Ce sentiment d’un naufrage…

La fondation pour une réforme européenne (www.europeanreform.org) vient de publier dans New Direction,  dans son numéro de l’automne 2015, un dossier critique sur l’Euro.

A – Euro That Sinking Feeling

Cette publication, qui pourra être obtenue réunit des auteurs venant de courants de pensée très divers, mais qui tous tirent un bilan négatif de l’Euro. On y trouve ainsi Stephan Kawalec, le directeur de Capital Strategy et ancien vice-ministre des Finances de la Pologne, avec un article sur les risques pour l’Union européenne que fait peser l’Euro, Brigitte Granville, une économiste reconnue qui enseigne l’économie internationale à la Queen Mary University  à Londres, Jean-Jacques Rosa,  ancien directeur du service économique au Figaro et professeur (émérite) à Sciences-Po, Zdzisław Krasnodębski, sociologue, professeur aux Université de Brème et de Cracovie, et membre du Parlement européen, ainsi que mon collègue et ami Alberto Bagnai, professeur à l’université de Pescara en Italie, et célèbre blogger qui a reçu en 2015 le prix du meilleur blog pour l’information économique en Italie.

A - BagnaiA

A - Bagnai B

On y trouve aussi votre serviteur, avec un article sur la dérive anti-démocratique engendrée par l’Euro dans les pays de l’Union européenne.

A - SapirA

A - SapirB

Enfin, on trouve aussi dans cette publication des personnes d’influence et de hautes qualités intellectuelles comme Joachim Starbatty, professeur à l’université de Tubingen qui s’interroge sur le profit que l’Allemagne a pu tirer de l’Euro, Jean-Pierre Vesperini, ancien membre du comité d’analyse économique auprès du Premier ministre et professeur d’économie à l’Université catholique de Paris, Antonio Soy, professeur à k’Université de Barcelone, ancien ministre du gouvernement de Catalogne, qui analyse les effets dramatique de la dévaluation interne imposée par l’Euro sur l’Espagne, Peter Oppenheimer, ancien professeur d’économie à l’université d’Oxford, qui s’interroge sur les effets de l’Euro sur les pays extérieurs de la zone, à partir de l’exemple de la Grande Bretagne, Hans-Olaf Henkel, ancien directeur d’IBM Europe et ancien responsable de l’organisation patronale allemande, qui lui aussi , réfléchit sur l’Euro et sa responsabilité dans un éventuel « Brexit » initié par la Grande-Bretagne, enfin Roland Vaubel, professeur d’économie à l’université de Manheim, qui analyse les conséquences potentiellement désastreuses de l’Union bancaire.

David Liebers, un membre du comité directeur de la fondation pour l’Initiative Démocratique (Varsovie) s’interroge, en conclusion, sur l’impact que l’Euro a pu avoir sur la séparation des deux gauches, l’une pro-européenne et l’autre euro-critque, en Europe.

On le constatera, ce numéro est très riche, avec des points de vue différents, mais qui tous se conjuguent pour argumenter une critique radicale de la zone Euro.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search