)« , publié le 19 octobre 2012.

Puis : « Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer (III)« , publié le 22 octobre 2012.

Citation

Jacques Sapir, « Zone Euro: sous les discours lénifiants la crise continue de se développer », billet publié sur le carnet Russeurope le 18/10/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/332

[1] Sapir J.,  Pour l’Euro, l’heure du bilan a sonné : Quinze leçons et six conclusions , FMSH-WP-2012-12, juin 2012. Sur Russeurope, à l’URL : http://russeurope.hypotheses.org/66

[2] Penty C., « Spain Banks Faces More Losses as Worst-Case Scenario Turnes Real », Bloomberg, 17 octobre 2012, URL : http://www.bloomberg.com/news/2012-10-17/spain-banks-face-more-losses-as-worst-case-scenario-turns-real.html

[3] Sapir J., La dissolution de la Zone Euro: Une solution raisonnable pour éviter la catastrophe , Working Paper inédit, 19 juillet 2012, pdf. Sur Russeurope à l’adresse : http://russeurope.hypotheses.org/23

[4] FMI, World Economic Outlook, édition d’octobre 2012, Washington DC.

[5] Sapir J., “Quelques commentaires sur le rapport du FMI “World Economic Report”, octobre 2012 (II)”, billet publié sur le carnet Russeurope le 14/10/2012, URL: http://russeurope.hypotheses.org/300

[6] Artus, P.  D’où vient le multiplicateur fiscal anormalement élevé de l’Espagne et de l’Italie ? FLASH-Economie n° 686, NATIXIS, 10 octobre 2012, p. 7.

[8] Randow J., « ECB Says Euro-Area Banking Supervision May Not Start Until 2014 » Bloomberg, 13 octobre 2012, URL : http://www.bloomberg.com/news/2012-10-13/ecb-says-euro-area-banking-supervision-may-not-start-until-2014.html

[9] Rozanova I. M., Al’ternativnye formy finansovykh rascetov mezdu predprijatijami (Les formes alternatives de règlements financiers entre les entreprises), Problemy Prognozirovanija, n° 6, 1998, pp. 96-103. Rodionov P. I., Grjaznov L. E. & Terent’ev B. G. (1998), Spektr plateznykh sredstv pri deneznom deficite (Le spectre des moyens de paiement dans une situation de déficit monétaire), Problemy Prognozirovanija, n° 6, pp. 82-89.

[10]  Sapir J., « A l’épreuve des faits…Bilan des politiques macroéconomiques mises en oeuvre en Russie », in Revue d’études comparatives est-ouest, vol.30, n°2-3, 1999, pp 153-213.

[11] Marin D., « Trust Vs. Illusion: what is driving demonetization in Russia? », Discussion paper Series, n°2570, CEPR, Londres, septembre 2000.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *