L’euro: agonie et déni

Le problème posé la nature nocive de l’euro pour les économies européennes est aujourd’hui évident. Ceci vient d’être rappelé par le prix Nobel de cette année, Oliver Hart[1], après l’avoir été par plusieurs grands économistes distingués par le Nobel comme Joseph Stiglitz[2], Christopher Pissarides, et quelques autres comme Peter Bofinger[3], Heiner Flassbeck, Hans Werner Synn, ou Alfred Steinherr[4] en Allemagne, Brendan Brown, Rendall Wray et Mark Weisbrot dans le monde anglo-saxon.

Pourtant, il est aussi clair que jamais la clôture autistique n’a été aussi forte, du moins en France. Cela peut d’ailleurs se comprendre. Les individus qui ont investi énormément, que ce soit en termes de travail mais aussi – et surtout – en terme symboliques, ont énormément de difficultés à reconnaître qu’ils se sont trompés, ou que la réalité ne correspond pas à leurs attentes. Ils entrent alors à la fois dans une attitude de déni, le « réel » n’existe pas ou n’est que l’image donnée par un complot de gens mal intentionnés, et dans une attitude visant à réprimer tous ceux qui ne partagent pas leur point de vue. Ce type de comportement est humain. Il fut celui adopté à la fois par les dirigeants soviétiques mais aussi par les militants du PCF avant l’effondrement de l’URSS. L’investissement symbolique dans l’euro a été énorme, justement parce qu’au delà de la monnaie unique ce qui est en cause c’est la fédéralisation de l’Union européenne, autrement dit la reprise du projet supranational dénoncé en son temps par le Général de Gaulle.

euro-cerf

Quand un pays accepte d’entrer dans une union monétaire, et il faut savoir qu’il y en eut de nombreuses depuis la fin du XIXème siècle, il accepte en fait de perdre le contrôle sur sa politique monétaire, de se comporter comme la région d’un ensemble supérieur. Perdre sa souveraineté monétaire, c’est perdre sa souveraineté tout court. La question est alors de savoir si l’on a demandé aux habitants du pays considéré s’ils voulaient se fondre dans un espace plus vaste, s’ils pensaient que des liens de solidarité forts existaient avec les autres peuples, liens de solidarités sans lesquels il est illusoire de chercher à penser un Etat, si la culture politique de ce dit pays était suffisamment proche de celle des autres pays de cette union pour que les conditions de mises en œuvre des institutions de l’Etat deviennent possibles. Sinon, la perte de la souveraineté monétaire relève d’un processus colonial, ou impérial. C’est l’une des raisons pour lesquelles les nombreuses unions monétaires qui ont été constituées ont très souvent échouée. Les processus de dissociation monétaire ont été en réalité bien plus importants que les processus d’unification monétaire. L’échec de la zone euro est en réalité « normale » au regard de l’histoire.

A quelques jours de la sortie du film, La Conquête,  qui retrace l’ascension de Nicolas Sarkozy à la présidence de la République, André Bercoff publie aux éditions du Rocher « La Chasse au Sarko ».

Il est donc clair, aujourd’hui, que l’éventualité d’une explosion de la zone euro fait partie des scénarii sur lesquelles les Banques Centrales des pays membres travaillent. Cela n’implique nullement que ces responsables souhaitent l’explosion de cette zone, mais les faits sont là. Le système de compensation des mouvements de capitaux internes à la zone en temps réel, ce que l’on appelle le « système Target2 » pour Trans-European Automated Real-time Gross Settlement Express Transfer System, permet d’ailleurs de mesurer très directement les tensions qui existent entre les pays membre. Les tensions qui sont apparues depuis 2007 dans ce système, où l’Allemagne est très largement excédentaire, ont conduit certains économistes à parler d’une « trappe » monétaire qui serait en train de se refermer sur l’Allemagne[5]. C’est d’ailleurs en suivant les évolutions des montants dans le système Target2 que l’on peut le mieux voir la progression de la crise de l’euro, et en particulier l’impact des événements qui se déroulent actuellement en Italie. Les tensions dans le système étaient arrivées à un point très élevé à la fin de 2012. L’action de la BCE et de son nouveau Président, M. Draghi, avait permis une relative détente. Mais, depuis la fin de 2014, et le début de la crise grecque, elles ont commencé à remonter.

 

Graphique 1

a-01-target2-graph-ecb-data-large

On voit qu’aujourd’hui, elles ne sont au-delà du niveau que l’on avait atteint en décembre 2012. Jamais cet écart ne fut aussi important. L’ampleur des « fuites » de capitaux en Espagne et en Italie montre bien que dans ces deux pays la crédibilité d’un maintien dans la zone Euro est largement mise en doute par les acteurs économiques.

 

 

[1] https://www.euractiv.fr/section/euro-finances/news/economic-nobel-prize-winner-the-euro-was-a-mistake/

[2] Stiglitz J.E., L’Euro : comment la monnaie unique menace l’avenir de l’Europe, Paris, Les Liens qui Libèrent, 2016.

[3] https://www.efxnews.com/story/15982/germanys-euro-exit-must-be-seriously-considered-leading-german-economist-bofinger

[4] http://www.european-solidarity.eu/signatories.php

[5] Sinn, H. W.; Wollmershäuser, T. (2012). « Target loans, current account balances and capital flows: The ECB’s rescue facility » in International Tax and Public Finance, vol.19 (n°4): 468–508.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *