L’éducation en débat

Notre nouveau Président, M. Emmanuel Macron, a affirmé à de nombreuses reprises que la question de l’éducation serait au centre de ses priorités. C’est la raison pour laquelle, dans le cadre des Chroniques de Jacques Sapir qui sont diffusées sur Radio-Sputnik, un débat a été organisé entre Natacha Polony et François Durpaire. Ce débat a été vif, mais cordial. Pour tous ceux qui s’intéressent aux questions d’éducation c’est un débat important, que l’on peut visionner ici[1].

La nomination de M. Blanquer comme Ministre de l’éducation nationale interroge et inquiète. Certes, M. Blaquer a décidé d’offrir Fables de la Fontaine à tous les CM2. Il a aussi annoncé que les portables des élèves seraient rangés dans un casier à l’entrée des classes. Mais, la politique éducative du nouveau ministre va au-delà de ces anecdotes.

Cette politique interroge tout d’abord car M. Blanquer, s’il connaît fort bien les rouages de l’administration de l’Education nationale, a servi des maîtres différents, et en particulier Luc Chatel, le désastreux ministre de Nicolas Sarkozy, avec beaucoup de zèle. En même temps, M. Blanquer affirme vouloir réintroduire l’enseignement du latin et du grec, et vouloir reconstruire les classes bi-langues, saccagées ou supprimées par Mme Najat Valaud-Belkacem. Certains voient en lui l’homme du retour aux méthodes du passé, mais d’autres s’interrogent.

Cette politique interroge notamment parce que M. Blanquer semble tout acquis à l’idée de l’autonomie des établissements. Or, cette question est aujourd’hui centrale pour l’éducation secondaire. On dira que les collèges et les lycées doivent pouvoir s’adapter à la réalité des populations qu’ils desservent. S’il y a toujours un peu de vrai dans cette affirmation, il convient ici de rappeler que l’idée générale de l’éducation, laïque et obligatoire, est de prendre des élèves différents et de les amener, tous si possible, au même niveau, et non de les laisser à leur niveau d’origine. Or, cette tache implique une forme de centralisation de l’administration.

En fait, derrière cette idée de l’autonomie des établissements, on voit se profiler des problèmes importants concernant tant le recrutement que les programmes.

Pour discuter de l’ensemble de ces problèmes, j’ai donc reçu Natacha Polony, journaliste et essayiste, spécialiste des questions de société et d’éducation  et François Durpaire, maître de conférences à l’université Cergy-Pontoise. Il est historien et écrivain spécialisé dans les questions d’éducation, de citoyenneté et de diversité culturelle aux États-Unis et en France. Le débat fut trop court (le format de l’émission est de 26 minutes). Mes deux intervenant et moi-même sommes d’accord pour le reprendre au début du mois de septembre !

[1] https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201706231031960719-revolution-conservatrice-education-nationale/


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *