Souveraineté – Conférence de Clermont-Ferrand – Vidéo

  • J’ai donné le 20 juin une conférence à l’association Les amis du temps des cerises sur mon ouvrage Souveraineté-Démocratie-Laïcité, qui est paru en janvier dernier aux éditions Michalon. Cette conférence a été filmée et vous pouvez la regarder ici, sur le site de l’association.
  • A - 12couvDuLivre
  • On le sait, le souverainisme fait débat. C’est une question qui dérange, et à juste titre. Car la souveraineté est ce spectre qui hante notre monde ; elle est ce qui fait clivage. Si la notion de souverainisme a pris une telle place dans le débat, c’est bien le symptôme du fait que la souveraineté touche à quelque chose d’essentiel : la liberté. Celle de faire et de décider, en son nom propre comme de manière collective, et non la simple liberté formelle. Autrement dit, le souverainisme, et la souveraineté, sont intimement liés à la démocratie. On en a une démonstration avec le référendum britannique du 23 juin.
  • Il faut donc savoir ce qui fait société et ce qui constitue « un peuple ». Il faut aussi comprendre que lorsque nous parlons de peuple, il ne s’agit pas d’une communauté ethnique ou religieuse, mais d’une communauté politique d’individus rassemblés qui prend son avenir en main[1]. Le «peuple» auquel on se réfère est un peuple « pour soi », qui se construit dans l’action, et non un peuple « en soi ». Se référer à cette notion de souveraineté, vouloir la défendre et la faire vivre, se définir donc comme souverainiste, implique de comprendre que nous vivons dans des sociétés hétérogènes et que l’unité de ces dernières se construit avant tout politiquement. Cette unité n’est jamais donnée ni naturelle[2]. En fait, c’est cette hétérogénéité qui implique de penser la souveraineté.

Bon visionnage !

 

Notes

[1] Et l’on avoue ici plus qu’une influence de Lukacs G., Histoire et conscience de classe. Essais de dialectique marxiste. Paris, Les Éditions de Minuit, 1960, 383 pages. Collection « Arguments »

[2] Cette question est largement traitée dans le livre écrit pour le Haut Collège d’Économie de Moscou, Sapir J., K Ekonomitcheskoj teorii neodnorodnyh sistem – opyt issledovanija decentralizovannoj ekonomiki (Théorie économique des systèmes hétérogènes – Essai sur l’étude des économies décentralisées) – traduction de Vinogradova E.V et Katchanov A.A, Presses du Haut Collège d’Économie, Moscou, 2001. Une partie de l’argumentation est reprise sous une forme différente dans Sapir J., Les trous noirs de la science économique – Essai sur l’impossibilité de penser le temps et l’argent, Albin Michel, Paris, 2000.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...