Révolutions en Russie

Митинг на Невском проспекте (1917).jpg
Contrairement aux idées reçues, le modèle soviétique tel qu’il se manifesta à la fin des années vingt, n’était nullement constitué en Octobre 1917. La guerre civile obligea les bolcheviques à radicaliser plus qu’ils ne l’avaient souhaité initialement leur programme économique[1]. Ce pragmatisme dans les faits ne fut jamais pleinement politiquement assumé, car il se heurtait au discours légitimateur de nature scientiste qui est constitutif du discours léniniste depuis Que Faire. Ceci conduisit à justifier a posteriori cette radicalisation dans une apologie du communisme de guerre. Léon Trotsky se fit ainsi l’apôtre du travail forcé et de la militarisation des syndicats[2].

En fait, jusqu’à la fin de 1919, le VSNH, héritier direct du Ts. VPK, freina les nationalisations et les municipalisations des entreprises et fit son possible pour maintenir en place les anciennes équipes dirigeantes des usines. Ceci était cohérent avec ce qui était la vision initiale des bolcheviks, qui considéraient que leur prise de pouvoir n’aurait de sens que dans le contexte d’une révolution mondiale. Ce n’est qu’à partir du moment où ils comprennent que celle-ci ne se produira pas (ou du moins pas immédiatement) qu’ils acceptent de se confronter avec les problèmes du développement de la Russie. Mais, ici, un autre facteur va intervenir : la guerre civile. Le basculement vers une étatisation fut en réalité la conséquence de la guerre civile (et le fait que les anciennes directions industrielles devenaient suspectes dans ce nouveau contexte) et non pas un projet que le nouveau pouvoir aurait décidé d’appliquer dès le départ. L’étatisation de l’industrie ne fut complète qu’à la fin de 1920[3]. La logique même du raidissement de la contrainte et des pratiques de commandements qu’impliquait la situation de la guerre civile aboutit à la quasi-destruction des relations monétaires dans un épisode hyper-inflationniste et à une double crise agricole et industrielle. Les conséquences sociales de cette dernière (révolte de Kronstadt, soulèvements paysans de Tambov) incitèrent le gouvernement à revenir vers des pratiques tolérant de larges espaces d’économie de marché. La NEP ne fut pas ainsi seulement la reconnaissance d’une liberté économique dans l’agriculture et le commerce. Elle se traduisit aussi au sein de l’industrie nationalisée par la montée des pratiques contractuelles remplaçant progressivement les commandes autoritaires.

Il est ainsi incontestable que l’économie soviétique, du temps de la NEP, avait des aspects d’économie mixte. Elle connaissait une dynamique allant dans le sens d’un développement combiné des activités privées et étatiques. Cette situation posait de délicats problèmes, tant d’un point de vue idéologique que, très concrètement, en matière d’organisation. Les tensions que l’on a pu observer dans l’économie chinoise dans les années quatre-vingt et quatre-vingt-dix en sont un exemple[4].

L’héritage discutable du « communisme de guerre » et de la guerre civile

C’est donc la guerre civile qui fut le principal moteur de ce que l’on appelle, à posteriori, le « communisme de guerre ». En fait, dans les premiers mois après la révolution d’octobre (7 novembre dans le nouveau calendrier) les changements économiques ont été des plus limités. Les nationalisations se limitent aux entreprises dites « stratégiques » et à celles produisant des équipements militaires. C’est ce qui explique, dans une économie de guerre, que le pourcentage d’entreprises nationalisées soit très importants pour les très grandes entreprises, celles de plus de 5000 salariés. Il faut souligner que le nombre de ces très grandes entreprises est en réalité très réduit. Un autre cas de figure important est celui des entreprises « séquestrées ». Il s’agit d’entreprises dont les directions se sont enfuies et qu’il a fallu soustraire à un contrôle direct par les syndicats. C’est à peu près la même situation qui prévaut pour les entreprises « municipalisées », ou les conseils municipaux prennent le contrôle de l’entreprise car son propriétaire est soit défaillant soit en fuite, mais n’interviennent pas sur la pratique de direction de l’équipe en place.

Figure 1

État des prises de contrôle des entreprises industrielles au 31 mars 1918

A - Statut entrep

Source : V.Z. Drobizhev, « Socialisticheskoe obobshchestvlenie promyshlennosti v SSSR » in Voprosy Istorii, 1964, n°6, p. 58.

A partir du début de 1920, on assiste donc à une forte montée du nombre des nationalisations et des municipalisations. Cela traduit à la fois le départ des propriétaires (et parfois d’une partie des équipes des direction) mais aussi les pressions des syndicats pour contrôler directement l’appareil productif. C’est à ce moment que se situe l’épisode du « contrôle ouvrier ». Il faut savoir qu’en russe le terme peut avoir deux significations. Il peut vouloir dire effectivement un contrôle direct par les travailleur sur leur outil de travail (auquel cas il est qualifié de faktitchekyi) ou au contraire il peut simplement signifier l’accès des syndicats aux documents de gestion de l’entreprise (auquel cas il est qualifié de dokumentalnyi). En fait, pour la direction léniniste, seul le deuxième type de contrôle ouvrier est concevable. Mais, les syndicats (et les militants syndicaux) vont réclamer le contrôle ouvrier dans sa première signification. En fait, la montée des nationalisations auquel on assiste en 1920 traduit la volonté du pouvoir d’Etat d’imposer le contrôle « documentaire » contre le contrôle « factuel » exercé par les syndicats. Les nationalisations ont eu ainsi pour effet d’imposer un pouvoir choisi par le gouvernement contre le pouvoir des ouvriers. L’un des arguments qui fut employé pour justifier cette pratique était que les « vrais » ouvriers n’étaient plus dans les usines mais dans l’armée qui se battait contre les forces contre-révolutionnaires. Il convient donc de prendre un certain recul quant aux affirmations concernant « l’étatisation » de l’appareil productif industriel. S’il y a bien eu expropriation formelle des anciens propriétaires, ce fut pour garantir la pérennité des formes traditionnelles de commandement et non pour les remplacer par de « nouvelles » formes.

La guerre civile devait aboutir, on l’a dit, à la quasi-destruction des relations monétaires et à une situation où les relations économiques se réduisent à la gestion de quelques flux matériels critiques. Elle fut marquée par un épisode hyper-inflationniste et à une double crise agricole et industrielle. Cette double crise, ainsi que les soulèvements qui y sont liés, convainquirent les dirigeants bolcheviks (et en particulier Lénine) à changer de direction. Le débat autour de l’instauration de la « Nouvelle Politique Economique », que l’on connaît mieux par ses initiales russes de NEP, fut extrêmement important en cela qu’il exposa les différentes conceptions quant au régime issue de la révolution d’octobre. Il ne fait guère de doute que, pour Lénine lui-même, ce régime n’était qu’une superstructure révolutionnaire (et encore a-t-il des mots très durs quant au fonctionnement de l’appareil d’Etat) posé que une infrastructure qui avait somme toute fort peu bougée par rapport à ce qu’elle était sous le tsarisme. Il est incontestable que c’est cette prise de conscience qui le conduisit à mettre en œuvre la NEP non pas tant comme un « recul » par rapport au communisme de guerre que comme une tentative de trouver une voie spécifique au développement économique de la Russie. En l’absence de « révolution mondiale », et plus spécifiquement en Allemagne, il convient d’assurer les conditions de développement de l’économie et de la société.

La « Nouvelle Politique Economique »

La NEP a longtemps eu mauvaise réputation. Pour les uns elle n’aurait été qu’une passade entre le communisme de guerre et la collectivisation[5]. Pour d’autres, un retour honteux au capitalisme et à ses inégalités[6]. Pour d’autres encore, une expérience intéressante mais condamnée du fait même de ses contradictions internes, et en particulier du développement trop lent de l’industrie ou du poids des koulaks à la campagne[7]. La NEP a eu aussi des défenseurs, tant du point de vue de l’analyse politique que de l’analyse économique[8]. La question a une certaine importance, car les réponses que l’on y apporte ont des conséquences évidentes sur notre perception de la collectivisation[9].

En fait, la croissance économique sous la NEP constitue un paradoxe étonnant du point de vue de l’histoire économique. Elle ne peut être rattachée ni à la croissance russe des années 1885-1914, ni à la logique des années trente et ultérieures. Pour la première fois dans l’histoire du développement industriel de la Russie[10] on est en présence d’une croissance forte, tirée avant tout par les gains de productivité. On pourrait penser que ceci est une illusion statistique, due au phénomène de remise en marche des usines arrêtées pendant la guerre civile. Il n’est pas douteux que l’on a assisté à un effet de récupération, au moins entre 1923 et 1925. Mais, le fait que la tendance se poursuive alors que la production soviétique dépasse celle de la Russie en 1913, et ce sur un territoire plus petit, de même que le fait que la productivité dépasse à partir de 1925 le niveau de 1913, montrent bien que la récupération est loin de tout expliquer.

Il est aussi incontestable qu’il y avait, dans certaines strates de l’appareil administratif, une nostalgie de la période du communisme de guerre. Il serait cependant profondément erroné de ne voir dans la NEP qu’un entracte avant le retour à une « normalité » soviétique. La construction du système tel qu’on l’a connu pour des décennies, et qui se fit à partir de 1928 fut suffisamment chaotique et dramatique pour montrer que la situation de la NEP avait sa propre stabilité qu’il a fallu consciemment détruire. Cette période se caractérise d’ailleurs par la réussite de la stabilisation monétaire effectuée à l’issue de l’hyperinflation. Le desserrement de la contrainte sur la création monétaire se fit progressivement, en fonction des besoins d’une économie qui connaissait un taux de croissance élevé, tant dans l’industrie que dans l’agriculture.

D’un point de vue institutionnel la mise en place du système économique s’est déroulée sur une période d’un peu plus d’une dizaine d’années quand on regarde le fonctionnement de l’industrie et, plus généralement, du secteur étatique[11]. Si la montée en puissance du GOSPLAN en tant qu’organisme de direction de l’économie date de la fin des années vingt, la structure générale du système ne sera acquise qu’à la fin des années trente, voire en 1948 avec la constitution formelle d’un comité aux approvisionnements, le GOSSNAB, à l’échelle nationale. Cependant, et en dépit des affirmations des responsables, les balances-matières ne purent jamais s’imposer comme la source unique de la planification, et les indicateurs monétaires continuèrent d’être largement employés, y compris en concurrence avec la planification sur la bases de données quantitatives[12]..

Non seulement l’Union soviétique de la NEP retrouva-t-elle ainsi rapidement des niveaux de productivité égaux, puis supérieurs, à ceux de 1913, mais le mouvement se poursuit jusqu’en 1929. Cette évolution, que l’on peut reconstituer à partir de diverses données de l’époque reste contestée par certains auteurs qui s’appuient sur des monographies sectorielles, portant presque exclusivement sur l’industrie textile et tout particulièrement les filatures de coton[13]. On peut penser que, bien souvent, il y a une confusion entre la dureté des conflits portant sur l’organisation du travail, conflits dont la réalité est indéniable[14], et le mouvement de la productivité. Il n’y a, en effet, pas de lien de causalité entre calme social et rationalisation, voir simplement développement de la productivité. Au contraire, l’expérience des pays occidentaux montre que les gains de productivité et les conditions de leur partage satisfaisant entre profits et salaires, sont liés à des conflits importants qui jouent un rôle très positif dans le processus.

Tableau 1

Évolution de la productivité et du Coût Salarial Réel sous la NEP

Années Productivitéhoraire

1913=100

Productivité 1924=100 Salaire moyen,en roubles constants

1924=100

Coût salarial réel1924=100
1923 85,8 99,08
1924 86,6 100,00 100,00 100,00
1925 118,7 137,07 114,10 83,24
1926 142,5 164,55 144,80 88,00
1927 153,7 177,48 160,90 90,66
1928 184,3 212,82 182,10 85,57
1929 206,7 238,68 188,90 79,14

Sources : V. Zagorsky, Les salaires et la réglementation du travail en URSS, BIT, Genève, 1930 ; Ekonomitcheskie Obozrenie, Décembre 1925, pp. 268-271 ; J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière, rapports sociaux, Thèse de Troisième cycle, EHESS, Paris, Février 1980, pp. 296-313.

Figure 2

Dynamique de la productivité et des salaires sous la NEP

A - Nep1

Source : J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière, rapports sociaux, Thèse de Troisième cycle, EHESS, Paris, Février 1980.

 

Ces gains de productivité étant sensiblement supérieurs à ceux des salaires réels, qui eux aussi connaissent une forte croissance, ceci implique que le coût réel du travail (le coût salarial réel obtenu en divisant le salaire par la productivité) baisse[15] pour les entreprises. En d’autres termes qu’il est possible de dégager des investissements supplémentaires sans pour autant avoir à contraindre la consommation. On peut s’interroger sur les causes d’une telle situation. Il est indiscutable qu’il y a eu, tant de la part du gouvernement et en particulier du VSNH, que de la direction des entreprises, une volonté constante durant cette période d’augmenter la productivité.

Figure 3

Croissance du rendement moyen journalier dans l’industrie

(1er trimestre 1922-1923 = 100)

A - Nep 2

Source : Idem figure 1, p. 310

Le système financier de la période de la NEP

Le système financier et monétaire qui émerge au sortir de la guerre civile et de la crise hyperinflationniste conjurée par l’introduction du rouble-Tchervonetz correspond à la dynamique d’économie mixte que l’on a indiquée. En effet, de 1923 à 1929 l’économie soviétique se développe dans un cadre très différent de celui que l’on connaîtra après 1929.

Un embryon d’organisme de planification (le GOELRO, qui devint le GOSPLAN) avait été constitué, avec l’aide de spécialistes allemands issus des organismes du KRA de l’économie de guerre[16]. Les tâches de cette instance de planification étaient avant tout indicatives. L’industrie était contrôlée par le VSNH dans sa démarche globale et en particulier en ce qui concerne les priorités d’investissement et de reconstruction. Les entreprises étaient gérées à travers des trusts décrits dans le décret du 10 avril 1923 comme :

« Des établissements industriels d’État autorisés par le gouvernement à opérer de manière indépendante en accord avec leur charte interne, sur une base commerciale et dans l’objectif de faire des profits « .

Ces organismes étaient donc dotés d’une large autonomie, autonomie qu’ils tentaient d’ailleurs régulièrement d’accroître au détriment du VSNH[17]. A cet égard, l’établissement de mesures de discipline financière, s’il entérinait cette autonomie, obligeait les trusts à une réelle responsabilité, en particulier en matière de prix. Pour assurer le financement de l’économie, le secteur bancaire qui avait été nationalisé, fut restructuré en grandes banques spécialisées dans le crédit aux entreprises, tant publiques que privées. Ces grandes banques spécialisées étaient les descendantes directes des structures financières mises en place par le Ts. VPK. Des mécanismes comme le réescompte d’effets de commerce et le crédit aux fournisseurs furent rétablis.

La Banque Centrale (GOSBANK) se cantonnait à son rôle de prêteur en dernier ressort et de garant du système par la mise en place de règlementations prudentielles. Par rapport à la situation d’avant 1914 la principale différence résidait dans la quasi-disparition des marchés de titres (quelques embryons de bourses fonctionnèrent entre 1924 et 1928) et surtout une convertibilité fortement contrôlée du rouble. Des « bourses de changes » locales, dépendant étroitement de la Banque Centrale, assuraient la fonction du change, non seulement par rapport aux devises étrangères mais aussi aux métaux précieux. En 1926/27 elles commençaient des opérations obligataires. La fin de la NEP et les conséquences de la collectivisation ne leur laissèrent pas le temps de se développer. Ce système fut loin d’être inefficace, comme on peut le voir au tableau 2.

Tableau 2

Le développement économique de l’URSS sous la NEP

Années Revenu national Industrie Dont industrie légère Production agricole
1913 100 100 100 100
1921 38    31 33 60
1925    nc 73 69 112
1926 103 98 90 118
1927 110 111 102 121

Sources : Annuaires soviétiques de la période, Kontrol’nye cifry narodnogo hozjajstva na…( pour 1925/26, 1926/27), et Kontrol’nye cifry narodnoe hozjajstva SSSR na…(pour 1927/28 et 1928/29), Moscou, diverses années. Voir aussi, Desjat’ let hozjajstvennogo stroitel’stva v SSSR, 1917-1927, Gosizdat, Moscou, 1928 ; E. Kviring, Otcherki razvitija promychlennosti SSSR, 1917-1927, Gosizdat, Moscou-Leningrad, 1929 ; V. Zagorsky, Les salaires et la réglementation du travail en URSS, BIT, Genève, 1930.

 

L’opposition en deux systèmes, à la fois économiques et financiers n’avait pas entièrement disparu. L’économie rurale, qu’il s’agisse de l’agriculture ou de l’artisanat qui lui est lié, souffrait de ne pouvoir trouver un système de crédit qui lui soit adapté. Les pratiques d’entre-aide et de coopération spontanée (la suprjaga) jouèrent un rôle essentiel dans le renforcement du groupe des paysans dits « moyens » tant face aux paysans riches qu’aux paysans pauvres[18].

Tableau 3

Répartition des exploitations paysannes en RSFSR en 1926/1927

Exploitations « très pauvres » Exploitations « pauvres » Exploitations « moyennes » Exploitations capitalistes ou Koulak.
RSFSR 12,3% 21,0% 63,0% 3,7%
Région Ouest 9,7% 20,4% 67,7% 2,2%
Région Centre-Terres Noires 10,2% 23,7% 63,8% 2,3%
Oural 15,9% 23,0% 56,7% 4,4%
Nord-caucase 16,1% 22,3% 55,8% 5,8%
Sibérie 11,0% 19,9% 62,4% 6,7%
Rappel: Russie 1910 38,0% 46% 16%

Est considérée comme une exploitation très pauvre une exploitation dont le propriétaire ne possède ni instruments, ni animal de trait ; une exploitation pauvre est une exploitation dont le propriétaire possède soit des instruments soit un animal de trait. Une exploitation moyenne est caractérisée par son autosuffisance en instruments et en moyens de traction ; l’exploitation capitaliste par l’emploi d’un ouvrier agricole.

A.I. Muralova, Narodnyj komissariat zemledelija RSFSR, Trudy zemplana pod obchtchej red. A.I.Muralova, vypusk XVI, Tchast’ 1-ja, Narkomzeml Izdatel’stvo, Moscou, 1928, pp. 35-36.

 

Ces pratiques se sont substituées à une circulation de créances au sens classique du terme. Il est probable qu’elles auraient épuisé leurs effets, si la NEP s’était poursuivi, vers 1933/1935, obligeant alors le pouvoir à penser un réel système de crédit adapté au monde rural. Pour autant, dans l’industrie, il y a bien unification des deux systèmes, dans un contexte où les pratiques de collusion et de confusion d’intérêts étaient mieux circonscrites que dans l’État patrimonial tsariste. Le contrôle de l’autorité publique est d’ailleurs intermédié par le biais des banques spécialisées et du mécanisme d’escompte des créances émises à l’occasion de transactions interentreprises. Il faut y voir la principale raison de la stabilité monétaire de cette période, où le risque d’hyperinflation est conjuré et la hausse des prix largement supportable. Les conditions d’alimentation en crédit des entreprises permettent de remettre rapidement en production des capacités laissées dormantes depuis la fin de la guerre civile. Ceci se traduisit par des gains de productivité importants, probablement liés à des effets d’économie d’échelle.

Le système monétaire et financier de la NEP n’a pas aboli la dichotomie qui a caractérisé le modèle de développement de la Russie depuis la fin du XIXème siècle. Il lui a cependant donné des formes de gestion plus adaptées et plus efficaces. La monétarisation de l’économie reste incomplète, mais en réalité pas moins qu’en 1914. En fait, on a progressé dans le sens d’une unification de l’espace de circulation des créances et donc dans le renforcement potentiel de la dynamique monétaire issue de la confrontation entre créances « privées » et monnaie « centrale ». Le rôle joué par le crédit interentreprises et le « crédit fournisseur », avec possibilité d’escompte et de réescompte, rend la contrainte centrale moins directe mais pas nécessairement moins efficace que dans le système soumis au contrôle public qui existait avant 1914. En même temps les pratiques de crédit et de circulation de créances qui existaient dans le système qualifié d’autonome doivent désormais se plier à la confrontation avec une procédure de validation en monnaie « centrale ». La logique naturelle de la NEP aurait du être le développement de systèmes de crédit adaptés au monde rural, probablement sous la forme de banques coopératives liées à une caisse centrale. Le tournant de la collectivisation forcée allait briser tout cela[19].

Notes

[1] S. Malle, The economic organization of the war communism, Cambridge University Press, Cambridge, 1985.

[2] L. Trotsky, Terrorisme et Communisme, UGE, coll 10-18, Paris, 1963.

[3] V.Z. Drobizhev, « Sotsialistitcheskoe obobchtchestvlenie promychlennosti v SSSR », in Voprosy Istorii, n°6, 1964.

[4] Voir B. Chavance, « L’économie politique des réformes chinoises », in Revue d’études comparatives Est-Ouest, vol. 19, n°1, 1988.

[5] Telle est la thèse de P. Craig Roberts, Alienation and the Soviet Economy, University of New Mexico Press, Albuquerque, NM, 1971.

[6] Thèse non seulement des historiens soviétiques officiels, mais aussi d’une partie de la littérature d’inspiration trotskiste ; voir ainsi J.L. Dallemagne, Construction du socialisme et révolution – Essai sur la transition du socialisme, F. Maspéro, Paris, 1975, voire chez des auteurs que l’on ne peut rattacher à ces courants comme W. Andreff, La crise des économies socialistes, op. cit.

[7] C’est par exemple la position de deux spécialistes parmi les plus réputés, comme A. Erlich, The Soviet Industrialization Debate 1924-1928, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1960. A. Nove, An Economic History of the USSR, Penguin, Londres, 1969 ; Idem, Economic Rationality and Soviet Politics, or Was Stalin Really Necessary, Praeger, New York, 1964.

[8] M. Lewin, Russian Peasants and Soviet Power, George Allen & Unwin, Londres, 1968 ; J.F. Karcz, « Thoughts on the Grain problem », in Soviet Studies, vol.18, n°4, avril 1967, pp.399-435 ; Idem, « Back on the Grain Front », in Soviet Studies, vol. 21, n°2, octobre 1970, pp. 262-294. J.R. Millar, « Soviet Rapid development and the Agricultural Surplus Hypothesis », in Soviet Studies, vol. 22, n°1, Juillet 1971, pp. 77-93. Signalons enfin une tentative pour envisager plus sereinement la société soviétique sous la NEP : S. Fitzpatick, A. Rabinowitch et R. Stites (eds.), Russia in the Era of NEP, Indiana University Press, Bloomington, 1991.

[9] Voir « Was Stalin Really Necessary ? A Debate on Collectivization », in Problems of Communism, n°25, juillet-août 1976, pp. 49-66.

[10] Voir sur ce point, K.C. Talheim, « Russia’s economic development », in G. Katkov, E. Oberländer, N. Poppe et G. von Rauch (eds.), Russia enters the Twentieth Century, Temple Smith, Londres, 1971.

[11] Il en existe une remarquable description dans R. Hutchings, The Structural Origins of Soviet Industrial Expansion, Macmillan, Londres, 1984 ; E.Zaleski, La Planification Stalinienne, Economica, Paris, 1984. Voir aussi l’ouvrage ancien, mais largement prophétique quant à sa description des mécanismes et des problèmes du système soviétique, de C. Bettelheim, La Planification Soviétique, Marcel Rivière, Paris, 1946.

[12] E.Ju. Lokchin, Organizatsija material’no-tehnitcheskogo snabzhenija v promychlennosti SSSR, Gosizdat, Moscou, 1952. A. Arakeljan, Planirovanie narodnogo hozjajstva SSSR, Gosizdat, Moscou, 1952.

[13] C. Ward, « The crisis of productivity in the New Economic Policy : rationalization drive and shopfloor responses in Soviet cotton mills, 1924-1929 », in S. White (ed.), New Directions in Soviet History, Cambridge University Press, Cambridge, 1992. J. Hatch, « The politics of industrial efficiency during the NEP : the 1926 rezhim ekonomii campaign in Moscow », in S. White (ed.), New Directions in Soviet History, op. cit.

[14] J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière, rapports sociaux, Thèse de Troisième cycle, 2 vol., EHESS, Paris, février 1980. Idem, Travail et travailleurs en URSS, La Découverte, Paris, 1984.

[15] Il faut souligner cependant que les données que l’on utilise ici, et qui ont été collectées dans des sources de l’époque, contredisent la thèse d’un auteur qui a travaillé sur cette période : W. Chase, Workers, Society and the Soviet State, Labor and Life in Moscow, 1918-1929, Illinois University Press, Urbana, 1987. La différence peut s’expliquer à la fois par le fait que cet auteur utilise prioritairement des données moscovites, mais aussi parce qu’il utilise comme mesure du mouvement des salaires l’évolution des normes et non les salaires réellement versés.

[16] Sur la parenté entre les méthodes du KRA et celles des VPK, J. Sapir, L’économie mobilisée. Essai sur les économies de type soviétique, op. cit..

[17] Ch.L. Rozenfel’d, Organizatsija upravlenija promyshlennostju v SSSR, Gosplanizdat, Moscou, 1950, p. 216 et 223.

[18] S. Grosskopf, L’alliance ouvrière et paysanne en URSS, F. Maspéro, Paris, 1976.

[19] Sur les dynamiques conduisant à la destruction de la NEP, J. Sapir, « Éléments d’une histoire économique de l’URSS: quelques questions sur la croissance », in J. Sapir, (ed.), Retour sur l’URSS , l’Harmattan, Paris, mai 1997, pp. 59-98.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *