Monnaie et Finance dans la transition en Russie – Un dialogue Franco-Russe

Sous la direction de

Jacques SAPIR et de Victor V. IVANTER

Éditions l’Harmattan et Éditions de la Maison des Sciences de l’Homme

Paris, 1995

L’origine de ce livre remonte donc à une double prise de conscience, à la fin des années quatre-vingt. Les transformations qui, pour certaines se déroulaient déjà en URSS et pour d’autres s’annonçaient pour un avenir proche, avaient à l’évidence une importance considérable. Les répercussions possibles ne pouvaient laisser nul d’entre nous indifférent. La mutation de ce qui était encore le système soviétique s’annonçait comme un processus complexe, aux implications multiples, en ce qui concerne, tant le futur de notre continent européen, que la nature des relations économiques pour le siècle à venir. Si, incontestablement, l’URSS était à un tournant de son histoire, ce dernier avait une signification qui concernait les économistes bien au-delà des cercles, restreints, de ceux que l’on appelle des soviétologues.

Il était donc clair qu’une coopération entre chercheurs français et soviétiques était, pour diverses raisons, toutes aussi impératives, un enjeu scientifique majeur. Mais il y avait là plus qu’une simple curiosité scientifique, si légitime qu’elle fût. L’idée de constituer un groupe de travail commun, en dehors des diverses tentatives institutionnelles qui existèrent dans les années soixante-dix et quatre-vingt,  avec d’ailleurs un succès limité, renvoyait aussi à une vision plus historique de la reconstitution d’une communauté intellectuelle dans une Europe comprise dans son sens le plus large.

Il faut ici saluer la prescience de l’administrateur de la Maison des Sciences de l’Homme, en 1991, Clemens Heller, et celle de son successeur, Maurice Aymard, qui n’épargnèrent ni leurs efforts ni leur peine pour que se constitue ce groupe.

 

Cet ouvrage se présente ainsi en trois parties, où, à chaque fois, se répondent des contributions russes et françaises. La première est consacrée à la question de l’inflation et des prix. Ce thème a une double importance. Pendant longtemps, les situations de pénurie que l’on connaissait dans les économies de type soviétique ont été assimilées à des phénomènes d’inflation réprimée. Se déployait alors une interprétation purement quantitativiste de la monnaie et de l’inflation, dont les conséquences se faisaient directement sentir en ce qui concerne les prescriptions concernant la stabilisation de l’économie. En réalité, et c’est ce que les deux contributions tendent à démontrer, les phénomènes monétaires et inflationnistes ont été, et restent, d’une redoutable complexité qui exclut les monismes interprétatifs.

La seconde partie est consacrée essentiellement aux questions relatives aux systèmes financiers, et en particulier aux systèmes de paiement. L’expérience de la transition en Russie, confirmant ce que nous avait déjà enseigné la transition en Europe centrale et orientale, a montré l’importance décisive. des institutions financières. Il n’y a ainsi guère de sens à parler de transition vers l’économie de marché sans la construction d’un système financier qui doit être à la fois efficace et robuste. A cet égard, la France présente des éléments d’expérience qui peuvent être d’un intérêt considérable pour les.chercheurs et les responsables des économies en transition .

La troisième partie synthétise certains des problèmes évoqués dans les deux premières,.autour du thème de la stabilisation. Les événements de 1993 et 1994 ont montré à quel point un tel objectif était difficile. à atteindre dans les conditions d’une économie de transition. Mais ces difficultés sont aussi souvent le produit de. prescriptions erronées, découlant d’interprétations théoriques fautives de la situation économique, qui ont été propagées par un certain nombre de conseillers occidentaux en Russie. Les économistes se sont en effet trop souvent manifestés sous la forme de tribus sectaires et dogmatiques, incapables de prendre la mesure et des réalités concrètes et des limites de la théorie économique standard. En ce sens, l’expérience de la transition en Russie Se révèle riche d’enseignements qui devraient être profitables non seulement aux économies en transition, mais aussi aux économies occidentales.

 


Jacques Sapir

Ses travaux de chercheur se sont orientés dans trois dimensions, l’étude de l’économie russe et de la transition, l’analyse des crises financières et des recherches théoriques sur les institutions économiques et les interactions entre les comportements individuels. Il a poursuivi ses recherches à partir de 2000 sur les interactions entre les régimes de change, la structuration des systèmes financiers et les instabilités macroéconomiques. Depuis 2007 il s'est impliqué dans l’analyse de la crise financière actuelle, et en particulier dans la crise de la zone Euro.

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search