Strauss-Kahn, la douche et un roman

Le livre écrit par David Desgouilles, Le Bruit de la Douche[1] est un petit bijou d’humour, mais il est plus que cela. C’est pourquoi il est à déguster sans modération. On l’écrit d’autant plus que l’auteur me fait l’honneur d’apparaître dans l’ouvrage. Mais, cela n’est ni essentiel ni même important.

A - le bruit

Ce livre est un essai d’histoire-fiction, ce que l’on appelle une uchronie, un genre où avec mes amis de la « Fantasque Time Line » j’ai sévi il y a peu de temps[2]. Le sujet est simple dans l’exposé, mais complexe dans la réalisation : que se serait-il passé si Dominique Strauss-Kahn n’avait pas été compromis dans le scandale du Sofitel de New-York et avait pu se présenter à l’élection présidentielle de 2012. En fait, David Desgouilles va plus loin car il imagine un personnage fictif, charmant mais redoutable, qui va devenir tout aussi central que Strauss-Kahn. Il y a donc deux « POD » ou « Point of Divergence » comme l’on dit dans le monde de l’uchronie dans ce livre, même si on soupçonne que ce personnage féminin rassemble des traits de caractères de personnes que l’auteur a fréquentées.

L’intérêt du livre n’est cependant pas seulement dans les personnages, réels ou imaginaires. Il est dans la thèse que défend l’auteur : vulnérable à cause du personnage mondain et cosmopolite qu’il s’est forgé, Dominique Strauss-Kahn comprend qu’il ne peut réussir, que ce soit à la primaire du PS puis à l ‘élection qu’en préemptant le terrain de l’identité nationale et de l’enracinement qui devait être le cheval de bataille de Nicolas Sarkozy. La thèse peut paraître osé, mais elle se défend. Très clairement, il y a une logique en elle. En faisant ce choix, DSK à la fois désarmait les critiques voire les simples préventions à son égard et privait son adversaire de ce qui pouvait s’avérer comme son meilleur atout. En forçant Nicolas Sarkozy à faire une campagne « au centre », il le fait jouer sur un terrain qui n’est pas le sien, où il se trouve à la fois psychologiquement et politiquement fragilisé. Un tel choix aurait donc pu être celui de DSK, si ce dernier avait réellement lancé toutes ses forces dans le choix Présidentiel.

Assurément, il eut fallu qu’il accepte de reconnaître le côté maladif de son addiction au sexe. Car il faut bien parler d’une addiction, qui n’est pas moins grave qu’à l’alcool. Ici, le roman prend ses distances avec la psychologie des personnages réels. C’est un choix romanesque comme un autre. Mais, si on l’accepte, alors le déroulement de l’ensemble de l’histoire est crédible. Pris à revers, Nicolas Sarkozy s’enferre dans une mauvaise campagne. Jouant à contre-emploi, il ne trouve pas ses marques et perd. A l’occasion, l’amant « de Droite » de l’héroïne comprend qu’il s’est fait manipuler. On aime toujours à ses dépens…Le trajet de l’héroïne est d’ailleurs assez crédible. Venu des franges souverainistes de la gauche, elle n’a adhéré au PS que parce qu’elle a compris que seul le PS pouvait mettre en œuvre, du moins sans conflit ni crise majeure, une politique de recouvrement de la souveraineté. Ce n’est pas faux, même si ce ne fut pas le choix fait par les dirigeants du PS. Anne-Sophie Myotte, c’est donc son nom, partage avec l’auteur le fait d’être franc-comtoise. Mais, et en cela on note une différence, mais aussi un point qui annonce la suite, elle est au début du livre une proche de Montebourg. Et c’est là que se glisse la deuxième subtilité du livre. A la suite de la primaire, qu’il a remportée, DSK demande à Myotte de venir le rejoindre, non pas comme « speech-writer » (ou « nègre » comme l’on dit en littérature) mais comme conseillère politique. Elle va, alors, déployer tous ses talents. De ce point de vue, ce livre se lit aussi comme l’histoire de l’involution du PS. On devine ici l’ancien chroniqueur politique, aussi à l’aise quand il fait parler Eric Zemmour que le sulfureux Buisson, ou encore quelques hiérarques de Solferino. Ce roman est donc le roman d’une campagne qui aurait pu être mais qui n’a pas été. Et, on le sait, là est tout l’intérêt de l’uchronie, du « et si… ».

Arrivé au pouvoir, Dominique Strauss-Kahn se heurte alors rapidement à l’intransigeance allemande. Sauf qu’il est mieux armé qu’un François Hollande pour comprendre son caractère mortifère. Il sait, mieux que quiconque, les limites et les faiblesses de l’Euro. Après avoir essayé de faire changer l’Allemagne de position, il se résout, à la suite de l’intervention française au Mali, à l’affronter. Les descriptions sont là aussi crédibles. On laissera au lecteur le soin de les découvrir, et de voir comment un accident de voiture modifie le cours de l’Histoire. Comment DSK va se résoudre à dissoudre l’Euro, non par idéologie mais essentiellement par pragmatisme. Car, et c’est l’une des leçons que l’on peut tirer du livre, tant que l’Euro existera il ne peut y avoir d’avenir pour la France.

Cet ouvrage vaut donc tant pour l’idée principale, qui est très bien menée, que pour les descriptions, sommes toutes fort crédibles, des mœurs politiques dans la France contemporaine. On y voit des personnages obligés par la logique des médias de devenir des caricatures de ce qu’ils ont été. Il y a aussi beaucoup d’humour, et de deuxième degré, dans ce livre qui se plait à casser les codes culturels d’une certaine « gauche ». On mesure enfin la froide logique de la politique et le choc des ambitions. Il laisse en bouche l’amertume d’une histoire qui aurait pu être et qui ne fut pas. C’est la loi du genre. Souhaitons simplement que cela soit moins tragique que dans Et si la France avait continué la guerre.

[1] Desgouilles D. Le Bruit de la Douche, Paris, Michalon, avril 2015,

[2] Sapir J, Stora F. et Mahé L., 1940 – Et si la France avait continué la guerre, Paris, Tallandier, 2010 (2012 pour le tome 2).


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...