Le “nuits debout” des policiers

Depuis plusieurs jours, des manifestations spontanées de policiers ont lieu, toutes les nuits, tant à Paris que dans des villes de province. Le fait est significatif. Les policiers ont un droit de manifestation très réglementé. En outrepassant ces réglementations, en faisant ces manifestations sauvages, les policiers veulent exprimer leur ras-le-bol, mais aussi leurs inquiétudes grandissantes quant à la situation en France. Ar ces manifestations surviennent après plusieurs embuscades, celle de Grigny/Viry-Châtillon ou celle de Mantes-la-Jolie, dont les policiers ont été victimes, et ou la « volonté de tuer » a été manifeste.

Après avoir hésité à sévir, et constaté qu’il ne le pourrait pas, le gouvernement cherche à amadouer les policiers. Il n’est pas sûr qu’il y parvienne. Après la lamentable déclaration de M. Cambadélis, accusant le Front National « d’organiser » ces manifestations, une vision plus réaliste de ce mouvement est en train de se faire jour.

Cette forme de « Nuits debout » de la Police est révélatrice d’une dégradation générale de la situation qui, en réalité, va bien au-delà de la Police. Car, ce que vivent les policiers est désormais vécu, certes à une moindre échelle, par le personnel hospitaliers ou les enseignants. Il a fallu un élément déclencheur à ce mouvement. Mais, ce mouvement pourrait bien, dans les semaines qui viennent, faire tâche d’huile.

 

L’attentat de Grigny/Viry-Châtillon

Le déclencheur de tout ceci a été non pas l’attentat dont ont été victimes quatre policiers aux abords de Grigny, mais bien en réalité la réponse apportée par le Premier ministre à cet attentat. En plein Parlement Manuel Valls, réagissant à des questions posées par l’opposition, a déclaré la volonté de fournir des véhicules mieux protégés et des vêtements ignifugés aux policiers. Ceci a été pris, et non sans raison, comme une insulte. On le comprend d’ailleurs fort bien. L’incident de Grigny/Viry-Châtillon appelait une réponse politique forte, à la hauteur de l’agression, qui a fait deux blessés graves et qui aurait très bien pu faire deux morts. Quand on jette des cocktails Molotov dans un véhicule et que l’on empêche les occupants d’en sortir, il y a bien une volonté de tuer délibérée et préméditée. En proposant une réponse technique, le Premier ministre, et l’ensemble du gouvernement avec lui, ont démontré qu’ils n’avaient pas pris la mesure de ce qui s’était passé. Ceci, venant avec la déplorable déclaration de Jean-Christophe Cambadélis, a achevé de convaincre les policiers, qui sont plutôt des personnalités individualistes, de se lancer dans un mouvement collectif.

Une fois encore c’est Malek Boutih, député P « S » de l’Essonne, et ancien président de SOS-Racisme qui a le mieux exprimé la réaction qu’il aurait fallu avoir dans cette situation[1]. En appelant à une “vraie offensive antiracaille dans les banlieues” il a bien posé le problème des zones de « non-droit » que l’on a laissé se développer depuis plus de dix ans. Il précise d’ailleurs : “Il faut arriver à isoler les voyous aujourd’hui du reste de la population et de la jeunesse. ». Tout ceci est très vrai. Quand il évoque ce « nouveau gangstérisme né de la prohibition de la drogue, de l’abandon des territoires, d’une décentralisation qui fait qu’on a des élus locaux parfois, soit qui parlementent avec les voyous, soit les laissent faire, soit qui disent ‘Il me faut de l’argent, de l’argent’ », il a à l’évidence raison. On voit bien que la combinaison d’un avenir clôt avec les revenus qu’engendrent les trafics divers, que la combinaison d’aveuglement, de déni de réalité, et de clientélisme qui sévit dans la classe politique locale, ont provoqué aujourd’hui une situation extrêmement dangereuse.

 

Une violence organisée et le risque de guerre civile

Mais, les policiers, s’ils sont les principales victimes de ce que Malek Boutih appelle « le niveau de violence, le terrorisme, et cette frange de population qui veut tuer un policier »[2], n’en sont pas les seuls. Des incidents similaires, quoi que pour l’instant moins violents, se manifestent autour des fonctionnaires de santé (dans les services d’urgence des hôpitaux), des médecins, mais aussi maintenant des enseignants. Cette violence a des racines diverses, qui vont de la volonté de protéger des trafics et des zones de racket (ce qui est à l ‘évidence le cas pour Grigny) à la volonté d’imposer une loi religieuse dans de nombreuses agressions commises en milieu hospitalier. Mais, ce qui unifie cette violence, c’est le sentiment d’impunité qu’ont, à tort ou à raison, les personnes qui s’y livrent. Cette violence pourrait d’ailleurs, à court terme, provoquer des mouvements similaires à ceux des policiers que ce soit dans la fonction publique hospitalière, chez les fonctionnaires territoriaux, voire chez les enseignants.

C’est cela qui explique cette montée rapide dans le degré de violence, cette escalade, qui doit être stoppée au plus vite, sous faute de voir se produire de véritables drames qui nécessiteront, sous la pression de l’opinion publique, une réaction répressive d’une ampleur telle que, de fait, une partie du pays aura basculé dans la guerre civile.

 

Territoires perdus et territoires oubliés

L’offensive « antiracaille » qu’appelle de ses vœux Malek Boutih nécessitera, elle aussi, un degré de répression important, mais qui pourrait encore être ciblé et viser les réseaux tout comme les organisations qui, que ce soit en sous-main ou publiquement, minent délibérément l’esprit de la République. Surtout, elle nécessitera autre chose que la répression : une réaffirmation de la loi et de l’égalité de tous devant cette dernière, accompagnée d’une promotion de ces « territoires perdus » qu’il convient maintenant de reconquérir au plus vite[3]. Il faut, simultanément, traiter cette « France périphérique »[4], cette France des oubliés de la République, qui se développe en parallèle aux territoires perdus. Cette « offensive » doit donc aller beaucoup plus loin que de simples opérations « coups de poing », voire que la réinstallation, nécessaire et indispensable, des forces de l’autorité de l’Etat au cœur même de ces « territoires ». Car, ces mesures d’ordre sont une condition préalable mais certainement pas suffisante.

Il faut un ensemble de mesures éducatives, visant à rappeler à tous les principes politiques de la République, des mesures économiques (qui, elles, seront étroitement associées aux mesures répressives dans la mesure ou ce qui décourage les acteurs économiques c’est d’abord la délinquance organisée) et des mesures sociales avec la réinstallation des services publics au sein de ces territoires.

Mais, on ne doit pas se cacher que ces mesures coûterons chers, et impliquent une recentralisation de certaines des fonction de l’Etat. Or, que l’on prenne cette question sous l’angle financier, ou qu’on la prenne sous celui des institutions, il devient très vite évident qu’il ne sera pas possible de mener à bien ces mesures dans le cadre actuel de l’Union européenne ni dans celui de l’Euro.

 

Une priorité pour le prochain quinquennat

Il y a plus de quinze ans de cela, en 2000, le Président Vladimir Poutine en appelait à la reconstitution en Russie de la « verticale du pouvoir ». Prenant la mesure du terrorisme qui se développait au Caucase du Nord, il a progressivement élaboré une politique multiforme combinant la répression, parfois féroce, au développement économique, la mise en place d’institutions particulières au rappel de l’égalité de tous devant la loi. En définitive, cette politique a réussi et le niveau de violence au Caucase du Nord a fortement diminué.

Fort heureusement, nous ne sommes pas dans la situation véritablement dramatique où se trouvait la Russie en 2000. Mais, l’exemple de l’intégration des différents éléments dans une stratégie de reconquête des territoires, la compréhension que la seule répression est impuissante en l’espèce, devrait faire réfléchir tous les candidats potentiels à l’élection présidentielle de 2017. Car, incontestablement, cette question de la reconquête tant physique que morale des territoires, qu’ils soient « perdus » ou qu’ils soient « oubliés », sera la grande affaire du prochain quinquennat et un des enjeux les plus cruciaux de l’élection présidentielle qui s’annonce.

Mais, pour que cette reconquête puisse être menée à bien, il faudra impérativement que la France recouvre sa souveraineté.

 

Notes

[1](http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-malek-boutih-ne-veut-pas-quefrancois-hollande-soit-reelu-7785365267

[2] http://www.rtl.fr/actu/politique/presidentielle-2017-malek-boutih-ne-veut-pas-quefrancois-hollande-soit-reelu-7785365267

[3] L’expression « Territoires perdus de la République » vient du livre d’ E. Brenner (pseudonyme de G. Bensoussan) Les Territoires perdus de la République – antisémitisme, racisme et sexisme en milieu scolaire publié en 2002 à Paris aux éditions les Mille et Une Nuit.

[4] Guilly C., La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 2014.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...