Sanctions et conséquences

Séminaire Franco-Russe

XLVIII ème session

Drapeaux 

Alexandre A. Chirov, vice-directeur de l’IPEN-ASR, directeur du laboratoire d’analyse et de prévision du potentiel industriel et des relations inter-sectorielles.

Vadim V. Potapenko, collaborateur junior au laboratoire d’étude du potentiel industriel et des relations inter-sectorielles de l’IPEN-ASR.

A.A. Yantovskiy, collaborateur junior au laboratoire d’étude du potentiel industriel et des relations inter-sectorielles de l’IPEN-ASR.

 

Les effets potentiels des sanctions sur le développement de la Russie et de l’Union Européenne

 (Résumé de la présentation faite par Alexandre Chirov)

Les problèmes que rencontre l’économie russe ne datent pas du « régime des sanctions » mais proviennent de phénomènes qui ont commencé à se manifester dès la fin de 2012. Ces problèmes sont en réalité bien plus importants. Mais, les sanctions financières ont bien eu des effets sur l’économie à partir de septembre 2014.

Ces effets potentiels des sanctions, répartis sur les 3 prochaines années, peuvent se résumer ainsi :

  • –       Absence de refinancement des entreprises pour 150-200 milliards de USD
  • –       Absence d’IDE : 30-50 milliards USD
  • –       Réduction de la coopération industrielle : 20-30 milliards USD
  • –       Réduction d’accès aux technologies avancées : 5-7 milliards USD

On constate que la partie financière des sanctions se monte à 180-250 milliards de dollars tandis que la partie industrielle de ces sanctions ne se monte qu’à 25-37 milliards USD. Mais, il faut ici insister sur le fait que ces calculs sont des potentiels, et qu’ils n’incluent nullement la possibilité de trouver d’autres canaux et d’autres fournisseurs. L’effet le plus important dans le domaine industriel, mais de très long terme (2030) serait une perte de -15% dans la production pétrolière. Néanmoins ceci suppose que les entreprises pétrolières ne trouvent pas des solutions alternatives (en se tournant en particulier vers des fournisseurs asiatiques) à la coopération avec des partenaires européens ou américains.

Les sanctions financières auront aussi des conséquences pour les pays occidentaux. On peut estimer la perte sur les intérêts versés aux investisseurs occidentaux à 10 milliards de dollars par ans. Dans le domaine commercial, la perte pour les producteurs européens (UE) se monte à 30 milliards de USD par an. Un autre phénomène dont il faut tenir compte est le développement de substitutions aux importations, soit par la production interne (cela peut représenter de 7 à 13 milliards USD), soit par la recherche d’autres fournisseurs (en Asie) ce qui devrait représenter 20-22 milliards USD par an. Le total du coût pour les pays occidentaux devrait être de 37 – 45 milliards par an. A cela il faut ajouter une restriction de la demande qui ne sera pas compensée. On arrive ici à un total de 50-70 milliards par an. Ceci ne tient pas compte d’un effet multiplicateur (effet dits « de deuxième tour » portant sur les fournisseurs des entreprises exportant vers la Russie) résultant de l’interruption du commerce avec les pays occidentaux. Pour les pays de l’UE, ces effets résultant de l’impact indirect  seraient de l’ordre de 180 milliards de dollars. Il faut ici distinguer les effets financiers (les intérêts) et les effets industriels. Les effets financiers seront sensibles essentiellement aux Etats-Unis ; les effets industriels seront sensibles essentiellement dans l’UE.

Tableau 1.

Impact estimé des sanctions sur l’industrie de l’Union Européenne

 

Impact direct

Impact direct et indirect

Produits de l’agriculture

-0,37%

-0,89%

Produits de l’industrie textile

-0,33%

-0,73%

Produits de l’industrie chimique

-0,26%

-0,69%

Machines et équipements.

-0,56%

-0,98%

Production d’équipements électriques

-0,27%

-0,65%

Véhicules et équipements de transport

-0,82%

-1,32%

 

Au total, la contraction devrait être égale à 0,75% du PIB de l’UE. Mais, il est évident que ceci se répartira de manière très différente sur les pays membres de l’UE. L’impact pourrait donc être un peu plus important pour des pays comme l’Allemagne, la Pologne et l’Italie, dont le commerce avec la Russie est important, et moindre pour l’Espagne, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas.

On constate que les sanctions (et les contre-sanctions) auront donc des effets non négligeables, mais pour des raisons différentes. Ces effets proviendront essentiellement des sanctions financières en ce qui concerne la Russie. L’effet négatif de ces sanctions pourrait atteindre un total de 8% du PIB en 2016-2017. Mais, ceci suppose que la Russie ne réagisse pas et ne mette pas en œuvre des politiques de compensations. Suivant la nature de ces politiques on pourrait connaître une baisse de -4% à -1,5% pour le PIB pour 2015, et une évolution pour 2016 allant d’une nouvelle baisse de -3% à une hausse de 1,5% suivant les politiques qui seront adoptées.

Pour l’Union Européenne, ces effets viendront essentiellement de la chute du commerce et des effets induits sur les chaînes des producteurs et de leurs sous-traitants. La baisse de croissance devrait être égale en 2015 à -0,75%. L’effet devrait persister en 2016 et 2017. Compte tenu de la faiblesse de la croissance dans l’Union Européenne, et en particulier pour les pays de la zone Euro, cet impact risque d’être important en provoquant un basculement de l’économie européenne dans la récession.

Il est clair qu’en raison de l’intégration de la Russie et de l’Union Européenne, il importe de lever rapidement ces sanctions. Il faut ici comprendre que plus la situation perdurera plus des effets d’irréversibilité se manifesteront dans le commerce entre la Russie et l’Union Européenne. De ce point de vue, les effets des sanctions seront transitoires en ce qui concerne la Russie mais pourraient s’avérer permanent dans le cas de l’UE.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...