RussEurope en juillet

Le carnet RussEurope a continué sa progression, et il est normal que j’en informe mes lecteurs. Le dernier billet à ce sujet date du début décembre 2014. Je signalais que le site avait – à l’époque – eu 194 221 visites (ou connexions) dans le mois, provenant de 75 688 visiteurs. Les chiffres actuels sont largement supérieurs. Au mois de juillet, certainement sous l’effet de la crise grecque, ce sont plus de 400 000 connexions qui ont été faites sur le carnet, et le nombre des visiteurs individuels est de pratiquement 150 000 (149 927 exactement). Je rappelle que ces nombres ne concernent que les connexions directes sur le site. Les billets publiés sur RussEurope étant repris sur une trentaine de sites français (dont Marianne2), sur de nombreux sites italiens (avec des traductions assurées par mes amis et collègues de VoccidelEstero et d’autres sites), anglais, canadiens, américains, russes, et j’en passe (et des meilleurs comme aurait ajouté Victor Hugo), le nombre réel des connexions et des lecteurs est certainement supérieur d’un tiers aux chiffres collectés par le système Hypothèses, voire, pour certains billets, supérieur de la moitié.

 

Graphiques 1 et 2

A - Gr1

A - Gr2

Ainsi, le nombre réel de connexions n’a certainement pas été inférieur à 300 000 sur les 7 premiers mois de 2015 et a sans doute atteint les 600 000 en juillet 2015. Quant on regarde l’historique du carnet, on constate d’une part une croissance constante, mais aussi une sensibilité très grande à l’actualité. Ainsi, les résultats de janvier, février et juillet 2015 s’expliquent incontestablement par les événements de Grèce.

 

Graphique 3

Historique du nombre de connexions sur RussEurope

A - Gr3

Il faut associer à ce succès Nicolas de Lavergne, qui depuis la MSH suit le carnet, le corrige parfois, et surtout m’a beaucoup aidé pour « migrer » de l’ancien vers le nouveau format qui doit être plus maniable depuis un Smartphone, ainsi que l’ensemble de l’équipe technique d’Hypothèses sans laquelle rien n’aurait été possible. Cette équipe m’a toujours soutenue, même si elle gère, actuellement, plus de 1000 carnets comme le mien. Mes deux traducteurs, Anne-Marie de Grazia pour l’anglais et Etienne Ruzic pour l’italien ont aussi leur part non négligeable dans ce succès. Ils ont permis une diffusion large de ce carnet.

 

Il est d’ailleurs intéressant de regarder, sur un mois comme le mois de juillet 2015, la répartition géographique des consultations de RussEurope en nombre de pages consultées (et en se souvenant que ceci n’inclut pas les consultations sur des sites, et en particulier des sites étrangers, reprenant mes billets).

Tableau 1

Origine géographique des consultations

Pays Nombres de pages Pourcentage
France 876673 73,1%  
Etats-Unis 97709 8,1%  
Belgique 31672 2,6%  
Pays-Bas 26989 2,2%  
Allemagne 15892 1,3%  
Suisse 15556 1,3%  
Italie 15439 1,3%  
Canada 14285 1,2%  
Grande Bretagne 12711 1,1%  
Fédération de Russie 11735 1,0%  
Espagne 8221 0,7%  
Grèce 7586 0,6%  

 

Comme je l’avais déjà signalé au mois de décembre 2014, la pénétration sur les Etats-Unis (et la Grande-Bretagne) est à noter. On obtient près de 10% du total des consultations des billets publiés sur RussEurope.

 

L’impact de la crise grecque a été spectaculaire, et il explique en large part les résultats de juillet 2015. On peut suivre les moments forts de cette crise à travers les connexions. Ainsi, du 10 au 13 juillet inclus, les connexions journalières ont été supérieures à 20 000, le pic absolu étant atteint le 13 juillet avec 24 372 connexions. Si on considère que ce chiffre est inférieur de 50% à la réalité (en raison de l’accès aux billets sur d’autres sites), nous aurions donc eu plus de 36 000 lecteurs qui se sont connectés sur des billets publiés à partir de RussEurope.

Graphique 4

Impact de la crise grecque sur les connexions

A - Gr4

 

 

C’est à la fois énorme (si l’on n’oublie pas que ce carnet est un carnet de recherches, avec des textes qui peuvent être austères, voire arides) et inquiétant quant à l’état de la presse en France. En effet, on voit ici de manière très claire que ce carnet est lu comme un journal ou plus précisément comme un magazine. Si ce carnet était un hebdomadaire, il aurait atteint les 37 500 lecteurs par semaine. C’est, bien entendu, relativement faible par rapport aux grands hebdomadaires (L’Express, le NouvelObs ou Le Point), mais, compte tenu de la possibilité de lire des billets sur d’autres sites, nous sommes en réalité autour de 50 000 à 55 000 lecteurs par semaine. Cela montre que la presse traditionnelle, du fait de son manque de pluralisme sur un certain nombre de sujet (et en particulier des sujets économiques), est désormais largement concurrencée par des sites et des blogs. Les sites de mon ami Berruyer (www.lescrises), de Paul Jorion, des Econoclastes, peuvent certainement témoigner de cette montée d’une presse parallèle. Nous avons un précédent historique, le développement du Samizdat en URSS dans les années 1970-1980. Mais, ce précédent trahissait aussi l’état de crise et de décomposition de la société soviétique. Bien entendu, il ne s’agit ici nullement de comparer ces blogs et carnets aux publications du Samizdat, qui étaient réalisées dans des conditions extrêmement difficiles tant du fait de la répression que de l’accès aux moyens matériels de publications. Néanmoins, le développement d’une presse parallèle ou plus précisément de publication jouant le rôle d’une presse parallèle (même si initialement ils n’ont pas été créés pour cela) témoigne de manière grandissante de la perte de légitimité et de crédibilité de la presse officielle. C’est une leçon importante que les journalistes de cette presse, avec lesquels il m’arrive d’entretenir d’excellentes relations et qui, dans l’ensemble, font du bon travail, et même pour Romaric Godin de La Tribune un excellent travail, se devraient d’avoir à cœur de retenir.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.