Poutine, Koudrine et la question du coeur

Le jeudi 16 avril se tenait l’émission « Ligne Ouverte » avec le Président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine. Il n’est pas question ici de discuter de l’ensemble de cette émission[1]. Mais, la question que l’ancien Ministre des finances Alexei Kudrine a posé au Président mérite que l’on s’attarde un peu tant sur la question que sur la réponse.

Un dialogue Koudrine – Poutine

La question fut donc la suivante : Pendant votre premier mandat, la croissance économique était de 7 % et le pétrole se vendait 30 dollars le baril. Aujourd’hui, l’économie ne croit plus que de quelques pourcents par an. L’ancien modèle de croissance est en bout de course, et aucun nouveau modèle n’a été proposé à la place. Que comptez-vous faire ?

La réponse de Vladimir Poutine a été la suivante :

Cher Alexeï Leonidovitch, nous avons travaillé ensemble longtemps, et nos relations ont toujours été amicales. Je connais parfaitement votre position, puisque vous étiez l’un des auteurs du programme de développement de notre pays, Stratégie 2020, que nous suivons toujours. Sur ce point, rien n’a changé, et s’il manque quelque chose dans ce programme, c’est aussi de votre faute. C’est vrai : il faut créer de meilleures conditions de travail pour les entreprises afin d’attirer les investisseurs privés. Il faut aussi améliorer le système judiciaire. Nous devons agir dans tous ces domaines.

Vos collègues affirment que les revenus de la population doivent réduire encore, que nos salaires augmentent trop rapidement, qu’il faut repousser l’âge de la retraite. En théorie, vous avez raison – pour construire une politique économique, il faut avoir la tête sur les épaules. Mais si nous voulons garder la confiance des gens, nous devons aussi écouter notre cœur. Nous devons sentir les gens, comprendre comment ils vivent. Si nous parvenons à garder leur confiance, nous pourrons mener à bien des réformes. Mais si nous la perdons, nous retournerons rapidement au début des années 1990 – et de nombreux problèmes sociaux apparaîtront. Et, pour les résoudre, il faudra injecter dans l’économie beaucoup plus d’argent que prévu – ce qui nous coûtera très cher.

Remarquons que Vladimir Poutine maîtrise aujourd’hui bien mieux qu’à ses débuts les règles et les codes de la communication politique. Dans sa réponse, qui est très courtoise dans la forme, il assène à Alexeï Koudrine deux arguments, le premier est que ce dernier porte une part de responsabilité dans la politique économique menée en Russie depuis 2002 et jusqu’à son départ en 2012, et le second est que «nous devons aussi écouter notre cœur ». Ceci n’est pas sans rappeler la réponse de Valery Giscard d’Estaing à François Mitterrand lors du débat télévisé de la campagne présidentielle de 1974 « vous n’avez pas le monopole du cœur ». Mais, au-delà de ces remarques de formes, qu’en est-il du fond ?

La question du modèle de développement.

Alexeï Koudrine a raison quand il dit que : « L’ancien modèle de croissance est en bout de course, et aucun nouveau modèle n’a été proposé à la place ». Mais ce modèle, quel était-il ? En fait, la Russie, depuis la crise financière de l’été 1998 et les années 1998-2000 s’était inscrite dans un modèle de développement mixte et complexe[2], basé certes sur les exportations de matières premières mais avec une réelle volonté de sauver son outil industriel[3]. Ce modèle a déterminé les politiques qui ont été mises en œuvre avec relativement de constance depuis 2000. On sait bien que ce que l’on appelle le « syndrome hollandais », ou la « malédiction des matières premières » est un obstacle formidable au développement d’une économie manufacturière car il engendre un taux de change surévalué par rapport à la compétitivité de l’économie. Les banques, mais aussi les entreprises, ont alors empruntés des sommes considérables à l’étranger[4] pour financer tant leur croissance externe (par acquisition d’entreprises étrangères) que leurs investissements en Russie[5]. On peut regretter cette situation, et considérer que, compte tenu de l’importance de l’épargne (des ménages comme des entreprises) en Russie, il eut été plus raisonnable d’utiliser plus et mieux les ressources financières du pays plutôt que de les thésauriser. Mais cette option a été barrée par le Ministre des finances de l’époque, un certain Alexeï Koudrine, qui craignait qu’elle ne provoque une flambée d’inflation. On peut d’ailleurs raisonnablement douter que l’inflation en Russie soit uniquement liée au niveau des liquidités[6].

Une objection plus sérieuse que l’on pouvait faire à l’option d’un financement interne était le fait que le système bancaire russe n’était toujours pas organisé de manière raisonnable. Il n’existait (et il n’existe d’ailleurs toujours pas) de marché interbancaire efficace[7]. Mais, dire cela revient à mettre à nouveau en cause la politique du Ministère des finances qui ne s’est pas coordonné avec la Banque Centrale pour réformer le système bancaire. On rappellera pour mémoire qu’en janvier 2008, lors d’une réunion publique à Moscou, Alexeï Koudrine s’était vanté que la Russie soit un « havre de stabilité », déclaration malencontreuse et surtout irresponsable, au vu des mouvements des capitaux spéculatifs[8].

Il a découlé de cette politique (et surtout de cette absence de politique de la part du Ministère des finances) que le taux de change a pris une influence très importante dans l’économie russe en particulier du fait de l’endettement externe. De ce point de vue, on perçoit le conflit d’intérêt. Une dépréciation du Rouble avantage les industriels et généralement les producteurs, mais pèse lourdement sur la structure d’endettement. Inversement, une appréciation du Rouble pénalise les producteurs, mais allège le poids de l’endettement.

Ainsi, Alexeï Koudrine a certainement raison de critiquer le modèle de développement de la Russie, mais il n’est probablement pas le mieux placé pour le faire. La réponse de Vladimir Poutine porte, et il faut constater que rétrospectivement l’action d’Alexeï Koudrine semble plus avoir été marquée par une vision comptable de l’économie que par une compréhension des dynamiques de moyen et long terme. Si son action a été positive dans la mesure où elle a aboutit à une stabilisation financière, elle porte aussi la responsabilité d’un modèle de développement beaucoup trop extraverti. Il faut aussi remarquer que ce modèle de développement a été critiqué par de nombreux économistes russes[9], y compris par l’un des conseillers de Vladimir Poutine, Sergueï Glaziev[10], et un rapport avait été rédigé à ce sujet dès l’année 2011[11]. En fait, même le président des chemins de fer russe, Vladimir Yakounin, s’est permis des critiques importantes, et pour certaines justifiées[12].

Le cœur et l’intelligence.

Il n’en reste pas moins que l’on peut qu’être interloqué par cette remarque de Vladimir Poutine : « Vos collègues affirment que les revenus de la population doivent réduire encore, que nos salaires augmentent trop rapidement, qu’il faut repousser l’âge de la retraite. En théorie, vous avez raison… ». Bien sûr, Poutine corrige immédiatement le tir, avec le fameux argument du « cœur ». Mais, en quoi une baisse générale des revenus des ménages aiderait-elle la Russie ? Si l’on raisonne en termes de compétitivité internationale, alors c’est d’une dévaluation dont la Russie a besoin. Et cette dévaluation, elle l’a obtenu dans le premier semestre 2014, soit avant que la spéculation ne fasse baisser plus que de raison le rouble. La Russie devrait méditer sur l’ampleur du désastre qu’a provoqué en Europe l’idée qu’une déflation compétitive pouvait relancer la croissance. Sur cette question, et pour reprendre le vocabulaire de Vladimir Poutine, la soi-disant « intelligence » de certains est bien moins efficace que le « cœur » des autres, qui s’avère être, en réalité, bien plus intelligent.

Si l’on considère qu’un changement de modèle de développement s’impose en Russie, ce qui semble évident, il faut alors comprendre que ce changement devrait aboutir à faire émerger un modèle de développement de la Russie qui serait beaucoup plus autocentré que ce qu’il est actuellement, et donc bien plus dépendant de la consommation intérieure et de l’épargne des ménages et des entreprises. Autrement dit, il faudrait que la Russie se dote d’une politique des revenus, tant par des instruments comme le salaire minimal que par des instruments fiscaux, et aligne la croissance des revenus de la population – qui constituent la demande qui servira de levier au développement de la production manufacturière – sur la progression des gains de productivité.

Tableau 1

Gains de la productivité du travail depuis 2002

2003 2004 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013
Productivité totale 107,0 106,5 105,5 107,5 107,5 104,8 95,9 103,0 103,8 103,1 101,8
Agriculture, chasse et économie forestière 105,6 102,9 101,8 104,3 105,0 110,0 104,6 90,0 115,1 98,0 104,7
Pêche 102,1 104,3 96,5 101,6 103,2 95,4 106,3 76,4 103,5 103,5 104,3
Secteur des matières premières 109,2 107,3 106,3 103,3 103,1 100,9 108,5 100,6 102,7 100,0 101,7
Secteur manufacturier 108,8 109,8 106,0 108,5 108,4 102,6 95,9 108,3 105,6 103,0 102,7
Fourniture d’électricité, gaz et eau 103,7 100,7 103,7 101,9 97,5 102,1 96,3 99,0 99,8 100,3 99,1
Construction 105,3 106,8 105,9 115,8 112,8 109,1 94,4 98,7 105,2 100,1 97,4
Services commerciaux 109,8 110,5 105,1 110,8 104,8 108,1 99,0 98,8 101,9 102,5 100,7
Hôtellerie et restauration 100,3 103,1 108,5 109,2 108,0 109,2 86,7 94,5 102,3 100,8 100,6
Transport et communication 107,5 108,7 102,1 110,7 107,5 106,4 95,4 102,4 105,4 102,1 101,6

Source : Service fédéral des Statistiques

 

Il faudra alors que l’Etat réalise des investissements importants dans les domaines qui sont le plus susceptibles de développer cette productivité. Le récent rapport du Fond Monétaire International dresse à cet égard une liste et un bilan des différentes mesures qui ont un effet sur la productivité, tant globale que dans l’industrie[13]. De ce point de vue il est clair qu’il faudra avantager les investissements productifs[14], mais aussi les investissements assurant le meilleur développement de la croissance potentielle. La compétitivité internationale devant, quant à elle, être assurée par des dévaluations régulières. Ce nouveau modèle de développement n’implique pas que la Russie se ferme par rapport au reste du monde, mais elle sera certainement bien plus prudente dans ses formes d’ouverture que ce que l’on a connu depuis la seconde moitié des années 1990.

Ceci pose en réalité la question de la structure générale du système financier en Russie, une question qui aurait dû être tranchée à la suite de la crise de 1998 et qui ne l’a pas été, en partie en raison de la politique trop conservatrice du Ministère des finances.

 Notes

[1] Dont on peut retrouver ici une transcription : http://www.lecourrierderussie.com/2015/04/direct-echange-annuel-de-vladimir-poutine-avec-les-russes/

[2] Sapir J., « Le vrai bilan de Vladimir Poutine » in Politique Internationale, n°115, printemps 2007, pp. 323-342. Voir aussi, en russe, Sapir J., « Soglasovanie vnytrennykh u mirovykh cen na cyr’evye produkty v strategii yekonomitchekogo razvitija Rossii », [Dynamiques des prix mondiaux et internes des matières premières dans la stratégie de développement économique de la Russie] in Problemy Prognozirovanija, n° 6 (129), 2011, pp. 3-16

[3] Durand, Cédric: «Le retour de l’État producteur en Russie», in A. Merlin (dir): Où va la Russie? Éditions Universitaires de Bruxelles, 2007.

[4] Clément-Pitiot H., «L’insoutenable légèreté de la globalisation financière», Revue de Défense Nationale, 2011, pp. 33-42

[5] Voir. Durand C., «Pourquoi les firmes de la métallurgie russe s’internationalisent-elles? Une approche institutionnelle et systémique », Revue d’Études Comparatives Est- Ouest, 38 (1)/2007, pp. 151-192. Republié dans La Russie. Géographie des territoires, Revue d’études comparatives Est-Ouest – Hors série 2007 Locatelli C., “ Les enjeux de la réorganisation du secteur pétrolier russe : vers un nouveau modèle privé-public ” in Revue d’études comparatives est-Ouest, vol. 38, n°1, mars 2007, pp. 131-150.

[6] Sapir J., « What Should Russian Monetary Policy Be » in Post-Soviet Affairs, Vol. 26, n° 4, Octobre-Décembre 2010, pp ; 342-372 ; Idem, « Kakim dolzhen byt’ uroven’ infljacii? (O znatchenii davnykh diskuccij dlja opredelenija segodnjachej strategii razvitija Rossii) » [Quel niveau pour l’inflation] in Problemy Prognozirovanija, n°3/2006, pp. 11-22..

[7] Clément-Pitiot H., «La stratégie de l’économie russe en perspective: le choix du pragmatisme?», Note de l’Observatoire franco-russe, 2014, n°6, 26 p

[8] Sapir J., « Vozmozhnosti i Riski ‘Gavani Stabil’nosti’ » [Possibilités et risques d’un « havre de stabilité »] in Rossija v Global’noj Politike, n°2/2008, mars-avril. Consultable aussi sur le site, http://www.globalaffairs.ru/number/n_10637

[9] Ivanter V.V., Uzyakov M.N, Ksenofontof ,M. Yu., Shirov A.A., Panfilov B.S., Govtvan’ O. Dzh., Kuvalin D.B., Porfiriev B.N., « Novaya Yekonomika Politika – Politika Yekonomitcheskogo Rosta », (2013), in Problemy Prognozirovaniya, n°6 (141), pp. 3-16.

[10] Ivanter V.V. Nekipelov A.D. et Glazyev S.Yu (2013), « Problemy Dolgosrotchnogo Sotsial’nogo-Yekonomitcheskogo Razvitija », Yekonomitcheskie i Sotsial’nye Peremeny n°30 (6/2013), p.14-25. Disponible aussi sur http://www.ras.ru/news/shownews.aspx?id=4f0a07fe-8853-4eda-9428-574f5fcf0654

[11] Glazyev S. Yu, V. V. Ivanter, V. L. Makarov, A. D. Nekipelov, A. I. Tatarkin, R. S. Grinberg, G. G. Fetisov, V. A. Tsvetkov, S. A. Batchikov, M. V. Ershov, D. A. Mityayev, Yu. A. Petrov, (2011), « About the strategy of Russian economic Growth », rapport au Président, Septembre 2011, disponible sur http://en.ershovm.ru/files/publications_document_106.pdf

[12] Yakunin V.I., « Postindustrializm : opyt krititcheskogo analiza », in Yekonomitcheskie i Sotsial’nye Peremeny, n°20 (2/2012), pp. 18-30

[13] World Economic Outlook d’avril 2015, publié par le FMI, voir Chapitre 3, rédigé par Patrick Blagrave, Mai Dao, Davide, Furceri (responsable du groupe), Roberto Garcia-Saltos, Sinem Kilic Celik, Annika Schnücker, Juan Y.pez Albornoz, and Fan Zhang, avec l’assistance technique de Rachel Szymanski, disponible à partir du 16 avril sur www.imf.org

[14] Beffy, Pierre-Olivier, Patrice Ollivaud, Pete Richardson, et Franck Sedillot. 2006. “New OECD Methods for Supply-Side and Medium-Term Assessments: A Capital Services Approach.” OECD Working Paper 482, Organisation for Economic Co-operation and Development, Paris.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *