Réflexions sur le populisme

Lors du Club Valdaï, qui s’est tenu à Krasnaya Polyana des 24 au 27 octobre 2016, j’ai été interrogé sur mes réactions aux différentes sessions et sur la question du populisme. L’interview s’est déroulé en anglais, et l’on peut le voir, en vidéo, ici. Une traduction en français a été établie par Jean-Christophe Pottier, que je remercie. La voici.

*Quelles sont vos impressions sur cette session ? Comment l’estimez vous intellectuellement, politiquement et philosophiquement ?

Jusqu’à présent cela a été extrêmement intéressant. Bien sur j’ai déjà participé au forum du Club Valdaï et les discussions ont toujours été intéressantes mais cette année j’ai trouvé les tables rondes particulièrement intéressantes. La première, à propos de ce qui a été qualifié d’Ordre Mondial était très intéressante. La table ronde sur la démocratie et les règles démocratiques était un peu plus théorique mais je la trouve aussi intéressante car je suis pour le moins intéressé par ce problème. Enfin la dernière table ronde de ce jour, qui concernait la situation au moyen orient et en Eurasie, était bien sur du plus grand intérêt. Je pense qu’il n’y a qu’àu Club Valdaï que l’on peut retrouver à la même table ronde un ancien premier ministre ou vice-premier ministre de Syrie, un ancien ministre des affaires étrangères de Turquie et du Kirghizistan etc… C’est extrêmement intéressant.

 

*A propos de la table ronde sur la démocratie qui est probablement la plus en rapport avec votre domaine d’étude, comment voyez vous l’avenir de la démocratie au 21ème siècle en vous basant sur ce que vous avez pu entendre ici ?

Avant tout, je veux être clair au sujet de mon intérêt sur les relations internationales, domaine sur lequel j’ai travaillé pendant près de 15 ans. Ainsi j’ai aussi été fort intéressé par la table ronde sur le moyen orient et l’Eurasie centrale. Mais, vous avez raison, désormais je dédie l’essentiel de mon travail aux problèmes liés à la démocratie et à la façon dont elle évolue.

Je pense que l’idée d’un large mouvement populiste se lève de part le monde, bien sur aux Etats-Unis avec Donald Trump mais aussi en Europe, tant en Europe de l’ouest qu’en Europe Centrale et en Europe de l’Est.

Voilà qui est, en un sens, assez évident et d’un autre côté cela soulève d’intéressantes questions. Qu’appelons nous « Populisme » ? Appelons nous populistes des mouvements qui n’ont jusqu’à présent pas réussi ? Ayons donc un regard sur l’histoire. Si j’utilise des termes contemporains pour décrire une situation passée, le mouvement qui a précédé la révolution en France en 1789 était lui aussi anti élites, ; c’était un mouvement de protestation contre les élites et les privilégiés et, aujourd’hui, nous le qualifierons de mouvement populiste. Bien sur ce mouvement à réussi. Nous avons eu la révolution française avec toutes ses conséquences et nous ne la qualifions pas de mouvement populiste. Cela me semble indiquer que nous qualifions de populiste des mouvements révolutionnaires ou quasi révolutionnaires qui n’ont pas encore réussi, mais s’ils parviennent à leurs fins, ils ne seront plus « populistes ».

 

*En effet, un dicton dit que toutes les révolutions qui ont échoué sont appelées des rebellions…

Exactement ! C’est plus ou moins la réflexion symétrique à cette question. Mais il y a un autre problème important. Certains commentateurs on dit que Trump n’était qu’un autre Ross Perrot… D’un côté il est absolument exact qu’il existe un ancien héritage des mouvements populistes aux Etats-Unis. Nous pourrions en fait trouver des mouvements populistes dès le XIXème siècle. Le mouvement qui a porté au pouvoir Teddy Roosevelt à la fin du 19ième et au début du 20ième siècle était une forme de mouvement populisme. Donc il est parfaitement exact de resituer dans l’histoire longue une chaine de mouvements populistes aux Etats-Unis. Pourtant, d’un autre point de vue, je pense qu’un mouvement comme celui de Trump aujourd’hui est assez particulier.

Pourquoi ? Parce que c’est une forme de mouvement de protestation qui est profondément lie à la déception engendrée par la présidence d’Obama et il est important de ne pas oublier qu’il y avait un autre mouvement populiste dans ces élections. Il y avait Donald Trump à droite mais aussi Bernie Sanders à gauche. Bien sur le Parti Démocrate a éliminé le mouvement de Bernie Sanders de manière non démocratique ; ils ont truqué l’élection primaire au sein du Parti Démocrate mais il est extrêmement important de comprendre qu’il y a un mouvement qui va bien plus loin que la personnalité de Donald Trump. C’est une forme de soulèvement massif, pas seulement celui des travailleurs mâles blancs comme cela a souvent été dit dans la presse US, il s’agit d’un soulèvement d’hommes et de femmes, noirs ou de couleur.

Pourquoi ? Parce que le président Obama a fait de nombreuses promesses lorsqu’il a été élu pour la première fois et, bien sur, il a déçu de nombreuses personnes. Et c’est précisément cette situation particulière de déception d’une large partie de la population américaine, qui met sur le devant de la scène une personne comme Donald Trump qui n’est bien sûr pas un politicien professionnel, un politicien qui peut être assez peu ragoutant, je ne dis pas le contraire, mais je pense que Donald Trump est en fait le symptôme de quelque chose qui va bien au delà de sa personne.

 

*Ma dernière question. Vous avez décrit la nature du populisme américain. Qu’en est il du populisme européen ? Il a t’il une comparaison entre ce qu’il se passe aux US et dans des pays comme le Royaume Uni avec le Brexit, comme en Hongrie…

Oui et nous pourrions aussi parler du Movimento 5 Stelle (Mouvement 5 Etoiles) en Italie, du Front National en France etc… Il y a certainement un point commun entre ces mouvements: la déception. Le fait est que dans de nombreux pays, nous avons des peuples profondément déçus non seulement par la politique de leur actuel gouvernement mais aussi déçus par leurs élites politiques, ce que l’on appelle la classe politique, et c’est un fait important. Ensuite il y a aussi des différences certaines. Bien sur la situation en France est plus proche de la situation au Royaume-Uni et peut être en Italie, quoi qu’en Italie il y a aussi un problème particulier de corruption des élites politiques et dans une large mesure le Movimento 5 Stelle s’élève contre cette corruption. La corruption n’est pas aussi développée en France et en Grande Bretagne. Dans ces pays le problème principal fut la réaction au problème migratoire mais aussi la réaction massive contre les considérables inégalités de revenus qui sont devenues un problème évident en Grande Bretagne mais aussi en France ou ce problème devient une préoccupation majeure. Le mouvement populiste en Europe Centrale et en Europe de l’Est, comme en Pologne et en Hongrie ainsi qu’en Croatie, est quant à lui assez différent. La Hongrie et la Pologne n’ont recouvré leur souveraineté qu’il y a 25 ans, a la fin du système soviétique de domination sur l’Europe de l’Est. Dans ces pays le sentiment de souveraineté, l’attachement des populations aux principes de souveraineté est naturellement extrêmement profond, extrêmement vivant.

D’autre part il y a une réaction à la mauvaise gestion de la politique européenne tant par l’Allemagne que par la France, car je pense que la faute doit être ici partagée. La responsabilité des gouvernements, français et allemands, est grande en cela qu’ils considèrent dans une certaine mesure qu’ils possèdent l’Union Européenne. Hors l’UE n’a pas à être possédée ni par l’Allemagne ni la France, ou d’ailleurs par n’importe quel autre pays. Si l’UE doit vraiment exister, ce doit être sous la forme d’une communauté de Nations. Je pense que c’est un problème majeur. Ensuite se pose évidemment la question du fait religieux en Pologne. Il est bien connu que l’église catholique est très importante en Pologne. Ce facteur est moins important en Hongrie. Il y a aussi la question autrichienne. L’Autriche est un membre de longue date de l’UE et aujourd’hui elle se rapproche de la Hongrie. Nous verrons quel sera le résultat des élections présidentielles, les résultats précédents ayant été invalidés par la Cour Suprême, mais il y a une très forte probabilité pour que le candidat populiste soit élu. Si cela se produit, l’Autriche deviendra alors très proche de la Hongrie sur de nombreuses questions, essentiellement celle de l’inclusion de la Turquie à l’UE et je viens de lire une déclaration du candidat populiste en Autriche déclarant que si la Turquie devait être admise dans l’UE, son pays quitterait l’UE.

 

Il est donc important de comprendre que ce problème devient de plus en plus important. Mais, pour répondre à votre question, je pense que si tous ces mouvements populistes on un terreau commun il faut aussi regarder attentivement les spécificités politiques de chaque pays.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *