Le difficile accouchement d’un monde multipolaire

Va-t-on vers un nouvel ordre mondial, ou plus précisément vers une nouvelle configuration des relations internationales ? Cette question apparaît aujourd’hui évidente, alors que la Russie marque des points importants dans le jeu mondial. Cette question se pose, en réalité, depuis plusieurs années, depuis que les Etats-Unis ont échoué à faire du XXIème siècle un « siècle américain ». Elle était au cœur du livre je j’ai publié en 2009 Le Nouveau XXIè Siècle[1]. Ce n‘était pas pour rien que j’avais donné à cet ouvrage comme sous titre Le retour des nations. Car, le rôle des Nations, et disons le tout de suite leur rôle positif, est au cœur de l’accouchement actuel du monde multipolaire. Cette question, j’ai eu l’occasion d’y revenir dans le débat organisé sur France-Culture le lundi 2 janvier 2017, en compagnie de Bertrand Badie, professeur à l’IEPP. Derrière cette question se dessine en réalité celle du « siècle politique ». Les 52 minutes du débat n’ont ainsi pas été de trop. Elles ont mêmes été insuffisantes, eut égard à l’ampleur des interrogations.

nouveau-xxe-siecle

 

Qu’est-ce qu’un siècle politique ?

L’hypothèse d’un non-lieu du « siècle américain » que la fin de l’URSS semblait nous promettre nécessite examen. Elle implique tout d’abord une réflexion sur la notion de « changement de siècle », ainsi que sur la relation entre le siècle calendaire et le siècle politique. Cette notion de siècle politique désigne non un laps de temps donné, notion qui n’a de sens que dans la symbolique d’un calendrier, lui-même culturellement déterminé et spécifique, mais une période définie par la spécificité de ses relations géopolitiques, et par leur cohérence. Il n’y a de xxe ou de xxie siècle au sens courant du terme que dans le calendrier chrétien. Cette notion n’a de sens ni dans le calendrier chinois, ni dans le calendrier japonais, et ni bien sûr dans les calendriers juif et musulman.

La notion de siècle politique, elle, peut dépasser les limites de la spécificité culturelle. Elle doit permettre d’identifier la nature dominante des problèmes auxquels les acteurs seront confrontés. Ce qui détermine alors l’unité d’une période de plusieurs décennies, c’est une certaine combinaison de problèmes économiques, géopolitiques et sociaux. Ces problèmes évoluent, dans leur domaine et selon les régions du monde, suivant des temporalités qui leur sont propres. Cependant, une certaine combinaison engendre à un moment donné une conjonction des contextes. Si les dynamiques locales peuvent conserver leur autonomie, le sens de leurs évolutions devient lisible à travers cette combinaison qui fait système. C’est alors, et alors seulement, que l’on peut parler d’un « siècle politique ».

Le problème se posait déjà à l’évidence pour le xxe siècle, dont on peut rétrospectivement considérer qu’il n’a pris sa forme définitive qu’avec la Première Guerre mondiale, qui a engendré tout à la fois le système soviétique, le fascisme italien et le nazisme allemand. Cependant, si l’ordre du xixe siècle est contesté dès la guerre hispano-américaine de 1898 et l’émergence du Japon comme puissance régionale avec la guerre sino-japonaise de 1895, on peut considérer que la guerre russo-japonaise de 1904-1905 et les « camps de reconcentration » inventés par Lord Kitchener lors de la « seconde guerre des Boers » de 1899 à 1902 préfiguraient déjà certaines des horreurs du siècle à venir[2]. Pourtant, en réalité, rien n’est acquis avant 1914. Le monde de l’Europe triomphante et de la domination britannique, lui-même engendré à la fin des guerres napoléoniennes, est mort bien avant 1900. Pour autant, le nouveau siècle n’est pas apparu immédiatement. Nous sommes dans un « entre-deux » riche d’incertitudes, mais aussi de conflits, qui ne prendra fin qu’en 1918-1920.

 

La nature du « nouveau » XXIème siècle

Le xxe siècle s’est donc achevé en réalité en 1991. Tel était le bilan que je tirais « à chaud » de la dissolution de l’URSS en décembre 1991[3]. Cette affirmation a pu initialement surprendre. Elle a depuis été reprise à de nombreuses occasions. Mais, dire que la dissolution de l’URSS signifiait la fin du XXème siècle politique, de ce siècle ouvert par la guerre de 1914-1918, n’implique pas, non plus, que soit déterminée la nature du siècle à venir.

Ce siècle à venir pouvait se définir à la fois par la rupture avec le monde qui avait été engendré par la Première Guerre mondiale, et dont l’URSS était à la fois un des symboles majeurs et un des acteurs dominants, et par l’émergence des États-Unis comme puissance dominante et incontestée. Le premier phénomène était patent avec la fin de la domination soviétique sur l’Europe orientale, héritage de 1945, puis avec la fin de l’URSS elle-même. Le second se déduisait pour partie de la fin de l’URSS, qui laissait les États-Unis sans compétiteur à leur taille, mais aussi pour partie de la capacité de ce dernier pays à construire une réelle hégémonie politique autant que militaire, dont l’opération « Tempête du désert » en 1991 avait révélé la force. Cette hégémonie a donné naissance, sous la plume d’un ancien ministre des Affaires étrangères, au terme d’« hyperpuissance[4] ».

Les États-Unis semblaient devoir ainsi disposer, en ce début de la dernière décennie du xxe siècle, d’une totale suprématie, tant militaire qu’économique, tant politique que culturelle. La puissance américaine rassemblait alors la totalité des caractéristiques du « pouvoir dominant », capable d’influencer l’ensemble des acteurs sans avoir à user directement de sa force après la démonstration qu’elle venait de fournir, et surtout d’établir son hégémonie sur l’espace politique international, en particulier en imposant ses représentations explicites et implicites ainsi que son discours[5]. Pourtant, aujourd’hui, il est évident que nous vivons dans un monde qui ne correspond ni aux espoirs ni aux craintes que l’on pouvait alors avoir. Avec le recul, le contexte du début des années 1990 apparaît comme un mirage trompeur. Non que le xxe siècle se soit survécu à lui-même ; bien au contraire. Mais le xxie siècle a pris une tournure fort différente de ce qui semblait devoir être et qui finalement n’a pas été. Un changement majeur est survenu qui, d’une certaine manière, a provoqué le « déraillement » du siècle américain qui s’annonçait. Ce fut tout l’enjeu de l’entre-deux qui se déroula de 1991 à 2005-2006.

 

Pourquoi le XXIème siècle ne sera pas le « siècle américain »

La véritable rupture s’était produite avant et ailleurs. Elle a eu lieu durant la crise financière internationale de 1997-1999 et dans les événements qui l’ont suivi. Cette crise a en effet démontré que les États-Unis étaient incapables de maîtriser la libéralisation financière internationale qu’ils avaient suscitée et imposée à de nombreux pays. De manière significative, ce fut la Chine qui assura, par une politique responsable, la stabilité de l’Extrême-Orient alors que les prescriptions américaines échouaient en Indonésie et étaient ouvertement rejetées en Malaisie. De nombreux pays qualifiés d’émergents ont réagi à cette crise et à la politique américaine en cherchant à limiter leur implication dans cette libéralisation financière, en réduisant leur endettement ou en introduisant des mesures de réglementation (comme on le vit avec la Malaisie). La crise actuelle du FMI et sa mutation, tant idéologique que politique, qui a vu cette institution prendre dans le décennie actuelle des positions qui auraient été impensables dans les années 1990, en découle. La période qui va de 2005 à 2007 a vu de nombreux pays lui rembourser leurs dettes par anticipation, privant cette organisation de justifications à son action comme de revenus, vient justement de ce que le FMI n’a plus véritablement de fonction depuis la crise de 1997-1999. Cet échec a ouvert la porte à d’autres institutions, comme celles mises en avant par la Chine et la Russie dans le cadre des BRICS. Elle traduit cependant, elle aussi, la perte d’hégémonie des Etats-Unis.

Cette perte d’hégémonie, elle n’est nulle part aussi évidente qu’au Moyen-Orient où les Etats-Unis ont été dans l’incapacité de s’opposer à la diplomatie russe, que ce soit en Syrie ou que ce soit dans le retour de l’influence russe en Egypte. L’hégémonie américaine est en train de se disloquer. Non que les Etats-Unis ne soient toujours une puissance considérable, tant sur le plan économique que sur le plan militaire. De cela, les dirigeants russes et chinois en sont bien conscients. Mais, l’hégémonie consiste à être en mesure d’imposer ses vues sans user de la force. Et, de cela, les Etats-Unis n’en sont plus capables. Une diplomatie intelligente, à Washington, aurait pris la mesure de ce changement, et aurait négocié avec les puissances ré-émergentes (comme la Russie) ou régionales (comme l’Iran et la Turquie) au lieu de s’opposer frontalement. Mais, c’est aussi un signe indubitable du déclin d’une Nation quand ses dirigeants ne sont plus capables de prendre la mesure des choses et veulent à tout prix forcer le destin. Cela donne lieu à des gestes mesquins, comme on le voit dans les dernières mesures de l’administration Obama envers la Russie.

 

L’impact de la crise de 1997-1999

La crise idéologique et comportementale des Etats-Unis est donc profonde. Elle trouve l’une de ses origines dans la crise de 1997 à 1999, cette crise qui a pris naissance en Asie, s’est continuée en Russie et s’est achevé sur le territoire américain avec la crise brésilienne, a aussi fait rupture. Il en fut ainsi, en particulier, en raison de son impact paradoxal sur la Russie. L’effet immédiat du krach d’août 1998 avait semblé dévastateur[6]. Le pays avait été contraint à faire défaut sur sa dette et son système bancaire était en miettes. Pourtant, loin de signifier la fin de la Russie, cette crise a été le signal d’un renouveau du pays. S’écartant progressivement des thèses néolibérales qui avaient dominé les années 1990, la Russie s’est reconstruite autour d’un projet national et industrialiste. La croissance économique qui se fit sentir dès les premiers mois de 1999 a permis au pays d’effacer la dépression de la décennie précédente. La Russie, qui avait été humiliée et appauvrie, est progressivement redevenue une puissance avec laquelle il fallait compter. On peut ainsi dater de septembre 1998 et des premières mesures prises par le gouvernement Primakov le processus qui devait conduire au « retour de la Russie » que l’on constate depuis 2005-2006 et qui tend, depuis la crise financière de 2007-2009 à s’amplifier.

La stratégie américaine fut touchée au plus profond de ses fondements par les conséquences économiques, financières, politiques et idéologiques de la crise financière de 1997-1999 puis, justement, de celle de 2007-2009. La mise à nu des limites de la puissance des États-Unis et l’émergence (ou la réémergence) d’acteurs concurrents (Chine, puis Russie, mais aussi l’Inde) ont été la partie visible du choc induit par ces événements. La crise a aussi amené de nombreux pays à modifier leurs stratégies économiques, les conduisant à des politiques commerciales très agressives dont l’addition provoque aujourd’hui une fragilisation générale de l’économie mondiale.

La partie invisible a peut-être été encore plus importante. C’est le discours néolibéral qui s’est trouvé brutalement dévalorisé, dans les représentations populaires comme au sein des cercles responsables. On l’a vu avec le succès du référendum sur le BREXIT au mois de juin 2016. Si des notions telles que la politique économique nationale, la politique industrielle, la réglementation des flux financiers internationaux ou le protectionnisme sont redevenues légitimes, c’est dans une large mesure à cette crise et au débat qu’elle suscita qu’on le doit. La crise du système hypothécaire américain, qui s’est développée durant l’hiver 2006-2007 et qui s’est transformée progressivement en crise financière, n’est que la partie émergée de l’iceberg. Le problème structurel est bien plus profond, et son règlement sera bien plus douloureux, que ne le suggère la crise du subprime[7].

 

La réaction des Etats-Unis

Le pivotement de la politique américaine vers sa militarisation entre 1999 et l’invasion de l’Irak en 2003 en résulta directement. Le trouble politique et idéologique qui s’empare des États-Unis à la suite de la crise de 1998 est aggravé par la prise de conscience des progrès de la prolifération nucléaire[8], avec les essais pakistanais et indiens. Au-delà de leur signification strictement militaire, ces essais montrent que des pays pourtant considérés comme relativement proches par les États-Unis ne sont pas directement contrôlables et poursuivent des stratégies propres. La perception américaine du monde bascule alors brutalement. Elle passe du triomphalisme du début des années 1990 à un sentiment de peur diffus devant un monde extérieur perçu brutalement comme menaçant directement le sanctuaire nord-américain. Ce sentiment est bien exprimé dans le rapport remis le 15 juillet 1998 au Congrès par une équipe dirigée par Donald Rumsfeld. L’administration Clinton ne peut pas ne pas réagir et va s’engager dans une stratégie de remilitarisation de la politique américaine. Le basculement est ainsi antérieur à l’arrivée à la Maison-Blanche de George W. Bush.

Ce basculement a cependant favorisé l’accès au pouvoir de ceux que l’on appelle les « néoconservateurs » ou neocons. La nomination de Rumsfeld comme ministre de la Défense en témoigne, et l’on connaît son rôle dans les événements qui suivirent, en particulier sur le dossier irakien. La politique des neocons, construite sur une série de raccourcis idéologiques[9], allait à contresens de ce qu’aurait dû être le pouvoir d’une réelle hyperpuissance. Elle a abouti aux désastres politiques, diplomatiques, mais aussi militaires que l’on peut observer aujourd’hui en Irak et en Afghanistan. Ces désastres ont déjà produit leurs effets. Sans le tournant de la politique américaine et l’échec de ce dernier, il y avait peu de chances que les liens entre la Russie, la Chine et les pays d’Asie centrale se cristallisent dans l’Organisation de coopération et sécurité (OCS) de Shanghai, première organisation de sécurité internationale post-guerre froide.

 

Une globalisation mise en cause ?

Cet échec renvoie alors aux questions posées par la globalisation, et par sa mise en cause désormais de plus en plus évidente et de plus en plus partagée[10]. Le nombre de mesures protectionnistes prises dans divers pays a fortement augmenté depuis 2011. Les « grandes négociations » de l’OMC, comme le fameux « cycle de DOHA » sont en pannes, et ceci de manière très probablement définitives. Même des accords plus limités, qui reconnaissaient l’échec des grandes négociations, que ce soit le TAFTA ou le CETA sont aujourd’hui largement discrédités et, il faut le dire, fort mal en point. Il faut, pour comprendre ce qui est en jeu, du BREXIT au tournant « protectionniste » de la politique américaine qui s’annonce avec la présidence Trump, revenir sur le processus d’extension mondial du capitalisme.

Le capitalisme ne s’est pas développé en un jour sur l’ensemble du globe. Il a conquis progressivement une partie de l’Europe, puis, avant même de s’étendre à l’ensemble du continent, est parti, porté par le couple du cargo et du navire de guerre, s’ouvrir de nouveaux marchés. Le développement mondial du capitalisme, c’est l’histoire de vagues successives d’entrées dans le monde marchand et salarial et dans l’industrie. Alexandre Gerschenkron a montré de manière définitive comment ce processus par vagues induisait des rapports de forces spécifiques entre pays « premiers » et pays « seconds » et comment ces rapports de forces incitaient les « seconds » à adopter des formes du capitalisme différentes de celles des « premiers »[11].

C’est la réaction des États-nations, menacés pour certains dans leur puissance et pour d’autres dans leur existence même par les pays « premiers », qui a engendré le développement mondial du capitalisme. Il ne faut chercher ici nulle rationalité économique. Si les élites japonaises ou russes se décident pour d’ambitieuses réformes structurelles entre 1860 et 1880, ce n’est pas parce qu’elles sont convaincues de la nécessité théorique du capitalisme. C’est pour sauver leur peau, à travers la survie de l’État-nation qu’elles contrôlent.

demondialisation

La première mondialisation, celle qui va du milieu du xixe siècle (avec l’accord franco-britannique dit Cobden-Chevalier sous le second Empire) à la guerre de 1914-1918, a été portée essentiellement par des politiques publiques. Même dans le cas des États-Unis, que l’on perçoit à tort comme un produit du libéralisme, ce sont des politiques interventionnistes et protectionnistes mises en œuvre par l’État fédéral qui assurent le véritable démarrage de l’économie capitaliste américaine[12]. Dans le cas japonais ou russe, l’action de l’État est encore plus visible. Elle est en réalité décisive et vitale pour que puisse se faire la transition vers le capitalisme sans que ne périsse l’Etat.

La seconde mondialisation n’est pas en réalité très différente. Les décisions, en Chine, en Inde ou en Russie, de se risquer à de grandes transformations systémiques sont essentiellement d’ordre stratégique et politique. Le développement du capitalisme moderne est perçu comme un instrument dans la marche à la puissance (ou vers son retour) et non comme un objectif en soi. C’est bien pour cela que les règles imposées à cette seconde mondialisation par les États-Unis ne sont acceptables que tant qu’elles n’entrent pas en contradiction avec cet objectif. La fétichisation des règles libérales témoigne d’une erreur de perspective. Elles n’ont été acceptées que dans la mesure où elles permettaient cette croissance rapide recherchée pour des raisons avant tout politiques et tant qu’elles ne conduisaient pas à l’affaiblissement de l’État. Que ces règles deviennent contradictoires avec les objectifs finaux, et elles deviennent immédiatement contestables. C’est ce à quoi nous assistons depuis la crise financière de 1997-1999, qui a sonné le glas de l’heure américaine dans la naissance du xxie siècle.

 

Les oubliés de la globalisation

Certaines régions du monde ont été marginalisées parce que les États n’ont pu se dégager du rapport de forces initial pour développer une stratégie souveraine de développement. Ces États ont été confrontés à des pressions de plus en plus brutales et certains ont éclaté, donnant naissance au concept américain de failed state. Ces régions où l’absence d’Etat, ou le développement insuffisant de ce dernier ont compromis le développement économique et social, et empêche la création de services publics dignes de ce nom capables d’assurer à la population des conditions de vie décente, sont largement, mais pas uniquement, situées en Afrique. Elles montrent, à l’évidence, que l’absence ou le mal-développement de l’Etat est l’un des principaux obstacles au développement. Elles sont, à l’échelle mondiale, l’équivalent des perdants du processus que l’on retrouve aussi au sein de chaque pays qui a réussi à développer une stratégie souveraine, car, sans souveraineté, il ne peut y avoir d’Etat. Ces régions sont aussi celles ou se développent des conflits armés, que ce soit des conflits à basse intensité, des guérilla, ou qu’il s’agisse de guerres conventionnelles. Elles constituent aujourd’hui un nouvel arc de crises, qui va de l’Afrique de l’Ouest et de la bande sahélienne jusqu’aux contreforts de l’Afghanistan et du Pakistan.

Le capitalisme est certainement un formidable moteur du développement de la production et des moyens de produire, mais tout aussi certainement il n’est pas un mécanisme altruiste ou même un mécanisme « gagnant-gagnant ». Il conduit à une reconfiguration permanente des rapports de forces, mais pas à leur régulation ou à leur maîtrise. Ainsi la Grande-Bretagne a vu son heure passer et avec son déclin s’est clôturé le xixe siècle au sens politique du terme. Les États-Unis sont aujourd’hui confrontés au début d’un processus identique, et il marque l’entrée dans le véritable xxie siècle.

 

Pourquoi le « siècle américain » a-t-il avorté ?

La question que l’on peut dès lors légitimement se poser est donc de savoir pourquoi et comment ce xxie siècle « américain », dont l’avènement semblait à beaucoup une évidence au début des années 1990, a avorté entre 1998 et 2007. Il est aujourd’hui possible d’établir que nous avons été en présence d’un faux départ. Mais ce simple fait redistribue le jeu et change les relations entre les joueurs. Le retour de la Russie, initié en réalité par la réaction de ce pays à la crise financière de 1998 et sensible depuis 2004, devient alors un fait dont il faut tenir compte et sur lequel de nouvelles stratégies, de par le monde, vont pouvoir s’appuyer. L’affaiblissement de la puissance américaine n’est pas seulement le résultat de ses errements politico-militaires. Ses valeurs, car il ne saurait y avoir d’empire sans idéologie impériale, sont aujourd’hui directement contestées.

Pour avoir pendant plusieurs décennies instrumentalisé des valeurs universelles, ce que l’on appellera pour faire court les « droits de l’homme », l’hyperpuissance américaine est en train de les entraîner dans son déclin. Il n’y a rien de plus destructeur pour des notions comme démocratie, liberté ou droits de l’individu que de vouloir les imposer à la bombe à fragmentation et au napalm. On ne convainc pas une population du principe de l’égalité des femmes et des hommes par la torture, les emprisonnements arbitraires et les exécutions sommaires. On peut le regretter, mais une partie du discours à vocation universaliste porté par la pensée née des Lumières est aujourd’hui en crise. Son rejet dans des régions toujours plus nombreuses du globe n’est pas un simple phénomène de réaction culturelle ou de résistance des dictatures. Ce discours est aujourd’hui, en bonne partie, discrédité et invalidé. On le doit avant tout à son instrumentalisation à des fins politiciennes et impériales, ce que les dirigeants russes appellent, non sans raisons, la stratégie du « double discours » ou « double standard ». La question du Kosovo, en 1999, fut emblématique de cela. Mais on le doit aussi, et il faut avoir le courage de s’en rendre compte, aux limites propres de ce discours, qui ont été révélées et activées dans le processus d’instrumentalisation. Il sera de plus en plus difficile de défendre les « droits de l’homme » sous la forme qui leur avait été donnée ces trente dernières années. Nous devrons soit en faire notre deuil, soit, si nous tenons réellement à défendre des principes universalistes, en repenser les fondements.

 

Vous pouvez donc écouter cette émission de 52 minutes consacré au nouvel état du monde à l’adresse suivant :

https://www.franceculture.fr/emissions/culturesmonde/2017-vers-un-nouvel-ordre-mondial-14-vers-une-sortie-du-modele-liberal

 

Notes

 

[1] Sapir J., Le Nouveau XXIè Siècle, Paris, Le Seuil, 2009.

[2] Ces camps avaient pour but de « reconcentrer » la population afrikaner civile, c’est-à-dire de la parquer afin de mieux la contrôler et de l’empêcher de soutenir la guérilla des combattants Boers. Cette pratique est la première occurrence du tragique couple « transport ferroviaire – enfermement de masse », même s’il est clair que la volonté n’est pas de tuer mais de produire du contrôle politique. La mortalité dans ces camps, compte tenu des conditions de surpopulation et d’hygiène, fut néanmoins importante, même si elle n’était pas intentionnelle.

[3].Voir Jacques Sapir, Feu le système soviétique ?, Paris, La Découverte, 1992.

[4].Ce terme vient d’Hubert Védrine, qui fut ministre des Affaires étrangères de 1997 à 2002. Voir H. Védrine, Les Cartes de la France à l’heure de la mondialisation, Paris, Fayard, 2000.

[5] Robert A. Dahl, « The concept of power », Behavioral Science, vol. 2, n° 3, 1957, p. 201-215.

[6] Jacques Sapir, Le Krach russe, Paris, La Découverte, 1998.

[7] On appelle subprime les prêts hypothécaires consentis à des emprunteurs dont le ratio dette/revenu dépasse les 55 % ou dont le ratio montant du prêt/valeur du bien excède 85 %. Le taux de défaut sur ces prêts, qui normalement ne doit pas dépasser 1 %, excède aujourd’hui 13 % et devrait continuer de monter durant 2008.

[8] Cette dernière n’est pas nouvelle. Israël et l’Afrique du Sud furent déjà des proliférateurs clandestins dans les années 1970 et 1980, même si l’Afrique du Sud s’est par la suite dénucléarisée.

[9] Francis Fukuyama en donne une bonne analyse dans F. Fukuyama, After the Neocons. America at the Crossroads, New Haven, Conn., Yale University Press, 2006 ; trad. fr. de Denis-Armand Canal, D’où viennent les néoconservateurs ?, Paris, Grasset, 2006.

[10] Sapir J., La Démondialisation, Paris, Le Seuil, 2011.

[11] Alexandre Gerschenkron, Economic Backwardness in Historical Perspective, Cambridge, Mass., Harvard University Press, 1962.

[12] Par exemple, les tarifs douaniers fortement protectionnistes McKinley, où la décision dans les années 1880 de lancer un ambitieux programme de construction navale afin de fournir un débouché à l’industrie lourde. Sur ce point, voir Norman Friedman, U.S. Cruisers. An Illustrated Design History, Londres, Arms and Armour, 1985.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *