Le vote Trump et ses leçons

L’élection de Donald Trump est certes spécifique ; elle doit beaucoup à la culture politique américaine. Mais, elle contient des éléments qui sont généralisables dans l’ensemble des pays développés européens, parce qu’ils sont confrontés aux maux de la « mondialisation ». Après des discussions avec des collègues politologues et sociologues américains, dont les travaux seront publiés dans les semaines qui viennent, on peut ainsi résumer ces éléments généralisables.

I. Pertinence des « territoires périphériques ».

On connaît la problématique, exposée dans les travaux de Christophe Guilly[1]. Mais on la retrouve aussi dans les cartes des résultats des votes. En effet, la carte qui a le plus circulé est celle du vote par Etats.

Carte 1

a-01-carte-trump-1

Mais, si l’on regarde la carte des résultats par « comtés » (équivalent des arrondissement), on observe une opposition bien marquée entre les grandes agglomérations « mondialisées » et le reste du pays.

Carte 2

a-01-carte-trump-2

C’est cette opposition qui semble avoir été pertinente dans le basculement vers un vote Trump.

II. Importance du « vote » Sanders dans le résultat final.

Un autre problème est celui du vote des électeurs démocrates qui soutenaient Bernie Sanders jusqu’à la primaire démocrate, et qui ont été rebuté par les magouilles, – il faut bien les appeler par leur nom – d’Hillary Clinton. Des études sont en cours sur des « comtés » où le vote aux primaires démocrates avait été massivement pro-Sanders. Il montre qu’une partie des électeurs potentiels de Bernie Sanders ne sont pas allé voté le 8 novembre (de 25% à 40% selon les endroits) et qu’une autre partie de ces électeurs a préféré voter Trump que Clinton (de 12% à 18% dans les comtés où la popularité de Sanders était la plus forte). Ces études de cas sont cohérentes avec les résultats nationaux qui montrent que 9% des électeurs « démocrates » (ayant voté aux primaires pour un candidat démocrate ou en 2012 pour Barack Obama, ou étant enregistrés comme « démocrates ») ont voté Trump contre seulement 7% des électeurs « républicains » qui ont voté Clinton.

Ces deux éléments permettent de confirmer la plus forte abstention pour l’élection de 2016 mais aussi lui donnent aussi un sens. Cette abstention a été, en partie politique. Ce fut un choix délibéré d’électeurs qui ont pris le risque de voir élire Trump car ils ne pouvaient soutenir la candidate de l’oligarchie.

 

III. Une redistribution des cartes politiques.

On voit que présenter le vote Trump comme un vote « blanc » et raciste passe largement à côté des réalités. Mais, il y a une conséquence importante, et qui peut être généralisée. Face aux désastres induits par la « mondialisation » une partie de l’électorat populaire réagit au chantage de l’élite « nous ou le chaos » en choisissant le candidat « anti-élite » ou « anti-système », que ce soit de manière passive (par l’abstention) ou que ce soit de manière active (en votant pour lui). Ce phénomène est d’autant plus fort que le candidat « anti-système » s’est abstenu de déclarations susceptibles de rebuter ces électeurs. Là où Trump, dans ses discours locaux, a tenu ses propos les plus outranciers, le phénomène est le plus faible. Là où il s’est concentré sur des attaques contre l’établissement et les banques, le phénomène est le plus important. La cohérence du discours du candidat « anti-système » est donc bien importante pour casser le mécanisme de rejet, mais elle impose aussi que ce discours ne soit pas provocateur.

La réaction de Bernie Sanders à l’élection de Trump est de ce point de vue très intéressante. Dans un message, posté sur le site du Sénat des Etats-Unis[2], il indique :

 

Wednesday, November 9, 2016

BURLINGTON, Vt., Nov. 9 – U.S. Sen. Bernie Sanders (I-Vt.) issued the following statement Wednesday after Donald Trump was elected president of the United States:

“Donald Trump tapped into the anger of a declining middle class that is sick and tired of establishment economics, establishment politics and the establishment media.  People are tired of working longer hours for lower wages, of seeing decent paying jobs go to China and other low-wage countries, of billionaires not paying any federal income taxes and of not being able to afford a college education for their kids – all while the very rich become much richer.

To the degree that Mr. Trump is serious about pursuing policies that improve the lives of working families in this country, I and other progressives are prepared to work with him. To the degree that he pursues racist, sexist, xenophobic and anti-environment policies, we will vigorously oppose him.

a-01-a

Ce message ne nie pas les importantes différences entre les positions des uns et des autres, mais il explique aussi que « dans la mesure ou M. Trump est sérieux sur ses politiques concernant les familles laborieuses » les progressistes américains sont disposés à travailler avec lui.

 

[1] Guilly C., La France périphérique : comment on a sacrifié les classes populaires, Paris, Flammarion, 2014

[2] http://www.sanders.senate.gov/newsroom/press-releases/sanders-statement-on-trump


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *