Le 1er tour dans la presse

J’ai accordé, ces derniers jours, diverses interviews dans des médias internationaux, sur la situation en France après le 1er tour de l’élection présidentielle. On pourra ainsi trouver :

Par ailleurs, j’ai répondu à un élève journaliste, M. Thibault Marotte et je publie les réponses que j’ai données car, portant sur l’Euro qui est devenu (enfin) un sujet de campagne, elles peuvent intéresser mes lecteurs.

 

Réponses adressées à M. Thibault Marotte

 

  • La sortie de l’euro et le retour au franc entrainerait-elle une baisse du pouvoir d’achat des Français ou bien justement une augmentation ?

 

Rappelons que la sortie de l’Euro, et le redénomination de la monnaie est « neutre » du point de vue du pouvoir d’achat. Tous les revenus sont convertis de l’Euro vers le Franc, toutes les dépenses aussi. De la même manière, tous les actifs du patrimoine d’un ménage et toutes ses dettes sont aussi convertis. Ce qui changerait ne serait pas la sortie de l’euro mais la dépréciation du Franc par rapport au « nouveau » Deutsch Mark et – dans une moindre mesure – au Dollar. Cela signifie que certains produits importés augmenteraient, et environ 40% des dépenses des ménages sont des importations (de manière directe ou indirecte). Mais, il est aussi évident que le Franc se réapprécierait par rapport à d’autres monnaies (comme la Lire ou la Pesetas). Et donc, que sur les importations en provenance de ces produits il y aurait en réalité des baisses de prix. Ceci donne une image pour chaque individu. Mais, si l’on raisonne en terme de pouvoir d’achat global, pour l’ensemble de la population, le retour à l’emploi de 1,5 à 2,5 millions de personnes que l’on peut raisonnablement attendre pour les trois années qui suivraient une sortie de l’Euro signifierait que ces personnes ne percevraient plus des allocations chômages mais des salaires, d’un montant supérieur.

La réponse à votre question dépend donc de l’horizon temporel que l’on adopte. Immédiatement, il n’y aurait aucun impact ; à 6 mois, sans doute – mais cela dépend largement de la structure de la consommation de chaque ménage – une perte de 3% environ (certains ménage, qui consomment des biens « hauts de gamme » subiraient une perte de 6 à 7%, les autres une perte bien plus faible, et même probablement nulle). A 3 ans, la hausse du revenu serait évidente, d’environ 3% à 6% mais, ici encore, très différenciée suivant les ménages. Les anciens chômeurs pourraient enregistrer des gains de 15% à 25%. Les salariés dont les salaires sont inférieurs à 1,5 fois le SMIC (soit une large partie des salariés), parce que les pressions à la baisse des salaires diminueraient, devraient aussi enregistrer des hausses notables de leurs revenus.

Ce qu’il faut savoir c’est qu’un changement, comme celui que provoquerait une dissolution de l’Euro, aurait un puissant effet sur la répartition et pas seulement sur les niveaux des revenus. Il favoriserait de manière très évidente les revenus les plus faibles, et contribuerait de beaucoup à a baisse des inégalités. C’est d’ailleurs ce que l’on a vu de 1950 à 1970 quand la France a dévalué sa monnaie à plusieurs reprises. Nous avons eu une forte croissance et une forte baisse des inégalités.

 

  • Quelles devraient être les conditions pour une sortie de l’euro ?

 

La sortie de l’Euro devrait être rapide. Rien ne serait plus dommageable pour l’économie française qu’une période d’incertitude de plusieurs semaines. Je l’ai dit et écrit à plusieurs reprises. C’est pourquoi la stratégie de Mme Marine le Pen ou de Jean-Luc Mélenchon est sur ce point fautive. On ne pourra pas attendre plusieurs semaines ou plusieurs mois. Soit nos partenaires acceptent après un court délai de réflexion nos proposition (et ce délai ne devrait pas excéder quelques jours) soit il faudra agir.

Mais, la sortie de l’Euro ne se limite pas à la décision de changer le nom de la monnaie et de recouvrer la souveraineté monétaire. Elle devrait aussi s’accompagner de la reprise en main de la Banque de France, ne serait-ce qu’à titre temporaire suspendant son indépendance, et de mesures conservatoires prises par le gouvernement. Enfin, il est souhaitable, mais non nécessaire, que cette sortie se fasse dans un cadre négocié avec nos partenaires de l’Union Economique et Monétaire, sous la forme d’une dissolution concertée de l’Euro. Cette solution serait incontestablement la plus rationnelle, surtout quand on connaît les problèmes posés par l’Euro aux économies italiennes, espagnoles, grecques, et portugaises. Mais, les conflits politiques, l’animosité de l’Allemagne qui se verrait privée de son principal avantage compétitif, font que cette solution de bon sens a très peu de chances d’être retenues. La dissolution de l’Euro, car si la France sort de l’Euro, l’Italie sera dans l’obligation de la suivre rapidement, et si l’Italie sort après la France, l’Espagne, le Portugal et la Grèce suivront, se fera très probablement de manière désordonnée. C’est ce qui impose les mesures conservatoires, les mesures de protection, que j’ai évoquées plus haut. La dissolution concertée serait le meilleur moyen de mettre fine à l’Euro mais ce dernier point n’est pas impératif.

 

  • Quels seraient les avantages de la sortie de l’euro ? 

 

Les avantages sont le direct reflet des inconvénients de l’Euro. Tout d’abord, en permettant une correction des parités entre les monnaies de 20% par rapport à l’Allemagne, et d’environ 5 à 7% par rapport au Dollar, la sortie de l’Euro redonnerait toute sa compétitivité aux entreprises françaises, que ce soit sur les marchés d’exportation ou sur le marché intérieur. Les mouvements de parités que j’indiquent ne sont pas imaginaires mais correspondent à une étude du Fond Monétaire International[1]. Ce « choc de compétitivité » positif entrainerait une amélioration sensible de la trésorerie des entreprises, et de leurs carnets de commandes. Puis, les entreprises produisant plus, et pour cela investissant et accroissant leur personnel, la baisse du nombre de chômeurs que l’on peut estimer dans l’immédiat au minimum à 1,5 millions, rétablirait rapidement l’équilibre des comptes sociaux. Il deviendrait alors possible de diminuer les cotisations sociales, que ce soit celles payées par les salariés ou par les employeurs. Cela rendrait du pouvoir d’achat aux salariés, sans pénaliser les entreprises, et provoquerait un effet positif, que l’on appelle « effet de second tour » pour le distinguer de l’effet direct engendré immédiatement par la dépréciation du Franc. Cet effet de second tour pourrait conduire à l’embauche de 500 000 à 1 million de travailleurs supplémentaires, ce qui produirait à son tour un effet très positif conduisant à alimenter cet effet de « deuxième tour ».

On le voit, il ne faut pas s’en tenir aux seuls effets immédiats et apprécier l’impact d’une sortie de l’Euro sur 3 à 5 ans.

 

  • Quels seraient les inconvénients ?

 

Le premier inconvénient serait d’accroître la vulnérabilité de la France à la spéculation internationale. C’est pourquoi des formes de contrôle des capitaux s’imposeraient pour stabiliser les évolutions et réduire le plus possible l’espace de cette spéculation.

Le deuxième inconvénient serait, incontestablement, la hausse des taux d’intérêts, par comparaison à l’Allemagne. Mais, si on introduit des contrôles de capitaux, alors la Banque de France retrouve sa capacité à déterminer, directement ou indirectement, le taux d’intérêts. Dès lors, on pourrait avoir des taux d’intérêts égaux ou inférieurs à ceux de l’Allemagne.

Le troisième inconvénient, mais il n’est pas sûr qu’il soit un inconvénient, serait de séparer l’espace financier français de la finance mondialisée. Ce ne serait pas une séparation totale, car les entreprises françaises pourraient toujours faire des investissements à long terme dans les pays étrangers, ou recevoir de ces pays des investissements de long terme. Mais, l’espace financier français serait coupé de la finance internationale à court et très court terme. Comme ces mouvements de capitaux sont essentiellement spéculatifs, et n’ont pas d’effet positif sur l’investissement alors qu’ils sont un élément de transmission des crises financières, il est loin d’être prouvé que ceci serait un « inconvénient », bien au contraire[2].

 

  • La dette française serait-elle alors convertie en francs ? Comment cela se passerait ?

 

Rappelons ici que l’expression « dette française » recouvre en fait la dette publique (ou dette de l’Etat), la dette des entreprises non-financières, la dette des ménages et la dette des entreprises financières.

La dette publique est détenue à hauteur de 60% de son encours négociable (et non de son encours total) par des acteurs « non-résident ». Mais, en vertu du Règlement (CE) nº 1103/97 du Conseil Européen du 17 juin 1997[3], nous avons la certitude que ce que l’on appelle la « lex monetae » ou « loi monétaire » (principe de droit international) s’appliquera, c’est à dire que la totalité de l’encours émis dans le droit français (97% de l’encours) sera converti en francs.

Pour les autres dettes, ce qui a été émis en droit français, auprès de banques françaises ou de banques étrangères travaillant en France, suivra et se verra aussi appliquer la « lex monetae ».

Pour la dette des entreprises non-financières et financières émise dans des droits étrangers (dette émise depuis Londres, Wall-Street ou toute autre place financière) les montants émis en devises autre que l’Euro seront conservés. Une étude importante, mise en ligne par l’OFCE, permet de voir que la sortie de l’Euro aurait des conséquences positives, voire très positives, sur les entreprises françaises[4].

 

  • Pourquoi pensez-vous que Marine Le Pen tient tant à cette mesure alors qu’elle est très décriée ?

 

Posez cette question à Mme Marine le Pen, car je n’ai pas autorité ou vocation à parler pour elle ni pour son mouvement.

Pour ma part, je pense qu’il est impossible de mettre en œuvre une autre politique économique en restant dans le cadre de l’Euro. Tous ceux qui prétendent mettre en œuvre une « autre politique » en restant dans le cadre de l’Euro mentent effrontément. Si nous voulons réellement changer de politique économique (et de politique financière) nous n’avons pas d’autre choix que de sortir de l’Euro.

 

  • Quelle est désormais votre position sur la question ?

 

J’ai répondu plus haut à votre question. La sortie de l’Euro est nécessaire, mais certes pas suffisante, à une transformation profonde de l’économie française pour mettre fin au chômage de masse et pour retrouver une forte croissance. Ainsi, sur les 4,5 millions de chômeurs que la France compte réellement, nombre auquel il convient d’ajouter environ 1,8 millions de personnes contraintes d’accepter des temps partiels non souhaités ou dont les emplois ne sont possibles que grâce à des subventions de l’Etat, c’est à dire sur un total réel de 6,3 millions de demandeurs d’emplois, comme on peut le voir sur le graphique suivant, les calculs montrent que la sortie de l’Euro se traduirait par un retour à l’emploi de 2 à 2,5 millions de personnes.

Graphique 1

 

Source : chiffres de la DARES

C’est important, c’est nécessaire, c’est même vital pour ces personnes, mais ce n’est pas suffisant. Il faudra donc aussi consentir un effort important dans le domaine de la formation professionnelle pour que la croissance que la France retrouverait une fois libérée du carcan de l’Euro donne toutes ses promesses pour l’emploi et ramène notre pays vers le plein-emploi.

 

[1] IMF, 2016 EXTERNAL SECTOR REPORT, International Monetary Fund, juillet 2016, Washington DC, téléchargeable à : http://www.imf.org/external/pp/ppindex.aspx

[2] Stiglitz J., RISK AND GLOBAL ECONOMIC ARCHITECTURE: WHY FULL FINANCIAL INTEGRATION MAY BE UNDESIRABLE, Working Paper 15718, NATIONAL BUREAU OF ECONOMIC RESEARCH, Cambridge (Mass.), 2010, http://www.nber.org/papers/w15718 Voir aussi Rodrik D. et Subramanian A., « Why did Financial Globalization Disappoint ? », in IMF Staff Papers, April 2009, Volume 56, Issue 1, pp 112–138.

[3] http://eur-lex.europa.eu/legal-content/FR/TXT/?uri=celex:31997R1103 Ce règlement dit, dans son point 8 « la reconnaissance de la loi monétaire d’un État est un principe universellement reconnu ».

[4] http://www.ofce.sciences-po.fr/blog/balance-sheets-effects-of-a-euro-break-up/


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s’est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *