L’économie soviétique « classique »

StakhanovIl est incontestable que l’image de la croissance économique dans les années trente a lourdement joué dans la représentation d’un bilan « globalement positif » de l’expérience soviétique, voire du stalinisme. Sur ce point, il y a souvent convergence entre des auteurs professant pourtant des opinions opposées quant à la nature du régime soviétique. En réalité, s’il est incontestable que l’économie de l’URSS s’est bien développée d’un point de vue quantitatif, le bilan qualitatif que l’on peut tirer de ces années est plus mitigé. Qu’il s’agisse de la composition de la production (le rapport entre produits semi-finis et bien fortement manufacturés) ou de la productivité du travail dans l’industrie, les résultats sont beaucoup moins spectaculaires que ce qu’indiquent les grands chiffres de la croissance économique. De plus, cette croissance n’a été possible qu’au prix de désajustements importants dans la structure de l’économie dont la « grande famine » apparaît certainement comme le plus spectaculaire et le plus dramatique.

Quelle croissance ?

Les statistiques soviétiques nous renvoient une image de très forte croissance durant cette période car, de 1928 à 1940, le produit matériel net aurait été multiplié par cinq. Si la croissance est elle-même indubitable, son rythme est douteux. Un certain nombre de spécialistes occidentaux ont cherché à en recalculer la progression en utilisant des agrégats statistiques plus comparables avec ceux dont se servent les économistes, et en tenant compte d’un certain nombre d’aberrations et de distorsions statistiques. Outre les dissimulations volontaires, il faut considérer l’impact des hausses de prix non répertoriées dans les indices et la transformation rapide de la composition même de la production, qui donne naissance à ce que l’on appelle l’effet Gerschenkron et qui aboutit à surestimer la croissance. Il est ainsi globalement clair qu’il y a une forte exagération dans les données soviétiques[1].

Tableau 1

Les différentes estimations de la croissance soviétique, 1928-1940

CSU, PMN, prix de 1926/1927 N.Jasny, PNN,aux prix réels de 1927/1927 A.Bergson, PNB au coût des facteurs, 1928 Idem, au coût des facteurs,1937 Moorsteen & Powell, PNB, au coût des facteurs, 1937
1928 100 100 100 100 100
1937 386 172 275 162 172
1940 513 189 179 187

Sources : CSU, annuaires soviétiques. N. Jasny, N. Jasny, Soviet Industrialization, 1928-1952, Chicago University Press, Chicago, 1962. A. Bergson, The Real National Income of Soviet Russia since 1928, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1961. Moorsteen & Powell, The Soviet capital stock, Yale University, Homewood, III., 1966.

Cette exagération est en partie le produit de la « propagande » du régime, mais en partie seulement. En fait, les transformations que l’économie russe a connues durant les années 1930 engendrent des problèmes statistiques particuliers. Le développement des constructions mécaniques, qui caractérise tout processus d’industrialisation, en est un exemple[2]. Un rendu quantitatif de changements qualitatifs pose de très nombreux problèmes[3]. Par ailleurs les agrégats statistiques utilisés posent eux aussi problème.

 

L’effet Gerschenkron

On appelle « effet Gerschenkron », du nom de l’historien qui le mit en évidence la première fois, une aberration statistique qui survient quand on cherche à mesurer la croissance économique dans des périodes où les transformations qualitatives sont importantes. Toute mesure de la croissance implique que l’on raisonne à prix constants. Si on prend comme base les prix de l’année de départ, on intègre une structure des prix relatifs entre produits qui est non seulement différente de celle de l’année d’arrivée, mais dans laquelle les produits manufacturés valent plus cher qu’à la fin du processus. Comme ces produits sont ceux dont la croissance est la plus forte dans le cas d’une industrialisation rapide, l’image de la croissance est surestimée. Si on prend comme base les prix de l’année d’arrivée, on va au contraire sous-estimer la croissance, car on appliquera des prix relatifs qui sont le produit du processus d’industrialisation. La solution consiste à faire une moyenne entre les deux indices.

Cependant, si on admet un quasi doublement du revenu national dans la période considérée, ceci aboutit quand même à une croissance non négligeable d’environ 5% par an de 1928 à 1940. En fait, la croissance a même été certainement plus forte que cela entre 1933 et 1937. En effet, les premières années ont été désastreuses, non seulement en raison de l’impact très négatif de la collectivisation, mais aussi en raison d’un désordre profond dans l’industrie ; il est ainsi clair que la production a même baissé en 1930-31 dans un certain nombre de branches[4]. Puis, après 1937, la croissance a été ralentie par la combinaison des désordres engendrés par les purges, mais aussi par le passage sur pied de guerre d’un certain nombre d’entreprises. Il faut noter que l’effort militaire a régulièrement augmenté à partir de 1931. Si les chiffres de production des matériels militaires, tanks, avions, navires de combat, sont à peu près stables de 1933 à 1939, et à des niveaux très élevés en période de paix[5], la complexité des matériels, elle, croît régulièrement et implique un prélèvement croissant sur l’économie. Il n’en reste pas moins que les mauvais résultats, qui sont particulièrement visibles dans les statistiques de la production industrielle, ne sont pas seulement le produit des désordres politiques généraux. On peut montrer l’existence d’une brutale crise due à un excès d’investissement[6]. En fait, la croissance des années trente a été scandée par des phases cycliques à la fois brèves et extrêmement violentes[7]. Elle témoigne d’une dynamique endogène de l’économie soviétique qui échappe dans une large mesure à l’intentionnalité des dirigeants, voire même aux conséquences non-intentionnelles de leurs actions. Les conditions de la mise en place du projet économique stalinien se sont soldées par la constitution d’un contexte qui pèse sur les anticipations et les comportements des acteurs, tout en affectant aussi leurs représentations de la réalité économique et sociale.

Graphique 1

Comparaison de la croissance du revenu national,

A - Fig1

sources soviétiques et américaines

Ces cycles se traduisent par une incapacité momentanée de l’industrie à transformer une partie des inputs qu’elle a reçue, ce qui se manifeste statistiquement par une montée des constructions inachevées (des chantiers prennent du retard et des équipements ne peuvent être mis en marche dans les délais prévus), et un alourdissement des stocks de capital circulant[8].

 

Les agrégats comptables soviétiques et le problème de la comparaison avec les agrégats occidentaux

Le système comptable soviétique définit le revenu national comme un produit matériel net. Il inclut la valeur ajoutée des biens, produits sur le territoire national, mais non des services, à l’exception des transports qui sont comptabilisés. L’agrégation se fait sur la base des prix de gros, incluant ainsi les impôts indirects qui sont intégrés dans la formation du prix. On ne prend pas en compte la dépréciation du capital.

Les statistiques soviétiques utilisent aussi largement le concept de production brute, en particulier en ce qui concerne l’industrie. Il s’agit, ici, de la somme des chiffres d’affaires et non des valeurs ajoutées, toujours calculée sur la base des prix de gros.

Le concept de PIB/PNB des comptabilités nationales occidentales intègre quant à lui la valeur ajoutée des biens et services (produits sur une base territoriale ou par les entreprises du pays considérés), comptabilisés au coût des facteurs (soit les prix de marché) à l’exclusion de tout impôt et en tenant compte de la dépréciation du capital. On peut ainsi considérer que les PIB/PNB correspondent à la somme des profits nets et des salaires.

L’un des paradoxes de ces cycles est justement de voir le niveau des stocks monter dans les entreprises au moment même où les pénuries deviennent de plus en plus importantes dans l’économie et la société en général. Ce paradoxe indique bien que ces cycles ne mettent pas en cause l’efficience du système (ou son inefficience), mais sa coordination, c’est à dire sa capacité à mettre en connexion des activités décentralisées. De manière symptomatique, c’est à la suite de l’un de ces cycles que N. Voznessenski, futur président du GOSPLAN, va publier un article très important sur le rôle de la monnaie dans la planification[9], et c’est à l’issue de la crise de 1937 qu’il sera nommé à la tête du GOSPLAN. A sa manière, ce pur produit de la promotion stalinienne des cadres a compris les limites du modèle de la planification centralisée et l’irréductibilité de l’hétérogénéité et de la décentralisation de l’économie.

Un mal-développement ?

Au-delà des fluctuations et des crises, la croissance de l’économie soviétique, et plus particulièrement de la production industrielle, présente plusieurs caractéristiques importantes. Il s’agit tout d’abord d’une croissance massivement déséquilibrée. Non seulement l’industrie lourde croit bien plus rapidement que les autres activités, mais les chiffres des plans annuels montrent un faible degré de réalisation des objectifs prévus[10]. Dans certains cas les productions enregistrées sont supérieures à celles demandées par le plan, et dans d’autres inférieures.

Graphique 2

Revenu national par secteur d’origine

A - Fig2

Sources : P. Gregory, Russian National Income, 1985-1913 , Cambridge University Press, Cambridge, 1982, p. 73. J. Moorsteen & R. Powell, The Soviet Capital Stock, Yale University Press, Homewood, Ill., 1966, pp. 622-623.

Or, le plan annuel étant théoriquement l’instrument de la coordination au niveau suprême, ces décalages, que l’on retrouve sur d’autres indicateurs comme l’emploi, les salaires ou les investissements, impliquent la présence de déséquilibres macro-économiques et techniques majeurs. Le problème est ici que certaines activités dont le rôle est crucial dans les chaînes technologiques, prennent un retard important, comme la chimie, la production des métaux non-ferreux, voire les constructions mécaniques. Au delà des fluctuations conjoncturelles, ces désajustements empêchent une utilisation rationnelle des capacités de production mises en place dans les autres secteurs. Il n’est donc pas étonnant que, à la fin de cette période, se soient fait réentendre des plaidoyers pour une croissance et une planification plus équilibrée, plaidoyers qui ne sont pas autre chose qu’une critique, implicite et certes fort prudente, des méthodes de l’industrialisation stalinienne[11].

Un second problème apparaît dans le domaine de la productivité. Dans l’industrie, si on rapporte l’accroissement des effectifs à ceux de la production, on obtient bien entendu des résultats différents suivant les sources. Notons ici que, pour les estimations hautes données par des experts occidentaux (Hodgman, Seton[12]), les gains de productivité apparents auraient été de 3% par an. Pour les autres, (Nutter, Powell)[13], ils auraient été nuls. Quand on ajoute à cela le fait que le temps journalier de travail a fortement augmenté, ainsi que le nombre de journées travaillées dans l’année, sans que ces augmentations soient toujours répertoriées, on peut en déduire que les gains de productivité entre 1928 et 1939 ont certainement été faibles, probablement pas supérieurs à 1-2% l’an.

Cette faible productivité est en elle-même un événement assez extraordinaire, quand on pense à l’injection de technologies, pour l’époque avancées, dont l’économie soviétique a bénéficié dans cette période. Elle montre à l’évidence que les capacités de l’économie d’assimilation des investissements nouveaux ont été saturées, ce que décrit très bien un témoignage dont on dispose sur la création du combinat de Magnitogorsk[14]. Ceci a induit de très fortes tensions dans le domaine de l’organisation du travail. A cet égard, les campagnes productivistes, du mouvement des « travailleurs de choc » au stakhanovisme, ont probablement plus contribué à désorganiser la production qu’à accroître la productivité[15].

Un troisième problème est lié à la transformation de la structure même de l’économie. Si on regarde les origines du revenu national, on peut voir que la Russie soviétique de 1928 était peu différente de la Russie de 1913. Les différences sont par contre très sensibles si on compare cette fois-ci 1937 à 1928.

Le « tribut » payé par l’agriculture.

La contraction de la part de l’agriculture est spectaculaire ; elle ne correspond pas seulement au développement de l’industrie mais traduit aussi l’ampleur du désastre agricole du début des années trente. Il est à cet égard clair que la collectivisation a entraîné de très fortes chutes de production, tant pour les céréales qu’en ce qui concerne le cheptel (environ 50%)[16]. Pour ce dernier, il faut ajouter que la baisse n’est pas seulement une baisse de production mais en réalité une décapitalisation qui affecte non seulement les productions futures en matières animales (viande, laitages…), mais aussi les productions céréalières par perte d’animaux de trait et réduction du volume des engrais naturels. La catastrophe subie par l’agriculture soviétique, et en conséquence par la population soviétique, est indiscutable.

Ceci pose le problème de la contribution réelle du secteur agricole à l’industrialisation des années trente, sujet qui a vu des opinions très divergentes s’affirmer dans les années soixante-dix. Ainsi, J. Millar a-t-il soutenu que la contribution de l’agriculture avait été négative[17], tandis que A. Nove a soutenu que la collectivisation a bien permis de dégager un surplus utilisable dans l’industrialisation[18]. En fait, le débat est obscurci par des confusions sur la nature de la contribution, ainsi que sur les périodes de références utilisées. Il semble bien que, si l’on calcule un transfert de revenu, il y ait eu une contribution positive de l’agriculture sur l’ensemble de la période, même si ce transfert a été bien plus faible que prévu, et pratiquement nul dans la phase initiale, soit entre 1929 et 1932. Si l’on cherche à établir une balance globale des flux, incluant les investissements rendus nécessaires par les conséquences de la collectivisation (par exemple la nécessité d’accélérer la production de tracteurs pour compenser la disparition des animaux de trait dans les campagnes) mais aussi les services fournis à l’agriculture à travers le développement du système de transport, cette balance est très probablement négative, au moins jusqu’en 1935. En bonne logique, on devrait aussi ajouter à ce calcul les pertes en production de biens de consommation qui, outre la terrible famine du début des années trente, ont fortement limité la consommation de la population urbaine durant toute la période. Cette forte baisse de la consommation a eu des conséquences négatives sur la productivité du travail, à la fois directement pour des raisons physiques (il n’était pas rare que des ouvriers s’évanouissent par dénutrition dans les ateliers[19]), mais aussi indirectement en raison de la nécessité d’introduire des procédures de rationnement qui, découplant le revenu monétaire de la consommation réelle, affaiblissaient les incitations à la productivité. Cet impact est difficilement calculable, mais a certainement été loin d’être négligeable.

Quelle répartition ?

L’analyse de l’utilisation du revenu national souligne les différences évidentes introduites par la collectivisation et l’industrialisation. Comme on peut s’y attendre, la part des investissements et des dépenses publiques civiles augmente fortement. Ces dernières traduisent à la fois le développement des infrastructures (santé, éducation), mais aussi l’accroissement de l’administration économique. L’autre phénomène marquant est bien entendu la forte contraction de la part de la consommation des ménages qui passe de plus de 80% à environ 55% entre 1928 et 1937. Le partage du revenu étant un jeu à somme nulle, il était évident qu’une forte poussée des investissements ne pouvait que se traduire par une telle contraction.

Il faut ajouter ici qu’elle n’a pas frappé que les campagnes, même si la paysannerie a payé le prix le plus lourd. La consommation de la population urbaine, et en particulier celle des ouvriers a été fortement réduite[20]. La mesure de cette réduction est rendue difficile par la transformation de la composition du panier de consommation de base, au fur et à mesure que les individus s’adaptent à la nouvelle situation. C’est pourquoi, suivant que l’on utilise comme référence la structure de la consommation de 1928 ou celle de 1937, on obtient des baisses de l’ordre de 50% à 30%. Il ne fait cependant aucun doute que cette baisse a été quantitativement très forte, et s’est accompagnée d’une dégradation qualitative importante. Il est probable que le niveau de vie des ouvriers au milieu des années trente a ainsi été ramené à la valeur de celui de 1913, voire même en dessous. On doit ajouter que le mouvement n’a pas été continu sur l’ensemble de la période. L’essentiel de la baisse a eu lieu entre 1928 et 1934 ; de 1935 à 1937 on assiste à une légère amélioration, qui est en partie effacée par une nouvelle détérioration de 1938 à 1940.

Figure 3

revenu national par utilisations

A - Fig3

Source : A. Bergson, The Real National Income of Soviet Russia since 1928 , Harvard University Press, Cambridge, (Mass.), 1961.

Un dernier point qui apparaît dans les utilisations du revenu national est bien entendu la montée de la part des dépenses militaires. On a déjà indiqué que ce mouvement date en réalité du début des années trente, et correspond à un changement fondamental dans l’approche soviétique de la question de la défense où, au lieu de privilégier les capacités de mobilisation en cas de conflit, on cherche au contraire à disposer d’une forte armée dès le temps de paix[21]. Ce changement n’est pas sans liens avec les désordres des années trente et en particulier ceux liés à la collectivisation[22]. La crainte d’un manque d’enthousiasme de la part de la paysannerie à défendre les « conquêtes du socialisme » a joué un rôle considérable dans ce pivotement doctrinal. Il faut noter ici que la montée des dépenses militaires est en URSS plus précoce que dans les pays occidentaux, Allemagne inclue. Elle ne s’est pas traduite par une croissance de l’efficacité de l’Armée rouge proportionnelle aux dépenses[23].

On est ici porté à penser que le tournant de 1928 a représenté une catastrophe sans équivalent pour l’économie soviétique. Non seulement les conséquences humaines en ont été dramatiques, mais les résultats économiques parfaitement déplorables. Il est ainsi plus que douteux que l’industrialisation accélérée ait réellement contribué au potentiel de défense de l’URSS en 1941. Une stratégie plus respectueuse des équilibres économiques et sociaux aurait certainement abouti à des taux de croissance globalement au moins aussi élevé, et dans des conditions bien meilleures. Mais dire que le « grand tournant » a été inutile d’un point de vue économique, et même très probablement contre-productif, ne veut pas dire qu’il ait été sans raisons. Simplement ces dernières ne sont pas à chercher dans l’ordre économique des choses[24].

Le système financier soviétique « classique » et le retour de l’instabilité

Le changement dans la gestion tant des entreprises que des relations inter-entreprises qui signifia la fin de la NEP fut accompagné par une réforme majeure des modes de financement. Le crédit à court terme entre client et fournisseur fut interdit à partir de 1931 pour être remplacé par un système d’avances de la Banque d’État, la GOSBANK, ainsi que par des crédits, pour l’essentiel à court terme ; en 1939, les crédits représentaient ainsi près de 37% de l’ensemble du capital circulant de l’économie[25]. Les diverses banques spécialisées dans le financement des activités économiques, et qui avaient jusque-là dépendu du VSNH, furent amalgamées à la GOSBANK, qui devint à la fois la Banque Centrale, l’Institut d’émission, et l’ensemble du système bancaire, un système connu sous le nom de monobanque. L’autre source de financement étant bien entendu les subventions provenant directement du budget, et dont le rôle était essentiel pour le financement de l’investissement net, mais aussi pour le fonctionnement des entreprises qui, en raison de la structure des prix imposés, devaient opérer à perte. Ces transformations avaient pour but d’assurer un meilleur contrôle centralisé sur les flux financier, le « contrôle par le rouble », un objectif qui, en lui-même, indiquait que les responsables soviétiques ne croyaient pas possible de tout diriger à partir des balances matières.

Si on tente de lire les transformations qui se succèdent entre 1928 et 1932 dans le vocabulaire que l’on a utilisé depuis le début de ce texte, on dira que, dans un même mouvement, les autorités soviétiques ont cherché à unifier les deux systèmes (en imposant à l’agriculture de fonctionner dans le cadre du système à contrôle étatique strict remplaçant les formes spécifiques de financement existant dans l’économie rurale) et à modifier les règles de fonctionnement du système à contrôle étatique, en passant d’un contrôle indirect – ou intermédié par des institutions bancaires séparées – à un contrôle direct exercé sans intermédiation.

Les autorités tentèrent de faire fonctionner le « contrôle par le rouble » en multipliant les mesures de contrôle et les décrets[26]. Néanmoins, le recourt au crédit à court terme – dans les faits de simples avances de trésorerie – comme forme de financement des entreprises d’État quasiment alternatif aux dotations budgétaires devait rester un mécanisme important de la dimension financière de la planification. Plusieurs raisons expliquent cette situation. La Gosbank ne pouvait réellement refuser les avances pour les entreprises des secteurs prioritaires. Même dans les secteurs moins prioritaires, un refus de la part de l’agence locale de la Gosbank d’entériner des découverts sur le compte des entreprises était difficile à mettre en oeuvre.

Un tel refus, privant les entreprises des moyens financiers nécessaires pour des paiements scripturaux (inter-entreprises) mais aussi fiduciaires (des accroissements de la masse salariale soit par hausse des salaires soit par embauche de travailleurs supplémentaires), menaçait de conduire à des arrêts de production pouvant perturber les secteurs prioritaires ou, tout simplement, pouvant empêcher les autorités locales d’afficher de bons résultats. Les pressions sur les agences locales de la Gosbank étaient donc naturellement fortes pour utiliser les avances comme moyen de financement des investissements.

Par ailleurs, en raison de la perturbation du système de paiements, mais aussi du fonctionnement aléatoire des mécanismes budgétaires, il était difficile de détecter rapidement si des arriérés de paiement provenaient de ce que l’entreprise qui s’en rendait coupable avait excédé son enveloppe de moyens financiers ou simplement du fait qu’elles n’avait pas reçu en temps et en heures les moyens nécessaires. L’accélération brutale de la hausse des prix à partir de 1929, mais aussi des fluctuations non moins brutales des prix relatifs, rendaient contestables en valeur nominale comme dans l’absolu les enveloppes financières allouées par le budget aux entreprises.

En fait, le « contrôle par le rouble » tel qu’il était conçu à l’époque témoignait d’un problème de circularité. Sa raison d’être était de contenir les pressions sur les prix et d’éviter que les structures et les projets d’investissement soient autres que ceux prévus par le Plan. Mais, même en admettant que ce dernier ait été fait correctement – et il est notoire que le Premier Plan Quinquennal fut rédigé dans des conditions moins que rationelles[27] – la conformité d’une enveloppe budgétaire avec une structure économique suppose prévisibles, lors de la période de constitution des objectifs du Plan, toutes les conséquences des investissements prévus, et en particulier en matière de gains (ou de pertes) relatives de productivité entre les branches et de modification des prix relatifs des entrants. Ceci ne fait que renvoyer à un problème bien connu de circularité du système néoclassique[28]. Pour connaître l’équilibre il faut connaître les prix d’équilibres, mais ces derniers ne sont observables qu’à l’équilibre. On retrouve ici le problème de la symétrie entre la théorie de la planification centralisée et l’économie néoclassique. Tout argument qui invalide l’une invalide l’autre par contre-coup.

L’hyperinflation soviétique, forme extrême d’une économie de guerre en temps de paix

Il ne faut donc pas s’étonner si les réformes financières de 1928/9, dans le sillage des dépenses liées au début du Premier Plan Quinquennal, ont engendré une situation de bien plus grande instabilité monétaire que sous la NEP. l’URSS a ainsi connu un nouvel, et violent, épisode hyperinflationniste jusqu’en 1933. Ce dernier a été accompagné par une désintégration du système des paiements, avec une rapide montée des arriérés en dépit de menaces de sanctions de plus en plus lourdes.

L’hyperinflation fut jugulée, de 1933 à 1935, non par une réforme monétaire comme à la fin de la guerre civile, mais par un système strict de rationnement, tandis que la Gosbank décidait d’apurer une partie des dettes. La mise en place d’un double marché des biens de consommation (à prix fixes, avec des coupons et à prix libres), dans une situation marquée à la fois par des pénuries importantes et un profond appauvrissement de la population, permit de casser la dynamique hyperinflationniste. Le rationnement fut ainsi progressivement relaché en 1935 et 1936, sans toutefois disparaître. Il devait reprendre de la vigueur dès 1938 avec de nouvelles difficultés économiques dues aux effets désorganisateurs des purges (1937-1938), puis du passage progressif de l’économie à une logique de guerre (1939-1940).

Après-guerre, et en dépit d’une grande réforme monétaire en 1947 visant à assécher les excédents de liquidité issus de la guerre, d’importants dérapages financiers entre 1948 et 1950 vont se produire. Leur origine est similaire à celle des désordres de la période 1929-1939, un excès de demande de la part des entreprises, excès lui-même lié à une inflation des objectifs économiques. Cette dernière provenait de la conjonction d’une reconstruction – à l’évidence nécessaire compte tenu des destructions subies par la partie occidentale de l’URSS entre 1941 et 1945 – et d’un redémarrage de la production militaire à partir de 1949 suite à la mise en place de la guerre froide.

Il finiront par créer, en 1951, une situation de quasi-cessation des paiements quand la politique du crédit de la Gosbank va se durcir. Il faudra, de 1952 à 1955, mener l’équivalent d’une banqueroute généralisée suivie d’une consolidation des comptes, pour permettre à l’économie soviétique de sortir de ce mauvais pas, ce qu’elle fit d’ailleurs de manière spectaculaire, en connaissant de 1955 au début des années soixante une phase de forte croissance.

Dans les faits, le système fut donc loin de fonctionner comme prévu. La GOSBANK ne pouvant refuser les avances, le contrôle monétaire central sur l’émission privée de créances, ou ce que les auteurs soviétiques appelaient le contrôle par le rouble était ainsi faible. Une faiblesse que renforçait par ailleurs la faible discipline financière des entreprises qui continuaient à pratiquer le crédit interentreprises dans des proportions non négligeables. Il atteignait ainsi près de 20% du capital circulant total en 1939[29], et devait connaître des pics importants à la fin des années quarante[30]. Un autre symptôme de cette faible discipline financière fut l’utilisation des avances et prêts à court terme de la GOSBANK pour financer des investissements et non simplement les opérations au jour le jour[31]. La multiplication et la persistance sur longue période des pressions en provenance des entreprises pour obtenir des moyens de financement supplémentaires[32], phénomène auquel il faut rattacher l’évasion systématique hors des cadres de la fixation des prix entraînant une hausse non planifiée de ces derniers dans l’industrie[33], permet de mettre en doute l’idée traditionnellement soutenue dans de nombreux manuels d’une monnaie soviétique passive[34].

Les responsables soviétiques, du moins les plus subtils d’entre eux, en étaient conscients. Dans un article de 1935 le futur directeur du Gosplan, futur architecte de l’économie de guerre entre 1941 et 1945, et future victime d’un Staline jaloux de ses succès et de son influence, Nikolaï Voznesensky, allait justifier l’existence de la monnaie dans une économie socialiste en arguant de l’impossibilité de comparer directement des capitaux aux structures techniquement et temporellement hétérogènes[35]. C’est en réalité un argument proche de ceux utilisés par von Mises pour condamner une économie centralement planifiée, sans monnaie[36].

Les formes d’activation de la monnaie dans le système soviétique

En effet, si les flux monétaires n’avaient été que la contrepartie des flux physiques planifiés, il n’y aurait eu aucune raison pour les entreprises de chercher à obtenir des moyens financiers supplémentaires, et les autorités centrales auraient effectivement pu imposer leur contrôle sur les flux financiers. La persistance des désordres financiers, et l’incapacité des autorités centrales à y mettre fin y compris dans les années quarante et cinquante[37] en témoignent. Ainsi, dans l’épisode d’après guerre le crédit interentreprises, prenant souvent la forme d’impayés aux fournisseurs, concernait en 1951 plus de 12 000 entreprises. Les montants engagés représentaient plus du quart de l’ensemble du montant officiel des crédits[38]. Il faudra, à partir de 1953 créer un compte d’apurement à la Gosbank et, en 1954, organiser légalement la remise des dettes de plus de 10 000 entreprises. Ce n’est qu’en 1955 que les spécialistes soviétiques considèrent que la circulation financière et monétaire était redevenue normale[39].

La multiplication des procédures et des stratégies des entreprises pour se procurer du financement, indiquent bien que la monnaie a une valeur intrinsèque dans l’économie soviétique. Dire que, dans ce système, elle était effectivement active n’implique nullement que les formes d’activation aient été les mêmes que dans les économies occidentales. Mais, au-delà des différences dans les formes, la persistance de l’activation de la monnaie rend bien compte de l’impossibilité à réaliser une centralisation a priori de l’économie. Elle témoigne de la persistance de l’autonomie des agents, et en particuliers des entreprises[40].

Il faut alors chercher à se représenter les formes d’activation de la monnaie dans le système soviétique « stabilisé » soit celui issu des troubles du Premier Plan Quinquennal et de la collectivisation forcée.

Les réformes liées à la fin de la NEP ont abouti à séparer formellement la circulation fiduciaire et scripturale. Normalement, les ménages ne peuvent détenir que de la monnaie fiduciaire, en l’absence de comptes bancaires. Les seuls placements possibles sont des livrets d’épargne et – méthode utilisée dans les années trente – des bons du Trèsor dont la souscription obligatoire et le faible rendement en période de forte inflation s’apparente plus à un impôt déguisé. Les entreprises utilisent quant à elles la monnaie scripturale dans leurs transactions avec les organismes d’État et les autres entreprises. Cependant, pour payer les salaires, elles doivent pouvoir obtenir de la part des agences locales de la Gosbank la possibilité de transformer des avoirs scripturaux en monnaie fiduciaire. Normalement, seules certaines lignes de compte peuvent être ainsi utilisées.

En raison de la pénurie de main-d’oeuvre quasi-chronique dans l’industrie et la construction à partir de 1930[41], la possibilité pour les entreprises d’accroître la masse salariale, soit en embauchant plus de salariés, soit en augmentant les rémunérations afin d’attirer à elles les salariés, le besoin en monnaie fiduciaire est souvent pressant. les entreprises valorisent donc tout particulièrement dans leurs négociations avec les agences de la Gosbank et avec les directions ministérielles dont elles dépendent ces lignes de compte permettant une transformation facile. En fait, les besoins en monnaie fiduciaire dépassent toujours les autorisations de transformation négociées dans le cadre du Plan. Outre l’accroissement des salaires, il faut pouvoir payer des primes supplémentaires dans les périodes où l’on doit rattraper un retard par rapport aux objectifs de production, et cet argent sert aussi à se procurer – au marché noir – des fournitures diverses afin de tourner les situations de pénurie. Les entreprises soviétiques ont ainsi rapidement mis en place des procédures de négociation, relevant parfois du chantage, pour disposer de moyens en rouble fiduciaire excédant largement ce que le volet financier du Plan d’entreprise autorisait. Il y a donc une véritable circulation entre les deux formes de monnaie, que l’on peut schématiser (schéma 1).

Les ménages, qui reçoivent donc cet argent légalement ou dans des conditions hors la légalité, l’utilisent pour acheter des biens soit dans le secteur d’État soit auprès d’offreurs privés, que ces derniers soient légaux ou tolérés (les marchés kolkhoziens par exemple) ou parfaitement illégaux (le travail au noir, la production d’un artisanat clandestin non négligeable[42], la contrebande, etc…). Si la transaction se déroule dans un magasin d’État, cette monnaie fiduciaire retourne vers le circuit scriptural quand, chaque jour ou chaque semaine, la caisse du magasin est apportée à la succursale locale de la Gosbank. Si la transaction concerne un agent privé, on est en présence d’une circulation interne au circuit fiduciaire.

L’analyse des divers types de transaction qui caractérisent l’économie de type soviétique met en lumière l’existence d’espaces de transaction différents. L’offre et la demande se déclinent en trois compartiments, le secteur étatique, le secteur privé légal et le secteur privé illégal. Ce dernier inclut tout autant des activités considérées comme illicites dans la plupart des sociétés, que des activités qui ne sont hors la loi que du fait de la règlementation soviétique. On est alors en présence de 9 types d’espaces de transaction ou « marchés » pour reprendre la typologie des « marchés colorés » de Katsenelinboigen[43], qui désigne par « rouge » ce qui vient de l’État, par « blanc » ce qui vient des ménages sous une forme légale, et par « noir » ce qui provient des activités illégales. Les combinaisons des divers compartiments donnent naissance à des espaces mixtes, gris, roses ou bruns en fonction des modes d’interaction (graphique 4).

Graphique 4

Les différents marchés dans la typologie de Katsenelinboigen

 A - Fig4

De l’articulation de ces divers secteurs d’activités, qui sont tout autant complémentaires, du point de vue systémique, qu’ils sont concurrents quant à l’obtention de ressources – et en particulier de travail – on peut dégager un schéma général de la circulation monétaire dans l’économie soviétique (graphique 5).

Graphique 5

 A - Fig5

Dans sa représentation explicite, celle des manuels, le système ne prend en compte que 4 espaces de transaction, que l’on a notés ici (1,A), (1,B), (2,A) et (2,B). Il s’agit d’un marché « rouge », d’un marché « blanc » et de deux marchés « roses ». Si tout se passait comme dans l’imaginaire des planificateurs, et des économistes qui ont pris leurs descriptions pour argent comptant, la monnaie scripturale dont l’espace de circulation est (1,A) se transformerait en monnaie fiduciaire pour permettre les transactions en (2,A).

Les ménages peuvent alors commercer entre eux en (2,B) ce qui ne saurait aboutir à une quelconque création de monnaie mais uniquement à une nouvelle répartition des encaisses fiduciaires, par exemple entre la population urbaine et la population rurale à travers le mécanisme des marchés kolkhoziens. Le rôle de ces derniers n’est donc pas seulement de permettre de compléter l’offre de biens alimentaires en provenance du secteur d’État et de fournir aux paysans une incitation particulière. Il est aussi de contribuer à la circulation des moyens de paiements et d’établir une forme de répartition des revenus, dans la mesure où les autorités publiques ne contrôlent directement (en théorie du moins) que les revenus des salariés du secteur public.

Ou bien les ménages commercent avec le secteur d’État (1,B), qui reste un fournisseur essentiel des biens et services et détient (théoriquement) un monopole sur l’offre de biens manufacturés. Ces transactions sont ici le mécanisme qui conduit à un retour du fiduciaire vers le scriptural, avec le flux d’épargne en direction de la Sberbank. Rien ne laisse prévoir alors une quelconque autonomie des phénomènes monétaires qui semblent pouvoir être parfaitement contrôlés.

Mais l’économie réelle est composée de 9 espaces et non de 4. Les besoins du secteur d’État sont largement supérieurs aux prévisions, et s’expriment sur (2,A) et (3,A). L’injection de monnaie fiduciaire accélère les processus de circulation et permettent des phénomènes d’accumulation qui donnent naissance au développement des activités privées illégales évoquées. Ces dernières détournent, directement ou indirectement, des moyens de production et du travail du secteur étatique. Tout en assurant une certaine forme de stabilité sociale par une offre supplémentaire de biens et de services, ces activités contribuent à désorganiser la production dans le secteur d’État, obligeant ce dernier à des ajustements qui conduisent à accroître ses demandes vers le secteur privé, légal ou illégal.

Le fonctionnement interne du secteur d’État connaît par ailleurs ses propres désordres. Ceci permet de faire le lien entre les formes de l’activation de la monnaie et la conjoncture économique.

Activation de la monnaie et conjoncture économique dans le système soviétique

On vérifie l’existence de relations très claires entre les variations des salaires entre les secteurs et la répartition de la main d’œuvre entre ces secteurs[44]. Ces relations statistiques entre revenu et emploi sont la preuve matérielle que la planification ne s’exerça jamais directement sur l’emploi, en dépit de toutes les tentatives du régime, et de toutes les illusions des observateurs extérieurs à ce sujet. Ceci est particulièrement vrai dans le domaine de l’emploi[45]. La compétition pour obtenir des suppléments de main d’œuvre a caractérisé à la fois les relations entre branches et entre entreprises dans le cadre de l’URSS. La période du plan, qu’il soit quinquennal ou annuel, cesse d’être pertinente pour la compréhension du mouvement réel de l’économie. Ce dernier prend naissance dans la rencontre entre des comportements d’investissements dictés à la fois par le cadre institutionnels et par son incapacité à couvrir la totalité de la réalité, les comportements des individus, et des relations techniques, comme par exemple le rapport capital fixe/capital variable pour une technique donné, ou l’inertie des tendances démographiques. Ces relations témoignent de manière indéniable de la décentralisation des décisions économiques, qui peuvent alors être qualifiées de « privées » au sens indiqué au début du texte et de la présence d’un marché du travail. Ce dernier, marqué par une asymétrie fondamentale[46], n’est pas un marché pur au sens de la théorie de l’équilibre général ; mais, cette limite est la même que celle qui existe dans les économies occidentales.

Graphique 6

Relation salaire/emploi dans l’industrie

A - Fig6

Source: annuaires statistiques soviétiques, 1960-1982, recensés in J. Sapir, Rythmes d’accumulation et modes de régulation de l’économie soviétique : essai d’interprétation des cycles d’investissement et de main d’oeuvre en URSS de 1941 à nos jours, Thèse pour le Doctorat d’Etat ès Sciences Economiques, Université Paris X-Nanterre, 29 octobre 1986, 3 vol. (1126 p. + 409 p).

Pour reprendre une formule employée à propos de nos économies, la relation salariale y est tout autant soumise aux logiques de la règle qu’à celles du marché[47]. Que la forme prise par la combinaison entre incitations et contraintes ait été différente dans le cadre de l’URSS des formes que nous connaissons aujourd’hui dans les économies occidentales, renvoie simplement à des différences particulières, tant dans le mode de légitimation de l’encadrement technique et professionnel de la production que dans celui des formes de l’aléa économique[48]. Il faut aussi se souvenir que cette combinaison n’a jamais été identique, voire même homogène dans le temps ou dans l’espace dans le cadre de l’économie soviétique. Ainsi, dans certaines usines les incitations monétaires étaient-elles prédominantes, alors que dans d’autres les incitations étaient avant tout en nature. De même, le niveau de la contrainte tout comme sa forme ont connu des différences substantielles, suivant les époques, les branches de l’activité et les usines. Là, quand la main d’œuvre manquait, il eut été incohérent de recourir aux licenciements et aux renvois; à l’inverse, dans les entreprises qui pouvaient obtenir sans problème les travailleurs nécessaires, on a bien assisté à des licenciements pour l’équivalent de notre notion de faute professionnelle.

 

Graphique 6

Relation salaire/emploi dans la construction

 A - Fig7

Source: idem que pour graphique 1.

 

Cette décentralisation de fait de la décision est essentielle pour comprendre le maintien de relations monétaires diversifiées dans l’économie soviétique. Elle a conduit à des stratégies, au niveau de l’entreprise et de la branche, où la capacité à offrir des hausses régulières des salaires a été déterminante dans la répartition des flux d’emplois. Ces stratégies ont laissé des traces statistiques assez claires, en particulier en ce qui concerne l’industrie et la construction.

Les sources soviétiques, et en particulier la littérature sur les comportements des directeurs d’usines dans les années trente et quarante, montrent cependant que les relations observables existaient déjà, mais que la pente de la relation indique une élasticité de l’accroissement de l’emploi à l’accroissement du salaire nettement plus forte avant 1965 qu’après 1970. La période 1965-1970, marquée par un changement de régime lié aux ajustements au sein des entreprises suite aux réformes économiques, est la seule où la relation salaire/emploi ne soit pas présente. À partir de 1978/9, la contrainte démographique tend à rendre inopérant l’impact des accroissements de salaire.

L’analyse du même mouvement pour le secteur de la construction confirme cette tendance. Les mouvements y sont plus amples tant en raison des caractéristiques de la main d’œuvre (moins formée et plus mobile) que du fait des fluctuations plus brutales des cycles d’activité dans ce secteur. La stabilité de ces relations statistiques est doublement importante pour une intelligence du système économique soviétique. Elles permettent de relier les décisions d’investissement (telles qu’elles résultent en réalité des procédures de marchandage entre les entreprises et les administrations de tutelle), le besoin en main d’œuvre et l’évolution du salaire réel. Ce dernier échappera ainsi avec régularité au contrôle planifié, en dépit des efforts répétés de la part des autorités[49]. Ces relations confirment le rôle des entreprises dans le mouvement du rouble fiduciaire, ce qui implique aussi la capacité des entreprises à peser sur les décisions des autorités bancaires, locales ou centrales, en ce qui concerne la circulation du rouble scriptural. À partir de là, on peut appréhender les relations entre le secteur manufacturier et le secteur agricole, qui constitue un problème essentiel. Les fluctuations de production dans ce dernier, qui ont des effets désorganisateurs non négligeables sur l’ensemble de l’économie, ne sont que secondairement liées à des aléas climatiques. Ils proviennent davantage d’une désorganisation de l’offre de travail dans ce secteur liée aux fluctuations du rapport entre revenus urbains et ruraux, et de l’attraction brutale d’une partie de la main d’œuvre agricole vers des emplois dans le secteur manufacturier[50], provoquant une désorganisation brutale de l’organisation du travail dont les effets négatifs se répercutent directement dans la production.

Graphique 8

Relation entre le flux de main d’oeuvre en provenance du secteur agricole (TFMOA) et les salaires

 A - Fig8

Source : Idem Graphiques 2 et 3. Le taux de flux de main d’œuvre agricole (TFMOA) est calculé à partir des données démographiques et correspond à l’exode rural en % de la population rurale.

Les conséquences des fluctuations de la production agricole sur la consommation des ménages sont d’autant plus importantes que, en dépit d’une hausse régulière du niveau de vie de 1948 à la fin des années soixante, la part de l’alimentation est restée importante dans les budgets[51]. Comme ces fluctuations se manifestent avant tout sous la forme d’aiguisement de la pénurie, compte tenu du fait qu’une large part de cette production est commercialisée à travers un système à prix fixes, la pertinence des incitations monétaires au travail (les primes) est inversement proportionnelle à l’acuité de la pénurie. Une baisse de la production agricole se traduit, au bout du compte, par une dévalorisation momentanée de ces incitations monétaires dans le secteur manufacturier, entraînant un coup de frein sur la croissance de la productivité[52]. Celle-ci étant alors, ex-post, plus faible que ce qui avait été anticipé lors des décisions d’investissement, un besoin supplémentaire, non planifié, en main d’œuvre apparaît à nouveau dans le secteur manufacturier. Il s’y traduit par un aiguisement de la concurrence entre entreprises et branches de ce secteur, concurrence qui se manifeste à travers des hausses de salaires et un accroissement des avantages sociaux offerts aux salariés. Dans un cas comme dans l’autre, ceci implique le dégagement de nouvelles ressources monétaires pour les entreprises.

L’effet agrégé de ces tentatives pour attirer des travailleurs supplémentaires afin de compenser une hausse inférieure aux prévisions de la productivité du travail prend la forme de nouvelles pressions à la hausse des revenus urbains et une ouverture de l’écart avec les revenus offerts dans l’agriculture. On doit alors noter que l’effet des hausses de rémunérations, parce qu’il joue sur l’ensemble des sommes et non sur une marge comme dans le cas des primes, est moins affecté que ces dernières par la situation de pénurie, sauf dans les périodes de grande crise où celle-ci devient absolue.

Les cycles de l’économie soviétique

Cette dynamique est à la base des cycles économiques particuliers de l’économie soviétique. Elle explique dans une très large mesure la présence comme la forme des désordres monétaires enregistrés après 1945. Cette dynamique est aussi partiellement présente dans les dérapages des années trente, même si à cette époque la dynamique particulière de la planification stalinienne y ajoute d’autres éléments. Elle se manifeste avec une intensité d’autant plus importante que, progressivement, les réserves de main d’œuvre s’épuisent compte tenu du ralentissement démographique que l’URSS connaît dans les années 60 et 70. Les relations statistiques se déforment progressivement, au fur et à mesure que l’économie se heurte au « mur » démographique. La hausse régulière des revenus nominaux tend à s’accélérer et le montant des encaisses détenues par les ménages s’accroît corrélativement.

Ceci entraîne une plus grande circulation de la monnaie fiduciaire avec le développement progressif d’une offre de biens et de services issus du secteur privé, que ce dernier soit légal ou illégal. Cependant, ce dernier, qui sous le nom de « 2ème économie » prend une place de plus en plus importante dans les analyses publiées à partir de la fin des années soixante-dix, ne peut se développer qu’en prélevant des ressources sur le secteur d’État, puisqu’il ne dispose pas des cadres juridiques autorisant son développement. La montée en puissance de l’économie « grise » (2,C) et (3,B) ou « rose »(1,B) et (2,A), que l’on constate alors à partir de la fin des années soixante, en découle.

Faute de réformes adaptées, elle ne conduisit pas une synergie avec le secteur étatique – ce qui aurait été possible – mais au contraire au renforcement des pratiques de prélèvements sur ce dernier, que ces prélèvements portent sur des matières et des biens ou sur du travail. Les rémunérations issues des espaces « gris » et « bruns » commencent à concurrencer sérieusement celles qui se forment dans le carré des espaces légaux[53]. L’efficacité du secteur d’État baisse sans que le secteur privé ne puisse réellement se développer de manière efficace, entraînant une baisse générale de l’efficacité de l’ensemble de l’économie soviétique. On aboutit alors à la situation de blocage[54], stigmatisée par Gorbatchev après 1985 sous le nom d’ère de la stagnation (Zastoj), mais dont les racines sont repérables dès le début des années soixante-dix.

La contrepartie de cet accroissement de la circulation de la monnaie fiduciaire et de son degré d’activation réside dans un développement de procédures toujours plus complexes mises en œuvre par les entreprises pour dégager de nouvelles ressources monétaires et obtenir de manière plus ou moins discrétionnaire la transformation de ressources scripturales en ressources fiduciaires. Les entreprises soviétiques acquièrent dans les quinze dernières années du système un savoir-faire financier non négligeable et multiplient les innovations en ce domaine. Mais, ce savoir-faire se situe dans une très large mesure hors la loi, ou du moins dans ses marges. La capacité des autorités monétaires à contrôler les innovations financières des entreprises, ou du moins à en maîtriser les effets en fut d’autant plus faible. Les éléments de perte de contrôle sur la gestion de la monnaie étaient donc présents bien avant la Perestrojka même si cette dernière devait les révéler brutalement[55].

Les entreprises développent aussi des réseaux de transaction en nature permettant de contourner les contraintes de règlement dans l’espace que l’on a noté (1,A). Ce troc inter-entreprises vise à redistribuer les biens circulant dans le système d’État pour compenser les décalages entre la matrice des utilisations du planificateur et la structure de l’appareil productif réel. Quand il s’enracine dans le temps et se répète, il prend la forme de dettes soigneusement enregistrées entre les directeurs des entreprises concernées, dans un système où le défaut d’un participant se solderait par son exclusion du réseau dont il a besoin pour fonctionner. Même quand il reste présent uniquement sous la forme d’un troc, il s’appuie sur un tissu en réseau adossé à des complémentarités techniques et des solidarités locales.

 

Ces stratégies, bien entendu, n’ont que peu de sens pour les entreprises qui sont assurées de bénéficier des niveaux les plus importants de priorité. Elles sont au contraire vitales pour les autres entreprises et pour les régions qui savent ne pas en bénéficier. Ces stratégies ne sont donc rien d’autre que des contestations virulentes des orientations de politique économique qui sont inscrites dans les plans, contestations qui prennent cette forme particulière car, dans le système soviétique, elles n’ont pas d’espace politique pour s’exprimer. Dans un certain nombre de cas, elles ont réussi à désarticuler la politique économique centralement fixée et à imposer d’autres orientations.

L’exemple le plus documenté est celui des priorités d’aménagement du territoire durant la période de reconstruction après 1945[56]. Il n’est d’ailleurs pas interdit de considérer les dérapages systématiques en matière d’investissement, que l’on a connus durant le 1er et le 2ème Plan Quinquennal, dérapages qui ont abouti à des tensions monétaires et économiques particulièrement violentes, comme le produit d’une contestation par les dirigeants locaux (industriels et territoriaux) des priorités fixées à l’échelon central. Il y a bien là un problème de conflit politique au sens le plus profond, celui d’un affrontement entre des visions divergentes de ce qui est meilleur pour la communauté, comme au sens restreint, affrontements entre des intérêts locaux et un intérêt global. Dans le contexte de l’époque, cette contestation et ces conflits ne pouvaient s’exprimer que dans une surenchère dans les projets d’investissements. La question du cadre de gestion des affrontements naturels dans une société produisant des intérêts contradictoires, est donc ici en cause.

NOTES 

[1] Pour une discussion générale du problème, M. Harrison, « National income », in R.W. Davies, M.Harrison et S.G. Wheatcroft, The economic transformation of the Soviet Union, 1913-1945, 1994. Voir aussi H. Hunter et J.M. Szirmer, Faulty foundations: Soviet Economic Policies 1928-1940, Princeton University Press, Princeton, NJ, 1992.

[2] A. Gerschenkron, A Dollar Index of Soviet Machinery Output, Rand Corporation, Sta.Monica, Ca., 1951. Idem, « Soviet Heavy Industry: A Dollar Index of Output, 1927/28 to 1937 », in Review of Economics and Statistics, mai 1955.

[3] T. Shanin, Russia as a « Developing Society », Macmillan, Londres, 1985

[4] R.W. Davies, « Industry », in R.W.Davies, M.Harrison et S.G. Wheatcroft, The economic transformation of the Soviet Union, 1913-1945, op. cit.

[5] J. Sapir, Le système militaire soviétique, La Découverte, Paris, 1988.

[6] C. Bettelheim, Les Luttes de Classes en URSS. 3ème période, 1930-1941. T-1, Les Dominés, op. cit.

[7] J. Sapir, Les fluctuations économiques en URSS, 1941-1985, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1989, pp. 41-46.

[8] Voir E. Zaleski, La Planification stalinienne, Economica, Paris, 1984, pp. 193, 339 et 903.

[9] N.A. Voznesensky, « O sovetskih den’gah », in Bol’chevik, n°2, 1935.

[10] Voir E. Zaleski, La Planification stalinienne, op. cit., p. 350.

[11] A. Kurskij, « K voprosu o balanse narodnogo hozjajstva », in Bol’chevik, n°24, 1940. Idem, « Plan i balans narodnogo hozjajstva », in Planovoe Hozjajstvo, n°2, 1941, février.

[12] D.R. Hodgman, Soviet Industrial Production 1928-1951, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1954. F. Seton, « The Tempo of Soviet Industrial Expansion », in Transactions of the Manchester Statistical Society, 1956-1957.

[13] W. Nutter, Growth of industrial production in Soviet Union, Princeton University Press, Princeton, 1962. Moorsteen & Powell, The Soviet capital stock, Yale University, Homewood, Ill., 1966.

[14] J. Scott, Au-delà de l’Oural, Marguerat, Genève, 1946.

[15] J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière, rapports sociaux, op. cit.

[16] S.G. Wheatcroft, « Soviet Agricultural Production in the 1920s and 1930s », in C. Bettelheim (ed.), L’Industrialisation de l’URSS dans les années trente, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1982.

[17] J.R. Millar, « Mass Collectivization and the Contribution of Soviet Agriculture to the First Five-Year Plan : A Review Article », in Slavic Review, vol. 33, n°4,1974, décembre, pp. 750-766.

[18] A. Nove et D. Morrison, « The contribution of agriculture to accumulation in the 1930s », in C. Bettelheim (ed.), L’Industrialisation de l’URSS dans les années trente, op. cit.

[19] Voir, J. Scott, Au-delà de l’Oural, op. cit.

[20] J. Chapman, Real Wages in Soviet Russia since 1928, Harvard University Press, Cambridge, Mass., 1963. J. Sapir, Organisation du travail, classe ouvrière, rapports sociaux, op. cit. S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, Marcel Rivière, Paris, 1956.

[21] J. Sapir, Le système militaire soviétique, op. cit.

[22] J. Sapir, Le système militaire soviétique, op.cit.

[23] Le point est traité plus en détail dans J. Sapir, La Mandchourie Oubliée – Grandeur et limites de l’art de la guerre soviétique, Éditions du Rocher, Paris, 1996.

[24] On relira avec profit l’avant-propos écrit par C. Bettelheim dans C. Bettelheim (ed.), L’Industrialisation de l’URSS dans les années trente, op. cit.

[25] Z.S. Katsenelenbaum, Oborotnye sredstva v promychlennosti SSSR, Gosizdat, Moscou, 1945, p. 83.

[26] Voir R. Hutchings, The Structural Origins of Soviet Industrial Expansion, op.cit..

[27] E.Zaleski, La Planification Stalinienne, Economica, op.cit..

[28] Voir sur ce point et sur la similarité entre la planification décentralisée et le système walrasien, J. Sapir, Les trous noirs de la science économique, op.cit..

[29] Z.S. Katsenelenbaum, Oborotnye sredstva v promychlennosti SSSR, op.cit., p. 83. Voir aussi l’article de Z.S. Katsenelenbaum in Sovetskie Finansy, n°1-2, 1945, p. 13.

[30] J. Sapir, Les fluctuations économiques en URSS, 1941-1985, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, 1989.

[31] Il existe à ce sujet une littérature soviétique importante et précoce sur cette question. En particulier, Ch. Ja Turetskiy, Sebestojmost’ i voprosy tsenoobrazovanija , Gosizdat, Moscou, 1940 ; A.Bachurin (ed), Finansy i Kredit SSSR, Gosizdat, Moscou, 1953 ; K.A.Fedoseyev, Oborotnye sredstva sotsialistitcheskoj promychlennosti i puti uskorenija ih oborota, Gosizdat, Moscou, 1951; N. N.Rovinskiy (ed.), Organizatsija finansirovanija i kreditovanija kapital’nyh vlozheniy, Gosizdat, Moscou, 1951.

[32] Voir, V. Andrle, Managerial Power in the Soviet Union, Saxon House, Londres, 1976 et T.M. Podolsky, The role of Bank Credit in Financing State Enterprises in a Socialist Economy, Ph.D., Université de Birmingham, Birmingham, 1970.

[33] V. Krasovskiy & Ya. Kvasha, « Kapital’noe stroitel’stvo i problema vosmeschenija », in Voprosy Ekonomiki, n°11/1964. V. Krasovskiy, Problemy Ekonomiki Kapital’nyh Vlozheni, Nauka, Moscow, 1967. D.M. Pal’terovich, Park Proizvodstvennogo Oborudovanija, Nauka, Moscou, 1971. A. Komin, « Cenoobrazovanie vazhnyi uchastok hozjajstvennogo rukovodstva », in Planovoe Hozjajstvo, n°10/1976. G. Kondrasov, « Usilenie vozdeystvija optovyh cen na povichenie effektivnosti proisvodstva », in Planovoe Hozjajstvo, n°4, 1981.

[34] Voir, par exemple, M. Lavigne, Économie politique de la planification en système socialiste, op.cit et P. Traimond, Le rouble : monnaie passive et monnaie active, op.cit..

[35] N.A. Voznesensky, « O sovetskih den’gah », in Bol’chevik, n°2, 1935.

[36] Sur cepoint, voir le chapitre consacré à la monnaie dans J. Sapir, Les trous noirs de la science économique, op.cit..

[37] U.V. Ikonnikov,Denezhnoe obrachtchenie i kredit SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1952. A. Kazantsev, Voprosy effektivnosti vzaijmnyh raschotov, Gosfinizdat, Moscou, 1955. A.V. Bachurin, (ed.), Finansy i kredit v SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1958

[38] A. Kazantsev, Voprosy effektivnosti vzaijmnyh raschotov, Gosfinizdat, Moscou, 1955. A.V. Bachurin, (ed.), Finansy i kredit v SSSR, Gosfinizdat, Moscou, 1958.

[39] Sapir J., Les Fluctuations Économiques en URSS, 1941-1985, op.cit..

[40] Voir sur ce point D. Granick, Management of the industrial firm in the USSR, Columbia University Press, New york, 1954 ; V. Andrle, Managerial Power in the Soviet Union, op.cit..

[41] Cette situation a même abouti à de véritables concours de débauchage d’ouvriers entre entreprises de la même ville. Sur les dynamiques particulières du marché du travail dans la période soviétique, J. Sapir, Travail et travailleurs en URSS, La Découverte, Collection Repères, Paris, 1984 et, Idem, Les fluctuations économiques en URSS – 1941-1985, op.cit..

[42] Un ancien magistrat soviétique, qui émigra aux États-unis en 1977, a décrit l’importance de ce secteur économique privé illégal, pouvant compter jusqu’à plusieurs dizaines de milliers d’entreprises, employant de une à plusieurs dizaines de personnes. Voir K. Simis, USSR – The Corrupt Society, Simon and Schuster, New York, 1982.

[43] A. Katsenelinboigen, « Coloured markets in the Soviet Union », in Soviet Studies, vol. 29, n°1/1977.

[44] J. Sapir, Les fluctuations économiques en URSS, 1941-1985, op.cit., pp. 116-120 et 149-165. Voir aussi J. Sapir, « Cycles économiques et relations entre l’investissement, l’emploi et la productivité dans le cas de l’URSS : un modèle » in B. Chavance Ed. Régulations, Cycles et crises dans les économies socialistes, Editions de l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Paris, 1987, pp. 159 à 182.

[45] Ja. Sonin, Vosproizvodstvo Rabochej Sily v SSSR i Balans Truda, Gosplanizdat, Moscou, 1959. S. Schwarz, Les ouvriers en Union soviétique, Marcel Rivière, Paris, 1956. L.J. Kirsch, Sovietwages : changes in structure and administration since 1956, MIT Press, Cambridge, Mass., 1972. J.Sapir, Travail et travailleurs en URSS, Paris, La Découverte, 1984. Idem, Les fluctuations économiques…, op.cit.. S. Oxenstierna, From labour shortage to unemployment ? The Soviet labour market in the 1980’s, Almqvist & Wiksell, Stockholm, 1990

[46] Sur la notion de marché asymétrique, voir J. Sapir, Les trous noirs…, op. cit..

[47] B. Reynaud, Le salaire, la règle et le marché, Christian Bourgeois, Paris, 1992.

[48] J. Sapir, Travail et Travailleurs en URSS, op;cit.

[49] E.G. Antosenkov et Z.V. Kuprianov, Tendencii tekushesti rabochih kadrov, Nauka, Novosibirsk, 1977. R.A. Baktaev et V.I. Markov, Differenciacija zarabotnoj platy v promyshlennosti SSSR, Ekonomika, Moscou, 1979. G. Bienstock, S. Schwarz et A. Yugow, Management in Russian Industry…, op. cit. L. Bliahman, Molodoj rabochij 70h godov : social’nyj portret, Nauka, Moscou, 1977. R.M. Fearn, « Controls over wage funds and inflationary pressures in USSR », in Industrial and Labor Relations Review, vol. 18, janvier 1965, pp. 186-195.

[50] On trouvera une description plus complète de ce processus dans J. Sapir, « Conflits sociaux et fluctuations économiques en URSS : l’exemple de la période 1950-1965 », in Annales ESC, n°4, 1985 (juillet-août), pp. 737-779.

[51] Idem, pp. 762-763.

[52] Voir, J. Sapir, « Cycles économiques et relations entre l’investissement, l’emploi et la productivité dans le cas de l’URSS : un modèle » op.cit., pp. 159 à 182.

[53] Voir sur ce point les résultats des plusieurs enquètes dans A. Vinokur et G. Ofer, « Inequality of earnings, household income, and wealth in the Soviet Union in the 1970 », in J.R. Millar (ed.) Politics, Work and daily life in the USSR, Cambridge University Press, 1987, Cambridge, pp. 171-202.

[54] Pour une description de cette situation, J. Sapir, « Entre Crise et Réforme: le contexte macroéconomique au tournant des années quatrevingt » , in L’URSS au tournant: une économie en transition, J. Sapir (ed.), l’Harmattan, Paris, 1990, pp. 11-59.

[55] Voir, J. Sapir, « Inflation and Transition: from Soviet Experience to Russian Reality », in S. Sen (ed.), Financial Fragility, Debts and Economic Reforms, Macmillan, Londres, décembre 1996, pp. 204-236.

[56] Voir T. Dunmore, The Stalinist Command Economy, Macmillan, Londres, 1980.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search