Paul Krugman et l’Euro

Paul Krugman vient de publier une courte note où il explique (en substance) que si l’Europe à « des problèmes » ces derniers ne sont pas liés à l’existence de l’Euro[1], et donc ne sauraient être résolus par les programmes des candidats (Mme Marine le Pen et M. Jean-Luc Mélenchon), qui mettent en cause l’existence de la monnaie unique.

Pour étayer ses dires, il compare la courbe du coût salarial réel de la France à celle de la moyenne de la zone Euro, et le trouve similaire. Il en « déduit » que l’euro n’est pas coupable (tout comme il avait déduit, dans le temps, que « La mondialisation n’est pas coupable »).

Graphique 1

L’évolution des coûts unitaires salariaux selon Krugman

 

Le seul problème, c’est que l’euro exacerbe les divergences au sein de la zone euro et que cela n’a aucun sens de prendre une donnée moyenne. Il convient de prendre des données par pays, et pas seulement la France. J’ai donc refait les calculs, et comparé les résultats. On voit (graphique 2), que la France, l’Italie et la Finlande ont des coûts salariaux unitaires nettement plus élevés que ceux de l’Allemagne, de l’Autriche, mais aussi des deux pays du sud de l’Europe qui ont le plus souffert des politiques d’austérité (que dénonce d’ailleurs à juste titre Paul Krugman, l’Espagne et la Grèce).

Graphique 2

Estimations des coûts unitaires salariaux (source OCDE)

Or, et le FMI l’a démontré de manière très claire dans un document publié l’été dernier, l’Euro abouti à sous-évaluer les coûts en Allemagne et à les surévaluer pour des pays comme la France et l’Italie[2]. J’ai donc repris les calculs faits à partir des données de l’OCDE, mais en supposant que l’Allemagne, la France, l’Italie et l’Espagne avaient conservé leurs monnaies, et que ces dernières s’étaient appréciées ou dépréciées régulièrement depuis 2000 pour atteindre le niveau d’écart de parité indiqué dans le document du FMI. On peut en voir les résultats dans le graphique 3.

Graphique 3

On constate que le coût unitaire du travail s’apprécie massivement et instantanément en Allemagne, pour aboutir à un écart de +12% avec la France et l’Italie (et non de -7% comme c’est le cas du fait de l’Euro) et de +22% pour l’Espagne. Autrement dit, c’est bien l’euro qui, du fait de sa sous-évaluation des coûts salariaux unitaires en Allemagne et de leur surévaluation dans les autres pays, engendrent à la fois l’extraordinaire excédent commercial de l’Allemagne (+8% du PIB) mais engendre aussi le phénomène de destruction des emplois industriels que nous avons connus en France, en Italie et en Espagne.

 

Que Monsieur Paul Krugman veuille porter tel ou tel jugement sur la vie politique en France est parfaitement son droit. Mais qu’il ne falsifie pas les données statistiques pour ce faire.

[1] https://krugman.blogs.nytimes.com/2017/04/11/europe-has-problems-but-le-pen-is-not-the-answer/?_r=0

[2] IMF, 2016 External Sector Report—Individual Economy Assessments, International Monetary Fund, Washington, D.C., 27 juillet 2016.


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *