Primaires primaires

Le livre qu’Alexis Corbière vient de faire paraître aux éditions du Cerf, Le Piège des primaires[1], est un excellent livre, que je recommande à mes lecteurs qui veulent s’informer sur ce « mécanisme » directement importé de la culture politique américaine. Oui, vous avez bien lu, je le recommande. Non, ceci n’est pas le produit d’un lendemain de cuite, de la consommation de psychotropes ou d’une aberration de mon ordinateur. Je le recommande donc, en dépit des diverses polémiques qui m’ont opposé à son auteur, de son incompréhension foncière de ce qu’est la sphère privée et de bien d’autres choses. Je le recommande parce que, sur ce sujet, il écrit des choses justes, des choses qu’il fallait dire.

A - 01 Corb

Tout d’abord, quand il décrit le contexte de cette rentrée 2016. Il a incontestablement raison de parler d’une dignité populaire, blessée, malheureuse, mais qui se cherche en France et qui ne saurait se reconnaître que ce soit dans les manœuvres d’appareil du P « S » ou dans cette grande foire aux ego que nous proposent les « Républicains »[2]. A, ce qu’elles sont belles ces « primaires » de la droite et du centre, ou chaque des principaux candidats (on ne fera d’exception que pour Henri Guaino et Jacques Myard) y va de sa surenchère dans l’austérité et dans la politique anti-sociale. Je fais 70 milliards d’économie sur le dos des travailleurs nous dit Fillon, dont la politique a provoqué prés de 400 000 chômeurs de plus en 2011 et 2012 ; j’en ajoute dix de plus rétorque Juppé, tout raide dans ses bottes et dans la naphtaline. Vingt de plus s’égosille Nicolas Sarkozy, tandis que Le Maire invente le CDD permanent. Bref ces beaux messieurs (et sans oublier une belle dame, NKM) y vont de leurs propositions plus démagogiques les uns que les autres. Pendant ce temps, on prépare les longs couteaux et les poignards au P « S » ou Emmanuel Macron se la joue pirate (s’est de son âge…) tandis qu’un capitaine de pédalo essaye de se transformer en capitaine au long cours, que Benoît Hamon cherche désespérément un programme dans les restes de Martine Aubry et que Montebourg, nouvel Hamlet, s’interroge sous les remparts du Château « primaires or not primaires, that is the question »…

Bref quand Alexis Corbière écrit « L’élection présidentielle qui vient en avril 2017 se déroulera comme au sommet d’un volcan prêt à l’explosion »[3], il a cent fois raison.

 

Il a aussi raison quand il décrit l’ensemble des mécanismes, de la manipulation des sondages au rôle de l’argent, dont sont constituées ces dites primaires. Et il est claire qu’elles ne font que préparer l’opinion à la possibilité d’une « grande coalition », dont Emmanuel Macron se verrait bien tirer profit, lui dont le profil est assez lisse pour pouvoir tout aussi bien charmer Gattaz que la ménagère du 20 heures. Ici encore, lisons ce qu’écrit Corbière : « La primaire consacre et institutionnalise ce paysage. Elle le fige définitivement. Elle est la méthode de ceux qui se savent minoritaire dans la société et semblent l’accepter, mais cherchent néanmoins par des astuces à gouverner encore »[4]. C’était bien ce qu’il fallait dire et il est bon que ceci fut dit. De même il ajoute quelques pages plus loin : « La primaire n’offre que le confort de la tactique politicienne à la place de l’effort de la politique »[5]. La formule fait mouche.

Après, Corbière ne fait pas trop remarquer que le PCF, via son lamentable secrétaire Pierre Laurent, accepte de cautionner ce système. Mais à lire les lignes où il s’emporte contre ceux qui laissent le monopole de la rupture avec les traités européens au Front National, comment ne pas comprendre qu’il dresse le réquisitoire contre la politique de Laurent ses insuffisances et ses coups bas.

 

Bien sûr, ce livre n’est pas parfait. Bien sûr, il est fait aussi pour défendre le choix de Jean-Luc Mélenchon. Quand Alexis Corbière intitule une des sections de son ouvrage « la machine à excommunier »[6], on voit immédiatement à quoi il fait référence. Et, en un sens, il a raison. Oui, il est évident que la mécanique de la primaire a aussi pour but de délégitimer ceux qui, comme Mélenchon, n’ont pas voulu se plier aux diktats des appareils politiques. Mais, son argumentaire eut été plus fort, et sa position plus assurée, si Corbière lui-même ne s’était livré en son temps à ce même exercice de l’excommunication.

De même, il n’est jamais dit que l’ouverture de la primaire à tous, le fait qu’un futur électeur de gauche puisse aller voter à la primaire de droite et réciproquement, ouvre la porte à tous les comportements stratégiques, à toutes les manipulation. La démocratie, ce n’est pas cela. Si l’on voulait qu’une primaire soit démocratique, alors il fallait la réserver aux seuls militants d’un parti. Car, la démocratie passe toujours par la combinaison d’un choix et d’une responsabilité. Il faut déterminer l’espace du jeu démocratique. La démocratie, en réalité, impose des frontières, que ces dernières soient politiques, comme dans le cas d’une « primaire » ou que ces dernières soient nationales. Et l’on sent bien, c’est une des limites de cet ouvrage, que Corbière a encore du mal avec cette notion de frontière. N’est pas Mélenchon qui veut.

Enfin, cette remise en cause du mécanisme de la primaire valide, en réalité, le modèle de la Vème République, du moins dans sa forme gaullienne. Car il est clair que, de révisions en révisions, nous sommes définitivement sortis du cadre de la Vème République aujourd’hui. On attendait sur ce point Corbière et c’est sans surprise qu’il faut constater qu’il se défausse ici. Ce qu’il écrit sur la VIème République (eh, Alexis, on y est déjà en VIème République[7], il faut faire comme les petits chats, ouvrir les yeux…) n’est que propagande, discours convenu et non analyse.

Mais, cela n’enlève pas le mérite du reste de l’ouvrage. Voici donc un petit livre qui peut servir pour clouer le bec à ceux qui, à « gauche » comme à droite se gargarise des « primaires » pour mieux cacher leur ignominie et leurs politiques honteuses.

 

 

[1] Corbière A., Le Piège des primaires, Paris, Ed. du Cerf, coll. « Le poing sur la table », août 2016.

[2] P. 12.

[3] P. 12

[4] P. 44

[5] P. 47

[6] P. 50 et ssq.

[7] P. 69 et ssq.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.