Quelle Allemagne fut vaincue?

La victoire sur le nazisme, que nous fêtons les 8 et 9 mai n’est pas qu’une victoire sur l’Allemagne. Mais elle est aussi, en un sens, une victoire sur l’Allemagne. Le système nazi s’est incarné dans ce pays. Cela pose la question à la fois de la nature de ce système, et de son rapport avec l’histoire allemande. Cette analyse a été en partie faite dans l’ouvrage de Jean-Pierre Chevènement que je ne saurais trop conseiller de relire[1]. On a déjà dit dans ce carnet tout le bien que l’on pensait de ce livre, mais aussi les points d’approfondissement, voire de critique, que l’on pouvait avoir à son égard. Jean-Luc Mélenchon, dans un pamphlet tout récent et qui n’est pas sans qualités, fait quant à lui l’impasse sur la question du nazisme[2]. Ce faisant il se condamne à ne pas avoir une vision complète du problème allemand. En ces jours où nous commémorons le 70ème anniversaire de la victoire sur le nazisme, il importe de revenir sur cette question pour savoir et comprendre ce qui fut vaincu.

 

Hitler et la question de la rationalité.

La question de la « rationalité » d’Hitler, et plus généralement de la politique de l’Allemagne nazie, doit être posée. Une explication couramment employée est celle de la « folie » de Hitler (qui est indéniable par ailleurs). Mais il faut alors expliquer comment un « fou » a pu se maintenir au pouvoir. On devine immédiatement que cette explication par la « folie », par « l’adhésion des masses » et la psychologie des foules est bien courte. Elle l’est d’un point de vue historique, mais elle l’est aussi d’un point de vue méthodologique.

Cette question de la « rationalité » ou de « l’irrationalité » de Hitler soulève en réalité de nombreux malentendus méthodologiques en raison d’une confusion concernant le mot même de « rationalité » et de ce que nous comprenons comme un dirigeant rationnel. Il faut ici rappeler que, dans le langage courant ce terme a pris une signification précise mais étroite (conforme à la Raison) du fait de l’envahissement du langage commun par le langage économique (avec la fiction d’un « agent rationnel »). Mais, on peut lui opposer celui de l’agent « cohérent », qui pourrait désigner un agent, ou un décideur, dont les actes ne sont pas contradictoires avec ses finalités, et ce quelles que soient ces dernières finalités. En fait, nous utilisons ainsi dans le langage courant le terme « rationnel » au sens où les économistes néo-classiques parlent d’un « agent maximisateur rationnel » – ce qui est très discutable car les hypothèses de départ de cette théorie ont été invalidées par des tests répétés. Que l’on pense aux « renversements de rationalité »[3] ou encore aux ruptures de la clause de transitivité dont on sait aujourd’hui qu’ils sont systématiques sous certaines hypothèses[4]. Par ailleurs, la confusion est fréquente entre une décision « rationnelle » et une décision « cohérente » ou logique. Ces deux concepts doivent absolument être distingués avec rigueur si on ne veut pas commettre des erreurs d’interprétation. Une décision logique peut ne pas être « rationnelle », comme on le voit fréquemment en économie dans le cas des spéculations aboutissant à des « bulles spéculatives ». Les agents savent bien que la bulle éclatera à un moment, mais ils cherchent à profiter du mouvement haussier (ou baissier) en entretenant l’espoir (souvent fallacieux) qu’ils pourront sortir du mouvement à temps et sans y perdre des plumes et de l’argent). Il faudrait donc en bonne logique limiter l’emploi du mot « rationalité » à la description d’un processus de décision où :

  • Le décideur choisit à partir d’hypothèses « H » (de H1 à Hn) la décision « x » plutôt que d’autres décisions « y », « z »… car elle est supposée permettre d’aboutir au résultat A, qu’il considère comme plus souhaitable que B, ou C. Le du choix des futurs souhaitables dépend bien entendu du « rapport à la réalité » du décideur.
  • Les hypothèses « H » ont un rapport raisonnable avec l’état réel de l’environnement.

C’est donc en réalité la combinaison de ces DEUX éléments (a) et (b), l’élément logique (ou de cohérence) et l’élément de conformité à une vision raisonnable de la réalité (que l’on peut qualifier de « réalisme ») qui permettent de parler d’une décision « rationnelle ». Si nous avons seulement (a) – le choix est fait à partir d’hypothèses déconnectées de la réalité – le processus de décision est donc logique, l’acteur est cohérent, mais n’est pas rationnel. Il y a en effet des postures logiques ou cohérentes qui sont en fait pathologiques (chez les paranoïaques par exemple), ou qui tout simplement s’appuient sur des représentations par trop mystifiées de la réalité (comme chez les acteurs dominés par un cadre de pensée religieux). En fait, l’élément (b), la correspondance entre les hypothèses de départ et la réalité, est très souvent absent du fait des systèmes de représentations des acteurs.

Si nous avons (b) mais pas (a), au sens où le décideur, partant d’une représentation correcte de la réalité, est incapable de maintenir une hiérarchie claire de ses choix, nous sommes en présence d’un décideur « réaliste » mais « incohérent logiquement », ce qui arrive pour des situations où des conflits d’intérêts et de personnes ne permettent pas de stabiliser la définition de l’objectif souhaité. C’est une situation relativement courante d’un point de vue historique. En ce qui concerne Hitler et le système nazi, nous sommes en présence d’un processus logique, mais non réaliste et donc non rationnel – nous avons (a) mais pas (b). Ce processus repose sur des représentations du monde qui varient suivant les acteurs, mais qui toutes constituent des filtres puissants de la réalité. Pour certains, comme les hauts dignitaires du régime nazi et Hitler en premier lieu, elles sont clairement pathologiques. Les hypothèses d’environnement, faites tant par Hitler que par l’Etat-Major, perdent rapidement tout contact avec la réalité. Et ceci ne peut se comprendre que si l’on revient à ce qui fait le noyau dur du nazisme, non pas son « nationalisme », mais son « racialisme » et plus généralement les conceptions de darwinisme social qui l’imprègnent, tout comme elles imprègnent une partie de la société allemande de l’époque.

 

La nature du régime nazi.

Il faut maintenant chercher à comprendre ce phénomène, et ceci nous entraine à regarder la réalité du régime nazi. La perte de contact avec la réalité qui est une des caractéristiques du comportement de Hitler et des autres chefs nazis (Himmler, Goebbels, Goering) est pour une large part le résultat du filtre « racial »[5]. Ainsi, quand les démocraties parlementaires cèdent devant Hitler, au lieu d’analyser ces résultats comme traduisant une crise politique dans ces pays (crise qui peut être durable ou temporaire par ailleurs), Hitler estime qu’il s’agit d’une confirmation de la supériorité raciale des Allemands. Les premiers succès d’Hitler valident donc en apparence ses hypothèses de départ, le conduisant à leur accorder de plus en plus de crédit. On est en plein dans un processus pathologique. Mais ce processus ne se limite pas à Hitler. En effet, outre la dimension raciste de son idéologie, il est persuadé d’être le vecteur de la « Providence » (terme étrange dans une idéologie qui récuse en partie le catholicisme considéré comme un produit « juif »). Cela le conduit à détruire volontairement tout processus institutionnel au nom du « culte du chef » (le Führer Prinzip), encourageant par là même des comportements violemment antagoniques au sein de l’élite nazie.

L’État Nazi régresse alors vers un modèle archaïque, semi-féodal[6], alors qu’il doit gérer une économie et un système militaire développés. De ce point de vue, il est important de noter que si l’Allemagne nazie a pu donner l’illusion avant 1939 d’être un système « rationnellement organisé » pour faire la guerre[7], cette perception de la réalité a été mise à mal par les travaux exploitant les archives et les témoignages des acteurs. De ce point de vue, le travail pionnier de Berenice Caroll, exploitant les archives et témoignages des responsables de la planification industrielle militaire allemande[8], a été pleinement confirmé par les recherches historiographiques des trente dernières années. Le système nazi n’est pas seulement monstrueux par sa finalité, il l’est dans son fonctionnement quotidien, qui est profondément pathologique. On est en présence d’une régression vers une forme étatique et administrative « pré-moderne » (au sens de Max Weber) appliquée sur une société et une économie « moderne ».

C’est donc l’ensemble du système nazi – et non pas seulement ce qui relève directement d’Hitler – qui devient le siège de décisions pathologiques, au sens où elles obéissent à des logiques de plus en plus déconnectées de la réalité. Les éléments de rationalité technique sont de plus en plus enfouis dans des comportements de concurrence entre personnes et institutions qui ne sont pas réglementés et qui ont donc tendance à monter aux extrêmes tout en étant articulés à des représentations de moins en moins réalistes.

Cela se voit dans la multiplication de projets techniques, industriels ou militaires soit utopiques (les projets de missiles intercontinentaux avec la technique de l’époque, les mines à détonateur activé par le rayonnement stellaire…), soit réalisables, mais à un coût matériel très supérieur à leur utilité réelle (avion-fusée Me-163, projets de bombardiers géants, projets de chars ultra-lourds[9], etc.). Le choix de la qualité à tout prix que l’on rencontre dans le développement des matériels allemands à partir de 1941/42 est ainsi incohérent tant du point de vue des demandes des combats que des capacités industrielles réellement existantes. Si certains matériels sont plus sophistiqués que ceux mis en œuvre dans les armées alliées, la qualité du personnel censé les mettre en œuvre et les entretenir ne cesse de se dégrader et empêche ces matériels d’être utilisés à plein potentiel. Il y a là à l’évidence une « irrationalité » majeure, qui est le produit d’un système décisionnel, la « structure générale » évoquée plus haut, largement pathologique.

Cette dimension pathologique du système nazi (dont Hitler est une des sources, mais qui va largement au-delà de la personne du dictateur) a été bien analysée par Ian Kershaw, aujourd’hui reconnu comme la référence sur Hitler[10]. On comprend alors que l’Allemagne nazie n’est nullement une suite, radicalisée certes mais directement comparable, de l’Allemagne de Guillaume II. C’est ce qui explique les trois guerres, de la guerre impérialiste à la guerre d’extermination en passant par la guerre d’asservissement que l’Allemagne nazie a menées de 1939 à 1945[11]. En réalité, et comprendre ce processus est capital pour comprendre le nazisme, le nationalisme allemand s’est effondré quand il a capitulé devant l’idéologie raciale du national-socialisme[12]. Nous sommes bien en présence d’un système de type nouveau et monstrueux, même s’il emprunte à l’ancien nombre de ses formes.

 

Notes

[1] Chevènement J-P, L’Europe sortie de l’Histoire, Paris, Fayard, 2013.

[2] Melenchon J-L., Le Hareng de Bismarck, Plon, Paris, 2015.

[3] S. Lichtenstein et P. Slovic, “Reversals of Preference Between Bids and Choices in Gambling Decisions”, Journal of Experimental Psychology, n°86,/1971, p. 46-55. Idem, “Preference Reversals : A Broader Perspective”, American Economic Review, vol. 73, n°3/1983, p. 596-605.

[4] A. Tversky et D. Kahneman, “Rational Choice and the Framing of Decisions”, Journal of Business, vol. 59, n°4/1986, part-2, p. 251-278. Idem, “Loss Aversion in Riskless Choice: a Reference Dependant Model”, Quarterly Journal of Economics , vol. 107, n°4/1991, p. 1039-1061.

[5] M. Burleigh et W. Wippermann, “The Racial State – Germany 1933-1945”, Cambridge University Press, 1991.

[6] R. Koehl, “Feudal Aspects of National-Socialism”, American Political science Review, vol. 54, 1960, n°3, pp. 921-33.

[7] Thèse défendue par O. Nathan, “The Nazi Economic System”, Duke University Press, Durham, NC., 1944, et par L. Hamburger, “How Nazi Germany has Controlled Business”, The Brookings Institution, Washington, D.C., 1943.

[8] B.A. Caroll, “Design for Total War”. Arms and Economics in the Third Reich, Mouton, The Hague, 1968.

[9] Comme le « Maus » ou le E-100.

[10] Ian Kershaw, “Hitler, a Profile in Power”, Londres, 1991 ; “Nazi Dictatorship : problems and Perspectives of Interpretation”, Londres Oxford UP, 1993 ; “Working towards the Führer”, in I. Kershaw et M. Lewin (eds.) “Stalinism and Nazism – Dictatorships in Comparison”, Cambridge Univ. Press, 1997.

[11] Sapir J., « 9 mai 1945 », note sur Russeurope, postée le 4 mai 2015, http://russeurope.hypotheses.org/3778

[12] W. Sheridan Allen, “The Collapse of Nationalism in Nazi Germany”, in J. Breuilly (ed), The State of Germany, Londres, 1992.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...