Diplomatie, terrorisme et islamisme politique

Comme tous les ans, à la fin du mois d’août, le Président de la République a fait un important discours de politique étrangère devant les ambassadeurs de France réunis pour cette occasion. C’est le moment ou le Président de la République réaffirme les positions de la France, et fixe le cap pour la diplomatie française. Le discours d’Emmanuel Macron a été important. On invite à ce sujet les lecteurs à se reporter à l’émission des Chroniques de Jacques Sapir sur Sputnik-France qui y fut consacré, pour entendre le débat entre Caroline Galactéros et l’ambassadeur Claude Blanchemaison sur ce point[1].

Ce discours a marqué une certaine rupture avec la ligne qui était celle de son prédécesseur, François Hollande. Il a notamment affirmé que le « terrorisme » était le problème numéro un de la France. Emmanuel Macron a donc pris acte que la France était confrontée depuis 2015 à une vague d’attentats islamistes. Il a souligné que l’éradication du terrorisme passait par l’assèchement de son financement et appelé à une conférence de mobilisation sur ce sujet qui devrait être organisée début 2018 à Paris.

L’inflexion est ici notable. Mais elle reste insuffisante. Si ce discours présente des points intéressants, il reste sur un certain nombre de terrains englué dans une « pensée molle » qui ne fait pas bon ménage avec les impératifs de la diplomatie. Ceci nous invite à regarder avec attention la première partie du discours d’Emmanuel Macron.

 

Le dilemme : « sécurité des Français » / intérêts de la Nation

Emmanuel Macron définit ainsi ce que doit être l’objectif de la diplomatie : « La sécurité des Français est en effet la raison d’être de notre diplomatie. Nos concitoyens attendent bien entendu de l’Etat qu’il garantisse leur sécurité. Cette sécurité, c’est celle de leur famille, de leurs proches, mais c’est aussi – nous le voyons à l’émotion et aux élans de solidarité qui se manifestent lorsque survient un attentat encore ces dernières semaines en Espagne, dans plusieurs endroits en Europe et en Afrique – cette émotion de nos sociétés tout entières. »

Ceci dit le lien entre l’interne et l’externe. Il est bon que le Président de la République l’ait rappelé. Mais, en disant cela, il oublie l’essentiel. La diplomatie ne peut être que la défense de la sécurité des Français. Le but de la diplomatie reste de défendre les intérêts supérieurs de la Nation. Et, cette défense des intérêts peut, sous certaines conditions, conduire à mettre la sécurité des français en question. De fait, quand le gouvernement français a considéré qu’il en allait de ces « intérêts supérieurs » dans la question du Mali, et a décidé d’intervenir dans la région, il a mis, directement pu indirectement, la sécurité des Français en cause. Quel que soit le jugement porté sur l’appréciation de ces « intérêts supérieur », les réduire à la seule sécurité des Français est faux. La diplomatie ne se réduit pas au seul objectif de « sécurité » immédiate. Elle implique de penser ce que sera le futur de la Nation, à 15 ou 25 ans au moins, et à penser son contexte, tant international que national. La réduction de la diplomatie à la seule « sécurité », sans préciser l’horizon à laquelle elle se détermine, est une erreur et une erreur grave d’Emmanuel Macron.

Elle renvoie à l’incapacité, déjà remarquée, d’Emmanuel Macron à penser le temps long. Or, la politique étrangère ne peut être l’otage de l’instant même si – et on le comprend très bien – elle se doit d’être réactive par rapport à certains événements. La diplomatie s’apparente ainsi aux Echecs ou au jeu de Gô. Elle implique, aussi, de définir avec une certaine précision ce que sont les « intérêts supérieurs » de la Nation. De ce point de vue, la définition qui a été esquissée dans ce discours est bien faible ; que l’on en juge : « Chez certains, la réponse passe par le repli, la fermeture, le renoncement à l’Histoire, une forme de retrait derrière des frontières qu’on espère hermétiques. Pour ma part, j’ai choisi la voie d’une France reprenant son rang parmi les Nations en Europe, répondant aux défis du monde actuel et faisant entendre clairement son point de vue ».

Réduire le débat sur la politique étrangère à l’opposition entre repli et ouverture est au mieux une stupidité, au pire un mensonge. Et, si l’on peut s’accorder sur le fait «d’une France reprenant son rang parmi les Nations en Europe » il faut alors constater que cela impose d’autant plus que la France définissent ses intérêts supérieurs, en particulier face à l’Allemagne.

Le discours d’Emmanuel Macron n’est donc pas dépourvu d’une profonde incohérence quant à ce qui fonde la diplomatie de la France.

 

Terrorisme ou islamisme politique ?

Cette erreur se combine alors avec une autre. Ici encore, il convient de bien lire le discours du Président de la République. Nombreux sont ceux qui ont relevé, pour s’en réjouir, le fait que la Président avait mentionné le « terrorisme islamiste ». Nous avions nous même, à l’occasion des attentats en Grande-Bretagne, souligné que le Président de la République, dans son message de solidarité, avait évité certains mots[2]. Mais, a-t-il usé de bons mots dans le discours à la conférence des ambassadeurs ? Ici encore, il faut aller au verbatim : « Assurer la sécurité de nos concitoyens fait de la lutte contre le terrorisme islamiste la première priorité de notre politique étrangère. Oui, je parle bien d’un terrorisme islamiste et j’assume parfaitement l’emploi de cet adjectif. Car rien ne serait plus absurde que de nier le lien entre les actes terroristes que nous vivons et une lecture à la fois fondamentaliste et politique d’un certain islam.

L’angélisme n’est pas de mise à cet égard, pas davantage que ne l’est une peur de l’islam qui confond islamiste et islamique, et tend à embarquer dans le soupçon général les millions de musulmans qui vivent en Europe et n’ont aucun rapport avec ces doctrines fanatiques. Et je n’oublie pas ici les musulmans qui se dressent parfois au péril de leur vie contre cet obscurantisme assassin. (…). Oui, Daesh est notre ennemi. Le retour de la paix et la stabilisation de l’Irak puis de la Syrie sont à cet égard une priorité vitale pour la France. C’est pourquoi nous devons contribuer à enclencher en Irak à certains égards, comme en Syrie surtout, une transition politique inclusive où les populations seront justement représentées et nous investir dans la reconstruction de ces deux pays ».

La question du « terrorisme islamiste » est importante, car elle définit une certaine position, que ce soit en politique étrangère ou en politique intérieure. Or, le terme de « terrorisme islamiste » est porteur d’une confusion importante. Il décrit non pas un ennemi mais une méthode. Le véritable ennemi est en réalité l’islamisme politique. Ce dernier peut utiliser, dans certains cas, des méthodes terroristes. Mais, c’est pour faire avancer ses objectifs politiques. Il ne se réduit donc pas aux méthodes, et quand il avance de manière « pacifique » ou du moins non-terroriste, il n’en est pas moins dangereux.

Ici aussi, nous sommes confrontés à une incohérence dans le discours d’Emmanuel Macron. Cette incohérence tire son origine de ce que le Président n’a pas réfléchi suffisamment à ce que signifiait l’islamisme politique.

 

Identifier l’ennemi

L’islamisme politique, et de point de vue Emmanuel Macro a raison quand il dit que l’on peut être musulman sans être islamiste, se caractérise tout d’abord par une confusion consciente entre valeurs individuelles et principes politiques. C’est un trait général de tous les fondamentalismes religieux. Nous avons tous des valeurs individuelles. Nous comprenons, et c’est ce qui nous différencie des fanatiques, que ces valeurs sont distinctes des principes qui règlent la communauté politique. Ces principes doivent pouvoir être compatibles avec un grand nombre de valeurs individuelles, mais cette distinction valeurs/principes est essentielle, et recoupe la distinction entre sphère privée/sphère publique. Cette distinction doit aboutir, logiquement, au rejet de toute théologie politique[3]. Or, l’islamisme refuse cette distinction et entend que les valeurs qu’il défend deviennent des principes. En cela, l’islamisme développe une forme de théologie politique et il est en conflit direct et irréductible avec la conception des croyances religieuses comme relevant de la vie privée. Cette conception est en fait assez ancienne en Europe, et recoupe en partie la distinction romaine entre religio et superstitio[4].

De ce point de vue, l’islamisme politique mène une guerre sans merci contre non seulement la séparation entre sphère privée/sphère publique mais aussi contre la liberté de conscience qui en découle. Cette guerre peut prendre des formes que l’on qualifie de « terroristes ». Mais, ce dit « terrorisme » est insuffisant pour qualifier l’islamisme politique. D’ailleurs, le qualificatif de « terroriste » fut aussi appliqué aux révolutionnaires russes (« populistes »)[5], et pourtant, leur usage de la violence était à mille lieux de celui des tueurs de Charlie Hebdo, du Bataclan, de Nice, etc…Cet exemple est suffisant pour que l’on voit que l’usage de méthodes violentes ne saurait être déterminant dans l’identification d’un ennemi. De plus, l’islamisme politique peut aussi parfaitement s’accommoder de méthode de moindre violence. Il n’en reste pas moins aussi contradictoire avec la démocratie et le principe de société ouverte que dans son usage de méthodes ultra-violentes.

Ceci pose la question de la nébuleuse de l’islamisme politique, qui va des groupes armés aux groupements non armés, du salafisme aux « frères musulmans ». Or, si nous considérons que c’est bien l’islamisme politique, et non simplement des groupes « terroristes » qui nous a déclaré la guerre, il faut étendre celle-ci non seulement à DAESH et ses alliés, mais aussi aux groupes qui tendent à miner la démocratie de l’intérieur. De ce point de vue, la conférence sur le financement du « terrorisme » qu’appelle de ses vœux le Président de la République doit être étendue à l’ensemble de l’islamisme politique et à ses soutiens, ce qui implique de poser la question du rôle de l’Arabie Saoudite, du Qatar et d’autres pays ou organisations dans cette conférence, mais aussi des pratiques clientélistes qui sont aujourd’hui légion en France et qui contribuent que ce soit directement ou indirectement, au financement de l’islamisme politique.

 

Réductionnisme, clientélisme et lâcheté…

On le voit, la conception d’Emmanuel Macron est ici réductrice. Combattre une méthode n’a guère de sens ; c’est en réalité se tromper d’ennemi. On peut alors se demander si, dans son discours, il n’a pas voulu, une nouvelle fois, ne pas nommer directement l’ennemi. Car, les avertissements n’ont pas cessé. En nommant un ennemi imaginaire, Emmanuel Macron évite de le désigner précisément. Il détourne en réalité l’attention ? La culture du compromis, et de la compromission, mais aussi sa tolérance aux pratiques de clientélisme sont visiblement encore trop fortes. En maintenant les faux-semblants dans lesquels se complait la classe politique française, il n’a pas fait l’œuvre de salubrité publique que l’on était en droit d’attendre au vue de son discours.

Cela ne laisse pas augurer grand-chose de bon et de sain des multiples conférences auxquels il a appelé. Au-delà, ces incohérences ne font que souligner les défauts d’une analyse et d’une réflexion qui est inadaptée face aux dangers auxquels nous sommes aujourd’hui confrontés.

[1] https://fr.sputniknews.com/radio_sapir/201709041032913170-france-macron-politique-etrangere/

[2] Voir, « Londres de choc », note publiée sur Russeurope, le 4 juin 2017, https://russeurope.hypotheses.org/6070

[3] Bourdin B. et Sapir J., Souveraineté, Nation, Religion, Paris, le Cerf, 2017.

[4] Voir Sapir J. , Souveraineté, Démocratie, Laïcité, Paris, Michalon, 2016.

[5] Voir « Vera Figner, la révolution et l’action violente », note sur Russeurope, le 9 août 2017, https://russeurope.hypotheses.org/6205


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *