« Séisme » sur papier glaçant

Mon ami, et collègue, le sociologue Michel Wieviorka, vient de publier un livre de politique-fiction qui retrace l’élection de Mme Marine le Pen à la Présidence de la République en 2017. Ce livre, écrit sous la fiction d’un auteur américain, clin d’œil et mise en abîmes avec Tocqueville, s’intitule Le Séisme[1]. L’idée est intéressante. Une fiction, surtout si elle est réalisée avec soin, en respectant les règles minimales de sérieux qu’un tel exercice impose à son auteur s’il veut faire mouche, peut utilement éclairer l’avenir, ou le passé. Pour l’avoir pratiquée, que ce soit comme auteur avec mes collègues de « l’équipe FTL », soit Frank Stora, Loïc Mahé et quelques autres[2], ou que ce soit (à mon corps défendant) comme personnage[3], j’en mesure tout le potentiel.

Mais, il faut aussi en peser rigoureusement les contraintes. Si l’on veut faire réfléchir son lecteur, et non simplement l’amuser ou le distraire, l’exercice impose de pratiquer ce qu’il faut appeler un réalisme imaginatif. Imaginatif, à l’évidence, puisqu’on imagine soit un passé soit un futur improbable. Cela implique de placer un point de divergence avec l’histoire telle qu’elle est écrite ou telle qu’elle le sera. Mais, l’imagination ne peut avoir libre cours. Quand on veut faire réfléchir, il faut se plier au réalisme et éviter que les russes aient trois mètres de haut…[4]

Il faut donc comprendre la logique des comportements des acteurs réels qui sont alors utilisés et, hors ce point de divergence obligé, et qui fait d’ailleurs tout le sel de l’exercice, qu’il s’agisse de la mort prématurée d’une comtesse ou de l’épuisement des piles d’un MP3[5], respecter cette logique. Car, la fiction ne fait sens que si elle se déroule et met en œuvre les logiques de comportement des acteurs.

Jean Ferrat chantait, il y a de cela plus de cinquante ans, Je ne chante pas pour passer le temps. A l’évidence, quand on écrit une fiction politique, on n’écrit pas pour passer le temps, même si on peut y prendre du plaisir. Il faut donc évaluer ce livre dans sa capacité à faire réfléchir, à dessiner une perspective qui provoquera la réaction du lecteur.

 

Fiction politique et politique fiction

Le livre propose donc l’histoire fiction des six premiers mois de la présidence de Marine le Pen. A peine élue, elle arrive à faire éclater la droite et propose un gouvernement où, sous la houlette d’un Florian Philippot Premier-ministre, Henri Guaino cohabite avec Monod, Dupont-Aignan et Zemmour. Mais, Marine le Pen n’a pas de majorité. Certes, le P « S » est laminé, en dépit ou peut-être à cause d’une défense rugueuse de Manuel Valls qui commence par refuser de céder la place avant que d’accepter la règle républicaine et la logique des institutions. L’élection fait une victime : Jean-Marie le Pen, secrètement peiné de voir une le Pen triompher là ou il avait non pas échoué mais en réalité abandonné la partie. Bref, Jean-Marie le Pen a un accident cardiaque, et a droit à des funérailles « quasiment nationales ». Elle en fera d’autres dans les rues quand des manifestations de protestations se produiront. Ces péripéties sont décrites avec une sorte de délectation morbide par l’auteur qui, sur ce point, cède trop à des anecdotes personnelles, dont on ne conteste pas la réalité, au détriment d’une analyse plus profonde et plus travaillée de ce que serait, dans ce cas de figure, l’électorat de Marine le Pen.

Le livre se continue avec le contexte économique. L’élection de Marine le Pen provoque une véritable panique financière, qu’accroît le conflit latent avec l’Europe. Le gouvernement d’alliance se contente de réagir, et la situation se dégrade rapidement. Les relations avec l’Union européenne (et non « l’Europe » comme l’affecte de la présenter l’auteur) sont évidemment tendues, mais il n’y a pas de rupture franche. De même la question de l’Euro reste en suspens.

Fors des mesures symboliques, comme le rétablissement de la peine de mort, des expulsions d’imams, et la réhabilitation du bagne, les six premiers mois de la présidence le Pen se soldent par un bien maigre bilan. Un mouvement étudiant de solidarité avec les musulmans, bien entendu « discriminés », se développe. La première sortie internationale de la Présidente est un voyage à Moscou, mais le livre est bien court sur les conséquences, tant économiques que politiques de celui-ci. Comme si cette escapade n’était que l’occasion de peindre en Poutine un grand méchant loup. Mais quelles sont alors ses dents ? Le lecteur est ici laissé dans l’ignorance et sur sa faim. On peut cependant raisonnablement penser que, compte tenu de l’importance géostratégique de la France, la Russie serait prête à des mesures concrètes pour aider ce qui apparaitrait alors comme un allié miracle.

Le livre est plus disert sur les conflits qui empoisonnent le gouvernement, en et particulier celui qui oppose Florian Philippot et Henri Guaino. Il s’attarde sur la démission d’Eric Zemmour et se conclut sur un Deus ex machina : une crue centennale de la Seine qui achève de noyer les espérances du Front National confronté, par ailleurs, à une fronde des scientifiques. Le gouvernement perd sa majorité et Marine le Pen n’a d’autres choix que de rappeler la droite classique devant l’effondrement du « gouvernement Bleu Marine ».

 

Les conditions de l’accession au pouvoir de Marine le Pen

On l’aura compris, la thèse de Michel Wieviorka est celle de l’enlisement du Front National au pouvoir, de son incompétence et son incapacité à gérer la situation dont il a profité. C’est une thèse comme une autre et ce n’est pas cela qui pose problème dans ce livre. Car problème il y a, et en particulier si l’on se souvient de la fonction qu’il doit remplir : faire réfléchir les lecteurs. On a trop le sentiment de lire un résumé des articles du Nouvel Observateur. C’est peut être l’hebdomadaire de prédilection de l’auteur (ce que je ne crois pas) mais c’est surtout un journal agonisant, et justement en raison de son incapacité de se coltiner avec une réalité dérangeante.

Le problème, il est là. Ce qui rend ce livre vain, c’est l’absence de réalisme, de ce réalisme imaginatif dont on a dit qu’il était essentiel à la fiction politique si cette dernière veut jouer le rôle qui lui est dévolu. On en donnera quelques exemples.

Le premier, évidemment, est l’absence de toute réflexion sur les conditions qui ont rendu possible l’élection de Marine le Pen à la Présidence de la République. On sait que le dilemme du Front National est aujourd’hui d’être ce que l’on peut appeler un « parti de premier tour ». Il est très fort dans ce contexte mais réunit contre lui une majorité absolue d’électeurs lors du second tour. Ceci est confirmé dans un récent sondage qui donne Marine le Pen présente au second tour mais perdante dans tous les cas de figure, sauf contre François Hollande[6]. Si donc Marine le Pen est élue, c’est qu’elle a transformé en profondeur et le Front National et sa propre image. C’est qu’elle a pu compter sur le ralliement, ou même sur l’abstention (mais qui dans ce cas lui est favorable) d’une partie de l’électorat de droite ET de gauche. Le calcul est simple : il faut que sur les 30% d’électeurs qui se porteraient sur le candidat des « Républicains » aujourd’hui le mieux placé dans les sondages (soit Alain Juppé) environ 5% (un sur six) vote pour Marine le Pen au second tour et que, sur les 28%-30% des électeurs de gauche, qui auront porté leurs voix sur le candidat du P « S » et sur Jean-Luc Mélenchon, un tiers (soit 10% des électeurs) s’abstiennent. Tel est, grosso modo le SEUL cas de figure raisonnable qui peut actuellement voire la victoire de Marine le Pen. Bien sûr, on peut imaginer un autre Deus ex Machina, comme une succession d’attentats islamistes provoquant un basculement de l’électorat. Mais, en ce cas, ce basculement se fera AUSSI sentir aux élections législatives. Il n’y a donc pas de solutions de continuité entre la situation actuelle et une possible victoire de Marine le Pen en 2017. Celle-ci n’est possible qu’au prix de changements importants, soit dans la ligne du FN (et dans le discours tenu par sa présidente) soit dans des événements qui modifieraient en profondeur le comportement des électeurs, mais qui affecteraient alors aussi le résultat des élections législatives et généralement l’ensemble du paysage politique.

Si l’on tient pour improbable (au sens des probabilités) l’hypothèse de nouveaux attentats de masse (mais ils ne sont pas impossibles), on est ramené à la nécessaire transformation de l’image et du FN et de sa présidente. Cette transformation ne peut être un effet des médias. Je ne crois pas que Michel Wieviorka d’ailleurs considère que la presse seule aurait un tel pouvoir. Il aurait donc dû nous donner un minimum d’explications sur ce qui a rendu possible cette transformation, mais aussi sur ses conséquences les plus profondes. Des sondages réalisés à l’automne 2015 montraient la poussée du FN chez les fonctionnaires, et pas seulement chez les fonctionnaires d’autorité. La fonction hospitalière, l’administration et l’enseignement étaient concernés. Bref, ce livre manque de l’établissement rigoureux des conditions de réalisation de ce qu’il décrit. Et, si l’on peut imaginer des voies de transformations du FN et de l’image de sa Présidente, alors il faut aller jusqu’au bout du raisonnement et admettre que le FN qui arriverait au pouvoir en 2017 ne serait plus ce qu’il a été dans la période précédente. Mais, les conséquences de cela sont dévastatrices pour la thèse défendue dans ce livre. Il doit donc postuler l’élection de Marine le Pen sur la base d’un Front National qui n’aurait pas changé, autrement dit une progression continue depuis la situation actuelle, ce qui est bien évidemment impossible sauf – rappelons-le – une situation particulièrement dramatique à la suite de nouveaux attentats.

 

Une absence de réalisme

Ceci invalide largement la thèse centrale de l’ouvrage et lui retire de ce simple fait une partie de son intérêt. Mais on peut donner d’autres exemples de ce manque de réalisme dans la conception de l’ouvrage. Disons le tout de suite, l’hypothèse d’un déchaînement de la finance dès le lendemain de l’élection ne tient pas debout (ni même à genoux comme pourrait l’écrire le Canard Enchaîné). Il est bien plus réaliste de penser que cette tempête financière se déchaînera dès que l’élection de Marine le Pen apparaîtra d’abord comme possible puis comme probable. On peut étalonner cette prévision sur le comportement des marchés financiers dans des cas de crises politiques et de changements importants d’un gouvernement. De même, l’attitude des dirigeants de l’Union européenne, mais aussi de dirigeants de pays européens (Allemagne, Italie) manifesterait la détestation qu’ont ces personnes, et les institutions qu’ils représentent, pour l’élection de Marine le Pen. Il y aurait donc un climat d’alarmisme et du point de vue économique et financier (avec une brutale remontée des taux d’intérêts sur la dette souveraine) et du point de vue politique. Bref, ce qui est décrit comme une conséquence de l’élection constituerait au contraire le contexte de cette dernière.

Or, rien ne dit que cela ne soit pas précisément ce qu’attendent les dirigeants du Front National. Si l’élection de Marine le Pen survenait alors que les marchés financiers et les principaux responsables de l’UE et dirigeants des grands pays auraient clairement montrés leur opposition à cette élection, cette élection pourrait prendre la dimension d’une affirmation de la souveraineté de la France. Ceci changerait en partie la signification de cette élection, en lui donnant de facto la dimension d’un référendum. On peut donc raisonnablement penser que les dirigeants du FN qui ont anticipé un tel scénario, l’utiliseraient à leur profit.

Or ceci implique que loin d’être réactif que ce soit face à l’Union européenne ou face à l’Euro, Marine le Pen pourrait fort bien prendre les devants et décider d’une rupture nette. Les difficultés économiques qui accompagneraient son élection peuvent être interprétée comme la volonté de puissances étrangères de porter atteinte au bon fonctionnement des institutions de la République, ce qui pourrait justifier le déclenchement de l’article 16, permettant à la Présidente nouvellement élue de gouverner par décrets, ce qui permettrait de placer le Parlement devant le fait accompli. Que Michel Wieviorka n’ait pas perçu les conséquences juridiques se comprend aisément. Il faut avoir fait du Droit Constitutionnel et il est sociologue. Il serait donc injuste de lui en tenir rigueur. Mais, qu’il ait fait l’erreur de croire que les difficultés économique ne commenceraient qu’après l’élection potentielle de Marine le Pen est bien plus surprenant. Cela prouve qu’il n’y a pas eu de réflexion sur les conditions du possible accès au pouvoir de Mme le Pen. On revient ici à ce que l’on écrivait plus haut. L’arrivée au pouvoir de la Présidente du FN est postulée, elle n’est nullement expliquée. Or, l’explication (et donc l’analyse du contexte politique et économique particulier de cette élection) est un point essentiel quand on veut analyser ce qui se passera après.

De même, il est évident que les conflits politiques les plus importants ne seraient pas ceux entre des hypothétiques alliés du Front National, mais au sein même de ce parti où l’on devine désormais la présence de deux lignes politiques et, au-delà, d’un affrontement entre ceux qui veulent le pouvoir pour la mise en œuvre d’un projet (dont on peut penser ce que l’on voudra) et ceux qui ne voient dans le FN que le marchepied de leurs ambitions personnelles, ce qui les conduira à être prêts, le cas échéant, à se vendre au plus offrant. Les conflits politiques ont déjà commencé et se poursuivront durant toute la campagne.

Ici encore, Michel Wieviorka témoigne d’une absence de réalisme dans son analyse. On dira : à quoi bon ? Après tout, ce livre n’est qu’une fiction. Oui, mais justement, une fiction sur un sujet important et sensible implique un degré de réalisme dans les hypothèses et dans le comportement des personnes faute de quoi le lecteur ne comprend plus pourquoi ce livre a été écrit. On ne fait pas impunément de la fiction politique et l’on n’écrit pas juste pour passer le temps.

 

Un échec et des regrets

Il reste un dernier point : la faiblesse de la réflexion sur le contexte européen et international. Ce livre a été publié en février 2016, ce qui implique qu’il a été probablement révisé au mois de novembre, voire début décembre. A cette date, on ne pouvait certes savoir que le référendum néerlandais du 6 avril donnerait une large victoire aux Eurosceptiques, mais il était possible de savoir que le camp des partisans du Brexit se renforçait rapidement. Plus globalement, il était clair dès le début de l’automne dernier que les nuages s’amoncèleraient sur l’Union européenne. Or, le contexte de crise de l’Union européenne pèse, bien évidemment, sur la politique française. Mais, cela ne transparaît pas dans le livre, qui présente une lecture d’un événement politique majeur purement « franco-française » et, il faut le dire « franchouillarde ». Et c’est bien là le paradoxe ultime de cet ouvrage. Michel Wieviorka a écrit ce livre pour montrer ce qu’il pense être les dangers d’une élection de Marine le Pen à la Présidence. Il le fait du point de vue d’un homme engagé au P « S » (ses liens avec Mme Martine Aubry sont de notoriété publique) et d’un partisan de l’Union européenne telle qu’elle est. Or, la crise actuelle que traverse l’Union européenne, et qui n’est pas discutable (et d’ailleurs pas discutée, comme l’a montré mon débat avec André Sapir) n’intervient nullement. L’Union européenne apparaît comme un archétype monolithique, ce qu’elle n’est pas. Dans le monde enchanté qui nait sous la plume de Michel Wieviorka, il n’y a pas de crise de l’UE liée au problèmes des migrants, il n’y a pas de crise grecque, il n’y a pas de crise de la pensée démocratique, il n’y a pas de Brexit…Bref, il n’y a rien.

On n’écrit pas sue un tel sujet pour passer le temps, encore un fois. C’est pourtant ce qu’a fait Michel Wieviorka. Et son temps, il l’a perdu. L’ouvrage n’est même pas divertissant comme l’est Le Bruit de la Douche de David Desgouilles. Ce livre est donc à mettre sur le même plan que des ouvrages de propagandes comme il y en a avant chaque grande élection, comme la bande dessinée « Le Songe d’Atthalie » à la veille des élections législatives de 1978[7]. C’est vraiment dommage, quand on sait ce que Wieviorka aurait pu faire de ce temps. Il aurait pu constituer des groupes participants avec des électeurs du FN ou des sympathisants dans les différentes régions et les regarder débattre, pour en tirer un véritable travail de sociologue, tout comme il avait fait avec Les russes d’en bas, au début de la transition en Russie. Cela aurait été autrement plus intéressant, et autrement plus fidèle aux sciences sociales auxquelles il a consacré une grande partie de sa vie. C’est sur ce regret (mais après tout il n’est peut-être pas trop tard) que l’on referme ce livre. Ce Séisme n’en est pas un.

 

[1] Wieviorka M., Le Séisme, Paris, Robert Laffont, 2016.

[2] Sapir J, Stora F. et Mahé L (et alii) Et si la France avait continué la guerre, Paris, Tallandier, tome 1 et 2, 2010, 2012.

[3] Desgouilles D., Le Bruit de la Douche, Paris, Michalon, 2015.

[4] Pour reprendre une formule célèbre sur l’Union soviétique : are Russians ten feet tall…

[5] Le lecteur aura reconnu le PdD de Et si la France avait continué la Guerre ainsi que celui du Bruit de la Douche.

[6] http://www.lexpress.fr/actualite/politique/hollande-serait-elimine-des-le-premier-tour-en-2017-dans-tous-les-cas-de-figure_1783379.html

[7] http://www.bedetheque.com/serie-5476-BD-Songe-d-Atthalie.html


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *