Décision souveraine et questions sur l’Etat

La prise en compte d’une incertitude radicale comme menace potentielle, mais non comme caractéristique permanente, dans l’économie décentralisée conduit alors à rechercher les procédures permettant de favoriser le déploiement des routines cognitives. La question de la stabilisation des lignes informationnelles qui nous permettent de gérer l’afflux d’informations[1], fait de l’objectif de construction d’espaces de stabilité une démarche méthodologiquement légitime, scientifiquement réaliste et politiquement opératoire. C’est le problème de la convergence, même temporaire, des représentations[2]. On voit immédiatement l’importance de ceci pour la constitution des Res Publicae. De la même manière, ceci justifie des démarches conscientes et délibérées visant à mettre en œuvre des cadres de coordination répondant aux contraintes cognitives et environnementales auxquelles les agents sont confrontés.

Ceci fait émerger la question de l’incertitude radicale comme la question centrale à laquelle les agents sont confrontés. Face à l’incertitude seule la décision peut l’emporter. Mais, la décision implique un appareil d’Etat, ce qui nous replace dans le champ de la souveraineté. Or, cet appareil d’Etat fait appel à des formes multiples de légitimation. Tous les Etats s’avèrent être en réalité des assemblages composites de ces multiples formes, mais ces formes sont en réalité hiérarchisées et l’importance de l’une d’entre elles donnent à ce moment le « la » de la nature de l’Etat.

 

De l’importance du constructivisme

La démarche constructiviste devient donc nécessaire et la politique en est immédiatement réhabilitée. Il faut donc réévaluer positivement le moment de la décision consciente par rapport aux effets inconscients et involontaires des décisions. Mais, dire que la décision est importante, et parfois primordiale, implique alors d’admettre la pertinence de la discussion autour de qui décide, sur quel territoire, et en quel nom. Il n’est pas de démarche constructiviste possible, dans un univers aux fins multiples et aux préférences non-transitives, sans réflexion permanente sur la légitimité de la décision et du décideur. La question de la légalité devient alors largement inopérante. Cette démarche constructiviste nécessite alors une posture décisioniste, ce qui nous renvoie à l’apport de Carl Schmitt[3].

Par décisionisme, on veut dire que la question de la décision et du décideur redevient primordiale. La décision ne peut être en permanence l’application de normes et de routines ou le produit d’un calcul maximisateur qui n’est en réalité que très rarement possible. C’est la base de la critique schmittienne de la démocratie libérale[4]. De ce point de vue il convient de distinguer une action où le temps presse (short run matters) mais ou la répétition d’actions déjà conduites est pertinente[5], et où des règles ou des routines de comportement peuvent se révéler efficaces, et le cas de la décision stratégique dont on attend qu’elle modifie l’environnement, et ou seule l’action discrète, c’est à dire la décision personnelle ou l’action décisionnelle, est en mesure d’être réellement efficace[6]. L’importance de la posture décisionniste que nous défendons va donc radicalement à l’encontre de toute une littérature en économie[7], mais on rappelle que cette même littérature est fondée sur une erreur profonde quant à la théorie des préférences individuelles[8].

Ceci réintroduit comme on l’a dit de manière directe la dimension politique, à la fois quant au jugement sur l’effet de la décision et quant au jugement sur la manière dont elle a été prise. Ces deux questions ne peuvent être éludées dès que le choix ne se fait pas autour d’un critère unique, ce qui réintroduit la question de la légitimité. On comprend alors pourquoi la question de la souveraineté et de sa conséquence, la légitimité, ainsi que celle de la définition de son cadre d’expression, devient alors centrale.

