Un siècle et ses enfants…

Le livre que vient de publier Alexandre Devecchio, Les Nouveaux Enfants du Siècle[1], est à la fois un enquête et une réflexion. Enquête, il l’est non pas dans un sens statistique mais qualitatif, quand il identifie trois générations qui aujourd’hui s’affrontent et se combinent, la « génération Dieudonné », la « génération Zemmour » et la « génération Michéa ». Réflexion, car il identifie bien certains des maux qui rongent notre société, dont certains prétendent qu’elle a basculé dans le « post-moderne » alors que d’autres remettent en cause la modernité. Il montre l’existence d’un malaise généralisée qui se cristallise autour de trois fractures, une fracture générationnelle, une fracture sociale et une fracture éducative. Il montre aussi – et cela nous le constatons tous les jours – que sombre ce que l’on a pu appeler la « génération morale » alors que se lève la génération du contre-Maastricht.

Ce livre fait référence à de multiples autres, de sociologues, d’anthropologues, de géographes. Il se présente ainsi non comme la synthèse de ces ouvrages mais comme leur illustration. Et c’est cela qui lui donne toute sa place dans la production éditoriale de cet automne. Par ce livre, Alexandre Devecchio prend date pour les événements qui surviendront dans les prochains mois et, au-delà, dans les prochaines années.

a-01-a

D’une génération l’autre

C’est un des livres les plus intéressants que l’on puisse lier en cette période troublée où, poussé par l’opprobre engendrée par sa politique et son comportement et pas son Premier-ministre, jamais avare d’une vilenies, notre Président, François Hollande, vient de renoncer à se représenter. Ce livre éclaire les bouleversements que la vie politique a connue ces dernières semaines, avec l’élimination de Nicolas Sarkozy puis d’Alain Juppé, et la crise qui frappe la parti « socialiste » privé désormais de « candidat naturel » et renvoyé à ses querelles intestines. Ce livre, enfin, jette une lumière crue sur un phénomène ancien mais trop rarement pris en compte : que se passe-t-il quand des fractures politiques en viennent à se représenter comme des fractures générationnelles ? Mais, surtout, il pose un véritable problème : d’où viennent ces fractures générationnelles qui semblent aujourd’hui à peu près aussi profondes et virulents que ce qu’elles étaient en mai 1968.

Bien sûr, tout ne résume pas à cette notion de fracture générationnelle. Si ne s’était pas accumulé en France depuis la fin des années cinquante, et surtout depuis 1962-63 un lourd passif social s’exprimant non pas par le chômage, à l’époque phénomène marginal, mais par le décalage du pouvoir d’achat et par l’immobilisme sociétal, jamais la question des générations ne se serait posée avec cette dimension explosive comme on le vit en mai 1968. Mais, la dimension générationnelle existe bel et bien. En mai 1968 c’était la question posée par enfants de l’après-guerre à leurs parents : qu’avaient vous fait des promesses de la Libération ? Cette question était d’autant plus virulente que s’étalait aux yeux de tous la contradiction entre le discours d’un pouvoir embaumant la Résistance et la Libération, comme lors du discours d’André Malraux pour l’entrée des cendres de Jean Moulin au Panthéon, et la réalité d’une société Louis-Philipparde à laquelle bientôt Georges Pompidou donnerait ses traits. Au-delà de l’aspiration à plus de liberté, il y avait surtout une contestation profonde d’une République qui se donnait des airs de gloire et qui n’était souvent qu’affairisme, au nom justement de ces airs de gloire. Les « soixante-huitard » étaient souvent les enfants déçus et indignés de l’alliance de fait entre le Général de Gaulle et le PCF.

 

L’éclatement du corps politique et le retour au tribalisme ?

Le livre d’Alexandre Devecchio pose remarquablement le problème de cette crise générationnelle. Il montre comment, même si les voies prises par les différentes « générations » qu’il identifie sont très différentes, elles se rejoignent dans la prise en compte du vide idéologique et moral de la société actuelle, mais aussi dans cette peur qu’inspire une insécurité montante. Le problème de l’intégration politique résume ainsi une large part du constat : comment peut-on s’intégrer, faire corps et faire peuple au sens politique de ce terme, dans un pays dont on nie la souveraineté ? C’est ici que l’on peut retrouver le « moment souverainiste » que je constatais dans mon livre publié en janvier 2016 Souveraineté, Démocratie, Laïcité[2]. Alexandre Devecchio donne corps à mon hypothèse en opposant la « génération Maastricht », ou plus précisément celle qui se dresse contre les conséquences du Traité de Maastricht et la génération « morale » qui a produit et accompagné le dit traité. De cette négation progressive de la Nation découle un enracinement qu’il qualifie de « tribal », constatation que je faisais aussi à propos de l’islamisme radical.

Mais, Alexandre Devecchio va plus loin, et c’est son immense mérite. Il analyse les conséquences sociales de la crise économique de longue durée que nous connaissons. Il montre comment se défont, après bientôt trente ans de chômages de masse, les institutions et les processus sociaux qui légitiment ces dites institutions. Quand François Hollande s’adressant à celui qui, depuis son renoncement, ne sera plus son adversaire, M. François Fillon « quand il n’y a plus de fonctionnaires, il n’y a plus d’Etat »[3], ce qui est incontestablement vrai, on peut lui rétorquer que quand on abandonne la souveraineté, là aussi il n’y a plus d’Etat. Et, c’est bien la contradiction fondamentale du social-européisme issu de Jacques Delors, et dont François Hollande est un des héritiers, de vouloir faire se continuer l’Etat alors même que l’on en nie la substance, c’est à dire la souveraineté. Si l’on cherchait un reniement entre tous dont François Hollande s’est rendu coupable, c’est bien le vote du Traité sur la Stabilité, la Coopération et la Gouvernance, le fameux TSCG dit aussi « Traité Merkozy » car négocié en fait par son prédécesseur Nicolas Sarkozy et Angela Merkel, qui nous fournirait l’exemple parfait. En faisant voter ce traité dès le mois d’octobre 2012, il a renié tout ce que son discours avait pu avoir de progressiste, il a fait mentir tous ceux qui espéraient qu’il se radicaliserait.

 

La question de la nouvelle « brutalisation » de la société

Le livre d’Alexandre Devecchio soulève un problème auquel peu d’analystes ont été sensibles : la « brutalisation » des rapports sociaux, dans les quartiers mais aussi à l’école, dans les transports et dans les services publics (on pense à l’hôpital), qu’a provoquée l’immigration ces trente dernières années. Bien entendu, cette « brutalisation » n’est en rien comparable avec d’autres phénomènes du même ordre, comme celle provoquée par la première guerre mondiale. Bien sûr, cette « brutalisation » est plus diffuse, et surtout elle ne prend sens que si l’on considère le mouvement d’apaisement que connaissait la société française depuis les années 1970, apaisement induits à la fois par une extension progressive des droits sociaux et par l’émancipation des femmes. Cette « brutalisation » n’est que la somme de comportements dont on pourrait trouver bien de comparables dans ceux qui existaient dans la société française au début du XIXème siècle. Mais, cette « brutalisation » devient un fait social par l’addition de ces comportements mais aussi, et peut être surtout, parce qu’elle est théorisée par certains, oh certes une petite minorité, comme une norme à venir. C’est en réaction à cette « brutalisation », que porte la « génération Dieudonné » ou ce qui en tient lieu, que se constitue en réponse une « génération Zemmour » et une « génération Michéa ».

Si l’on accepte le cadre analytique qui nous est proposé, aux travers de portraits, dont certains sont très intéressants, aux travers aussi de témoignages, ont perçoit bien comment les deux autres générations ne se sont constituées comme telles qu’en réaction aux comportement issus de cette « brutalisation ». Si l’on regarde le basculement progressif de certaines professions, comme les personnels de santé ou même les enseignants, vers le vote en faveur du Front National, il est évident que celui-ci est une réponse à cette « brutalisation ».

Mais, cette « brutalisation » peut prendre aussi des formes bien plus insidieuses. Elle se traduit par une dégradation des relations de travail, induites par le chômage de masse. Elle s’exprime par la montée d’une immense « souffrance au travail » qui se traduit pour partie par la montée de pathologies que le programme de François Fillon se propose justement de dé-rembourser et pour partie par un sentiment d’abandon très profond d’une partie de classes populaires.

 

Pertinence et complétude de l’analyse

Cela pose néanmoins la question de la pertinence du cadre d’analyse. Peut-on réduire et illustrer des courants politiques profonds par quelques têtes d’affiches ? On le sait, c’est une méthode très en vogue dans les études de marché qui cherchent à identifier les « prescripteurs de mode » de l’instant. En un sens, Dieudonné, Zemmour et Michéa, ainsi que quelques autres, joueraient le rôle de ces « prescripteurs de modes ». L’hypothèse est audacieuse ; elle n’est pas fausse nécessairement pour autant. Car, et c’est l’une des caractéristiques du fonctionnement « post-moderne » de la société française que de réduire des courants et des comportements collectifs à des « prescripteurs de mode ». On peut donc penser que, sans être nécessairement juste, et Alexandre Devecchio est lui-même suffisamment cultivé pour comprendre les limites de la méthode, celle-ci peut-être pertinente.

Mais, une autre critique, et celle-là plus profonde, porte sur le champ étudié. Si ces trois « générations » ou ces trois courants existent indiscutablement, l’auteur n’a-t-il pas fait l’impasse sur un quatrième ? S’il évoque « Nuit Debout », tout en le réduisant à son seul aspect parisien, ce qui est bien trop réducteur, et peut conduire à la caricature, il ignore l’existence d’un quatrième courant qui pourrait être une « génération Onfray » et qui se structure autour de la candidature à l’élection présidentielle de Jean-Luc Mélenchon. La multiplication des connexions sur la chaîne Youtube mise en place par le candidat est la preuve qu’un mouvement de masse est en train de naître. De même, le fait que la base du PCF ait désavoué son appareil, et voté le soutien à cette candidature, est en soi un phénomène significatif.

Cela n’enlève rien au mérite du livre, qui nous donne à voir trois des principaux courants qui aujourd’hui traversent la jeunesse. Et je peux, à mon très modeste niveau, confirmer bien de ce qui y est écrit. Mais, en ignorant la présence d’un quatrième courant, qui se cherche, qui hésite encore, mais qui existe incontestablement, il ne donne pas un tableau complet de la société française et de sa jeunesse.

 

Un besoin de sécurité et de souveraineté

La conclusion du livre appelle plusieurs remarques. On pense, comme Alexandre Devecchio que le pire est loin d’être sûr. Si la jeunesse est fracturée dans certaines de ses représentations, elle n’en est pas moins, à l’exception de ceux qui font le choix du Djihadisme sous quelques formes que ce soit, porteuse d’aspirations communes. Qui plus est, ces aspirations peuvent être le point de départ d’une reconquête trans-générationnelle.

Devecchio met bien en lumière l’immense aspiration à plus de sécurité qui unit largement ces générations. L’erreur de la « gauche » est de n’avoir compris la notion de sécurité que dans le sens économique et social, sens important mais qui n’épuise pas la demande de sécurité. Cette demande de sécurité est globale ; elle englobe aussi la sécurité au sens physique que la sécurité culturelle. Une force politique qui comprendrait la nature globale de cette demande de sécurité pourrait arriver à réunir ces générations.

Mais, la demande de sécurité n’est pas la seule en cause, et tout projet se fixant uniquement la sécurité comme objectif est voué à l’échec. Il y a aussi une demande parallèle à cette demande de sécurité, c’est la demande de souveraineté. Les individus comprennent que dans la société actuelle être isolé c’est être mort. Mais, s’ils souhaitent se réunir, ils veulent aussi avoir le pouvoir de décider ensemble. La forme que prend cette demande de souveraineté, c’est une demande de démocratie, à la fois contre les institutions niant l’espace de cette dernière (comme l’Union européenne) mais aussi contre une large partie des médias. Devecchio en est certainement conscient, mais curieusement il y fait très peu allusion.

Une force politique combinant cette aspiration à la sécurité, sans laquelle aucune innovation n’est possible, et cette aspiration à la souveraineté, afin de pouvoir décider quelles sont les innovations souhaitable, serait sans nulle doute à même de surmonter les fractures de la société française. Elle en deviendrait invincible.

[1] Devecchio A., Les Nouveaux Enfants du Siècle, Paris, le Cerf, 2016, 328 p..

[2] Sapir J. Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Editions Michalon, Paris, 2016.

[3] http://www.bfmtv.com/politique/hollande-avertit-fillon-quand-il-n-y-a-plus-de-fonctionnaires-il-n-y-a-plus-d-etat-1066394.html


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *