L’interdépendance des décisions, 20 ans après (III)

La troisième partie de l’étude de 1996 portant sur l’interdépendance des décisions

—————–

III. Relectures de l’interdépendance des niveaux de décision et de leurs conséquences

 

Des éléments que l’on vient d’évoquer, on peut déduire qu’il est temps de s’affranchir d’un certain nombre de barrières héritées du cadre théorique standard, et en particulier des hypothèses d’individualisme méthodologique et d’utilitarisme individualiste. Mais, dire ce qu’il ne faut pas faire n’est qu’une bien maigre indication compte tenu de l’importance de la question. Pour tenter d’illustrer ce que pourrait être (et devrait être) à mon sens une démarche régulationniste cohérente en ce point, on va proposer au lecteur de divaguer, comme l’on dit d’un fleuve qui sort de son lit habituel pour recouvrir de nouvelles terres. Ces dernières ne sont d’ailleurs point tout à fait inconnues, même si on concède qu’elles peuvent ne pas être familières aux lecteurs, et en particulier aux mangeurs de biscottes beurrées.

 

III.1. Institutions financières et convention de “contrainte de budget lâche” dans le système soviétique traditionnel.

 

Pour tenter d’illustrer les précédentes réflexions, on propose ici un détour par l’ancien système soviétique. On prend pour cible ici l’un des grands classiques et de la littérature “soviétologique” et d’une économie de type hétérodoxe, l’ouvrage de J. Kornaï consacré à l’économie de la pénurie (Kornaï, 1984). Le cœur de cet ouvrage repose sur l’opposition entre système contraint par la demande (ce qui correspond alors à la “contrainte de budget dure”) et système contraint par les ressources (correspondant à la “contrainte de budget lâche”). La notion de contrainte de budget lâche a obtenu un succès immense. On peut considérer que la notion proposée par Kornaï, et qui a en un sens recouvert d’autres thèses de son ouvrage, avait un double statut. La contrainte lâche pouvait signifier un ensemble de normes ou d’objets institutionnels aboutissant au résultat de l’impossibilité de faillite d’une entreprise de type soviétique; on peut alors raisonnablement parler d’institution. En même temps, Kornaï, qui insiste à très juste titre sur les incertitudes endogènes du système de type soviétique présente aussi cette contrainte lâche comme une connaissance partagée par tous permettant d’accorder les comportements des agents, à la fois dans des relations horizontales et verticales; Il serait alors tout aussi justifié de considérer que le relâchement de la contrainte fait ici convention. Dès les premières lignes de l’ouvrage, J. Kornaï précise son propos: “…les contraintes budgétaires de l’entreprise socialiste traditionnelle sont lâches. Si elle travaille à perte, cela ne conduit pas encore à une véritable banqueroute, c’est à dire la cessation des activités. L’entreprise, d’une manière ou d’une autre, sera aidée; elle obtient un crédit supplémentaire, ou bien on réduit ses impôts, ou elle reçoit une subvention, ou encore on augmente le prix de vente, et, finalement, elle survit aux difficultés financières.[1]

Si on considère cette contrainte comme une convention, elle peut s’entendre de deux manières. Soit il s’agit de dire que les responsables d’une entreprise de type soviétique sont dégagés de tout risque de sanction. Or ceci était notoirement faux. Même si le mode d’administration de la sanction n’était pas prioritairement financier, encore que des mauvais résultats pouvaient donner lieu à des suspensions de salaires et de primes (Berliner, 1952), et que la dimension financière était loin d’être absente du comportement du responsable, il y avait bien un système de sanctions, parfois très brutales. Soit on considère que pour tout responsable engagé dans des opérations de production, il y a une assurance de recevoir en temps utile les liquidités nécessaires aux opérations. Mais tel était le cas, alors on ne comprend plus pourquoi les entreprises ont à augmenter illégalement leurs prix (car de ce point de vue la formulation de Kornaï est trompeuse, la décision est dans la majorité des cas illégale et décentralisée[2]), à retarder des paiements (avec le développement récurrent des pratiques illégales de crédit interentreprises[3]), à négocier des crédits supplémentaires avec la GOSBANK. L’obtention des liquidités nécessaires a été, pour la plupart des entreprises soviétiques, un résultat ex-post, et non une assurance ex-ante, qui impliquait la mise en oeuvre de stratégies tant dans la gestion de l’organisation que dans ses relations avec les organisations voisines (dans le cas du crédit interentreprises) ou encore dans ses relations avec des organisations hiérarchiquement supérieures (ministères, Banque centrale). Ces stratégies étaient diversifiées, et donnaient naissance à des compétences particulières, soit en matière de négociation (et en URSS comme ailleurs les petits cadeaux entretenaient les amitiés[4]), soit en matière d’organisation de la production vers des produits sur lesquels le contrôle central était plus souple. A considérer la contrainte de budget lâche comme une convention ex-ante, c’est l’ensemble du phénomène de différenciation des compétences entre les entreprises soviétiques que l’on fait disparaître. On est donc conduit à appréhender le problème de la contrainte lâche non point comme une convention, mais comme une description générale d’un ensemble d’institutions déterminant à la fois des comportements et des modes de représentation de la réalité.

 

Ce système d’institutions n’est pas apparu immédiatement en URSS. Il est en fait contemporain du tournant vers l’industrialisation accélérée (Sapir, 1995c; Hutchings, 1984). On assiste, entre 1929 et 1931, à une réorganisation fondamentale. Cette réorganisation affecte aussi les circuits de financement, et en particulier l’ensemble du système budgétaire (Hutchings, 1983). Or, la mise de système correspond aussi à une volonté de contrôler les responsables de l’industrie. Il y a ici un coup de force fondateur, constitué par un des premiers procès staliniens, le procès de Shakty (du nom de la ville où il se déroula en 1928), et qui amorça une campagne de répression contre les cadres de l’administration des entreprises (Kuromiya, 1988). Cette répression fut bien moins meurtrière que celle des années trente, et elle fut de courte durée. Dès novembre 1930, les “spécialistes bourgeois” commençaient à être réhabilités. Mais, elle permit au groupe politique rassemblé autour de Staline d’imposer sa vision du cadre institutionnel de l’économie, dans un contexte qui avait été marqué dans le passé par des débats importants. Ce coup de force visant les directeurs et responsables, avait eu son précédant, dans une politique d’érosion progressive des capacités de résistance ouvrière entamé en 1925-1926, et culminant avec l’adoption de la “journée de 7h” en 1927 (Sapir, 1980).

Le contexte créé par ce double coup de force a conduit à l’émergence de nouveaux comportements, où l’on retrouve le marchandage et la négociation dans les lignes d’interdépendance verticale, et d’autres formes de négociation, aboutissant à des structures informelles en réseau suivant les lignes d’interdépendance latérale (Zaleski, 1984, Andrle, 1976, B. Moore, 1956; Granick, 1954, Berliner, 1952). Ces différentes pratiques suggèrent alors plusieurs remarques.

 

Quand prédomine l’interdépendance verticale (ou hiérarchique), marchandage et négociation sont à la fois le produit d’un rapport des forces, mais aussi un instrument pour faire évoluer ce rapport des forces. En fait, plus que d’un “rapport”, terme qui suggère une vision statique et unidimensionnelle des positions de force et de faiblesse des agents, il serait plus judicieux d’employer la notion de “corrélation des forces”, que l’on retrouve dans la pensée militaire soviétique (Sapir, 1988, 1996). Entre le directeur d’une entreprise et ses supérieurs hiérarchiques, l’interaction autour de la notion de discipline financière se joue en même temps dans plusieurs dimensions, le politique et l’économique, l’explicite et l’implicite, le financier et le productif. La grande différence dans une relation hiérarchique est que le Principal peut toujours imposer une modification de la règle alors que l’agent lui doit pour aboutir au même résultat la subvertir. Chaque accord est tout à la fois l’explicitation d’une configuration momentanée de cette corrélation des forces et la base de départ d’une nouvelle évolution dynamique dans laquelle les anticipations des agents se heurtent comme elles s’emmêlent. Chaque accord est aussi l’occasion de révisions des perceptions de la part des agents, soit qu’il soit accepté et conçu comme base de stabilité, ou au contraire qu’il soit perçu comme inacceptable et devant être amendé ou révoqué.

Quand prédominent au contraire les interdépendances latérales, la négociation change de statut et devient un instrument d’acquisition de nouvelles capacités à travers la mise en place de réciprocités. Ceci n’exclut pas nécessairement la compétition. Deux entreprises qui peuvent être fortement complémentaires dans des stratégies de contournement de mesures visant à assurer la discipline financière peuvent dans le même temps être en concurrence dans l’attribution de priorités. Dans ce cas, ce sont les évaluations des plages de stabilité potentielle qui deviennent déterminante. La concurrence ne l’emportera que si le gain qu’elle peut engendrer est plus stable dans le cadre de l’horizon pertinent pour l’agent que le gain espéré des comportements de réciprocité. En fait, cette comparaison est implicite. Les agents ne peuvent calculer au sens propre du terme l’ampleur ou la stabilité des gains. Ils réagissent avant tout en réaction à des surprises, bonnes ou mauvaises, qu’ils rencontrent dans le déploiement de leurs stratégies. La minimisation du risque de mauvaise surprise, à travers des prises de responsabilité réciproques et la mise en place de lieux communs aux acteurs, est un facteur important de stabilisation des formes d’interdépendance latérale. Les “conseils de directeurs”, qu’ils aient été officiels ou non, qu’ils se soient manifestés sous la forme de réunions institutionnalisées ou de réunions informelles, ont été et restent un élément clé de cette interdépendance.

La notion de contrainte de budget lâche renvoie ainsi à des processus multiformes de gestion des diverses formes d’interdépendance à l’intérieur d’un cadre institutionnel donné. Qu’il y ait eu en fin de compte beaucoup de non-intentionnel est évident. Mais il n’y a rien eu de spontané.

 

III.2.L’armée en campagne et les deux dimensions de l’interdépendance de décision.

Le commandement des armées modernes nous fournit aussi un autre terrain d’investigation de la gestion des interdépendances. Les armées modernes sont à la fois des systèmes complexes et des systèmes hiérarchisés. Les limites des capacités de tout cerveau, fut-il collectif comme un État major[5], à traiter l’information implique une déconcentration de la décision (van Creveld, 1985). L’émergence d’unités relativement autonomes caractérise les armées depuis le début du XIXème siècle. Ces unités peuvent être considérées comme de: “…grands systèmes autonomes, car elles présentent (…) un nombre comparativement important d’éléments constitutifs, une complexité de la structure, une variété des interactions possibles tant entre les éléments qui les composent qu’entre ces éléments et l’environnement extérieur, la complexité des problèmes à résoudre, une nature hautement dynamique et une capacité à remplir des fonctions nouvelles (non prévues à l’origine), la présence de critères multiples d’évaluation des résultats des opérations du système.[6]

Or, non seulement se pose le problème de l’interdépendance verticale, sous la forme du contrôle de l’exécution du plan stratégique, mais de plus il faut que l’interdépendance latérale soit assurée. À l’oublier c’est Blucher qui survient quand on attend Grouchy. La solution historiquement adoptée a été triple (van Creveld, 1985). D’une part les moyens de conception et d’élaboration des plans se sont formidablement renforcés en deux siècles. En même temps, les états-majors se sont dotés de l’équivalent de télescopes informationnels permettant non pas de suivre les mouvements simultanés de toutes les unités, mais d’acquérir rapidement les informations au point critique. Enfin, un effort permanent a été consacré au développement des moyens de communication. Pourtant, ces différents moyens ont suscité à chaque fois des pathologies particulières, qui sont autant de métaphores de paradigmes économiques.

 

  1. La planification rigide. Le premier danger qui guette le général en campagne est constitué par un plan trop complexe et par là trop rigide. L’énorme développement des capacités de communication avec la généralisation du télégraphe et du téléphone, eu début du XXème siècle a favorisé l’idée d’une planification globale des opérations. Le passage à la radio a accentué le problème, et l’a couplé au désir de préserver le secret (les émissions radio sont détectables et potentiellement décryptables). La tendance du commandement a été de chercher à tout prévoir. Ceci correspond à la métaphore économique de la planification centralisée à moyen terme sous hypothèse d’un environnement stationnaire. Durant la première guerre mondiale, l’échec des offensives allemandes (en 1916 à Verdun en particulier) ou alliées (sur la Somme) fut largement dû à l’incapacité d’innover sur le terrain. Durant la seconde guerre mondiale le commandement japonais se révéla incapable à prendre en compte des modifications de la situation, en raison de la complexité et de l’exhaustivité même des plans qu’il avait établis (Morison, 1989a).
  2. La pathologie informationnelle. Ce terme a été imaginé par Martin van Creveld pour décrire le second danger qui réside dans un usage immodéré des moyens de communication (van Creveld, 1985). Pour éviter la planification rigide, l’État Major laisse ouvert un certain nombre d’options tactiques, mais se réserve le choix en dernière instance sur la base d’une collecte globale de l’information. La métaphore économique est ici clairement celle d’un système d’équilibre général qui fonctionnerait en temps réel et chercherait à obtenir des prix d’équilibres par des itérations ultra-rapides. L’exemple achevé de cette dérive réside dans le comportement de l’armée américaine au Vietnam où nombre de décisions tactiques devaient être prises directement au Pentagone, les télécommunications par satellites étant censées assurer une quasi-instantanéité de l’information. Le résultat fut la saturation des capacités d’analyse par les volumes d’information ainsi engendrés. Si la décision, contrairement aux exemples précédents, était flexible, les délais d’ajustements devenaient incompatibles avec une efficacité de cette décision.
  3. Le chaos organisé. Pour tenter d’éviter et la planification rigide et l’engorgement par excès d’information, une solution a été élaborée dans le cadre de l’armée israélienne qui consiste à organiser les forces en fonction de leurs objectifs, et à les laisser libre dans ce cadre d’opérer à leur guise, un système qualifié par ses auteurs de “chaos organisé” (van Creveld, 1985, pp. 193-197). Ce mode d’organisation correspond assez bien à la métaphore du marché chez Hayek ou von Mises, ou un ordre supérieur prend naissance spontanément dans des désordres locaux. Ce système peut bien fonctionner fondamentalement en raison de deux facteurs. Tout d’abord une doctrine unifiée qui assure que les différents commandants envisagent une situation de la même manière. On aboutit ainsi à la condition hayekienne d’un équilibre dynamique, soit la convergence des anticipations. Le second facteur consiste en une discussion franche entre les responsables de l’État Major et les principaux responsables sur le terrain, qui homogénéise les perceptions et permet d’aboutir à une coordination souple (Luttwak et Horowitz, 1975). Un tel système peut cependant entrer en crise sous certaines conditions. Si l’État Major perd le contact avec ses subordonnés, ces derniers peuvent être tenté d’aller au-delà des objectifs prévus, ce qui arriva en 1956 (van Creveld, 1985). On peut alors considérer qu’il y a un défaut dans l’interdépendance verticale. Si les conditions de controverse ne sont plus réunies, soit en raison d’un excès de poids de l’État Major, soit du fait de l’ouverture d’un écart dans les perceptions (par exemple en raison de problèmes de génération), l’initiative des grandes unités n’est plus équilibrée par un cadre général. L’interdépendance latérale cesse d’être maîtrisée et des incohérences majeures peuvent survenir, comme ce fut le cas lors de la guerre de 1973 au Moyen-Orient (dite « guerre d’octobre »), lors des premiers jours de combat (van Creveld, 1985; Herzog, 1975; Sherman, 1973).

 

Ces exemples mettent en évidence quelques leçons du problème de l’interdépendance des niveaux de décision. En premier lieu, une prévision complète ex-ante ou sur la base d’un traitement en temps réel des informations est impossible. Le choix ne peut se faire sur la base du calcul mais de règles heuristiques, ce qui est très exactement ce que dit Herbert A. Simon (Simon, 1978). Ces règles heuristiques proviennent de choix discrets faits par les agents. La décision est donc à la base du traitement de l’information. Face à la multiplication des signaux qu’il faut décoder pour chercher de l’information, une décision quant aux règles d’arrêt s’impose. En second lieu, la capacité à réagir à la surprise repose sur la combinaison d’une action discrétionnaire, certes employée avec retenue, mais disponible en cas d’urgence, et d’une convergence des représentations de l’environnement. En troisième lieu, même dans des cadres strictement hiérarchiques, la présence et la préservation d’espaces de libre controverse est la condition et de l’efficacité de l’action discrétionnaire et de la convergence des représentations.

Contrairement à l’argument invoqué par J. Revel, les institutions “pensent”. Il faut bien sur s’entendre sur le sens des mots. Cette “pensée” n’est pas réductible à un simple “discours” de l’institution, encore que l’émergence d’un langage propre à une collectivité contribue à la convergence des représentations et à l’émergence de représentations communes. Mais il faut admettre l’existence des phénomènes d’élaboration collective, qui sont induits par la nature procédurale de la connaissance et l’existence au sein d’organisations appelées à développer un haut niveau de spécialisation interne de très fortes complémentarités (Sapir, 1996). Dans ces conditions, l’émergence même du discours propre à l’organisation, la constitution de ses codes de fonctionnement, de ses normes et de l’ensemble de ses instruments d’interface avec l’environnement externe, acquièrent une dynamique propre qui échappe non seulement au contrôle des individus, mais souvent même à leur conscience.

 

III.3. Pour ne pas conclure.

A défaut de fournir une théorie complète de l’interdépendance des niveaux de décision, les éléments qui viennent d’être présentés permettent de déblayer le terrain pour des recherches futures. Tout d’abord, on est désormais en mesure de réfuter deux idées clés des approches traditionnelles dans ce domaine que ce soit l’origine dite « spontanée » de la convention ou l’existence d’un comportement opportuniste comme caractéristique générale des hiérarchies.

Une conclusion logique des développements qui précèdent est, en effet, que l’on ne peut tenir pour acquis le comportement opportuniste, qui est à la base de la vision des néo-institutionnalistes. L’opportunisme suppose un “comportement par calcul” permanent qui n’est pas compatible avec l’idée de limites des capacités de traitement de l’information par les individus. On lui opposera l’asymétrie des capacités de traitement de l’information, asymétrie qui joue en faveur de la structure collective et non de l’individu, et la notion de construction procédurale et collective des préférences, qui met en lumière l’importance du mode de fonctionnement des organisations, et fondamentalement de la démocratie non comme liberté de vote mais comme combinaison de la liberté de controverse et de la responsabilité du décideur devant les exécutants. Ce point est essentiel. Il assure le retour depuis la théorie économique vers le monde du politique car la notion de responsabilité implique celle, décisive mais appelant d’autres réflexions, de souveraineté.

Il faut ajouter la nécessité de modifier notre perception du temps. La diffusion des décisions et de leurs effets à travers des processus séquentiels doit remettre en mémoire l’effet Cantillon, cher par ailleurs à l’école autrichienne, et l’importance que Cantillon accordait au temps et à son épaisseur dans la genèse de l’incertitude (Cantillon, 1952). Les chaînes temporelles à travers lesquelles s’écoulent décisions et effets sont la matérialisation des différentes interdépendances des niveaux de décision, dans une économie décentralisée. Mais, si l’on suit Cantillon, alors il convient de prendre note de ce que cette interdépendance cache une inégalité. Dans l’économie du XVIIIème siècle, Cantillon notait que l’assurance de revenu que procure la propriété foncière créait une asymétrie décisionnelle, car elle permettait au propriétaire, face à l’entrepreneur, de toujours trouver une issue individuelle au problème de l’incertitude, en faisant défection et en se repliant sur ses capacités propres. Aujourd’hui, on dira que c’est le contrôle de la liquidité qui confère le même pouvoir de défection hors du jeu économique, et donc d’issue individuelle socialement néfaste, au financier et au banquier. Sur ce point, on adhère à la remarque de G. Shackle qui regrettait que Keynes n’ait pas repris à son compte la démarche de Cantillon pour fournir une explication plus cohérente du lien entre incertitude et liquidité (Shackle, 1988)[7]. Il y a là une piste dont l’intérêt est considérable pour fonder une cohérence entre une macroéconomie et une microéconomie, basées l’une et l’autre sur l’incertitude, l’interdépendance et le risque de défection.

De ce qui vient d’être avancé, il y a enfin deux idées qui méritent d’être retenues. La première est que la Théorie de la Régulation ne peut tendre à la cohérence de son programme de recherches sur la question des interdépendances de niveaux de décision qu’en abordant de front la question des bases du choix des individus. Les travaux de psychologie expérimentale qui sont cités ici laissent percevoir des réponses qui sont expérimentalement fondées et qui rompent avec les apories métaphysiques que charrie l’individualisme méthodologique. C’est le retour non de la « science » mais de la méthode scientifique dans la théorie économique. Et ce retour est nécessaire si nous voulons trouver un point d’accord commun. Ceci n’entraîne pas qu’il faille bannir le terme de convention du vocabulaire, ni que, sous réserve d’en préciser le contexte et la définition, la notion de convention ne puisse être fort utile. Ainsi son rôle dans des stratégies de justification d’agents devant défendre en controverses ex-post des décisions antérieures est à l’évidence important (Dow, 1995). C’est dans ce contexte qu’il faut par exemple lire la phrase de Keynes où il explique que la comparaison entre le taux d’intérêt et l’efficacité marginale du capital ne constitue pas un calcul rationnel sur lequel la décision d’investissement devrait être basée, mais une procédure “qui nous sauve la face en tant qu’hommes économiques rationnels[8]. Le lien entre le taux d’intérêt et l’efficacité marginale du capital est bien une convention car, comme l’a démontré G. Shackle, il est impossible de comparer ex-ante une variable qui ne sera connue que ex-post (Shackle, 1988, pp. 104-123). Mais, le fait que ce lien soit supposé permettre une décision justifie ex-post cette dernière si elle est contestée au vue de ses résultats. Ce à quoi on est confronté est un discours de la forme “j’ai pris, de l’avis général, la meilleure décision possible compte tenu des éléments dont je disposais”. C’est donc un discours en justification et non un argument analytique. Il faut remarquer ici que pour faire convention, le lien a du être présenté par une autorité légitime. Le discours des économistes professionnels, et en particuliers des universitaires, dévoile alors son statut, celui d’instance de légitimation de conventions demandées par les agents. Et, si demain, une partie des porte-paroles de la profession, à la suite d’une crise particulièrement grave de l’économie réelle, déclarait doctement que c’est la stabilité de la demande future qui détermine l’investissement, il est probable que pourrait se créer une nouvelle convention.

Comme le montre cet exemple, la convention est un élément important, en particulier dans un problème d’interdépendance latérale. Mais, la tentative pour faire de cette notion un cadre général pour penser les problèmes de coordination doit, elle, être abandonnée. D’une part parce que la mise en cohérence ex-post de décisions prises séparément ex-ante ne se réduit pas à un problème de coordination et encore moins de coordination volontaire. D’autre part du fait que les formes prises par cette dernière sont multiples et ne peuvent être saisies hors de leur contexte, sauf à supposer une indépendance des décisions par rapport au contexte, thèse justement qui ne résiste pas à l’expérimentation. Enfin, parce qu’il y a une dynamique du conflit qui est à la source de toute institution, et que l’on retrouve cette dynamique, sous des formes certes différentes, dans le processus de constitution et de généralisation des conventions.

 

 

La question des interdépendances est bien une question centrale en économie, mais pas seulement en économie. On a vu que, pour en mesurer les diverses implications, il a fallu avoir recours à la psychologie expérimentale, à l’histoire, à la sociologie et à la stratégie. La raison en est simple. Les interdépendances de décision sont au cœur des mécanismes de pouvoir, et celui-ci est central que ce soit en politique, en stratégie ou encore en économie. C’est ce qui explique la similitude des processus et la capacité à utiliser des exemples venant de ces différentes disciplines.

Il en résulte que la démarche qui consiste à penser les interdépendances latérales comme assimilables à une succession de couples d’agents autonomes est fondamentalement a-historique. Il faut ainsi cesser d’opposer conflit et négociation, comme on opposerait guerre et paix. Les stratégies des agents se déploient dans l’affrontement comme dans la négociation, parce que les conflits, même s’ils peuvent être mis en sourdine dans certain cas, ne sont pas éteints par un accord, mais par une satisfaction. La notion de compromis, que l’on veut présenter comme fondatrice d’un rapprochement possible entre Théorie de la Régulation et École des Conventions est par trop susceptible d’une interprétation angélique (Favereau, 1995). Si on reprend maintenant l’exemple de la mise en place de l’ensemble des éléments qui ont conduit à ce que Kornaï a appelé la contrainte de budget lâche, ceci est non seulement évident mais parfaitement revendiqué. Staline, au moins, n’ajoutait pas l’hypocrisie à ses multiples crimes. Prononçant en mai 1935 un discours devant de futurs officiers de l’Armée Rouge, il avait présenté ainsi son attitude des années précédentes: “Il est vrai qu’en cours de route il nous a fallu endommager les côtes à certains de ces camarades <i.e. les opposants à l’industrialisation accélérée>. Mais on n’y peut rien. Je dois avouer que, pour ma part, j’ai mis là aussi la main à la pâte.[9]

Toute argumentation visant à faire disparaître le conflit au nom d’une rationalité postulée apparaît alors comme suspecte. La Théorie de la Régulation pourrait alors se présenter comme un retournement de la démarche traditionnelle de l’économie politique où l’analyse économique est induite par des fondements politiques (Myrdal 1954). Elle intégrerait dès lors des analyses politiques, en particulier sur le rôle de la démocratie, ses formes et moyens d’exercice et l’importance de l’organisation collective, déduites de ses fondements économiques. On pourrait alors renverser la formule et penser le rôle des éléments économiques dans le développement d’une théorie de l’organisation politique.

Notes

[1] Kornaï, 1984, p. 30.

[2] Pour une discussion de ce problème et de son ampleur, Sapir, 1989, 1995b.

[3] Hutchings, 1984; Sapir, 1989.

[4] Un exemple classique est ainsi présenté par J. Berliner: “For example, a textile firm will ordinarily favour an order placed by a military customer over one by another customer. but if the other customer happens to produce ball bearings which the textil firm desperately needs, an informal transaction may be arranged in which the ball bearing producer’s order for textiles is quietly placed ahead of that of the military customer. the ball bearing producer, of course, then accepts an unplanned order by a textile firm for delivery of ball bearing” (Berliner, 1952, p. 360).

La formule russe “nado est’ ZIS” qui se traduit littéralement, il faut une ZIS (une voiture de luxe de l’époque soviétique) mais où ZIS signifie en fait znakomstvo i svjazy , soit des contacts et des relations.

[5] Significativement, l’une des ouvrages fondateurs de la pensée militaire soviétique a pour titre “le cerveau de l’armée”: Shaposhnikov, 1929.

[6] Ivanov et alii, 1977, p. 16.

[7] La citation de Shackle est la suivante : “When knowledge seems especially elusive, we desire money rather than specialised, vulnerable assets. We sell the assets, their prices fall and it becomes no longer worthwhile to produce them, no longer worthwhile to invest, to give employment. Had Keynes attended to Cantillon, he could have freed himself from the proposition that an employer will always offer a wage equal to marginal product of value of his body of employed people. For since he must employ people first and sell their product later, he cannot know for sure what their marginal product is going to be”, Shackle, 1988, p.43.

[8] Keynes, 1973, p. 114.

[9] Discours aux élèves des écoles techniques d’application de l’Armée Rouge, Pravda , 6 mai 1935, p.1.

 

Références bibliographiques

Aglietta M., (1976), Régulation et crises du capitalisme , Calmann-Lévy, Paris.

Aglietta M., (1982), « Avant-propos à la deuxième édition », in Régulation et crises du capitalisme , Calmann-Lévy, Paris, 2ème édition.

Aglietta M., (1991), « Le risque de système », in Revue d’économie financière , vol.17, n°3.

Aglietta M., (1995), Macroéconomie financière , La Découverte, Paris, coll. Repères n°166.

Aglietta M. et A. Orléan, (1982), La violence de la monnaie , PUF, Paris.

Akerlof G., (1991), « Procrastination and Obedience », in American Economic Review , vol 81, n°3.

Andreff, (1978), « Capitalisme d’État ou monopolisme d’État en URSS? Propos d’étapes », in Lavigne M. (1978).

Andreff, (1984), « Marxisme en crise cherche sociétés socialistes: à propos des thèses de P.M. Sweezy et de B. Chavance », in Babylone, n°2-3, hiver 1983-1984, pp.66-99.

Andrle, (1976), Managerial Power in the Soviet Union , Saxon House, Londres.

K.J. Arrow, (1951), Social Choice and Individual Values, Wileys and Sons, New York.

K.J. Arrow, (1976), Les limites de l’organisation , PUF, Paris (texte anglais de 1974).

K.J. Arrow, (1982), « Risk Perception in Psychology and Economics », in Economic Inquiry, vol. 20, pp. 1-9.

K.J. Arrow, E. Colombatto, M. Perlman et C. Schmidt (edits), (1996), The Rational Foundations of Economic Behaviour, Macmillan et St. Martin’s Press, Basingstoke – New York.

Axelrod, (1984), The Evolution of Cooperation , Basic Books, New York.

Bellamy, (1994), « Dethroning politics: liberalism, constitutionalism and democracy in the thought of F.A. Hayek », in Brittish Journal of Political Science , vol. 24, n°4, octobre, pp. 419-441.

Bensimon, (1996), Essai sur l’économie communiste, l’Harmattan, Paris.

Bentley, (1949), The Process of Government , Principia Press, Evanston, Ill., (réédition, première publication en 1908).

J.S. Berliner, (1952), « The Informal Organization of the Soviet Firm », in Quarterly Journal of Economics , vol. LXVI, août, pp. 342-365.

Bettelheim, (1970), Calcul économique et formes de propriété, Maspéro, Paris.

Boyer, (1995a), « Aux origines de la théorie de la régulation », in R. Boyer et Y. Saillard, (1995a), pp. 21-30.

Boyer, (1995b), « La théorie de la régulation dans les années 1990 », in Actuel Marx , n°17, pp. 19-38.

Boyer, (1995c), « Vers une théorie originale des institutions économiques ? », in R. Boyer et Y. Saillard, (1995a), pp. 530-538.

Boyer et J. Mistral, (1978), Accumulation, Inflation, Crises , PUF, Paris.

Boyer et A. Orléan, (1994) »Persistance et changement des conventions », in Orléan (ed), (1994), pp. 219-247.

Boyer et Y. Saillard, (edits), (1995a), Théorie de la régulation. État des savoirs, La Découverte, Paris.

Boyer et Y. Saillard, (1995b), « La théorie de la régulation a 20 ans: piétinement ou affirmation d’un programme de recherches? », in R. Boyer et Y. Saillard,(1995a), pp. 69-81.

Breyer S., (1973), Battleships and Battle Cruisers 1905-1970 , Mac Donald and Jane’s, Londres, (traduction par A. Kurti de l’édition allemande de cette ouvrage, de 1970).

Brochier H., (1994), « Pour un nouveau programme de recherches en économie », in Revue semestrielle du MAUSS, Pour une autre économie, n°3, La Découverte, Paris, pp. 141-152.

D.K. Brown, (1980), « The Design and Construction of the Battleship DREADNOUGHT », in Warship , n°13, janvier, pp.39-52.

J.M. Buchanan, (1954), « Individual Choice in Voting and the Market » in Journal of Political Economy , vol. 62, août, pp. 233-252.

J.M. Buchanan et G. Tullock, (1962), The Calculus of Consent, The University of Michigan Press, Ann Arbor.

Burguière A., (1985), « Le changement social: histoire d’un concept », in Lepetit, (1995a), pp. 253-272.

W.N. Buttos et R.G. Koppl, (1993), « Hayekian Expectations: Theory and Empirical Applications », in Constitutional Political Economy , vol. 4, n°3.

Callon M., (1989), -sous la direction de-, La Science et ses réseaux , La Découverte, Paris.

Cantillon R., (1952), Essai sur la nature du commerce en général , réédition à partir de l’édition de 1755, avec commentaires, sous la direction de A. Sauvy, INED, Paris.

Camerer, (1994), « Individual Decision Making » in Kagel et Roth (edits), (1994).

Capek, (1961), The Philosophical Impact of Contemporary Physics, Van Nostrand, Princeton.

A.M. Carabelli, (1988), On Keynes’ Method, Macmillan, Londres.

Chavance B., (1980), Le Capital Socialiste. Histoire critique de l’économie politique du socialisme, Le Sycomore, Paris.

Chavance B., (1984), « Pourquoi le capitalisme étatique », in Babylone , n°2-3, hiver 1983-1984, pp.100-125.

Chavance B. , (1995), « Hierarchical Forms and Coordination Problems in Socialist Systems », in Industrial and Corporate Change , vol. 4, n°1, pp. 271-291.

Chavance B. et E. Magnin, (1995),  » The Emergence of Various Path-Dependent Mixed Economies in Post-Socialist Central Europe », in Emergo ,Vol. 2, n°4, automne, pp. 55.75.

Combemale, (1994), « L’hétérodoxie n’est plus ce qu’elle était », in Revue semestrielle du MAUSS, Pour une autre économie, n°3, La Découverte, Paris, pp.95-112.

J.R. Commons, (1934), Institutional Economics: Its Place in Political Economy , Macmillan, New York.

Conlisk, (1996), « Why Bounded Rationality? », in Journal of Economic Litterature , Vol. XXXIV, n°2, juin, pp. 669-700.

Cuny A., (1980), La Chasse de Nuit Allemande 1939-1945, EPA, Paris.

Dewerpe A., (1995), « L’exercice des conventions. Le cas de l’industrie navale française (fin XXè-début XXè siècle », in Lepetit B. (1995a), pp. 99-126.

Dewey J., (1963), John Dewey: Philosophy, Psychology and Social Practice , édité par J. Ratner, Putnam’s Sons, New York.

M.T. Douglas, (1986), How Institutions Think , Syracuse University Press, Syracuse, NY.

S.C. Dow, (1990), « Post-Keynesianism as political economy: a methodological discussion », in Review of Political Economy, vol.2, n°3, pp. 345-358.

S.C. Dow, (1995), « The Appeal of neoclassical economics: some insights frome Keyne’s epistemology », in Cambridge Journal of Economics , vol. 19, n°5, pp. 715-733.

W.M. Dugger, (1993), « Transaction costs economics and the State », in Pitelis, ed., (1993), pp. 188-216.

J.P. Dupuy et alii, (1989), « Introduction », in Revue Économique, vol.40, n°2, mars, pp. 141-145.

de Vroey M., (1987), « La possibilité d’une économie décentralisée: esquisse d’une alternative à la théorie de l’équilibre général », in Revue Économique , vol. 38, n°3, mai, pp. 773-805.

H.S. Ellis, (1934), German Monetary Theory – 1905-1933 , Harvard University Press, Cambridge, Mass;

Favereau O., (1989), « Marchés internes, Marchés externes », in Revue Économique, vol.40, n°2, mars, pp. 273-328.

Favereau O., (1993), « Théorie de la Régulation et économie des conventions: canevas pour une confrontation », in La Lettre de la Régulation , n°7, mai, p. 1-3.

Favereau O., (1995), « Conventions et régulation », in Boyer et Saillard, (1995), pp. 511-520.

Fitzgibbons, (1988), Keynes’s vision , Oxford University Press, Oxford.

N.J. Foss, (1994), The Austrian School and Modern Economic: Essays in Reassessment , Handelshojskolens Forlag, Copenhague.

Friedman N., (1985), U.S. Cruisers, An Illustrated Design History , Arms and Armour, Londres.

Friedman N., (1983), U.S. Aircraft Carriers, An Illustrated Design History , Arms and Armour, Londres.

J.C. Galey, (ed.), (1984), Différences, valeurs , hierarchie. Textes offerts à Louis Dumont, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris.

Granick D., (1954), Management of the Industrial Firm in the USSR , Columbia University Press, New York.

Gray, (ed.), 1985, Conway’s all the world’s fighting ships 1906-1921 , Conway Maritime Press, Londres.

O.F. Hamouda et G.C. Harcourt, (1988), « Post-Keynesianism: from criticism to coherence ? », in Bulletin of Economic Research, vol. 40, janvier, pp. 1-34.

G.C. Harcourt, (1986), Controversies in Political Economy, Harvester, Brighton.

Haussner, T. Kudlacz, J. Szlachta, (1995), « Regional and Local Factors in the Restructuring of Poland’s Economy. The case of South-Eastern Poland », in Emergo Vol. 2, n°4, automne, pp.42-54.

F.A. Hayek (1928 puis 1984), « Intertemporal Price Equilibrium and Movements in the Value of Money », republié in Money, Capital and Fluctuations: Early Essays , Routledge and Kegan Paul, Londres.

F.A. Hayek, (1931a), « Reflections on the pure theory of Money of Mr. J.M. Keynes », in Economica , vol. XI, pp. 270-295.

F.A. Hayek, (1931b), « A rejoinder to Mr. Keynes », in Economica , vol. XI, pp. 398-403.

F.A. Hayek, (1935), Prices and Production , Routledge, Londres. (en fait les conférences qui fournissent le texte de cet ouvrage ont été prononcées en 1931).

F.A. Hayek, (1937), « Economics and Knowledge », in Economica , ns, vol. 4, n°1, pp. 33-54.

F.A. Hayek, (1941), The Pure Theory of Capital , University of Chicago Press, Chicago.

F.A. Hayek, (1952), The Sensory Order, University of Chicago Press, Chicago.

F.A. Hayek, (1960), The Constitution of Liberty , Routledge, Londres

F.A. Hayek, (1976), The Mirage of Social Justice , Routledge, Londres.

F.A. Hayek, (1978), « Competition as a Discovery Procedure », in Idem, (1978) New Studies in Philosophy, Politics, Economics and the History of Ideas , University of Chicago Press, Chicago.

F.A. Hayek, (1979), The Political Order of a Free People, Routledge, Londres.

Herzog, (1975), The War of Atonement: October 1973 , Little, Brown & Co., Boston, Mass.

G.M. Hodgson, (1988), Economics and Evolution. Bringing Life Back Into Economics, Politiy Press, Cambridge, 1988.

R.M. Hogarth (ed.), (1996), Insights in Decision Making: Theory and Applications , University of Chicago Press, Chicago.

Hovgaard, (1920), The General Design of Warships, Spon & Chamberlain, New York.

Howard, (1971), Paradoxes of rationality , MIT Press, Cambridge, Mass.

Hutchings R., (1983), The Soviet State Budget, Macmillan, Londres.

Hutchings R., (1984), The Structural Origins of Soviet Industrial Expansion , Macmillan, Londres.

D.A. Ivanov, V.P. Savel’ev, P.V. Shemanskij, (1977), Osnovy Upravlenija Vojskami v Boju (Fondements de la gestion des forces au combat) , Voennoe Izdatel’stvo, Moscou, 1977, seconde édition révisée et augmentée.

Joskow et R. Schmalensee, (1983), Markets for Power: an Analysis of Electric Utility Deregulation, MIT Press, Cambridge, Mass.

Joxe A., (1987), « Fleuve noir. Hypothèse d’une rationalité universelle de la production de stratégies et d’armements », in Joxe et alii, (1987), pp. 7-42.

Joxe A., R. Patry, Y. Perez, A. Santos, J. Sapir, (1987), Fleuve Noir. Production de stratégies et production de systèmes d’armes , Cahiers d’Études Stratégiques n°11, CIRPES et GSD-EHESS, Paris.

Kagel et A. Roth (edits), (1994), Handbook of Experimental Economics , Princeton University Press, Princeton, NJ.

Kahneman D., (1996), « New Challenges to the Rationality Assumption » in Arrow et alii (1996), pp. 203-219.

Kahneman, D.L. Frederickson, C.A. Schreiber, D.A. Redelmeier, (1993), « When More Pain is Preferred to Less: Adding a Better End », in Psychological Review , n°4, pp. 401-405.

Kahneman, J. Knetsch et R. Thaler, (1991), « The Endowment Effect, Loss Aversion and StatuQuo Bias » in Journal of Economic Perspectives , vol. 5, n°1, pp. 193-206.

Kahneman D. et I. Ritov, (1995), « Detreminants of Stated Willingness to Pay for Public Goods: A Study in the Headline Method », in Journal of Risk and Uncertainty , vol. 9, pp. 5-31.

Kahneman D. et J. Snell, (1995), « Predicting a Changing Taste » in Journal of Behavioral Decision Making , vol. 5, pp. 187-200.

Kaldor N., (1934), « A classificatory Note on the Determinateness of Equilibrium », in Review of Economic Studies , 1, pp. 122-136.

J.M. Keynes, (1973), The General Theory and After, Part II, Defence and Development in Collected Writings vol. XIV , Macmillan, Londres, 1973.

I.M. Kirzner, (ed), (1982), Method, Process and Austrian Economics: Essays in Honor of Ludwig von Mises , Lexington Books & DC Heath and Co., Lexington, Mass.

R.G. Koppl, (1991), « Animal Spirits », in Journal of Economic Perspectives, n°5.

Kornaï J., (1984), Socialisme et économie de la pénurie , Économica, Paris

Kosellek R., (1990), Le Futur Passé. Essais sur la sémantique des temps historiques , Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris, (première parution en allemand en 1979).

Kuromiya, (1988), Stalin’s Industrial Revolution , Cambridge University Press, Cambridge.

C.-E. Labrousse, (1933), Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIème siècle, Dalloz, Paris.

R.N. Langlois, (1988), « What was wrong with the « old » Institutional Economics (and what is still wrong with the « New ») », in Review of Political Economy , Vol. 1, n°1.

Larmore T., (1987), Patterns of Moral Complexity, Cambridge University Press, Cambridge.

Lavigne M. (ed), (1978), Économie politique de la planification en système socialiste , Economica, Paris.

Lawson T., (1989), « Realism and instrumentalism in the development of econometrics », in Oxford Economic Papers, vol. 41, janvier, pp. 236-258.

Leijonhufvud, (1983), « Rational expectations and monetary institutions », UCLA – Department of Economics Discussion Paper n°302 , UCLA, Los Angéles.

Lepetit B., (1996), « Les Annales. Portrait de groupe avec revue », in Revel et Wachtel, (1996), pp. 31-48.

Lepetit B., ed., (1995a), Les Formes de l’Expérience. Une autre histoire sociale, Albin Michel, Paris

Lepetit B., (1995b), « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », in Lepetit (1995a), pp. 9-22.

Lepetit B., (1995c), « Le présent de l’histoire », in Lepetit (1995a), pp. 273-298.

D.K. Lewis, (1969), Conventions. A Philosophical Study , Harvard University Press, Cambridge, Mass.

Lichtenstein S. et P. Slovic, (1971), « Reversals of Preference Between Bids and Choices in Gambling Decisions » in Journal of Experimental Psychology, vol. 89, pp. 46-55.

Lichtenstein S. et P. Slovic, (1973), « Reponse-Induced Reversals of Preference in Gambling and Extended Replication in Las Vegas », in Journal of Experimental Psychology, vol. 101, pp. 16-20.

Lipietz A., (1995), « De la régulation aux conventions: le grand bond en arrière? », in Actuel Marx , n°17, pp. 39-48.

Lipietz A., (1979), Crise et inflation, pourquoi? Maspéro, Paris.

Livet et L. Thévenot, (1994), « Les catégories de l’action collective », in Orléan (ed.), (1994), pp. 139-167.

B.J. Loasby, (1976), Choice, Complexity and Ignorance, Cambridge University Press, Cambridge.

Luttwak et D. Horowitz, (1975), The Israelian Army? Allen Lane, Londres.

Mäki U., (1988), « How to combine rethoric and realism in the methodology of economics » in Economics and Philosophy, vol.4, avril, pp. 353-373.

March, (1979), « Bounded Rationality, Ambiguity and the Engineering of Choice », in Bell Journal of Economics, vol. 9, n°3, pp. 587-608.

T.C. Mitchell, (1979), Concession-Making as a Determinant of Vertical Trade Relationships, Ph. D. , York University, Toronto.

Moore B., (1956), Terror and progress: USSR , Harvard University Press, Cambridge, Mass.

S.E. Morison, (1989a), The Struggle for Guadalcanal – History of the United States Naval Operation in World War II – volume V , Little, Brown and Co., Boston, (première édition 1948).

S.E. Morison, (1989b), Breaking the Bismarcks Barrier – History of the United States Naval Operation in World War II – volume VI , Little, Brown and Co., Boston, (première édition 1948).

Myrdal G., (1939), Monetary Equilibrium, Hodge, Londres, 1939 (publication originale en suédois en 1931).

Myrdal G., (1954), The Political Element in the Development of Economic Theory , Harvard University Press, Cambridge, Mass. (Publication originale en suédois en 1930).

B.J. McNeil, A.S. Pauker, H. Sox et A. Tversky, (1982), « On the Elicitations of Preferences for Alternative Therapies », in New England Journal of Medicine, vol 306, pp. 1259-1262.

Nelson, (1995), « Recent Evolutionary Theorizing about Economic Change », in Journal of Economic Litterature , Vol. XXXIII, n°1, mars, pp48-90.

Nelson et S. Winter, (1982), An evolutionary theory of economic change , Harvard University Press, Cambridge, Mass.

Nove (1983), Le Socialisme sans Marx, Economica, Paris.

G.P. O’Driscoll et M.J. Rizzo, (1985), The Economics of Time and Ignorance, Basil Blackwell, Oxford.

Olson M., (1965), The Logic of Collective Action , Harvard University Press, Cambridge, Mass..

Orléan, (1994), « Vers un modèle général de la coordination économique par les conventions », in Orléan, (ed.), (1994), pp. 9-40.

Orléan, (ed.), (1994), Analyse économique des conventions , PUF, Paris.

Parfit, (1984), Reasons and Persons, Oxford University Press, Oxford.

Payne, (1981), « Battlecruiser KONGO », in Warship , n°19, juillet, pp. 146-153.

J.W. Payne, J.R. Bettman et E.J. Jonhson, (1992), « Behavioral Decision Research: a Constructive Processing Perspective », in Annual Review of Psychology, vol. 43, pp. 87-131.

P.P. Perla, (1987), « War Games, Analyses and Exercises », in Naval War College Review , Vol. 50, , printemps, pp. 44-52.

J.C. Perrot, (1984), « La Main Invisble et le Dieu caché », in Galey, (1984), pp. 157-181.

Pitelis C., ed., (1993), Transaction Costs, Markets and Hierarchies , Basil Blackwell, Oxford.

C.A. Powell, (1988), « Problems and Breakdowns of Rationality in Foreign Policy and Conflict Analysis: a Basic Review of Game Theoretic Concepts », in Peace and Change , Special Issue, vol. XIII, pp. 65-94.

Pugh, (1986), The Cost of Seapower , Conway Maritime Press, Londres.

Ramstad, (1986), « A Pragmatist’s Quest for Holistic Knowledge: The Scientific Methodology of John R. Commons », in Journal of Economic Issues , Vol. 20, n°4, décembre, pp. 1067-1105.

Ramstad, (1996), « Is Transaction a Transaction? », in Journal of Economic Issues , vol. 30, n°2, juin, pp.413-427.

Revel J., (1995), « L’institution et le social », in Lepetit, (1995a), pp. 63-84.

Revel J. et N. Wachtel, edits., (1996), Une école pour les sciences sociales , Le Cerf et Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris.

G.B. Richardson, (1960), Information and Investment , Oxford University Press, Oxford.

Salais, (1989), « L’analyse économique des conventions de travail », in Revue Économique , vol. 40, n°2, mars, pp.199-240.

Salais et L. Thévenot, (edits.), (1986), Le Travail. Marché, règles, conventions , Economica et INSEE, Paris.

Sapir, (1980), Organisation du travail, classe ouvrière et rapports sociaux en URSS, 1924-1941 , Thèse de Troisième Cycle, EHESS, Paris.

Sapir, (1987), « Les croiseurs soviétiques 1935-1985. Cinquante années de conflits interbureaucratiques dans la construction navale », in Joxe et alii, (1987), pp. 117-139.

Sapir, (1988), Le Système Militaire Soviétique , La Découverte, Paris.

Sapir, (1989), Les fluctuations économique en URSS: 1941-1985, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, Paris

Sapir, (1990), L’économie mobilisée, La Découverte, Paris.

Sapir, (1993), « Les enseignements d’une transition », in Cahiers Internationaux de Sociologie, vol XCV, Juillet-Décembre, pp. 289-332.

Sapir, (1995a), « Transition, Stabilization an Disintegration in Russia: The Political Economy of Country Unmaking », in Emergo Vol. 2, n°4, automne, pp.94-118.

Sapir, (1995b), « Éléments d’une histoire économique de l’URSS: quelques questions sur la croissance », in Historiens et Géographes , n°351, pp.191-220.

Sapir, (1995c), « L’économie soviétique: origine, développement, fonctionnement », in Historiens et Géographes , n°351, pp. 175-190.

Sapir, (1996), La Mandchourie Oubliée – Splendeur et démesure de l’art de la guerre soviétique , Éditions du Rocher-J.P. Bertrand, Monaco-Paris.

G.L.S. Shackle, (1969), Decision, Order and Time in Human Affairs, Cambridge University Press, Cambridge, 2ème edition.

G.L.S. Shackle, (1982), « Means and Meanings in Economic Theory », in Scottish Journal of Political Economy, vol. 29, n°3, mars, pp. 223-234.

G.L.S. Shackle, (1988), Business, Time and Thought. Selected Papers of GLS Shackle , New York University Press, New York.

B.M. Shaposhnikov, (1929), Mozg Armii , Gosizdat, Moscou.

Sherman, (1973), When God Judged and Men Died, Bantam Books, New York.

H.A. Simon, (1978), « Rationality as Process and as Product of Thought », in American Economic Review , vol. 68, n°2, pp. 1-16.

Simonson et A. Tversky, (1992), « Choice in Context: Tradeoff Contrasts and Extremness Aversion », in Journal of Marketing Research , vol. 14, pp. 281-295.

Slovic P., D. Griffin et A. Tversky, (1996), « Compatibility Effects in Judgement and Choice », in Hoggarth, (1996).

Snyder, (1989), « What is a War Game? », in Naval War College Review , Vol. 52, automne, pp. 47-54.

Spick, (1983), Fighter pilot tactics , Patrick Stephens Lmtd, Cambridge.

Sraffa, (1932), « Dr. Hayek on Money and Capital », in Economic Journal , vol. XLII, n°1, pp. 42-53.

Stiglitz J., (1991), « Symposium on Organizations and Economics », in Journal of Economic Perspective , vol. 5, n°2, printemps, pp. 15-24.

Thévenot L, (1986), « Économie et forme conventionnelle » in Salais et Thévenot (edits), (1986), pp. 195-215.

Toubert, (1973), Les Structures du Latium Médiéval , Publications de l’École Française de Rome, BEFAR, fasc. 221, Rome, 2 vol.

Truman, (1958), The Governmental Process , A. Knopf, New York.

Tversky A., (1996), « Rational Theory and Constructive Choice », in Arrow et alii (1996), pp. 185-197.

Tversky A. et D. Kahneman, (1986), « Rational Choice and the Framing of Decisions » in Journal of Business , vol. 59, n°4, part-2, pp. 251-278.

Tversky et D. Kahneman, (1991), « Loss Aversion in Riskless Choice: a Reference Dependant Model », in Quarterly Journal of Economics , vol. 107, n°4, pp. 1039-1061.

Tversky, S. Sattath et P. Slovic, (1988), « Contingent Weighting in Judgement and Choice » in Psychological Review , vol. 95, pp. 371-384.

Van Creveld, (1985), Command in War , Harvard University Press, Cambridge, Mass.

Varey et D. Kahneman, (1992), « Experiences Extended Across Time: Evaluation of Moments and Episodes » in Journal of Behavioral Decision-Making , vol. 5, pp. 169-196.

M-C. Villeval, (1995), « Une théorie économique des institutions? », in Boyer et Saillard, (1995), pp.479-489.

Vlahos, (1986), « Wargaming, an Enforcer of Strategic Realism: 1919-1942 », in Naval War College Review , Vol. 49, printemps, pp. 7-22.

O.E Williamson, (1985), The Economic Institutions of Capitalism: Firms, Markets, Relational Contracting, The Free Press, New York.

O.E. Williamson, (1993), « Introduction », in Williamson et Winter (edits.), (1993), pp. 3-17.

O.E. Williamson et S.G. Winter, (edits), (1993), The Nature of The Firm – Origins, evolution and development , Oxford University Press, Oxford.

Zaleski, (1984), La planification stalinienne, Economica, Paris.

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...