Il convient cependant de ne pas proposer le paradigme constructiviste comme une approche saturante. Le holisme subjectiviste, justement parce qu’il est un anti-mécanicisme, invite celui qui s’en réclame à mesurer les limites inhérentes à tout construction. Si cette dernière tend à réduire le nombre des futurs possibles, elle en laisse toujours certains dans l’ombre. Ce constructivisme ne se déploie pas à partir de l’hypothèse métaphysique de l’acteur à la Connaissance parfaite, à la Rationalité permanente, ou à la Bonté immanente. Il se déploie à partir des limites que nous avons explorées des acteurs réellement existants. C’est en raison des limites inhérentes de l’acteur humain que la décision est nécessaire, mais c’est aussi pour cela qu’elle est irrémédiablement imparfaite et nécessite d’être en permanence jugée et confrontée quant à sa légitimité. Il n’est en théorie réaliste de constructivisme que critique.

La théorie réaliste du comportement individuel nous condamne à abandonner à jamais les facilités de l’agrégation de l’individuel au collectif ainsi que celles de la convergence temporelle spontanée. Le problème de l’interdépendance des décisions, et des niveaux de décision, n’en devient que plus fondamental. Parmi les enseignements qui émergent de l’échange d’objections entre différentes disciplines, que ces dernières soient l’Histoire[9], la sociologie[10] ou l’économie[11], la question du rôle du conflit, telle que développée tant par François Guizot en France que par John Commons aux Etats-Unis, mais aussi de la controverse publique, apparaît comme centrale.

Les solutions les plus efficaces résultent moins d’une révélation non-intentionnelle des décisions présentes et futures, que de démarches poussant les acteurs à expliciter leurs buts et leurs moyens. L’importance qu’il faut accorder au conflit et à la controverse met en avant la notion d’organisation des espaces de conflit et de controverse, dont la pertinence a été démontrée par Michel Callon[12]. Ceci vient alors justifier, pour des raisons fonctionnelles, ce qui relevait avant d’une posture morale et philosophique: le choix démocratique. On trouve ainsi une explication théorique aux constatations empiriques qui ont alimenté la théorie du capital social chez les économistes[13]. Ce choix conditionne alors l’efficacité des systèmes institutionnels, dans la mesure où il est construit comme une démarche globale et cohérente. Il implique l’adhésion à la notion d’ordre démocratique, opposé tout autant à la notion d’ordre marchand et qu’à celle d’ordre spontané.

 

Etat, régimes de légitimité et formes de légitimation

Pour comprendre comment se dessine, à travers la spécificité de son histoire nationale et des luttes sociales qui la caractérisent, le type d’Etat il faut aussi comprendre que plusieurs formes de légitimité peuvent coexister, mais qu’elles sont hiérarchisées. On peut parler, à cet égard, de « régimes de légitimité ».

Ces régimes sont susceptibles d’évoluer, mais doivent cependant toujours conserver une certaine cohérence où alors c’est une crise de légitimité qui menace la communauté politique. Cette question des crises possibles, et probables sous certaines conditions, en appelle une autre. Comment ces communautés politiques, ces « peuples » et leurs représentants, vont-ils réagir face à des situations d’exception. C’est en effet au travers de ces situations que l’on peut discerner la véritable nature de la souveraineté et de la légitimité. La question des « situations exceptionnelles », ou de ce que l’on appelle des « états d’urgence », va donc nous aide à mieux comprendre comment fonctionne un système politique. A travers l’étude de ces différents cas se révèle la forme particulière prise par un « régime de légitimité » à un certain moment historique.

Ceci soulève alors la question des formes de légitimation. Si la légitimité est absolument indispensable à toute décision, car il ne peut y avoir de Potestas sans Auctoritas, la source de cette Auctoritas, ou de cette légitimité, peut être différente. En fait, on observe, en particulier dans les sociétés modernes, différents types de légitimation, qui renvoient en réalité à deux principes.

 

  1. Légitimité substantielle.

Il y a d’abord un principe que l’on qualifiera de « substantiel » d’exercice de la légitimité. Une décision, ou un acte, est légitime parce que le résultat qui est visé est admis comme légitime ou se donne un espace de vérification qui échappe à la contestation des non-décideurs. On considérera que cette forme de légitimation s’applique dès qu’un résultat d’une décision peut être totalement discuté dans le cadre de critères d’évaluation qui eux ne souffrent pas discussion. L’existence d’une objectivité, ou de ce qui est perçu par la communauté comme tel, du résultat par rapport aux critères ouvre donc la possibilité d’une légitimité découlant directement de la nature de la décision ou de l’acte. C’est pourquoi on appelle cette forme la légitimité substantielle. On trouve alors dans cette catégorie la légitimité charismatique. La décision est ici légitime car elle émane d’un décideur qui est censé détenir la clé même de la vérification de cette décision, comme dans vérification par un Verbe religieux ou idéologique qui est tenu par un décideur immédiatement identifiable. Mais, ceci s’applique aussi à la légitimité bureaucratique et technicienne. Dans ce cas, la décision est légitime car elle se conforme aux prescriptions scientifiques d’une bureaucratie rationnelle de type weberien. S’inscrivent dans ce cadre aussi bien une excommunication fulminée par le Pape comme la décision médicale dans un hôpital. On considèrera donc que dans un système donné de décision, la légitimité d’une décision pourra être dite substantielle si et seulement si il y a accord parmi les membres de la communauté pour considérer que la totalité des conséquences de la décision, telle qu’elle est envisagée au moment de la décision elle-même, soit raisonnablement envisageable dans le cadre de critères homogènes et acceptés par tous.

On ne peut donc nullement exclure le principe d’une légitimité substantielle au sein de systèmes démocratiques. Il faut cependant en préciser les conditions. Il est en effet parfaitement possible d’envisager une norme commune. Ceci implique par exemple que les participants considèrent que l’on est confronté à des lois naturelles, ou qu’il y ait adhésion à une méta-norme produisant un accord stable sur les critères d’évaluation des conséquences.

Les sciences de la nature correspondent au premier cas de figure. On accepte la décision du médecin parce que l’on considère que ses résultats sont raisonnablement prévisibles, dans la mesure où ils s’appuient sur des systèmes régularités naturelles. Il en va de même pour le chimiste ou le physicien. Le cas des espaces de décision soumis à une logique religieuse constitue le deuxième cas de figure. On accepte aussi la décision du prêtre ou du sorcier parce que l’on partage avec lui une méta-norme quant à l’évaluation de la nature qui nous entoure. La communauté des croyants se définit, justement, par une croyance partagée. Mais, qu’il y ait désaccord sur la norme, et le schisme survient. Dans un espace religieux, la légitimité substantielle existe ou se rompt totalement. On passe sans transition du docteur de la Foi à l’hérétique (et inversement).

 

  1. Légitimité procédurale

Un second principe cohabite avec celui qui a été décrit, c’est celui de la légitimité que l’on peut qualifier de procédurale car elle découle en réalité d’une procédure, soit implicite soit explicite. La décision est ici légitime parce qu’il y a accord sur la procédure de décision et de vérification. On est ici en plein dans le domaine du politique, soit parce que le résultat de l’action n’est pas entièrement évaluable, soit parce que les critères d’évaluation sont eux-mêmes discutables et contestables au sein de la communauté concernée. Le résultat est alors subjectivement lié aux critères. Deux formes de légitimation apparaissent alors, la légitimité démocratique, où l’élection est la garantie de la procédure de décision, soit sous la forme de la désignation des décideurs, soit sous celle de leur responsabilité ex-post, et la légitimité patrimoniale. Dans ce cas, le décideur tire sa légitimité des avantages qu’il peut conférer aux personnes susceptibles de le contester à partir de sa position de décideur. On peut alors considérer que, dans un système de décision donné, la légitimité procédurale sera dotée d’une stabilité inversement proportionnelle au degré d’exclusion de certains des membres de la communauté concernée, et directement proportionnelle à la pertinence des décisions prises sur la situation des membres de cette communauté. C’est ce qui fonde à la fois la nécessité du principe d’inclusion au sein d’une communauté politique donné et la nécessité d’un principe de pertinence. Pour le premier principe, il ne s’applique pas aux membres d’une autre communauté politique. Ces derniers ne sont pas directement concernés par les décisions prises dans la première communauté, même si ils peuvent en subir les conséquences de manière soit intentionnelle soit non intentionnelle. Mais, la question des conséquences d’une décision est distincte de celle de la prise de cette dernière. La constitution d’une communauté politique imposant un principe de séparation (on est membre ou on ne l’est pas), et ce principe étant même en réalité le principe fondateur de la constitution d’une communauté, il ne doit pas être confondu avec les règles fonctionnant à l’intérieur d’une communauté. En ce qui concerne ces règles internes le principe d’inclusion dans la décision s’impose dès que l’on est en présence de formes procédurales de légitimité.

Dans ce dernier cas le pouvoir acquiert une autorité légitime soit par la démonstration de sa conformité à des principes et des procédures définies, soit par sa capacité à faire profiter une partie de la société d’une redistribution des ressources. Cette redistribution se fait bien entendu en priorité vers la partie de la population qui soutient le pouvoir. Si une partie de la population s’estime exclue de l’espace démocratique, ou si la décision majoritaire est trop contrainte par des éléments extérieurs, et si la capacité à accorder des avantages par le décideur est limitée, alors la légitimité procédurale elle-aussi peut cesser d’être pertinente. Dans ce genre de situation, on voit progresser très rapidement la légitimité patrimoniale ou ce que l’on appellera ici les formes de patrimonialisme. Ce qui est décrit d’habitude comme des pratiques endémiques de corruption et de favoritisme s’explique bien mieux si l’on substitue à l’analyse coût-avantage une analyse fondée sur le principe de légitimité et la nécessité pour tout pouvoir de construire les mécanismes de sa propre légitimation[14].

 

Figure 1

A - Graphique-2Bis

Un système global de décision, au sein d’un État, articule toujours dans les faits ces diverses formes de légitimité sans lesquelles il ne saurait y avoir de légalité. Il n’est jamais, dans la réalité, de système complètement pur. Cela ne signifie pas que l’on ne puisse discerner dans les systèmes de pouvoir réellement existants des traits dominants qui les rattachent à des idéaux-types. Ces différents traits s’organisent dans un ensemble dominé par certaines caractéristiques. Ceci permet de discerner un type d’organisation spécifique qui, sans obéir strictement aux idéaux-types précédemment définis, n’en respecte pas moins certaines des grandes caractéristiques. Il faut ici rappeler que l’on est en présence, dans toute démarche analytique, de niveaux différents d’abstraction. Dans le mouvement qui descend des principes fondateurs vers la réalité, nous atteignons maintenant le troisième niveau, celui des systèmes spécifiques. Les compromis pragmatiques qui gèrent les différentes articulations entre les formes de légitimation sont en règle générale institutionnalisés. Mais, les différents types d’institutions concernées ne sont pas identiques, certains pouvant être reconnus au niveau centrale de la communauté politique et d’autres uniquement sur ses franges et à sa périphérie. Ainsi, les démocraties réellement existantes ont toujours des dimensions patrimoniales (par la corruption directe ou l’attribution d’avantages) qui renvoient à la permanence d’un pouvoir de type traditionnel de type patrimonial. De même ces démocraties peuvent connaître des dimensions charismatiques, quand par exemple les moyens de communication de masse permettent l’émergence d’un discours structurant capable de s’instituer comme référence de l’action ou que, dans des circonstances exceptionnelles, émerge un décideur capable par son discours et son action d’unifier une partie des représentations. De même, l’articulation entre la légitimité démocratique et la légitimité bureaucratique peut largement varier, suivant les pays et les périodes.

 

Formes d’articulation des régimes de légitimité en nature de l’Etat

Cette question des formes d’articulation entre les divers types de légitimité est fondamentale. Il faut cependant distinguer, à un premier niveau d’abstraction, quatre formes idéales-types de systèmes de décisions. Ces formes idéalisées s’opposent alors au modèle de C. Schmitt que nous avons présenté plus haut. Elles permettent d’offrir un guide pour la compréhension des systèmes existants en montrant comment se combinent les quatre formes de légitimité appartenant aux deux grands régimes de légitimation que l’on a exposés.

L’État réactionnaire correspond à une combinaison de légitimité charismatique et patrimoniale; il s’oppose à la constitution des bureaucraties fonctionnelles comme à la mise en place des principes démocratiques. L’État démocratique, lui, combine la démocratie et les bureaucraties assises sur la compétence, et s’oppose au pouvoir issu d’un discours auto-légitimant comme aux pratiques patrimoniales. Une crise de la légitimité bureaucratique peut ouvrir un espace à la légitimité charismatique, et en ce cas l’État démocratique peut se transformer en État populiste. Dans ce dernier, des éléments démocratiques survivent toujours. Ils se combinent avec des éléments religieux, que ces derniers le soient ouvertement ou prennent la forme laïcisée du culte du chef.

De même, une crise de la légitimité démocratique peut engendrer la montée du patrimonialisme comme substitut, en particulier dans le domaine de la protection sociale. C’est ce qui survient quand les mécanismes même de l’État démocratique sont attaqués, faute de moyens pour pouvoir fonctionner. Une crise des conditions matérielles du fonctionnement de l’État, ou une politique de ses dirigeants le conduisant à abandonner des segments de la population, peuvent aboutir à une montée du patrimonialisme au sein de structures étatiques formellement démocratiques. On comprend, alors, que la décision du parrain mafieux comme celle du dirigeant paternaliste puisse être en partie légitime si elle affecte plus la situation des individus que les décisions prises par des autorités politiques démocratiques. C’est par exemple la situation que l’on trouve quand la puissance publique se retire de certains espaces, ou quand elle s’étiole faute de moyens. Par ce raisonnement on peut comprendre la montée de la mafia dans la transition en Russie comme contrepartie du recul de l’État dans les années 1990[15], ce mouvement étant lui-même provoqué par la contraction rapide des dépenses publiques imposée au nom d’un certain type de politiques macroéconomiques. Ceci nous permet alors de relire l’économie politique de la transition post-soviétique sans avoir à faire usage d’arguments culturalistes et d’hypothèses saturantes extrêmement douteuses[16].

On évolue alors vers ce qui est appelé ici un État collusif. Il faut ajouter ici que ces deux formes intermédiaires peuvent constituer aussi des transitions à partir d’un État réactionnaire vers un État démocratique.

Figure 2

A - Graphique 3

Historiquement, des systèmes réactionnaires confrontés à des tâches de modernisation économique et technique ont donné naissance à des États collusifs, avec des doses plus ou moins importantes de démocratie. C’est ce que l’on constate dans les différents modèles de modernisation autoritaire qui se sont développés depuis la fin du XIXè siècle. De même, l’existence d’un processus d’exclusion de droit ou de fait (impossibilité matérielle étant faite aux individus de participer au système), qu’il soit interne ou externe (un système extérieur évinçant le système de la communauté), fragilise d’autant les décisions qui doivent être prises.

 

Procédures de légitimation et formes d’existence de l’État.

Un système global de décision, au sein d’un État, articule toujours ces diverses formes. Il n’est pas, dans la réalité, de système complètement pur, même si l’on peut discerner dans les systèmes de pouvoir réellement existants des traits dominants qui les rattachent à des idéaux-types. Il faut donc distinguer, à un premier niveau d’abstraction, quatre formes idéales-types de systèmes de décisions. Ces formes idéalisées s’opposent alors au modèle de C. Schmitt présenté plus haut. Elles permettent d’offrir un guide pour la compréhension des systèmes existants en montrant comment se combinent les quatre formes de légitimité appartenant aux deux grands régimes de légitimation que l’on a exposés.

Les démocraties réellement existantes ont ainsi toujours des dimensions patrimoniales (par la corruption ou l’attribution d’avantages) qui renvoient à permanence d’un pouvoir de type traditionnel. De même ces démocraties peuvent connaître des dimensions charismatiques, quand par exemple les moyens de communication de masse permettent l’émergence d’un discours structurant capable de s’instituer comme référence de l’action. Aujourd’hui, il est clair que le balancier penche vers l’Etat collusif. Les systèmes politiques démocratiques qui avaient émergés en Europe occidentale depuis la fin de la seconde guerre mondiale sont durablement corrodés par les dimensions patrimoniales mais aussi par la tentation bureaucratique, celle qui s’exprime dans la formule de la démocratie sans le peuple, ou « démocratie sans demos ».

L’État réactionnaire correspond donc à une combinaison de légitimité charismatique et patrimoniale; il s’oppose à la constitution des bureaucraties fonctionnelles comme à la mise en place des principes démocratiques. L’État démocratique, lui, combine la démocratie et les bureaucraties assises sur la compétence, et s’oppose au pouvoir issu d’un discours auto-légitimant comme aux pratiques patrimoniales. De même, une crise de la légitimité démocratique peut engendrer la montée du patrimonialisme comme substitut. C’est ce qui survient quand les mécanismes même de l’État démocratique sont attaqués, faute de moyens pour pouvoir fonctionner. Une crise des conditions matérielles du fonctionnement de l’État, ou une politique de ses dirigeants le conduisant à abandonner des segments de la population, peuvent aboutir à une montée du patrimonialisme au sein de structures étatiques formellement démocratiques.

 

Pour le populisme ?

On voit ici que les formes d’Etat s’opposent en statique de manière assez claire. Mais, si l’on regarde les contradictions auxquelles ils sont soumis, la vision que l’on peut avoir de ces formes change. On peut ainsi comprendre pourquoi, dans certaines conditions, des formes de légitimité charismatique, tant qu’elle respecte le principe de laïcité, peuvent permettre de revigorer la démocratie. C’est en particulier le cas des procédures référendaires. De ce point de vue le principal ennemi de l’Etat démocratique, et des principes de l’ordre démocratique, n’est pas l’Etat réactionnaire, mais l’Etat collusif, celui vers lequel nous nous acheminons depuis maintenant une trentaine d’années. L’Etat réactionnaire, parce qu’il a une composante de légitimité charismatique, peut évoluer vers l’Etat populiste, ce qui représente un progrès. La combinaison de la légitimité charismatique et de la légitimité patrimoniale est en réalité instable. Par contre, la légitimité bureaucratique peut parfaitement se combiner avec la légitimité patrimoniale dans des formes historiquement stabilisées. De même, l’Etat démocratique qui allie la légitimité démocratique et la légitimité bureaucratique est traversé par une contradiction assez fondamentale entre ces deux formes de légitimations. L’Etat collusif apparaît comme la forme la plus stable en dynamique de ces structures de légitimation, suivi par l’Etat populiste (la combinaison de la légitimité charismatique et de la légitimité démocratique). Pour éviter que l’Etat démocratique ne se transforme en Etat collusif, il faut réintroduire en son sein une dimension charismatique et donc de formes de l’Etat populiste.

Tel est l’enjeu des conflits politiques actuels. Et l’on remarquera que, dans la Grèce de SYRIZA mais aussi au sein du mouvement espagnol PODEMOS, il y a une dimension charismatique évidente. Il convient dès lors de dégager la notion de populisme de ses atours négatifs. Le populisme, au sens des formes politiques renvoyant à la légitimité charismatique, n’est pas la démagogie. Cela renvoie au problème de l’action décisionnelle, l’acte discret de gouvernement, mais aussi à la question de l’action exceptionnelle qui nécessite justement cette forme de décision.

 

Notes

[1] Sapir J., Quelle économie pour le XXIè siècle ?, Odile Jacob, Paris, 2005

[2] Sapir J., “ Ekonomika Informatsii : novaja paradigma i ee granitsy ” (L’économie de l’information: un nouveau paradigme et ses limites) in Voprosy Ekonomiki, n°10/2005

[3] Schmitt C., Légalité, Légitimité, Translated from German by W. Gueydan de Roussel, Librairie générale de Droit et Jurisprudence, Paris, 1936; édition allemande 1932.

[4] Mouffe C., « Carl Schmitt and the Paradox of Liberal Democracy » in Mouffe C. (eds), The Callenge of Carl Schmit, London, Verso, 1999, pp. 38-53

[5] Van Lear W., « A Review of the Rules versus Discretion Debate in Monetary Policy », Eastern Economic JournalVol. 26, No. 1 (Winter, 2000), pp. 29-39.

[6] Schmitt C., The Crisis of Parliamentary Democracy, texte traduit par Ellen Kennedy, MIT Press, Cambridge, MA, 1985

[7] Kydiand, F.W. and E.C.Prescot, »Rules Rather than Discretion: the Inconsistency of Optimal Plans, » Journal of Political Economy, June1977. Kreps, D. and R. Wilson, « Reputation and Imperfect Information, » Journal of Econonic Théory, 1982. Barro, Robert J. « Recent Developments in the Theory of Rules versus Discretion. » Economic Journal, Supplement, (1985), pp. 23-37.

[8] Voir pour une revue de la littérature Sapir J., « Novye podhody teorii individual’nyh predpotchenij i ee sledstvija » (Nouvelles approches de la théorie des préférences individuelles et leurs conséquences) in Ekonomitcheskij Zhurnal, Vol. 9, n°3/2005, pp. 325-360

[9] Lepetit B., « Les Annales. Portrait de groupe avec revue », in J. Revel et N. Wachtel, edits., Une école pour les sciences sociales , Le Cerf et Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris., 1996, pp. 31-48. Idem, B. Lepetit, « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », in Lepetit, ed,, Les Formes de l’Expérience. Une autre histoire sociale, Albin Michel, Paris, 1995, pp. 9-22

[10] Callon M., « Éléments pour une sociologie de la traduction », in L’Année Sociologique, Paris PUF, 1986, pp. 169-208. Voir aussi le classique . Durkheim, Les règles de la méthode sociologique, Presses Universitaires de France, coll. Quadrige, Paris, 1999 (première édition, P.U.F., Paris, 1937).

[11] Stiglitz J, « Symposium on Organizations and Economics », in Journal of Economic Perspective , vol. 5, n°2, printemps 1991, pp. 15-24 ; O. Favereau, « Marchés internes, Marchés externes », in Revue Économique, vol.40, n°2, mars 1989, pp. 273-328. La question des hierarchies et des relations laterales, s’entrecroisant aux hiérarchies est développée dans J. Sapir, L’économie mobilisée, La Découverte, Paris, 1990 et dans B. Chavance, « Hierarchical Forms and Coordination Problems in Socialist Systems », in Industrial and Corporate Change , vol. 4, n°1,1995, pp. 271-291.

[12] Voir, M. Callon, (ed.), La Science et ses réseaux , La Découverte, Paris, 1989.

[13] R. Putnam, R. Leonardi et R. Nanetti, Making Democracy Work : Civic Traditions in Modern Italy, Princeton University press, Princeton, 1993.

[14] Sapir J., « Shadow economy and economic criminalisation in transition economies » in B. Coriat, P. Petit and G. Schméder (eds.) The Hardship of Nations – Exploring the Paths of Modern Capitalism, Edward Elgar, Cheltenham, UK, 2006, pp. 267-292.

[15] Sapir J., Le Chaos Russe, La Découverte, Paris, 1996.

[16] Sapir J., « Enseñanzas de las transformaciones sistémicas in las economías de tipo soviético », in I. Bizberg at M. Frybes (edits.), Transiciones a la democracia – Lecciones para México, Cal y Arena, Mexico, 2000, pp. 473-516. Idem, « Crisis and transition in the Soviet Union and Russia », in R. Boyer & Y. Saillard (eds.) Regulation Theory – The State of the Art, Routledge, Londres et New York, 2002, pp. 274-279.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *