Naissance de la Russie moderne

L’ouvrage de Catherine de Montlibert sur L’Emancipation des serfs de Russie 1830-1861[1] est un petit livre d’un grand intérêt. Il a l’avantage, sur un terrain labouré par de très nombreux auteurs, de prendre ce sujet du point de vue de l’histoire intellectuel et de regarder comment le débat sur l’abolition du servage contribua à la naissance de la figure de l’intellectuel en Russie. Ce n‘est pas un livre sur l’histoire économique ou sociale de la Russie, encore que l’on y trouve des notations très intéressantes, en particulier dans le chapitre 1 (Définir le servage) mais aussi dans le chapitre 8 (Objectiver l’impact de l’abolition du servage sur l’évolution des structures du développement). C’est un livre qui traite de comment un débat a permis de créer un espace politique. De ce point de vue, ce livre s’adresse à tous les lecteurs, aussi bien aux amoureux de la Russie et de sa littérature, car les écrivains sont beaucoup mis à contribution, que les personnes qu’intéresse l’histoire intellectuelle et le rapport entre le littérateur et sa société. L’un des principaux talents de Catherine de Montlibert a été de réaliser un livre qui soit accessible à de nombreux publics, un livre qui, dans son style comme dans sa structure, se prête à plusieurs types de lectures.

2092c82e2c3dc484bf5571f7c1e7267e

Dès l’introduction, l’auteur précise le corpus de textes qu’il va solliciter. On y trouve des noms célèbres pour tous les amoureux de la culture russe et de l’histoire, qu’il s’agisse de Nicolas Tourguenieff, Alexandre Herzen ou Pierre Dolgorouki. Mais, à ces auteurs viennent s’ajouter Ivan Tourgueniev, Nicolas Troubetzkoï et quelques autres. On est en présence d’un échantillon contrasté. Certains de ces auteurs ont exercé des responsabilités politiques, mais tous ont mené la vie amère de proscrit. Et tous, cependant, sont des personnes de grande culture, avec des parcours universitaires qui, pour l’époque, sont assez remarquables. Surtout, ils ont tous eu à cœur de s’attaquer à l’institution du servage pour le bien de leur pays ; ils voyaient dans cette institution à la fois une tache et une torsion dans l’histoire de la Russie par rapport aux puissances européennes. Car, ceci est bien précisé dans le chapitre premier, le servage fut une institution qui a empêché la modernisation administrative et étatique de la Russie tout en étant largement le fruit s’un stratégie de modernisation de l’Etat. Ce paradoxe s’explique par la nature essentiellement fiscale du servage. Le servage permet, sur un espace immense et relativement vide, l’accumulation de la rente foncière entre les mains de quelques uns. Car, la Russie ne s’est pas développée, comme on tend à la dire trop souvent, uniquement à partir des années 1870. Le développement économique, la construction de manufactures, a caractérisé les premières années du XIX siècle. Mais, ce développement, et en particulier le développement d’une industrie importante, ont été bloqués à partir de 1850 par l’institution du servage. Plus subtilement, l’organisation étatique est restée sur biens des secteurs en friche justement à cause du servage. L’un des points les plus remarquables de cet ouvrage est d’insister sur le lien qu’il y aura entre l’abolition du servage et la nécessaire constitution d’institutions locales capables de faire descendre et remonter l’autorité étatique. Une lecture dans le cadre de l’histoire des institutions et de la science politique s’avère alors possible.

 

Une des points importants dans l’histoire de la constitution d’un espace politique par les combats de certains intellectuels est de montrer le parallèle entre la Russie et les Etats-Unis. Ces derniers, eux aussi, doivent affronter une institution particulière, l’esclavage. Et si servage et esclavage ne sont pas synonymes, il n’en reste pas moins que dans la lutte contres ces deux institutions en réalité tant la Russie que les Etats-Unis se construisent, ou tentent de le faire, comme des Etats modernes. Il faut d’ailleurs rappeler que la Russie fut, et ce n’est sans doute pas un hasard, l’une des puissances européennes qui ne ménagèrent pas leur soutien aux forces de l’Union lors de la guerre de Sécession. De ce point de vue, l’éclairage de l’histoire militaire est intéressant. Le parallèle entre les deux pays est bien abordé dans un ouvrage déjà ancien de Bruce Menning[2]. Cet auteur montre bien comment la question de l’institution particulière (servage ou esclavage) a dominé en 1860 le débat sur le soutien aux forces de l’Union par le gouvernement russe, mais aussi sa lecture des combats de la guerre de Sécession.

On retrouve cet aspect dans la question des intellectuels, mais aussi dans leur relation avec l’espace publique. La création d’un véritable « espace politique » se heurte, en Russie aux pratiques de l’autocratie, et à la censure. De nombreux intellectuels sont forcés de s’exiler, que ce soit un exil intérieur ou un exil vers l’étranger. De la naîtra la fameuse distinction entre occidentalistes et slavophiles, mais qui est une distinction qui porte en réalité – du moins me semble-t-il – plus sur les conditions de liquidation du servage (et de ses conséquences) que sur le principe de l’abolition.

 

Certains des auteurs étudies dans ce livre sont des personnages de la communauté russe en exil, comme Nicolas Tourguénieff, qui fut un décabristes (ou partisan de la tentative de révolution de 1824) mais qui fut, aussi, un haut fonctionnaire. Il présente une acuité dans le constat qu’il tire de la situation de la Russie à la fin des années 1840 qui a peu d’égal. D’autres, comme Pierre Dolgorouki, vont rester en Russie, avoir des fonctions relativement importantes, et chercher à construire un Etat moderne où le Tsar tirerait son autorité des lois d’une administration moderne. De ce point de vue, il faut ici rappeler le caractère paradoxal du processus d’abolition du servage, processus qui sera mis en œuvre par l’Etat tsariste mais qui implique en réalité une reconfiguration profonde de cet Etat.

Ici commence le tableau d’une Russie écartelée entre le rêve d’intellectuels que l’on qualifiera de libéraux et qui mettent au premier plan la question de la refonte d’un état de droit et les intellectuels qui sont avant tout préoccupés par la question de la liberté, personnelle mais aussi collective, et qui vont en chercher les racines soit dans une démarche charismatique soit dans une démarche révolutionnaire. Les chapitres sur les successeurs de Nicolas Tourguénieff ou sur Pierre Dolgorouki, et son rôle dans la tentative de constituer une administration territoriale moderne, sont ici particulièrement intéressants. Ils montrent que même quand ils sont en apparence cantonnés à des petits cercles, en particulier dans l’émigration (à Paris), les débats des « grands intellectuels » jouent un rôle considérable à la fois dans la construction d’une opinion publique mais aussi dans la construction de représentations (et en particulier sur la question de la conflictualité sociale) qui se font sentir y compris au sein de leurs adversaires autour de l’administration tsariste. C’est ici que l’on mesure toute l’importance d’une histoire intellectuelle, qui est moins une histoire des idées qu’une histoire des représentations.

 

En fait, ce que met en évidence ce livre, c’est la difficulté à construire un « après servage ». Si les intellectuels sont relativement unis dans leur lutte contre le servage, ils se divisent sur les solutions à mettre en œuvre pour stabiliser la société à la fois politiquement, économiquement et légalement. On entend bien que si le servage a disparu, les contradictions économiques et sociales qui lui avaient conféré son importance au début du XIXè siècle, la question fiscale et celle de l’investissement, n’ont pas disparu. La Russie doit affronter la question de l’investissement alors que l’épargne est faible, et qu’il est dans une large mesure capturé par les conditions mises à la fin du servage. Comme aux Etats-Unis, on mesure que les conditions de l’abolition, qu’il s’agisse de l’abolition de l’esclavage ou du servage, sont au moins aussi importantes que cette abolition elle-même. Le choix adopté par la régime tsariste, principe d’un « rachat collectif » de leur liberté par les paysans et faible distribution de terre, a largement conditionné la suite, et en particulier la trajectoire sociale jusqu’à la Révolution de 1905. D’autres facteurs sont intervenus, comme la concurrence entre l’empire tsariste et les autres puissances limitrophes, empire ottoman, Autriche-Hongrie ou encore Japon, ou encore le croît démographique important qui va rendre la « faim de terre » de plus en plus insupportable[3]. L’éclatement des positions des intellectuels sur ces divers points, le glissement d’une partie d’entre eux vers une opposition radicale au régime tsariste, caractérisera la société russe après 1870. Cet éclatement sera de plus en plus irrémédiable au fur et à mesure que surgira une nouvelle génération, qui ne se sentira plus concernée par la question – pour elle résolue – du servage.

 

Ce rapide survol de l’ouvrage de Catherine de Montlibert montre l’extrême richesse de ce dernier. C’est un ouvrage remarquable en cela qu’il s’adresse avec bonheur tant au simple lecteur, intéressé par la culture et l’histoire russe, qu’au lecteur plus spécialisé ayant déjà une bonne connaissance des problématiques économiques et sociales dominantes en Russie. Tous y trouveront matière à réflexion, mais aussi seront certainement conquis par un style alerte qui en rend la lecture passionnante comme celle d’un livre policier. En cela, Catherine de Montlibert fait preuve – et ce livre en est témoignage – d’un incontestable talent non seulement de chercheur mais aussi de vulgarisateur.

 

[1] De Montlibert C., L’Emancipation des serfs de Russie 1830-186, Editions de Paris, Paris, 2015

[2] Menning B., Bayonets Before Bullets: The Imperial Russian Army, 1861-1914, Indiana University Press, 2000 (paperback).

[3] Rappelons qu’au début du XVIIIè siècle la population de l’empire tsariste est équivalente à celle de la France, mais qu’elle sera 4 fois supérieure à la veille de la guerre de 1914.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search